Les acteurs du développement durable

Citoyens, entreprises, collectivités territoriales, gouvernements, institutions, associations, scientifiques : pour réagir et agir face aux menaces qui pèsent sur les hommes et la planète, toutes les parties prenantes doivent se mobiliser.

L'indispensable gouvernance

Aux trois piliers du développement durable (économie, société, environnement), s'ajoute un lien transversal, indispensable à la définition et à la mise en œuvre de politiques et d'actions relatives au développement durable : la gouvernance. Autrement dit, la participation active et organisée de tous les acteurs au processus de décision pour accompagner une transformation durable et en perpétuelle évolution permettant de conjuguer présent et avenir.

Les acteurs

Les pouvoirs publics

Lors du sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, 173 gouvernements se sont engagés dans un programme international d’actions pour le XXIe siècle : l’agenda 21. Ce texte regroupe un ensemble de mesures qui concernent notamment le changement climatique, la désertification, la déforestation, la perte de la biodiversité, la pollution des eaux, l'épuisement des sols, les conditions de travail dans les pays en développement.

Au niveau de la zone économique européenne, il se décline en une Stratégie européenne du développement durable, qui donne des grandes lignes d'actions à ses états membres. En France, une Stratégie Nationale de Développement Durable (SNDD) a été adoptée en 2003 ; elle est révisable tous les 5 ans.

Les collectivités locales

L'Agenda 21 a également une déclinaison destinée aux collectivités territoriales : l'Agenda 21 local, un programme d'actions définissant les objectifs et les moyens de mise en œuvre de véritables projets de territoire intégrant développement économique, social et environnemental dès la conception même du projet.

Tous les principes associés au développement durable (solidarité, participation, équité, coopération…) doivent être présents tout au long de l’élaboration, de la mise en œuvre (des programmes sectoriels et des actions mises en œuvre) et de l’évaluation des projets.

Les champs d'actions portent sur l'environnement (eau, sol, air, bruit ...), les activités (agriculture, tourisme, entreprises, industrie ...), la qualité de vie (emploi, sécurité, culture, patrimoine, santé, solidarité, éducation ...) et l'urbanisme (logement, habitat).

Les entreprises

Au delà de leurs résultats financiers, les entreprises sont de plus en plus amenées à prendre en compte le bilan social et environnemental de leurs actions. Dans ce cadre, nombreuses sont celles qui se sont engagées dans des pratiques de responsabilité sociale, fondées sur des valeurs éthiques : le respect des employés, de la société et de l'environnement.

Cette démarche leur permet en effet de devenir des acteurs essentiels de la mise en oeuvre des principes du développement durable et de leur procurer un certain nombre d'avantages :

  • augmenter leurs performances commerciales et financières
  • fidéliser les employés et les consommateurs
  • réduire les risques, notamment juridiques, industriels et économiques
  • construire une nouvelle crédibilité auprès des investisseurs et du public

En France, les entreprises cotées en bourse, comme EDF, ont obligation depuis 2001 de rendre compte des conséquences sociales et environnementales de leur activité dans leur rapport annuel.

La société civile

Ce sont d'abord les ONG (Organisations Non Gouvernementales) telles que Greenpeace, les Amis de la Terre, le WWF, Amnesty International… Elles jouent un rôle vital pour faire avancer les prises de conscience et les débats vers des choix écologiquement rationnels et socialement responsables.

À l'échelle individuelle, chaque citoyen doit prendre sa part de responsabilité quant aux conséquences de ses choix de consommation et de son action pour faire changer les choses.

Qu'est-ce que le développement durable ?

En savoir +

Histoire du développement durable

En savoir +

Les enjeux du développement durable

En savoir +