25 jan 2016

Coopératives agricoles, de la sensibilité à la proactivité énergétique

 Face à une implication accrue des entreprises en faveur de la performance énergétique, les coopératives ne sont pas en reste. A travers son comité énergie notamment, Coop de France favorise l’information, le partage d’expérience et la mobilisation entre pairs. L’analyse de Emmanuel Ramfel, chargé de mission énergie chez Coop de France.


Emmanuel Ramfel,
chargé de mission énergie
chez Coop de France.

En quoi les questions énergétiques sont-elles devenues essentielles pour les coopératives agricoles ?

Coop de France a une approche de la filière à la fois en amont sur la partie #agricole et en aval sur la partie #agroalimentaire. Ces deux volets sont de plus en plus concernés par les problématiques énergétiques. Leur process, souvent consommateurs d’énergie, sont amenés à évoluer pour plus de performance et pour répondre à des obligations réglementaires. Il n’y a pas une semaine sans qu’un de nos adhérents – 2 700 #coopératives et 600 filiales agroalimentaires - n’engage de travaux ou de réflexion sur ces sujets : évolution des procédés de fabrication, rénovation thermique des installations, démarches de management de l’énergie, certification, etc. Ces problématiques interviennent tout au long de la chaîne énergétique mais touchent aussi la production d’énergies #renouvelables. L’énergie devenant un paramètre à part entière dans leur activité, ils se retrouvent en situation de gestionnaires des questions énergétiques.


De quelle manière ces coopératives progressent-elles dans ce domaine ?

Face à des attentes diversifiées sur tout le territoire, en tant que fédérateur de plusieurs Coopératives, nous avons un rôle important dans la structuration de ces problématiques vers une démarche de filière. Coop de France a notamment mis en place un Comité Energie qui rassemble plus de 150 membres adhérents pour faire de ces questions un creuset d’idées et d’initiatives innovantes. Nous nous réunissons 4 à 5 fois par an sur différentes thématiques : fiscalité, production, réglementation ou questions de marché. Nous essayons également de faire remonter des préoccupations terrain pour permettre aux coopératives d’échanger leurs bonnes pratiques, d’encourager d’autres coopératives à s’engager dans des démarches d’#efficacité #énergétique, par le partage d’expérience notamment. Les témoignages et les initiatives concernent parfois les process de fabrication, l’éclairage ou le lean management pour éviter le gaspillage tout au long de la chaîne de production. Nous initions également des programmes collectifs – par exemple sur la certification #ISO 50001- pour accompagner les coopératives et leur assurer une montée en compétences plus facile et plus rapide.


Comment s’impliquent-elles dans la production d’énergies renouvelables ?

Les coopératives sont consommatrices d’énergie mais peuvent être aussi parfois productrices d’énergies renouvelables, soit directement, soit par l’intermédiaire de leurs adhérents. Par exemple, quand les coopératives accompagnent leurs adhérents sur la rénovation thermique des bâtiments, elles proposent la mise en place de panneaux photovoltaïques. Sur le secteur agroalimentaire, de plus en plus de coopératives mettent en place de nouveaux modes de production et de chaleur à travers l’installation d'une #chaudière #biomasse par exemple. Par ailleurs, de nombreuses coopératives se diversifient vers des productions de biomasse agricole valorisables en nutrition animale ou en énergie, par méthanisation notamment. De nombreuses fromageries méthanisent leurs eaux blanches et leur lactosérum par exemple. Au total,  plus de 70 installations de méthanisation font de la cogénération et impliquent collectivement des coopératives.

Comment EDF Entreprises intervient-il auprès d’elles et avec quelle valeur ajoutée ?

Coop de France n’est pas prescripteur de solutions uniques mais fait état de l’ensemble des offres proposées aux coopératives adhérentes. Il n’en reste pas moins que @EDF_Entreprises est un acteur majeur qui a une bonne connaissance des métiers et qui a l’avantage d’avoir un réseau régional qui permet d’intervenir sur l’ensemble du territoire national quelle que soit la région d’implantation. Ce maillage territorial, y compris en zone rurale, est essentiel pour répondre aux besoins des coopératives.

Pour aller plus loin

Découvrir le témoignage de Martin Boglione, responsable commercial du marché agricole Grand Ouest chez EDF Entreprises
Haut de page