International

Revue de presse

30 sep. 2022

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

30 sep. 2022 connaissancedesenergies.org, 20/09/2022

Hertz étend son offre de véhicules sans émissions grâce à General Motors

Le loueur de voiture Hertz va commander 175 000 véhicules électriques à General Motors (GM) d’ici à 2027. Les modèles s’étendront de la petite Chevrolet Bolt à de futurs pick-ups, afin d’étendre son offre d’automobiles sans émissions carbone. L’objectif d’Hertz est d’avoir une flotte composée à 25% de véhicules électriques d’ici à fin 2024. « Avec la gamme de véhicules, les technologies et l'autonomie que nous offrons, je suis convaincue que chaque expérience de location augmentera encore l'intérêt pour nos produits et stimulera la croissance de notre entreprise », a déclaré Mary Barra, la dirigeante de General Motors, dans un communiqué publié par les deux partenaires. Les premières livraisons devraient avoir lieu au premier trimestre 2023. Les livraisons suivantes dépendront de l’augmentation du rythme de production de véhicules électriques par GM. Le constructeur ambitionne d’en produire un million par an en Amérique du Nord d’ici à 2025. General Motors s’est engagé à ce qu'au moins 50% de ses véhicules vendus en 2030 n'émettent pas de CO2. Le constructeur automobile prévoit de réduire de 60% les émissions de gaz à effet de serre de ses véhicules à moteur thermique d'ici là. Toujours d’après Mme Barra, l’objectif final est d'éliminer toute émission de gaz d'échappement sur ses véhicules particuliers en 2035.

30 sep. 2022 eozone.org, 21/09/2022

Des trains pour capturer le CO2 dans l’air

Avec l’université de Sheffield, l'entreprise américaine CO2Rail veut utiliser les trains pour capter le CO2 dans l’air. Le plan de la société est de développer un wagon spécial utilisant une technologie de collecte de dioxyde de carbone qui fonctionnera grâce à des batteries alimentées par l’énergie dégagée par le freinage régénératif d’un train. Une grande chambre cylindrique sera conçue pour collecter l’air et isoler le CO2. Le dioxyde de carbone sera ensuite transformé en liquide, tandis que les autres composants de l’air seront évacués à l’arrière du véhicule. « Cette technologie innovante utilisera non seulement l’énergie durable créée par la manœuvre de freinage pour récolter des quantités importantes de CO2, mais elle tirera également parti des nombreuses synergies que fournirait l’intégration au sein du réseau ferroviaire mondial », explique Peter Styring, chercheur à l’université de Sheffield. Selon les estimations de CO2Rail, ce dispositif sera capable de capter 0,45 gigatonne de CO2 par an d’ici 2030, puis 2,9 gigatonnes d’ici 2050 et 7,8 gigatonnes d’ici 2075. Les chercheurs indiquent que chaque manœuvre de freinage complet d’un train génère suffisamment d’énergie pour alimenter environ 20 foyers pendant 24 heures.

Energies renouvelables

30 sep. 2022 euro-energie.com, 22/09/2022

Essor du nombre d’emplois généré grâce aux énergies renouvelables

Selon le nouveau rapport de l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA) réalisé conjointement avec l’Organisation internationale du travail, les énergies renouvelables ont généré 12,7 millions d’emplois dans le monde en 2021. Les énergies renouvelables ont ainsi permis la création de 700 000 emplois en un an. « En dépit des nombreuses difficultés, les emplois dans les énergies renouvelables restent résilients, et il a été prouvé qu'ils constituent un moteur fiable de création d'emplois. Je conseille aux gouvernements du monde entier de mener des politiques industrielles qui encouragent la création d'emplois décents dans le secteur des énergies renouvelables au sein de leurs propres pays. Le fait de stimuler une chaîne de valeur nationale ne permet pas seulement de créer des opportunités commerciales et de nouveaux emplois pour les personnes et les communautés locales. Cela renforce également la fiabilité de la chaîne d'approvisionnement et contribue à une plus grande sécurité énergétique globale. » a souligné Francesco La Camera, le Directeur général de l'IRENA, lors du Forum mondial d'action pour l'énergie propre de Pittsburgh aux États-Unis. Dans cet optique, le rapport insiste sur le fait que l'expansion des énergies renouvelables doit se faire en faveur d’une transition juste. Des mesures politiques globales, dont la formation des travailleurs, devront soutenir cette expansion afin de garantir des emplois décents, de qualité, bien rémunérés et diversifiés.

30 sep. 2022 vivafrik.com, 24/09/2022

EDF Renewables annonce le closing juridique de ses trois projets éoliens

Jeudi 22 septembre 2022, EDF Renewables, filiale du groupe EDF, a annoncé à Pretoria le closing juridique de ses trois projets éoliens en Afrique du Sud, à savoir le parc éolien de Coleskop, de San Kraal et de Phezukomoya. Leurs constructions ont été signées dans le cadre de la 5ème fenêtre d’appel d’offres du Programme d’approvisionnement des producteurs indépendants d’énergie renouvelable (REIPPPP). Ce programme a pour but d’apporter des mégawatts supplémentaires au système électrique du pays grâce à des investissements du secteur privé dans l’éolien, la biomasse et les petites centrales hydroélectriques. Les contrats d’achat d’électricité pour ces installations ont été signés. Dotées d’une capacité totale de 420 MW, soit 140 MW chacun, elles seront capables de répondre aux besoins en électricité de près de 193 000 ménages sud-africains. Situés aux frontières des provinces de l’Eastern Cape et du Northern Cape, les parcs éoliens permettront aussi de créer 2 230 emplois, dont 400 emplois à temps plein pour les citoyens locaux pendant la période de construction. Les communautés locales bénéficieront de 1,2% des revenus des projets, pendant la période d’exploitation de 20 ans. « […] ce projet de 420 MW confirme également nos perspectives à long terme dans le pays, s’ajoutant aux presque 1 GW qu’EDF Renewables développe, construit ou exploite déjà en Afrique du Sud, soutenant les ambitions du Gouvernement et les nôtres de développer des solutions énergétiques à faible émission de carbone pour l’avenir », souligne Tristan de Drouas, PDG d’EDF Renewables en Afrique du Sud.

Tendances et acteurs

30 sep. 2022 connaissancedesenergies.org, 22/09/2022

La Californie mise sur les batteries pour éviter les coupures de courant

Aux États-Unis, la Californie a pu éviter des coupures de courant durant la canicule, grâce au fournisseur d’électricité AES Southland. La société possède une importante installation de stockage d'électricité de 400 mégawatts (MW) à Long Beach près de Los Angeles. Le site a permis de stocker l'énergie solaire produite en journée et de la redistribuer en soirée sur le réseau électrique de l’État américain. La capacité de stockage d'énergie sur batteries de la Californie a été multipliée par dix entre 2020 et 2022, indique la Commission de l'énergie. Ces batteries ont généré une puissance de 3 300 MW en soirée lors de la canicule du 5 septembre 2022, a fait savoir le régulateur du réseau électrique California ISO. D’après Mike Ferry, chercheur à l'université de San Diego, la batterie représente « le futur de ce à quoi va ressembler » le réseau électrique californien. En plus de ces installations, l’État a demandé aux citoyens de limiter leur consommation d’énergie et s’est engagée à produire 100% d’électricité propre d'ici 2045.

Techniques et innovations

30 sep. 2022 geo.fr, 23/09/2022

Solaire : les panneaux photovoltaïques économes en eau

Selon un calcul effectué par deux scientifiques de l'université de Duke, en Caroline du Nord, courant septembre dans un article de la revue Science of the Total Environment, les panneaux solaires sont particulièrement économes en eau, comparés à d'autres sources d'énergie. Le professeur Avner Vengosh, co-auteur de l'étude, explique qu’après l’installation de l’équipement, « il n'y a plus de consommation d'eau pendant les 25 années suivantes d'utilisation prévue », bien que la fabrication d'un panneau photovoltaïque requière une certaine quantité d'eau. Les sources d'énergie mobilisées pour produire l'électricité distribuée au secteur résidentiel américain ont été recensées par les chercheurs, qui se sont appuyés sur de précédentes études. Ces données ont été traduites en volume d'eau consommée. Le résultat varie selon les États et leurs spécificités en termes de sources d'énergie alimentant le réseau électrique, d'habitudes d'utilisation, et de nombre de foyers. L’installation d’un panneau photovoltaïque sur un toit permettrait à un foyer américain d’épargner, en moyenne, entre 3 000 et 60 000 litres par an, soit 3 à 60 mètres cube. Pour la Californie, l’économie serait maximale, soit l'équivalent de 60% de la consommation moyenne d'un foyer américain. « Nous devons nous orienter vers les énergies renouvelables, solaire et éolienne, sans oublier que pour toute forme d'infrastructure énergétique - y compris celles-ci - il peut y avoir des coûts liés à l'eau », indique pour sa part le Pr Erika Weinthal, co-auteure de l'étude.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 jan. 2023
International

Revue de presse du 27 jan.

A la une : Afrique de l’Ouest : 288 millions d’euros pour développer l’énergie solaire

20 jan. 2023
International

Revue de presse du 20 jan.

A la une : Empreinte environnementale du numérique : les données froides encombrent les systèmes de stockage des entreprises

13 jan. 2023
International

Revue de presse du 13 jan.

A la une : Un outil pour cartographier la teneur en CO2 des arbres

Voir toutes les revues de presse