International

Revue de presse

27 sep. 2019

Partager :

Energies renouvelables

27 sep. 2019 actu-environnement.com, 19/09/2019

1,6 million d’euros pour financer des projets d’énergies renouvelables en Afrique

Lancé conjointement par l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME) et l’Agence Française de Développement (AFD), un appel à projets est en cours afin de promouvoir des solutions innovantes en termes d’accès aux énergies renouvelables sur le continent africain. Jusqu’au 16 décembre 2019, les entreprises et organisations non-gouvernementales bénéficiant de partenariats locaux en Afrique sont appelées à proposer des solutions innovantes « génératrices d'activités économiques pérennes, et réduisant leur empreinte environnementale sur l'ensemble du cycle de vie ». Une dizaine de projets devraient bénéficier du montant alloué à l’appel d’offres, soit 1,6 million d’euros. Tous les champs de l’innovation seront éligibles, que celle-ci concerne la technologie, le social, la tarification ou encore la maintenance des installations. Il est à noter qu’un premier appel d’offres initié en 2017 par l’ADEME avait abouti au financement de neuf projets en Afrique de l’Ouest, en Ouganda et à Madagascar.

27 sep. 2019 lemondedelenergie.com, 22/09/2019

Installation de 193 panneaux solaires sur le toit du siège de l’ONU

L’Inde a offert 193 panneaux solaires à l’ONU. Installés sur le toit d’un des bâtiments accueillant le siège new-yorkais de l’organisation, ils ont été inaugurés le 24 septembre en présence du Premier ministre indien, Narendra Modi. Baptisée « Parc solaire Gandhi », cette installation produira 86 000 KWH chaque année, soit l’équivalent de l’électricité produite à partir de 30 246 kilos de charbon. D’un coût d’un million de dollars, ce projet célèbre le 150ème anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi. L’inauguration de ce parc intervient par ailleurs à la veille de l’Assemblée générale de l’ONU qui portera principalement sur la question du dérèglement climatique. Avec ce « Parc solaire Gandhi », l’ONU témoigne une nouvelle fois de sa volonté de se montrer davantage éco-responsable : à l’initiative de l’Équatorienne Maria Fernanda Espinosa, précédente présidente de l’Assemblée générale des Nations unies, l’organisation avait déjà interdit l’utilisation du plastique à usage unique dans ses locaux au mois de juin.

Tendances et acteurs

27 sep. 2019 lefigaro.fr, 19/09/2019

The Climate Pledge : les entreprises s’engagent à réduire leurs émissions carbonées

Le 19 septembre 2019, le fondateur d’Amazon Jeff Bezos s’est engagé à ce que son entreprise soit « la première de la liste » à « remplir les objectifs de l'accord de Paris avec dix ans d'avance » dans le cadre du Climate Pledge. « Nous voulons nous servir de notre influence et de notre taille pour montrer la voie », a poursuivi la première fortune mondiale, ajoutant : « si une entreprise avec autant d'infrastructures physiques que la nôtre - qui livre plus de 10 milliards de colis par an - peut remplir les objectifs de l'accord de Paris 10 ans plus tôt, alors toutes les entreprises peuvent le faire ». Pour Jeff Bezos, « les grandes entreprises qui signeront 'The Climate Pledge' enverront un signal fort au marché pour rappeler qu'il est temps d'investir dans les produits et services dont les signataires auront besoin pour respecter leurs engagements ». Les entreprises signataires devront se doter d’ambitieux plans de décarbonisation, « avec des compensations supplémentaires, quantifiables, réelles, permanentes et socialement bénéfiques pour atteindre des émissions de carbone annuelles neutres d'ici 2040 », détaille Amazon dans son communiqué. Pour répondre à ses objectifs, la firme de Seattle s’est d’ores et déjà engagée à commander 100 000 camionnettes électriques dont le déploiement s’échelonnera entre 2021 et 2030.

27 sep. 2019 liberation.fr, 22/09/2019

New York adopte un ambitieux plan de lutte contre le dérèglement climatique

Le maire démocrate de New York, Bill de Blasio, a doté la ville d’un plan climat prévoyant la réduction de 80% des émissions de GES (Gaz à Effet de Serre) d’ici 30 ans. Baptisé « Climate Mobilization Act », cet ensemble de législations concerne principalement le secteur de la construction, à l’origine de 71% des émissions de GES à New York, contre 21% pour les voitures. En échange d’incitations fiscales, la totalité des futurs bâtiments résidentiels, industriels et commerciaux devront impérativement être équipés de toits végétaux (green roofs) ou de panneaux photovoltaïques. L’ensemble des immeubles de plus de 2 320 m2 ne parvenant pas à réduire de 40% leurs émissions de GES d’ici 2030 se verront par ailleurs infliger une amende de 268 dollars par tonne de carbone rejetée en trop. Les amendes pourront grimper jusqu’à plusieurs millions de dollars pour les gros pollueurs. La plupart des immeubles de New York vont donc devoir moderniser leur isolation, ainsi que leur système de chauffage et d’air conditionné. Cette injonction concerne principalement les gratte-ciels en verre : ne représentant que 2% du parc immobilier, ils consomment en effet la moitié de l’électricité alimentant la ville. « Réduire les émissions carbone sera difficile et demandera des milliards de dollars d’investissement. Mais de nouvelles technologies et de nouveaux modèles économiques seront créés pour nous y mener », estime John Mandyck, président de l’organisation Urban Green Council.

Techniques et innovations

27 sep. 2019 lemondedelenergie.com, 19/09/2019

Des toits photovoltaïques pour renforcer l’autonomie des voitures

À l’occasion du salon de l’automobile qui s’est déroulé à New York au mois d’avril 2019, le constructeur sud-coréen Hyundai a présenté la huitième génération de sa Sonata. La version 2020 de la Sonata se distingue notamment des précédentes par le fait qu’elle est équipée d’une motorisation hybride et hybride rechargeable, un moteur électrique venant compléter le moteur thermique. Mais la principale originalité de la Sonata 2020 réside dans le fait qu’afin d’optimiser son autonomie et améliorer sa puissance électrique, celle-ci sera recouverte de panneaux en silicium ayant vocation à apporter un complément d’alimentation électrique. D’après les calculs de Hyundai Motor Group, un tel équipement permettra, s’il bénéficie d’une exposition de 6 heures par jour, de recharger la batterie à hauteur de 30 à 60% et de gagner de l’ordre de 1 300 kilomètres d’autonomie par an. Comme l’a expliqué Heui Won Yang, Senior vice-président de Hyundai Motor Group, « la technologie du toit solaire illustre parfaitement notre volonté d’œuvrer en faveur d’une mobilité propre. Elle permet à nos clients de contribuer activement à la réduction des émissions polluantes. À terme, nous envisageons d’étendre l’application de cette technologie, actuellement réservée aux véhicules électrifiés, aux véhicules à moteur à combustion interne ». Nombreux sont les autres constructeurs à expérimenter la technologie photovoltaïque au service de l’autonomie leurs véhicules, à l’instar de Nissan, Toyota, Audi ou encore du néerlandais Lightyear.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

11 oct. 2019
International

Revue de presse du 11 oct.

A la une : En 2018, l’intensité énergétique des pays du G20 reste inquiétante

04 oct. 2019
International

Revue de presse du 04 oct.

A la une : 66 États s’engagent à parvenir à la neutralité carbone avant 2050

20 sep. 2019
International

Revue de presse du 20 sep.

A la une : La Corée du Sud fait le pari de l’hydrogène

Voir toutes les revues de presse