International

Revue de presse

26 mar. 2021

Partager :

Tendances et acteurs

26 mar. 2021 lestransitions.fr, 19/03/2021

Transition énergétique : Bill Gates investi dans la production d’hydrogène vert

Bill Gates vient d’investir dans le développement d’une nouvelle technologie de production d’hydrogène vert par l’intermédiaire d’un de ses fonds d’investissement. La société israélienne H2Pro est à l’origine de ce nouveau procédé qui doit à terme permettre de fabriquer de l’hydrogène vert à moins d’un euro le kilo. Cette annonce intervient alors que le monde s’enthousiasme pour l’hydrogène vert, appelé à remplacer les énergies fossiles dans le transport routier, dans l’aviation ou dans l’industrie. Cette ressource permet de stocker de grandes quantités d’énergie sans présenter les contraintes d’autonomie des batteries électriques. Baptisée E-TAC (Electrochemical, Thermally Activated Chemical), cette nouvelle technologie est comparable à l’électrolyse car elle utilise l’électricité pour séparer l’eau en hydrogène et en oxygène. « Nous avons créé une technologie, avec une efficacité de 95 % et un investissement inférieur, qui peut accélérer considérablement l’adoption générale de l’hydrogène vert », a déclaré Talmon Marco, PDG de H2Pro. D’autres grands noms de la tech comme Jeff Bezos (Amazon), Richard Branson (Virgin Group), Michael Bloomberg (Bloomberg LP) et Jack Ma (Alibaba.com) se sont également associés au projet de financement de H2Pro. L’entreprise israélienne bénéficiera au total de 18,5 millions de dollars pour développer sa technologie. Bill Gates est persuadé que l’hydrogène vert pourra jouer un rôle important dans la transition énergétique. Il n’est pas le seul puisque la France et l’Allemagne prévoient respectivement de consacrer 7 et 9 milliards d’euros à son développement.

Energies renouvelables

26 mar. 2021 Connaissancedesenergies.org, 18/03/2021

Au Yémen, des femmes apportent l'énergie solaire dans leurs villages

Dans un pays ravagé par la guerre civile, une dizaine de femmes yéménites ont réussi à donner à leurs villages un accès à l’électricité. Imane Hadi et ses collègues gèrent en effet une centrale solaire alimentant 43 maisons en électricité grâce à un micro-réseau. Ces femmes s’occupent quotidiennement de l’entretien des panneaux solaires et surveillent la consommation sur les compteurs de la centrale. Grâce aux 2 000 dollars de bénéfices générés chaque mois par leur travail à la Station des amies de l'environnement, Imane Hadi délivre des micro-crédits aux habitants du village leur donnant ainsi la possibilité d’ouvrir des commerces ou de petites entreprises. Le projet, qui vise, à terme, le raccordement de 3 000 foyers à la centrale, a récemment remporté les Ashden Award for Humanitarian Energy, qui récompense des initiatives vertes dans des communautés défavorisées. Ce projet a bénéficié du soutien financier et des formations de l’Union européenne (UE) ainsi que du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD). Deux autres centrales solaires ayant déjà vu le jour grâce à leur soutien, ces institutions souhaitent désormais porter de trois à 100 le nombre de telles stations sur le territoire yéménite.

26 mar. 2021 Lemondedelenergie.com, 17/03/2021

Niger : mise en service d’une nouvelle centrale électrique

Le président nigérien Mahamadou Issoufou a inauguré, le 17 mars 2021, une centrale électrique thermique fonctionnant au pétrole afin de réduire la dépendance énergétique du pays vis-à-vis du Nigéria. Marqué par la pauvreté, le Niger est régulièrement confronté à d’importantes coupures d’électricité. Cette centrale, d’une puissance de 89 MW, devrait permettre d’améliorer la sécurité énergétique de la capitale Niamey ainsi que celle des régions de Dosso (au sud) et Tillabéri (à l’ouest). Un partenariat public privé (PPP) d’une durée de 15 ans a également été signé avec la compagnie mauritanienne Istithmar West Africa pour l’entretien de la centrale. Représentant un coût de 100 milliards d’euros, la construction de cette centrale s’inscrit dans le cadre du développement des infrastructures énergétiques du pays. Pour mémoire, le Niger s’est doté en 2017 d’une centrale électrique diesel de 80 mégawatts. D’un coût total de 122 millions d’euros, cette opération avait été rendue possible grâce au soutien financier de la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) et de la Banque islamique de développement (BID).

Economies d'énergie et émissions carbone

26 mar. 2021 Lemondedelenergie.com, 17/03/2021

Senegal : installation d’un bateau-usine pour regazéifier le GNL en mer

Selon un communiqué de la compagnie Karmol, joint-venture de l’entreprise turque Karpowership et du groupe japonais Mitsui OSK Lines, un bateau-usine permettant de stocker et de regazéifier du gaz naturel liquéfié (GNL) devrait entrer en service en juin 2021 au large des côtes sénégalaises. Cette situation géographique particulière doit lui permettre de commencer à produire de l’électricité plus rapidement qu’une installation traditionnelle, pour un moindre coût et un impact environnemental moins important. Le GNL regazéifié sur ce bateau-usine a vocation à alimenter par la suite une centrale électrique flottante détenue par Karpowership, qui fournit au pays environ 15% de son électricité. Destiné au Mozambique, un deuxième bateau-usine de regazéification du GNL est en cours de construction, précise la compagnie Karmol.

26 mar. 2021 gaz-mobilite.fr, 18/03/2021

Neutralité carbone : le Japon s’intéresse au gaz naturel liquéfié

15 entreprises japonaises, dont Tokyo Gas Co. et Isuzu Motors Ltd., ont formé une alliance afin de promouvoir le gaz naturel liquéfié (GNL) et ainsi aider le Japon à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 comme le pays s’en est fixé l’objectif. « Bien que notre objectif soit de parvenir à une société basée sur l'hydrogène ou à une société à zéro carbone, les émissions de CO2 sont actuellement en hausse », tient à rappeler Kunio Nohata, vice-président exécutif de Tokyo Gas. Alors que le Japon fondait jusqu’ ici sa stratégie de décarbonation sur l’utilisation de l’hydrogène, la création de ce consortium témoigne de sa volonté d’intégrer le GNL dans son mix énergétique. Pour mémoire, seul le groupe Isuzu avait commercialisé des camions et bus roulants au gaz naturel comprimé (GNC), mais ces véhicules étaient majoritairement destinés à l’exportation. Réunissant des acteurs importants provenant de différents secteurs économiques, le consortium de promotion du GNL vise un développement des usages et une production de GNL neutre en carbone. En l’absence d’équipement pour produire du bioGNV, des projets de séquestration de carbone vont être développés en parallèle de l’utilisation de GNL.

Réglementations et politique de l'énergie

26 mar. 2021 lenergeek.com, 19/03/2021

Mix énergétique : la Chine mise sur les énergies renouvelables

Lors du sixième Forum sur le développement et l’innovation énergétique, la Chine a annoncé son intention de verdir son mix énergétique. Le pays souhaite miser sur le développement des énergies renouvelables pour répondre aux besoins croissants de son industrie. Cet engagement doit se matérialiser dans le prochain plan quinquennal qui portera sur la période 2021-2025. Pour rappel, la Chine, premier émetteur de CO2 au monde, s’est engagée à atteindre la neutralité carbone d’ici 2060, lors de la dernière assemblée générale de l’ONU qui s’est tenue en septembre 2020. A cette occasion, Xi Jinping a annoncé la création d’un marché carbone national ainsi que la mise en place de plafonds d’émissions pour les centrales thermiques. Les entreprises d’Etat entendent contribuer au processus de transition énergétique. La China National Offshore Oil Corp (CNOOC) a créé CNOOC Renewable Energy Co Ltd., une filiale spécialisée dans les énergies renouvelables dont le premier parc éolien offshore a produit 860 GWH d’électricité en 2020. Il n’en demeure pas moins que le charbon représente encore plus de 60% du mix électrique chinois. Pour atteindre la neutralité carbone, ce taux devra baisser à moins de 50% et les investissements dans les énergies renouvelables devront augmenter fortement. Signe encourageant, la Banque Populaire de Chine a annoncé que les prêts verts avaient totalisé 1 580 milliards de dollars au cours du premier semestre 2020, soit une hausse de 10,8% par rapport au premier semestre 2019.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 Mai. 2021
International

Revue de presse du 07 Mai.

A la une : Afrique : 340 millions d’euros de financement pour l’eau et les énergies renouvelables

30 avr. 2021
International

Revue de presse du 30 avr.

A la une : EDF et Uzbekhydroenergo nouvelle alliance dans l’hydroélectricité

23 avr. 2021
International

Revue de presse du 23 avr.

A la une : Facebook fonctionne entièrement aux énergies renouvelables

Voir toutes les revues de presse