International

Revue de presse

24 jan. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

24 jan. 2020 connaissancedesenergies.org, 14/01/2020

La politique énergétique indienne passée au crible par l’AIE

Le 10 janvier 2020, l’Agence Internationale de l’Énergie a rendu public un rapport consacré à la politique de l’Inde en matière d’énergie. Celui-ci révèle que le système énergétique indien s’appuie « largement sur l’usage du charbon pour la production électrique, du pétrole pour les transports et dans l’industrie et de la biomasse pour le chauffage résidentiel et la cuisson ». C’est le charbon qui compose majoritairement le mix énergétique du pays : 55,9% de la consommation énergétique primaire et près de 75% de la production électrique nationale. Pour l’heure, le gaz représente 6% du mix énergétique, mais le pays affiche l’objectif de porter sa part à 15% à l’horizon 2030. Sur le plan des énergies renouvelables, les capacités connectées au réseau s’élèvent aujourd’hui à 84 GW selon l’AIE. 175 GW de capacités renouvelables sont attendues pour 2022, et le Premier ministre Shri Narendra Modi a même envisagé en septembre 2019 un nouvel objectif de 450 GW. Alors qu’aujourd’hui, la consommation d’énergie par habitant dans le pays équivaut selon l’AIE à un tiers de la moyenne internationale, les besoins en énergie du pays pourraient « doubler d’ici à 2040 et sa consommation d’électricité pourrait tripler ». L’AIE salue en outre que l’Inde ait pris « des mesures importantes pour améliorer l’efficacité énergétique, qui ont permis d’éviter une hausse supplémentaire de 15% de la consommation d’énergie et des émissions de 300 millions de tonnes de CO2 par an sur la période 2000-2018 ».

Energies renouvelables

24 jan. 2020 lenergeek.com, 15/01/2020

L’IRENA enjoint les États à doubler leurs investissements dans les renouvelables

À l’occasion de sa conférence annuelle qui s’est tenue le 14 janvier 2020, l’Agence Internationale pour les Énergies Renouvelables (IRENA) a enjoint les gouvernements à porter leurs investissements dans les énergies renouvelables à 740 milliards de dollars par an à l’horizon 2030. Ceux-ci s’élèvent aujourd’hui à 330 milliards de dollars par an. C’est donc à une multiplication par 2,24 qu’appelle l’agence. L’IRENA estime réaliste l’objectif de parvenir à 57% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique mondial en 2030. Le directeur de l’IRENA, Francesco La Camera, a déclaré lors de la conférence : « nous sommes entrés dans la décennie de l’action dans les énergies renouvelables. Une période au cours de laquelle le système énergétique va se transformer à une vitesse inégalée ». Et a poursuivi : « c’est un appel urgent à élaborer des politiques plus fermes et à augmenter fortement les investissements au cours des dix prochaines années. Les énergies renouvelables sont la clé du développement durable. Elles devraient être au cœur de la planification énergétique et économique du monde entier ». L’IRENA propose que les investissements massifs à réaliser soient puisés majoritairement dans les quelques 10 000 milliards de dépenses prévues dans les énergies fossiles d’ici 2030.

24 jan. 2020 journaldelenvironnement.net, 14/01/2020

Vif succès de l’hydrogène en Corée du Sud

Les véhicules à pile à combustible fabriqués en Corée du Sud rencontrent un indéniable succès. Les chiffres sont éloquents : leurs ventes ont été multipliées par sept entre 2018 et 2019. Plus de 5 000 véhicules ont été écoulés l’année dernière, contre 900 l’année précédente, d’après les chiffres communiqués par le ministère du Commerce, de l’Industrie et de l’Energie. Cette franche réussite est néanmoins à relativiser au regard des objectifs affichés par le pays : 1,8 million de véhicules à hydrogène sur les routes en 2030. Sur le plan des exportations, 1 700 véhicules à pile à combustible ont été vendus par le pays en 2019, contre 936 en 2018. Le champion industriel sud-coréen Hyundai Motor Co réalise à lui seul 60% des ventes mondiales de voitures à hydrogène. La Corée du Sud a mis en place une véritable « économie hydrogène » : un investissement de 370 milliards de wons (319 millions de dollars) vient ainsi d’être annoncé par les autorités, lequel devrait permettre d’atteindre les 1 200 stations de recharge sur le territoire en 2040.

Tendances et acteurs

24 jan. 2020 connaissancedesenergies.org, 17/01/2020

Fiat Chrystler et Foxconn envisagent un partenariat dans la voiture électrique

Le 17 janvier 2020, le constructeur automobile italo-américain Fiat Chrystler Automobiles (FCA) a admis qu’il étudiait la possibilité d’une joint-venture avec Foxconn, le géant mondial de l’assemblage d’appareils électriques. Cette coentreprise aurait vocation à produire des voitures électriques, dans un premier temps destinées au marché chinois. Dans son communiqué, « FCA confirme mener actuellement des discussions avec Foxconn concernant la possible constitution d'une joint-venture paritaire pour le développement et la production en Chine de véhicules électriques de nouvelle génération et l'entrée dans le monde de IoV (Internet of Vehicles) ». La firme italo-américaine poursuit : « la coopération proposée, initialement concentrée sur le marché chinois, permettrait aux deux parties d'unir les capacités de deux leaders mondiaux dans le domaine de la conception de voitures, de l'ingénierie, de la production et de la technologie pour se concentrer sur le marché croissant des véhicules électriques à batteries ». Un accord préliminaire devrait intervenir dans les tous prochains mois.

24 jan. 2020 lemondedelenergie.com, 17/01/2020

Microsoft vise un empreinte carbone négative à l’horizon 2030

L’entreprise Microsoft s’est engagée le 16 janvier 2020 à ce que son empreinte carbone soit négative à compter de 2030. De la sorte, la firme de Redmond envisage qu’en 2050, tout le carbone qu’elle a émis depuis sa création en 1975 soit annulé. Afin d’y parvenir, Microsoft envisage que toutes ses infrastructures se fournissent exclusivement en énergies renouvelables à partir de 2025. Elle prévoit en parallèle d’introduire une « taxe carbone interne » dès juillet 2020, et de contribuer à des opérations de reforestation et de boisement. En outre, un « fonds d’innovation pour le climat », doté par le géant informatique d’un milliard de dollars, doit voir le jour. Celui-ci financera la recherche sur la capture et l’élimination du CO2. Cette annonce intervient alors que l’ONU a tiré une nouvelle fois la sonnette d’alarme le 15 janvier 2020 en annonçant que la dernière décennie était la plus chaude jamais enregistrée.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 fév. 2020
International

Revue de presse du 07 fév.

A la une : Mise en service d’un nouveau parc éolien par EDF Renouvelables et SITAC en Inde

31 jan. 2020
International

Revue de presse du 31 jan.

A la une : L’Afrique de l’Est produit-elle trop d’électricité ?

17 jan. 2020
International

Revue de presse du 17 jan.

A la une : Vers un monde fonctionnant exclusivement grâce aux énergies renouvelables

Voir toutes les revues de presse