International

Revue de presse

20 jan. 2023

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

20 jan. 2023 siecledigital.fr, 11/01/2023

L’Inde mise sur l’hydrogène vert

L’Inde lance le National Hydrogen Mission, un plan historique de 2,2 milliards d’euros, qui vise la production de 5 millions de tonnes d’hydrogène vert d’ici la fin de la décennie. L’objectif est d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2070 en limitant la part des énergies fossiles et de réduire la dépendance du pays aux importations étrangères de ressources énergétiques. Ce programme ambitionne de faire de l’Inde un leader mondial de l’hydrogène vert et de permettre au pays d'économiser un trillion de roupies sur les importations de combustibles fossiles d'ici 2030. D’ici 2030, l’Inde prévoit en outre d’ajouter 125 gigawatts supplémentaires à sa capacité d’énergie renouvelable qui s’élevait à 166 gigawatts en octobre 2022. Le plan doit permettre de « rendre l'hydrogène vert abordable et de faire baisser son coût au cours des cinq prochaines années », a souligné Anurag Thakur, ministre de l'Information et de la Radiodiffusion.

20 jan. 2023 afrique.le360.ma, 12/01/2023

EDF Renouvelables et d’autres grands acteurs vont investir pour la production d’hydrogène en Égypte

En 2022, l’Égypte a signé 9 accords-cadres pour la production d’hydrogène vert et de ses dérivés. EDF Renouvelables et de grands opérateurs étrangers investiront au total 85 milliards de dollars. Cette somme devrait permettre une augmentation des capacités installées à 47 000 MW auxquelles s’ajouteront 24 000 MW de capacités d’électrolyse. Des accords portant sur la mise en place de deux mégaprojets éoliens d’une capacité de 10 GW chacun ont aussi été signés avec l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

20 jan. 2023 Futura-sciences.com, 09/01/2023

New York : les arbres participent à la réduction de l’empreinte carbone

Selon une étude menée par les chercheurs de la Columbia Climate School sur la verdure de New York, les arbres jouent un rôle important dans la réduction de l’empreinte carbone des villes. 22% de la superficie de cette ville serait couverte par la canopée des arbres. D’après les scientifiques, le carbone absorbé par cette verdure pendant les jours d’été équivaut à près de 40% de ses émissions totales, soit l’équivalent de l’ensemble des émissions de CO2 du secteur des transports de la ville. Dans ses programmes de végétalisation, la ville de New York a choisi de planter du chêne rustique, très connu pour sa capacité à absorber beaucoup de CO2 en peu de temps. Certaines études montrent toutefois que ce type d’arbres dégage également une importante quantité d’isoprène, un composé volatil qui réagit avec les émissions des véhicules pour créer de l’ozone polluant.

Energies renouvelables

20 jan. 2023 agenceecofin.com, 13/01/2023

Énergies renouvelables : l’IRENA met en avant le potentiel du Nigeria

Selon un récent rapport de l’International Renewable Energy Agency (IRENA), le Nigeria devrait accélérer le développement des énergies renouvelables pour atteindre ses objectifs en matière de climat et d’accès à l’électricité propre. D’ici 2050, les énergies renouvelables pourraient fournir près de 60% de la demande énergétique du pays, générant des économies de 40% sur les besoins en gaz naturel et de 65% sur les besoins en pétrole, estime l’IRENA. « En utilisant ses énergies renouvelables abondantes et inexploitées, le Nigeria peut fournir une énergie durable à tous ses citoyens de manière rentable. Le Nigeria a une occasion unique de développer un système énergétique durable basé sur les énergies renouvelables qui soutiennent la reprise et le développement socio-économiques, tout en relevant les défis climatiques et en assurant la sécurité énergétique », a souligné Francesco La Camera, directeur général de l’IRENA. Avec la baisse des coûts des technologies, la capacité mondiale renouvelable installée devrait atteindre 56 GW d’ici à 2030 et 136 GW d’ici à 2050, contre 33 GW en 2015, indique le rapport.

Techniques et innovations

20 jan. 2023 bfmtv.com, 15/01/2023

Empreinte environnementale du numérique : les données froides encombrent les systèmes de stockage des entreprises

Chaque jour, les entreprises génèrent 1,3 milliard de Go de données froides à l’échelle mondiale. Également appelées « données noires » ou « données oubliées », les données froides proviennent des interactions quotidiennes des utilisateurs, clients et prestataires extérieurs, et sont rarement voire jamais utilisées par les entreprises. Au moins 52% des données stockées sur la planète seraient des données froides. Or, d’après un rapport du cabinet américain IDC, le coût de leur hébergement s’élève à 2 milliards d’euros par mois, dans le monde. Ces données rejettent également 2,3 millions de tonnes de CO2 par an, soit 14% de l’empreinte environnementale du numérique en France, révèle une étude du collectif Le GreenIT. Cette situation s’explique surtout par « la peur des entreprises d'effacer des données sur le mode on ne sait jamais », explique Emmanuelle Ertel, directrice générale Innovation & Trust du groupe Tessi. Selon elle, il faut « repenser l'archivage, établir des politiques de purges dans le respect des normes, établir les moyens d'exploitation, le tout dans une logique de comptabilité carbone ». « Pour le reste, il faut arrêter d'avoir peur dans la suppression des données, surtout quand la loi l'exige », résume Emmanuelle Ertel.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 jan. 2023
International

Revue de presse du 27 jan.

A la une : Afrique de l’Ouest : 288 millions d’euros pour développer l’énergie solaire

13 jan. 2023
International

Revue de presse du 13 jan.

A la une : Un outil pour cartographier la teneur en CO2 des arbres

23 déc. 2022
International

Revue de presse du 23 déc.

A la une :  Mirova SunFunder et EDF soutiennent le développement de l’énergie solaire au Kenya

Voir toutes les revues de presse