International

Revue de presse

19 Juin. 2020

Partager :

Production d'énergie

19 Juin. 2020 rtbf.be, 15/06/2020

Les plantes sont capables de produire de l’électricité

Après plus de six années de recherche, des scientifiques de l’Université de Tel-Aviv sont parvenus à produire de l’électricité à partir de plantes, grâce au processus de photosynthèse. Comme l’explique le professeur Iftach Yacoby, directeur du laboratoire des énergies renouvelables de la Faculté des Sciences de la vie de l’Université de Tel-Aviv, toutes les plantes vertes contiennent en effet « de véritables panneaux solaires ». Dans le cadre des recherches menées par ce scientifique et son équipe, le plus difficile a été de parvenir à extraire le courant de la plante. « Nous avons cherché une nano-prise en travaillant sur une micro-algue dans laquelle nous avons injecté à l’aide d’un bio-réacteur une enzyme qui fabrique de l’hydrogène », explique Iftach Yacoby. Selon lui, cette découverte pourrait à terme permettre de « diminuer la pollution dans les transports ou l’industrie lourde ».

19 Juin. 2020 afrik21.africa, 10/06/2020

Mise en service du parc éolien de Mwenga en Tanzanie

D’une capacité de 2,4 MW, le parc éolien de Mwenga en Tanzanie vient d’être mis en service. Sa production est destinée à alimenter le réseau local de Rift Valley Energy Group, l’entreprise à l’origine du projet. S’étendant sur 400 km, ce mini-grid pourra désormais alimenter 4 500 foyers et entreprises répartis sur 42 villages. L’ouverture de ce nouveau parc doit permettre à Rift Valley Energy Group de fournir de l’électricité à 1 500 personnes supplémentaires et de garantir une production suffisante même en période sèche. À ce jour, seule l’une des trois turbines que compte le site est en activité. Celle-ci « devrait fonctionner dans un premier temps à un faible taux de production préétabli, avant d’être progressivement portée à sa pleine capacité au cours des prochaines semaines, conformément aux procédures de mises en service. Les deux autres turbines devraient être mises en service de la même manière au cours des deux prochaines semaines », précise le Renewable Energy Performance Platform, principal partenaire financier du projet.

Energies renouvelables

19 Juin. 2020 transitionsenergies.com, 15/06/2020

Énergie solaire : l’Australie souhaite devenir le premier pays exportateur

Afin de remplacer sa production de charbon dont il est pourtant le premier exportateur mondial, l’Australie se tourne vers les énergies renouvelables. Conscient du déclin inexorable des énergies fossiles, le pays a en effet pour objectif de devenir le premier exportateur d’énergie solaire en 2027, sous forme d’électricité ou sous forme d’hydrogène fabriqué par électrolyse. Plusieurs projets visant à exploiter l’énergie solaire sont en développement. Le plus spectaculaire d’entre eux est celui de la société australienne Guardian Geomatics. Baptisé, ce projet « représente des milliards de dollars et permettra d’exporter le soleil en Asie », comme l’explique le groupe. D’un coût évalué à plus de 13 milliards de dollars, Australia-Asean Power Link prévoit la construction d’un câble de 3 800 kilomètres dans le but d’exporter de l’énergie solaire à Singapour et en Indonésie à partir de 2027. Ce câble sera relié à un parc photovoltaïque de plus de 15 000 hectares dont la construction est prévue dans le nord de l’Australie. D’une puissance de 15 GW, cette installation permettra de fournir 20% des besoins en électricité de Singapour. Plusieurs projets témoignent par ailleurs d’un engouement pour l’hydrogène vert. La société Austrom Hydrogen a ainsi annoncé le lancement d’un projet de parc de 3,6 GW, baptisé Pacific Solar dont le but est de produire de l’hydrogène dans le Queensland. L’entreprise Blue Energy annonce de son côté la construction d’un complexe pouvant produire 1 000 MW d’hydrogène vert à partir d’électricité solaire et éolienne.

19 Juin. 2020 lepoint.fr, 11/06/2020

Afrique : le défi de l’énergie solaire

Comme le rappelle Arnaud Rouget, analyste Afrique à l’Agence internationale de l’énergie, l’Afrique est actuellement sous-équipée en moyens de production énergétique : « Près de la moitié des Africains (600 millions de personnes) n’ont pas accès à l’électricité en 2018 et environ 80% des entreprises d’Afrique subsaharienne subissent des coupures fréquentes, entraînant des pertes économiques substantielles », précise-t-il en effet. Hugo Le Picard, chercheur de l’Institut français des relations internationales (Ifri) estime pourtant que « l’Afrique subsaharienne est dotée d’un potentiel de production d’électricité solaire colossal, qui devrait permettre à la région de satisfaire ses besoins énergétiques de façon durable ». En 2017, 4,6 TWh d’électricité ont été produits à partir du solaire, un chiffre à comparer à un potentiel de production évalué à 60 millions de TWh par an. Plusieurs difficultés techniques et financières sont clairement identifiées telles que la vétusté des réseaux de transport et de distribution, le manque d’investissements de maintenance, d’importantes pertes techniques en ligne ou encore des vols dus aux raccordements sauvages. Comme l’explique Hugo Le Picard, le continent est pris dans un cercle vicieux : « La mauvaise situation financière fait baisser les investissements de maintenance. La qualité des services se détériore, la fréquence et la durée des coupures de courant augmentent. Cela a un effet négatif sur les économies des pays représentant un coût allant de 1 à 5% du produit intérieur brut (PIB) national. De plus en plus d’usagers refusent de payer un service devenu médiocre, ce qui diminue davantage les revenus des compagnies électriques », résume-t-il. Pour remédier à cette situation, le chercheur suggère différentes solutions, telles que l’installation de centrales solaires près des villes afin de réduire les pertes en ligne ainsi que la mise en place de compteurs prépayés pour éviter les impayés. Le chercheur recommande par ailleurs aux bailleurs d’investir principalement dans les domaines où le secteur privé ne peut s’engager, notamment dans les réseaux. Enfin, Hugo Le Picard recommande aux Etats de « lever les obstacles aux investissements du secteur privé, qui aura plus que jamais un rôle à jouer ».

Tendances et acteurs

19 Juin. 2020 usinenouvelle.com, 09/06/2020

La start-up française Metron signe deux nouveaux contrats en Asie

Experte dans la digitalisation des usines afin de réduire de 4 à 15% leur consommation énergétique, Metron est présente en Asie depuis 2019. Les deux nouveaux contrats décrochés avec NTT Facilities (Japon) et SK GAS (Corée du Sud) vont lui permettre de tabler sur 10 millions de revenus en 2021, et le recrutement de 70 nouveaux collaborateurs, dont 20 pour ses bureaux situés en Asie. L’international a toujours été au cœur de la stratégie de Metron depuis ses débuts en 2013 : plus de 100 groupes industriels lui font confiance à travers le monde. Tel est notamment le cas de Danone, à qui la start-up a permis d’économiser 150 000 euros en trois ans. Preuves supplémentaires de son succès, Metron a obtenu différentes distinctions en 2019. Elle a en effet intégré le Global Cleantech 100, classement mondial distinguant les 100 acteurs amenés à compter dans la transition énergétique, KPMG estimant pour sa part qu’elle figure parmi les 40 sociétés les plus susceptibles d’entrer en bourse. A noter par ailleurs que la start-up a levé 20 millions d’euros entre 2019 et 2020.

Techniques et innovations

19 Juin. 2020 transitionsengergies.com, 11/06/2020

L’hydrogène, futur carburant du transport aérien ?

Ces dernières années, des efforts ont été menés par les compagnies aériennes et les constructeurs d’avions pour réduire la consommation des avions. L’efficacité énergétique du transport aérien ainsi progressé de 3,2% par an entre 2000 et 2014 selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Les acteurs du secteur se sont par ailleurs engagés à diviser par deux en 2050 leurs émissions de gaz à effet de serre par rapport à 2005. Ces derniers sont néanmoins pointés du doigt par les écologistes comme en témoigne le mouvement « Flygskam » ou « la honte de voler » initié par Greta Thunberg. L’utilisation d’hydrogène vert, fabriqué par électrolyse avec de l’électricité renouvelable, a récemment été présentée comme une solution permettant de réduire à néant les émissions de CO2. Selon Valery Miftakhov de l’avionneur ZeroAvia, l’hydrogène présente en effet l’intérêt de ne générer aucune émission de gaz à effet de serre et de présenter une plus grande densité énergétique que les batteries lithium-ion. Fort de ce constat, ZeroAvia entend développer des piles à combustibles fonctionnant à l’hydrogène afin d’alimenter des moteurs électriques permettant à de petits aéronefs de voler sur des distances de moins de 800 kilomètres. À Singapour, la société HES Energy Systems affiche des ambitions encore plus grandes. Son projet Element One prévoit en effet la mise en service d’avions fonctionnant également avec des piles à combustibles, capables de transporter jusqu’à 4 personnes sur une distance allant de 500 à 5 000 kilomètres.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

10 juil. 2020
International

Revue de presse du 10 juil.

A la une : Un consortium international s’entend sur les bonnes pratiques du solaire flottant

03 juil. 2020
International

Revue de presse du 03 juil.

A la une : En Afrique de l’ouest, le Sénégal s’impose comme modèle dans la transition énergétique

26 Juin. 2020
International

Revue de presse du 26 Juin.

A la une : Six puissances industrielles s’affrontent dans la course aux poids lourds électriques

Voir toutes les revues de presse