International

Revue de presse

19 avr. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

19 avr. 2019 les-smartgrids.fr , 10/04/2019

Les smart grids ont le vent en poupe au Canada

Le gouvernement canadien vient de lancer un plan d’investissement colossal, intitulé « Investir dans le Canada », dont l’enveloppe s’élève à 100 milliards de dollars canadiens (soit 67 milliards d’euros) sur douze ans et vise à promouvoir le développement durable. 100 millions de la somme allouée ont vocation à être investis dans les réseaux intelligents d’électricité. Ainsi que le justifie le ministère des Ressources naturelles du Canada : « Les réseaux électriques intelligents contribuent à la sécurité et à la stabilité de la livraison de l’électricité, jettent les bases de nouvelles structures de marché et assurent une meilleure qualité de service aux clients. Ils peuvent aider notablement à réduire les gaz à effet de serre en facilitant l’intégration de sources d’électricité renouvelable et en améliorant l’utilisation et la résilience des actifs électriques ». Parmi les premiers bénéficiaires de ces investissements, on compte la commune de Sault Ste. Marie dans l’Ontario. Cette dernière a été subventionnée à hauteur de 11,8 millions de dollars (7,85 millions d’euros) pour le déploiement d’un réseau électrique intelligent. « Il s’agit d’un projet novateur qui fait de Sault Ste. Marie un modèle à suivre. Nous serons la première ville au pays à déployer un réseau intelligent sur l’ensemble de notre territoire, et je remercie le gouvernement du Canada pour son soutien. Lorsqu’il sera complet, le réseau intelligent rendra nos infrastructures énergétiques plus fiables, réduira les pertes d’énergie et bâtira une économie plus innovatrice pour nos citoyens », se félicite Christian Provenzano, maire de la ville. Il est à noter que le peuple canadien s’était montré particulièrement demandeur d’énergies renouvelables dans le cadre de la consultation « Génération Énergie » qui s’est tenue en 2018.

Production d'énergie

19 avr. 2019 leaders.com.tn , 14/04/2019

Le secteur cimentier tunisien valorise ses rebuts industriels

Le 16 avril 2019, à Tunis, une conférence en présence de M. Slim Feriani, ministre de l’Industrie et des Petites et Moyennes Entreprises, et de M. Mokhtar Hammami, ministre des Affaires Locales et de l’Environnement, devait aboutir à la signature d’une charte pour le développement durable et la responsabilité sociétale du secteur du ciment en Tunisie. Celle-ci répond aux objectifs assignés aux industriels cimentiers tunisiens, à savoir la valorisation des rebuts industriels et organiques sous la forme d’un combustible alternatif. Concrètement, il s’agit de substituer au coke de pétrole, employé jusqu’ici et exclusivement importé, le Solid Recovered Fuel qui consiste en un produit recyclé à partir des déchets. De la sorte, la facture énergétique tunisienne diminuerait, tout comme les émissions carbonées. Pour mener à bien cette mission, les industriels du secteur bénéficient d’un financement du ministère fédéral de l'Environnement, de la Protection de la nature et de la Sécurité allemand, exécuté conjointement avec la GIZ (Coopération Allemande au Développement) et l’Agence Nationale pour la Maîtrise de l'Energie (ANME).

Energies renouvelables

19 avr. 2019 plein-soleil.info , 11/04/2019

Les EnR se développent sur le continent américain

GlobalData, société spécialisée dans les données et l’analyse, a publié récemment un rapport intitulé « Rapport sur la politique d’énergie renouvelable en Amérique du Nord et du Sud 2019 », dans lequel elle souligne les efforts mis en œuvre par les pays américains pour tenir leurs objectifs en matière d’énergies renouvelables. Le rapport indique qu’aux Etats-Unis, un certain nombre d’Etats ambitionnent de parvenir à l’objectif de 100% d’énergie renouvelable (Washington DC en 2032, Hawaï en 2045, le Colorado en 2040, le Connecticut et le Maine en 2050) dans leur mix électrique. Au Chili, l’objectif est d’atteindre les 70% en 2050. Un aspect décisif de ces ambitions réside dans la facturation nette (« net metering ») qui fait tourner le compteur à l’envers quand la production d’énergie est supérieure à la consommation et que les Etats-Unis, le Canada, le Mexique, le Brésil, le Chili et le Pérou ont mis en place. D’autre part, bon nombre de pays d’Amérique ont instauré un système de vente aux enchères : les Etats-Unis, le Mexique, le Brésil, l’Argentine, le Canada, la Colombie, le Chili et le Pérou. Piyali Das, analyste en énergie chez GlobalData conclut : « Face à la sécurité énergétique et aux préoccupations environnementales croissantes, la plupart des pays américains devraient renforcer leurs mécanismes d’énergies renouvelables, ce qui aidera le secteur des énergies renouvelables des Amériques à maintenir sa croissance dans les années à venir. »

19 avr. 2019 lesnumeriques.com , 14/04/2019

Apple vise une chaîne logistique « 100% verte »

Apple vient d’annoncer que « 44 de ses fournisseurs se sont engagés à entièrement alimenter leur chaîne logistique aux énergies propres ». L’an dernier à la même époque, la firme affirmait que l’ensemble de sa consommation d’électricité interne provenait d’énergies renouvelables. En effet, la consommation de ses bureaux, boutiques, data centers, est soit directement couverte par une production renouvelable, soit par le réseau électrique général. L’entreprise injectant alors dans le réseau une quantité équivalente d’énergie renouvelable. La fabrication étant responsable de 74% de l’empreinte carbone du groupe, l’ambition d’Apple est dorénavant de mettre en place une chaîne logistique 100% verte. En janvier 2019, cette dernière était déjà alimentée à 66% par les énergies renouvelables. Foxconn, Pegatron (assembleurs), TSMC (fabricant de processeurs) et 41 autres sous-traitants « se sont engagés à entièrement alimenter leur chaîne logistique aux énergies propres », précise par ailleurs Apple dans un communiqué. L’entreprise affirmant avoir, avec l’aide de ses fournisseurs, « contribué à générer assez d’énergie propre pour alimenter l’équivalent d’environ 600 000 foyers américains ». Au total, l’entreprise aurait consacré une enveloppe de 2,5 milliards de dollars à son volet environnemental, « un budget qui dépasse celui de toutes les autres entreprises américaines ». Les ambitions d’Apple en la matière sont même en passe d’être dépassées : alors que la puissance cumulée de ses parcs devait atteindre 4 GW à l’horizon 2020, il semblerait qu’« un gigawatt additionnel » soit atteignable.

19 avr. 2019 enerzine.com , 11/04/2019

Amazon accélère dans le renouvelable

Amazon Web Services (AWS) vient de présenter trois projets de parcs éoliens en Irlande (91,2 MW), en Suède (91 MW) et en Californie (47 MW), pour un total de 229 MW et une production annuelle de 670 000 MWh d’énergie renouvelable. « Chacun de ces projets nous rapproche de notre engagement à long terme qui est d’utiliser 100% d’énergie renouvelable pour alimenter les infrastructures mondiales d’AWS », annonce Peter DeSantis, vice-président des infrastructures mondiales et du support client chez AWS : « ces projets sont bien positionnés pour desservir les centres de données d’AWS en Irlande, en Suède et aux États-Unis. Nous prévoyons davantage de projets en 2019 », ajoute-t-il. En tout, ce sont 53 projets éoliens et solaires qu’Amazon a mis en place partout dans le monde, pour un total de 3 075 636 MWh d’énergie propre par an. Le groupe a également pour projet d’installer des parcs solaires sur les toits de 50 de ses centres de distribution d’ici 2020 et d’arriver à ce que l’ensemble de ses envois soient nets de toute empreinte carbone (projet Shipment Zero). Enfin, ses bureaux de Seattle seront prochainement chauffés à partir d’énergie recyclée.

19 avr. 2019 connaissancedesenergies.org , 12/04/2019

Le Chili tourne la page du charbon avant la COP25

Alors que doit se tenir en décembre à Santiago la 25e conférence de l’Organisation des Nations-Unies sur les changements climatiques, le président du Chili, Sebastian Pinera, a annoncé le 11 avril que « plus aucune centrale thermique à charbon » ne serait construite sur le territoire national. L’objectif affiché par le président est que le mix énergétique de son pays soit constitué de 70% d’énergies renouvelables à l’horizon 2030 (contre 40% aujourd’hui) et d’atteindre les 100% de renouvelables en 2040. « Que faisons-nous au Chili ? Nous travaillons avec un sentiment d'urgence et une ambition très grande. D'abord de progresser jusqu'à la décarbonation de notre production énergétique : au Chili, nous n'allons plus construire de centrale thermique à charbon », explique M. Pinera. À l’heure actuelle, 40% de la production électrique chilienne provient de 28 centrales thermiques d’une capacité totale de 5 500MW. La part des investissements consacrés aux énergies renouvelables atteint 93% des sommes investies dans l’énergie. À propos de la COP25 qui réunira 196 états, le président chilien a déclaré : « Ce sera l'occasion pour le pays et pour le monde entier de prendre vraiment conscience que le temps presse et que chaque jour, les objectifs sont plus urgents, qu'ils doivent être plus ambitieux et plus exigeants ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

12 juil. 2019
International

Revue de presse du 12 juil.

A la une : Nouvelle inauguration solaire d'EDF au Mexique

05 juil. 2019
International

Revue de presse du 05 juil.

A la une : EDF Pulse Africa 2019

28 Juin. 2019
International

Revue de presse du 28 Juin.

A la une : Les EnR progressent

Voir toutes les revues de presse