International

Revue de presse

15 jan. 2021

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

15 jan. 2021 lemonde.fr, 05/01/2021

La Chine affiche de nouveaux objectifs climatiques

Lors de la 75ème session annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies (ONU) du 22 septembre 2020, le président chinois Xi Jinping avait indiqué, à la surprise générale, que son pays visait désormais la neutralité carbone à l’horizon 2060 et atteindrait son pic d’émission de CO2 avant 2030. Lors d’un nouveau sommet virtuel de l’ONU sur le climat organisé le 12 décembre 2020, le dirigeant chinois a pris de nouveaux engagements. A l’horizon 2030, l’intensité carbone de la Chine est censée diminuer de « plus de 65% » par rapport à 2005. La part des énergies renouvelables dans sa consommation d’énergie primaire a quant à elle vocation à passer de 15,3% en 2019 à « environ 25% » en 2030. D’ici là, la Chine entend accroître de 6 milliards de mètres cubes le volume de ses stocks forestiers par rapport à 2005. Pour atteindre l’objectif ambitieux qu’elle s’est fixé en matière d’impact carbone, la Chine devra relever des défis de taille, la place du charbon dans son mix énergétique représentant le premier d’entre eux. En effet, malgré une baisse de 10 points depuis 2012, la part du charbon représente toujours 57,7% de la consommation nationale. Selon certains experts, les 8% de croissance économique attendus en 2021 risquent d’entrainer une hausse de la demande en charbon et par conséquent des émissions de C02.

Energies renouvelables

15 jan. 2021 afrik21.africa, 08/01/2021

Sénégal : l’Aser lance un appel d’offres pour 133 mini-grids solaires

L’Agence sénégalaise d’électrification rurale (Aser) a ouvert jusqu’au 19 janvier un appel d’offres portant sur l’électrification de 117 villages grâce à 133 petites centrales solaires photovoltaïques (ou mini-grids solaires). Ce projet est mené par le ministère sénégalais du Pétrole et des Énergies, avec l’aide financière de la Banque islamique de développement (BID) et du Fonds de solidarité islamique pour le développement (ISFD). Afin d’accélérer l’accès à l’électricité de la population sénégalaise, le gouvernement a décidé d’exonérer de TVA tous les équipements destinés à produire de l’électricité grâce aux énergies renouvelables. Dans le domaine du solaire, cette exonération concerne les panneaux photovoltaïques, les batteries solaires, les kits de chauffe-eau solaire, les kits de lampe solaire, les lampadaires solaires et autres. Selon le ministère sénégalais du Pétrole et des Énergies, ces mesures feront baisser de 18 % le coût d’acquisition des équipements de production d’énergies renouvelables. L’action du gouvernement sénégalais s’inscrit dans le cadre d’une stratégie visant l’accès universel à l’électricité dans le pays d’ici à 2025.

15 jan. 2021 afrik21africa, 06/01/2021

La BID et Masen s’associent pour promouvoir les énergies renouvelables

L’Agence marocaine pour l’énergie durable (Masen) et la Banque islamique de développement (BID) ont récemment lancé une initiative pour le développement de projets d’énergies renouvelables stratégiques dans les pays africains membres de la BID. Cette initiative a été annoncée lors d’un événement virtuel par le ministre marocain de l’Énergie, des Mines et de l’Environnement, Aziz Rabbahet, le directeur de la coopération et du développement international de Masen, Ali Zerouali, et le vice-président de la BID, Mansur Muhtar. Les bénéficiaires de cette initiative obtiendront un soutien technique et financier qui favorisera l’émergence de compétences locales. Plusieurs projets ont aussi été présentés lors de l’évènement virtuel, notamment l’installation de centrales solaires d’une capacité cumulée de 30 MWc à Dosso, à Maradi et à Diffa au Niger ainsi qu’un projet de trois centrales solaires avec stockage à Djibouti. Ces projets devraient permettre au continent africain d’améliorer l’accès des populations à l’électricité car, comme l’indique Masen, « l’Afrique a besoin d’accroître l’accessibilité à une électricité durable, de qualité et à moindre coût ».

15 jan. 2021 elwatan.com, 10/01/2021

Energie solaire : création de la plus grande zone de production au Sahel

La Banque africaine de développement (BAD) a annoncé la création d’une zone géante de production d’énergie solaire au Sahel appelée Desert to Power (D2P). La BAD précise que « ce projet fera du Sahel l’une des plus grandes zones de production d’énergie solaire au monde » grâce à une capacité de 10 GW (gigawatts) qui servira à alimenter 250 millions de personnes d’ici à 2025. En plus d’alimenter des foyers en électricité, des mini-réseaux photovoltaïques et des centrales de production d’électricité captive seront développés pour un usage commercial et industriel. La centrale produira de l’électricité en synergie avec des programmes agricoles et hydrauliques. Ce projet couvre 11 pays du Sénégal, à l’ouest, à Djibouti, à l’est, et touche outre les cinq pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad), Djibouti, l’Erythrée, l’Ethiopie, le Nigeria, le Sénégal et le Soudan. Le financement de l’adaptation au changement et à la résilience climatique prend une place prépondérante dans l’action de la BAD : les ressources allouées par la banque, sont en effet passées de 338 millions de dollars en 2016, à 2 milliards de dollars en 2019. La Banque européenne d’investissement (BEI), l’Agence française de développement (AFD), l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena), l’agence américaine Power Africa, la plateforme d’investissement Africa 50, et le Fonds vert pour le climat (GCF) se sont également engagés dans le financement et l’accompagnement de D2P. Ce projet devrait participer au développement économique et social de la région et participer à la réalisation d’au moins quatre des cinq piliers stratégiques High 5 de la BAD : « Eclairer l’Afrique », « Nourrir l’Afrique », « Industrialiser l’Afrique », « Intégrer l’Afrique » et « améliorer la qualité de vie des populations ».

15 jan. 2021 afrik21.africa, 07/01/2021

Energies renouvelables : partenariat entre le Danemark et l’Egypte

L’ambassadeur danois en Egypte, Svend Olling, vient de signer avec Mohamed Shaker, ministre égyptien de l’électricité et des énergies renouvelables un accord de partenariat visant à consolider la coopération entre les deux Etats dans le domaine des énergies renouvelables. Cette initiative s’inscrit dans le cadre d’un accord signé au préalable entre l’Agence de l’énergie du ministère danois du Climat, de l’Énergie et des Services publics, et les ministères égyptiens de la Coopération internationale et de l’Électricité. Engagé dans de multiples projets en Afrique à l’instar du projet éolien d’Assela, qui doit permettre d’injecter 100 MW supplémentaires dans le réseau électrique éthiopien, le Danemark confirme son intérêt pour le développement du secteur des énergies renouvelables sur le continent. Pour l’Egypte, cette coopération avec le Danemark est l’occasion d’attirer des investisseurs capables de financer de grands projets énergétiques tels que le complexe solaire photovoltaïque de Benban dans le gouvernorat d’Assouan, dont la capacité de production doit à terme atteindre 1,65 GWc (Gigawatt-crête). L’entreprise danoise Vestas Vestas Wind Systems A/S a d’ores et déjà reçu de la part des autorités égyptiennes l’autorisation de construire un parc éolien de 250 MW.

Tendances et acteurs

15 jan. 2021 lemondedelenergie.com, 09/01/2021

Véhicules électriques : General Motors dévoile sa stratégie

Vendredi 8 janvier 2021, le constructeur automobile General Motors (GM) a annoncé, dans un communiqué, qu’il adoptait une nouvelle identité graphique afin de mettre en avant son engagement en faveur du développement des véhicules électriques. Selon Deborah Wahl, responsable marketing de GM, « Pour la première fois, nous avons les solutions, la capacité, la technologie et la taille suffisante pour que tout le monde s’installe dans un véhicule électrique ». GM souhaite investir 27 milliards de dollars dans les véhicules électriques et autonomes à l’horizon 2025 afin d’être en mesure de concurrencer des constructeurs tels que Tesla. Le groupe General Motors ambitionne de mettre sur le marché 30 nouveaux modèles de véhicules électriques dans chacune de ses quatre marques d’ici fin 2025.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

19 fév. 2021
International

Revue de presse du 19 fév.

A la une : Chine : très fort essor des ventes de véhicules électriques

12 fév. 2021
International

Revue de presse du 12 fév.

A la une : Côte d'Ivoire : l’AFD et l’UE financent les projets verts des entreprises

05 fév. 2021
International

Revue de presse du 05 fév.

A la une : Togo : construction d’un site de valorisation énergétique des déchets

Voir toutes les revues de presse