International

Revue de presse

14 sep. 2018

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

14 sep. 2018 novethics.fr, 10/09/18

Une commission internationale pour le climat créée en octobre

A l’initiative de Cora van Nieuwenhuizen, ministre des Infrastructures et de la Gestion des eaux des Pays-Bas, une commission internationale pour le climat sera créée en octobre prochain. Œuvrant pour « convaincre les pays du monde entier de prendre des mesures pour s'armer contre les conséquences du changement climatique », cette commission, qui siègera à Rotterdam, aura à sa tête Ban Ki-moon, ancien Secrétaire général des Nations unies, Bill Gates, fondateur de Microsoft engagé pour la cause environnementale, et Kristalina Georgieva, directrice de la Banque mondiale. Un plan d’action visant à protéger les zones vulnérables au changement climatique sera présenté en septembre 2019. La conférence de lancement, qui aura lieu le 16 octobre, permettra de révéler le nom des autres membres.

14 sep. 2018 connaissancedesenergies.org, 11/09/18

La Californie s’engage à fournir 100 % d’électricité propre d’ici 2045

Par la voie de son gouverneur démocrate Jerry Brown, la Californie vient de s’engager dans la lutte contre le changement climatique en fournissant 100 % d’énergie propre à l’horizon 2045. "La Californie, en tant qu'économie des plus prospères, passe à l'attaque sur le changement climatique. J'espère que la France et l'Allemagne relèveront aussi leurs ambitions, car nous devons tous faire davantage", a déclaré ce dernier à l'AFP. Cette action s’oppose directement à la politique du président américain qui avait retiré les Etats-Unis des accords de Paris. "Il y a déjà dix fois plus d'emplois dans ce secteur pour la seule Californie que dans l'exploitation des mines de charbon pour l'ensemble des États-Unis", a ajouté le sénateur Kévin de Leon.

Economies d'énergie et émissions carbone

14 sep. 2018 techniques-ingenieur.fr, 10/09/18

Trop d’éolien et de solaire dans le Sahara serait néfaste

Une étude parue dans la Science permet de mesurer l’incidence négative de la multiplication du solaire et de l’éolien dans le Sahara. Dans cette modélisation, 20 % de la surface totale du désert serait ainsi recouverte de centrales solaires et éoliennes assurant respectivement 96,4 % (79 TW) et 3,6 % (3 TW) de la production électrique, soit un total annuel de 718 000 TWh. Ce chiffre, qui représente 4 fois la production mondiale d’électricité de 2017, doit permettre de mesurer une potentielle croissance de cette même consommation assurée par des énergies renouvelables. Rappelons qu’entre 2000 et 2017 seulement, cette consommation a cru de 40 %. Les résultats de l’étude sont sans appel : un tel projet augmenterait non seulement de 2 à 5°c la température de la partie nord du désert africain, du bassin amazonien et de la région du Kerala en Inde, mais aurait aussi une incidence sur le cycle de l’eau, réduisant les précipitations sur une partie de la péninsule saoudienne (Oman), de l'Ethiopie, de l'Iran, de la Russie, de l'Himalaya et du Brésil, mais augmentant celles sur la partie sahélienne du Sahara. Cela s’explique par l’obscuration de l’albédo par les centrales solaires, renforçant l’absorption de la lumière et non son réfléchissement, et le ralentissement de la vitesse des vents par les fermes éoliennes. Alors que les émissions de CO2 en 2017 ont progressé de 2 %, et que les investissements dans les énergies fossiles sont repartis à la hausse, le désert africain pourrait ainsi être victime d’un double réchauffement climatique, à la fois global compris entre 3 et 4°c, et local entre 2 et 5°c. Est-il dès lors viable d’augmenter de 9°c la température du Sahara, avec des conséquences sur la biodiversité humaine, végétale et animale, pour accroître la part des énergies renouvelables ? La question est posée et cette étude interroge ainsi plus largement sur la réponse apportée au réchauffement climatique par de tels projets, notre modèle de croissance et de développement.

Production d'énergie

14 sep. 2018 lesechos.fr, 04/09/18

Ferme solaire flottante développée en Corée du Sud

La Corée du Sud va construire la plus grande ferme solaire du monde sur un lac artificiel proche de la ville d’Ansan au sud de la capitale à l’horizon 2020. Cette installation pourra fournir 102,5 mégawatts d’électricité par an et alimenter environ 35 000 foyers. Ce lac abrite également la plus puissante centrale marémotrice du monde depuis 2016 et ayant une puissance de 254 mégawatts. Pékin souhaite dorénavant construire une ferme solaire encore plus importante d’une puissance de plus de 150 mégawatts.

Tendances et acteurs

14 sep. 2018 Bulletin de l’Industrie Pétrolière, 07/09/18

Le marché des VE continue à croître

Selon l’agence Bloomberg New Energy Finance (BNEF), la vente des véhicules électriques dans le monde a atteint la barre des 4 millions en juin 2018, dont plus de 3,5 millions de véhicules électriques et environ 421 000 bus électriques. La Chine a joué un rôle majeur en produisant 37 % des véhicules et presque 99 % des bus commercialisés. Le marché attend l’arrivée de plusieurs nouveaux modèles de VE avant la fin de l’année, comme la Tesla T3. L’agence estime que le marché atteindra la barre des 5 millions de VE commercialisés dès mars 2019, une importante progression des ventes liée aux quotas de production de véhicules propres imposé par le gouvernement chinois. 42 % des ventes futures se réaliseront en Chine, l’Europe et l’Amérique du Nord contribueront respectivement à hauteur de 26 % et 25 %.

14 sep. 2018 Enerpresse, 11/09/18

Augmentation de 57 % de la consommation électrique mondiale d’ici 2050

Selon une étude publiée par Bloomberg New Energy Finance (BNEF), la demande mondiale d’électricité va augmenter de 57 % à l’horizon 2050, portée principalement par la l’augmentation de la consommation de l’Inde et de la Chine portant la consommation à 38 700 TWh contre 25 000 TWh actuellement. Contrairement aux pays asiatiques et africains en plein développement, les pays occidentaux vont connaître un tassement de la consommation énergétique grâce à une efficacité énergétique accrue et un recul des industries à forte consommation d’énergie. Cette étude nous apprend également que 50 % de l’électricité mondiale proviendra des énergies propres.

14 sep. 2018 lefigaro.fr, 05/09/18

276 MW d’éolien supplémentaire pour EDF au Brésil

Mercredi 5 septembre, EDF Energies nouvelles, filiale d’EDF, a remporté deux appels d’offres organisés fin août par le régulateur brésilien de l'énergie. Ceux-ci portent sur l’extension respective de 147 MW et 129 MW de deux parcs éoliens situés dans l’Etat de Bahia, au Nord-Est du Brésil. Devant entrer en fonction à l’horizon 2024, ces projets permettent à EDF d’avoir près de 1 000 MW de projet solaire ou éolien en construction ou en exploitation dans le pays. Lors de cette même enchère, Voltalia, autre producteur français bien implanté au Brésil, a fait savoir qu’il avait remporté un projet de 60,5 MW.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

02 aoû. 2019
International

Revue de presse du 02 aoû.

A la une : Etats-Unis : résultats encourageants pour la production d’électricité renouvelable

26 juil. 2019
International

Revue de presse du 26 juil.

A la une : Arabie Saoudite : accord sur le financement du projet éolien Dumat Al Jandal

19 juil. 2019
International

Revue de presse du 19 juil.

A la une : Huit grands fonds privés veulent « verdir » leurs investissements

Voir toutes les revues de presse