International

Revue de presse

11 déc. 2020

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

11 déc. 2020 lemondedelenergie.com, 03/12/2020

Progrès en efficacité énergétique : faible progression en 2020

Début décembre 2020, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié un rapport dans lequel elle indique que les progrès en matière d’efficacité d’énergétique devraient, cette année, atteindre leur plus bas niveau depuis dix ans. L’indicateur d’intensité énergétique qui permet de mesurer l’efficacité énergétique d’un pays en rapportant sa consommation d’énergie à son produit intérieur brut, devrait enregistrer une faible progression de 1%. Ces résultats décevants sont dus à la pandémie de la Covid-19 qui a entraîné un ralentissement de la construction de bâtiments plus économes en énergie, et des achats de voitures à faibles émissions. L’AIE estime que les investissements mondiaux dans l’efficacité énergétique devraient baisser de 9% en 2020. Selon l’Agence internationale de l’énergie, il est nécessaire de prendre des mesures « urgentes » pour combattre le réchauffement climatique, et ce en complément des plans de relance déjà adoptés. L’AIE regrette que ces plans, pour la plupart focalisés sur le secteur du bâtiment et le soutien aux véhicules électriques, ne s’intéressent pas au développement des équipements électriques de nouvelle génération et à l’efficacité des véhicules thermiques. Enfin, le rapport note de fortes disparités régionales en matière d’efficacité énergétique car 86% des mesures de soutien public ont été mises en place en Europe.

Energies renouvelables

11 déc. 2020 novethic.fr, 01/12/2020

Les énergies renouvelables devraient produire plus d’électricité que le charbon dès 2025

Selon l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), la crise sanitaire n’a pas freiné la forte croissance des énergies renouvelables en 2020, notamment grâce aux aides publiques. Si la tendance se confirme, le solaire, l’éolien et l’hydraulique devraient représenter la première source d’électricité devant le charbon avant 2025. L’année 2020 a vu l’installation de 200 GW de nouvelles capacités issues des énergies renouvelables, soit 90% du total des nouvelles installations. Les Etats-Unis et la Chine ont été les principaux acteurs de cette croissance, grâce à de nombreuses aides publiques. Fatih Birol, directeur exécutif de l'AIE, estime qu’« en 2025, les renouvelables devraient devenir la principale source de production électrique dans le monde, mettant un terme à cinq décennies de course en tête pour le charbon ». Un tiers de la demande en électricité sera assurée par les énergies renouvelables. En continuant sur cette lancée, le solaire et l’éolien devrait dépasser le gaz dès 2023. L’AIE estime qu’une forte croissance des énergies renouvelables devrait être observée en 2021, notamment en Inde et dans l’Union européenne. L’Agence s’inquiète de la fin des mesures de soutien sur certains marchés clés comme la Chine.

Tendances et acteurs

11 déc. 2020 afrik21.africa, 04/12/2020

Nigeria : Empower finance un système solaire pour la ferme Premium Poultry

La société d’investissement norvégienne Empower New Energy a travaillé avec le fournisseur d’énergie renouvelable Rensource Energy pour installer un système solaire photovoltaïque d’une capacité de 700 KWC dans la ferme de volailles Premium Poultry à Abuja au Nigeria. Grâce à la plus puissante installation photovoltaïque industrielle du pays, cette ferme, l’une des plus grosses du Nigeria avec une production de 600 000 œufs par jour, fera un pas décisif vers l’autonomie énergétique. Le projet entraînera la création de 40 emplois. « Ce projet nous permet également de bénéficier des coûts énergétiques nettement plus bas offerts par la technologie solaire photovoltaïque et nous sommes ravis de devenir le plus grand élevage de volailles à énergie solaire du pays », a déclaré Alhaji Mahey Rasheed, le président de Premium Poultry. Au cours des 25 ans durant lesquels Poultry Premium s’est engagé à acheter l’électricité produite par la centrale, le rejet de 25 000 tonnes de CO2 devrait être évité grâce à une production annuelle de 1 GWH.

11 déc. 2020 afrik21.africa, 01/12/2020

Ouganda : GIZ et PSFU soutiennent les producteurs d’énergie verte face à la Covid-19

La Deutsche Gesellschaft für Internationale Zusammenarbeit (GIZ) et la Private Sector Foundation Uganda (PSFU), ont rassemblé 900 000 euros auprès de cinq pays européens à travers le programme Energizing Development (EnDev). Les fonds serviront à améliorer la résistance face à la Covid-19 des entreprises travaillant dans l’énergie solaire et les fours de cuisson en Ouganda. La Covid-19 a fortement impacté l’économie du pays, notamment le secteur des énergies propres. Le programme EnDev vise à soutenir cette industrie avec l’apport de 900 000 euros obtenus auprès des Pays-Bas, de l’Allemagne, de la Norvège, du Royaume-Uni et de la Suisse. Les entreprises devront investir cet argent dans la formation et les infrastructures en vue d’améliorer leur résilience. « Un certain nombre d’entreprises spécialisées dans l’énergie solaire et la biomasse avaient arrêté leur production et suspendu leurs services après-vente, ce qui a un impact important sur le secteur et la qualité des produits », a déclaré Simon Kalanzi, commissaire par intérim du ministère ougandais de l’Énergie en chargé de l’Efficacité énergétique et des Économies d’énergie. Le secteur des énergies propres est primordial en Ouganda où la moitié de la population n’a pas accès à l’électricité et où 80% des ruraux dépendent de la biomasse. Les entreprises enregistrées depuis au moins un an et ayant prouvé leur capacité à distribuer et fabriquer des produits solaires pourront obtenir une somme comprise entre 14 800 euros et près de 98 500 euros auprès du guichet de secours Covid-19 de la PSFU.

Techniques et innovations

11 déc. 2020 rtflash.fr, 01/12/2020

Le Japon mise sur l’ammoniac pour sa transition énergétique

Le consortium industriel japonais Green Ammonia Consortium (GAC) va importer de l’ammoniac pour générer de l’énergie. Ce gaz composé d’hydrogène et d’azote présente des avantages environnementaux et économiques. L’ammoniac n’émet pas de CO2 lorsqu’il est exploité en tant que combustible, il se transporte facilement pour un coût moins onéreux que l’hydrogène puisqu’il se maintient à l’état liquide à une température de -33°C environ (253°C pour l’hydrogène liquide). L’ammoniac peut ainsi être transformé en hydrogène ou alimenter des centrales électriques thermiques et il est produit et exporté en grande quantité dans le monde. Pour Shigeru Muraki, le vice-président du GAC, l’ammoniac est « l’option la moins chère et la plus viable » pour le Japon qui importe actuellement près de 90% de ses ressources énergétiques. Le consortium envisage dans un premier temps d’utiliser l’ammoniac pour coalimenter les centrales à charbon, avant d’étendre son usage aux centrales à gaz à partir de 2030. D’après Shigeru Muraki, l’ammoniac devrait couvrir 1,5% des besoins en électricité du Japon en 2030 et 10% en 2040. Cependant, l’utilisation de ce gaz n’est pas dénuée de contraintes et requiert des adaptations qui prendront du temps. Ainsi, le pays devra développer de nouvelles centrales à gaz afin de contrôler les rejets polluants d’oxydes d’azote. Les fabricants de gaz devront développer des systèmes de captage, de stockage et de valorisation du carbone et tenir compte des émissions de CO2 générées par la production d’ammoniac. Fin septembre 2020, le Japon a annoncé la réception d’un premier chargement de 40 tonnes d’ammoniac afin de mener des expérimentations.

11 déc. 2020 Moteurnature.com, 03/12/2020

Essence synthétique Porsche et Siemens lancent leur projet au Chili

Au Chili, Porsche et Siemens ont lancé le projet Haru Oni visant à produire de l’essence synthétique. Dans le cadre de ce projet, des éoliennes couplées à des électrolyseurs permettront de produire de l’hydrogène. Ce dispositif sera couplé à un système de captation du CO2 dans l’air, le mélange de l’hydrogène et du carbone permettant de produire du méthanol. Présentant l’avantage d’être stable, facile à stocker et à transporter, ce composé organique liquide pourra être transformé en essence grâce à une technologie brevetée par Exxon-Mobil. Siemens et Porsche se sont fixés des objectifs ambitieux, espérant produire 130 000 litres de carburant d’ici 2022, puis 55 millions de litres en 2024 et 550 millions de litres en 2026.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

22 jan. 2021
International

Revue de presse du 22 jan.

A la une : Etats-Unis : croissance de l’électricité renouvelable

15 jan. 2021
International

Revue de presse du 15 jan.

A la une : Energie solaire : création de la plus grande zone de production au Sahel

08 jan. 2021
International

Revue de presse du 08 jan.

A la une : Abu Dhabi : construction de la centrale solaire la plus puissante au monde

Voir toutes les revues de presse