International

Revue de presse

10 juil. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

10 juil. 2020 connaissancedesenergies.org, 30/06/2020

Le coronavirus menace la sécurité énergétique africaine

Dans un rapport publié le 29 juin 2020, l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE) expose les difficultés auxquelles le continent africain se trouve confronté du fait de la pandémie de Covid-19. « Les progrès dans l'accès à l'énergie, particulièrement dans l'accès à l'électricité, ont ralenti considérablement après le Covid. C'est en particulier le cas pour le développement des solutions hors réseau qui sont proches de l'arrêt, ce qui est très inquiétant parce que c'était le moteur de l'accès à l'électricité en Afrique », a expliqué le directeur de l’AIE, Fatih Birol, à l’occasion d’une table ronde réunissant à distance de nombreux ministres du continent. Une deuxième menace qui pèse sur les États africains est liée à la chute drastique des investissements énergétiques dans un contexte de marchés pétroliers et gaziers en berne. « Cela a créé des défis économiques énormes pour de nombreux pays africains dont les économies reposent substantiellement sur les revenus du pétrole et du gaz », a commenté Fatih Birol. Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et des énergies du Sénégal, a concédé : « les défis sont énormes aussi bien dans le domaine de l'électricité que dans celui des hydrocarbures ».

10 juil. 2020 connaissancedesenergies.org, 03/07/2020

Le Japon souhaite réduire sa dépendance énergétique au charbon

Le 3 juillet 2020, le ministre japonais de l'Économie, du Commerce et de l'Industrie, Hiroshi Kajiyama, a annoncé avoir sollicité ses services afin qu’ils lui fournissent des propositions pour « arrêter les centrales à charbon inefficaces et faire des énergies renouvelables une source d'électricité majeure ». Si le ministre se refuse pour l’heure à présenter des objectifs chiffrés, ce sont une centaine des 114 centrales à charbon construites avant le mitan des années quatre-vingt-dix qui devraient être fermées à l’horizon 2030. Le Japon compte aujourd’hui 140 centrales à charbon en activité, qui fournissent un tiers du mix énergétique national, derrière le gaz naturel (38%), mais devant les énergies renouvelables (17%) et le nucléaire (9%). Régulièrement brocardé pour son manque d’investissement dans la réduction des émissions de CO2, le Japon s’est engagé à durcir ses conditions de financement de centrales à charbon en Asie du Sud-Est. Le pays affiche par ailleurs depuis 2015 l’objectif de parvenir à 22-24% d’énergies renouvelables en 2030.

Economies d'énergie et émissions carbone

10 juil. 2020 motorsactu.com, 04/07/2020

Ford affiche un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050

À l’occasion de la parution de son 21e rapport annuel sur le développement durable, le constructeur automobile Ford Motor Company affiche son ambition de parvenir à la neutralité de ses émissions carbonées en 2050. Ford est pour l’heure l’unique constructeur automobile américain à s’être engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre conformément à l’Accord de Paris sur le climat. Il collabore par ailleurs avec l’État de Californie pour le renforcement des normes encadrant les émissions de CO2 des véhicules. Dans son rapport, Ford annonce vouloir alimenter intégralement ses usines avec des énergies renouvelables avant 2035. Le constructeur indique également vouloir investir plus de 11,5 milliards de dollars dans les véhicules électriques d’ici 2022. Ce qui devrait lui permettre de proposer des versions électriques de chacun de ses 18 modèles commercialisés en Europe.

Energies renouvelables

10 juil. 2020 actu-environnement.com, 29/06/2020

Un consortium international s’entend sur les bonnes pratiques du solaire flottant

Un consortium sur le photovoltaïque flottant réunissant la plupart des acteurs principaux de cette industrie a été créé par le cabinet norvégien DNV GL au début du mois de juin. Le but de ce consortium est d’établir d’ici 2021 un ensemble de recommandations pour les projets solaires flottants. En effet, cette filière n’est pas encore arrivée à maturité et les investisseurs, assureurs, et régulateurs ont besoin d’être rassurés. Le consortium s’intéresse également à l’impact environnemental de telles installations. Nicolas Dalisson, chef de projet à la direction Nouvelles énergies de la CNR (Compagnie Nationale du Rhône) explique que « l'objectif du consortium est de définir un cahier des bonnes pratiques en rassemblant les retours d'expériences sur les flotteurs, les ancrages, les adaptations électriques… », rappelant que « les projets solaires sont implantés sur des surfaces d'eau conséquentes, avec la présence d'un certain nombre d'espèces qui les utilisent pour s'abreuver, se nourrir, l'hivernage… ». A l’heure actuelle, 3 GW de solaire flottant sont installés dans le monde, le potentiel des gisements sur les eaux intérieures artificielles étant quant à lui estimé à 4TW environ. En France, la CNR a réalisé un projet pilote sur le lac d’irrigation de la Madone à Mornant et entend désormais développer des projets industriels.

10 juil. 2020 connaissancedesenergies.org, 02/07/2020

Énergies vertes : l’AIE enjoint les États à maintenir leurs budgets de recherche

« En l'absence d'innovations bien plus rapides en faveur de l'énergie propre, il sera quasiment impossible d'atteindre les objectifs de zéro émission nette en 2050 ». Tels sont les propos tenus par le directeur exécutif de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), Fatih Birol, à l’occasion de la présentation du rapport Clean Energy Innovation, le 2 juillet 2020. Dans sa publication, l’AIE appelle à une accélération du déploiement ainsi qu’à une baisse des prix de technologies existantes telles que l’éolien en mer, la capture et la séquestration du carbone ou encore les véhicules électriques. L’agence estime que les trois quarts des réductions d’émissions carbonées ont vocation à provenir de technologies qui ne sont pas encore matures. D’où la nécessité impérieuse de maintenir les efforts budgétaires de recherche et de développement, tant au niveau des entreprises que des États. À l’heure où la pandémie de Covid-19 engendre une violente crise économique, « ce n'est pas le moment de fragiliser le soutien pour ce travail essentiel. C'est le moment de le renforcer », analyse Fatih Birol.

Tendances et acteurs

10 juil. 2020 connaissancedesenergies.org, 03/07/2020

Daimler conclut un accord stratégique avec le fabricant de cellules chinois Farasis

Le groupe automobile allemand Daimler a annoncé le 3 juillet 2020 avoir noué un partenariat stratégique avec le fabricant chinois de cellules de batteries Farasis. Cette collaboration permettra à l’enseigne de véhicules de luxe Mercedes-Benz de « renforcer sa relation commerciale existante » avec le fournisseur chinois. Alors que Daimler avait déjà signé en 2019 avec Farasis un accord de fourniture de cellules électriques fonctionnant grâce aux énergies vertes, la firme de Stuttgart entend profiter de l’introduction en bourse de Farasis pour réaliser « une prise de participation d'environ 3% ». Farasis deviendra alors la « pierre angulaire » du système de fourniture de cellules de batteries du groupe allemand, ainsi que l’annonce Daimler dans un communiqué. Il est à noter que Farasis, qui n’était jusqu’alors implanté qu’en Chine, s’apprête à construire en Allemagne une usine à Bitterfeld-Wolfen, en Saxe-Anhalt, et qu’un autre projet d’usine sur le sol américain est à l’étude.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

31 juil. 2020
International

Revue de presse du 31 juil.

A la une : USA : 15 Etats veulent électrifier l’ensemble de leur flotte de transport routier d’ici 2050

24 juil. 2020
International

Revue de presse du 24 juil.

A la une : Douze entreprises pétrolières et gazières s’engagent à réduire leur intensité carbone

17 juil. 2020
International

Revue de presse du 17 juil.

A la une : La pile à hydrogène constitue un atout pour la transition énergétique

Voir toutes les revues de presse