International

Revue de presse

09 avr. 2021

Partager :

Tendances et acteurs

09 avr. 2021 Lemondedelenergie.com, 30/03/2021

Xiaomi, futur constructeur de voitures électriques intelligentes

Lors d’une présentation, le géant chinois Xiaomi, spécialisé dans l’électronique et la fabrication de smartphones, a annoncé son intention d’investir 10 milliards de dollars sur une période de 10 ans afin de produire, à terme, des véhicules électriques intelligents. La firme a déclaré vouloir créer, une filiale dédiée à la production de véhicules électriques qui sera directement dirigée par le PDG de Xiaomi, Lei Jun. Cette annonce intervient alors que la Chine est devenue le pays en pointe dans le domaine des véhicules à énergie propre, grâce à une politique incitative des autorités. Les entreprises chinoises du secteur connaissent un regain d’intérêt de la part des investisseurs ces dernières années, comme en témoigne l’entrée en bourse de grands groupes tels que XPeng et Li Auto. En janvier 2021, Baidu le « Google chinois » a annoncé vouloir se lancer dans la production de véhicules électriques sur le territoire chinois, en coopération avec Geely, maison-mère de Volvo.

09 avr. 2021 Lenergeek.com, 31/03/2021

Green New Deal : les tendances de l’énergie solaire

L’année 2021 devrait être l’année du Green New Deal, selon les experts. Ces derniers prévoient un essor des énergies renouvelables, tout particulièrement de la technologie solaire qui offre une grande diversité d’applications. Fenêtres ou encore tuiles solaires, le secteur du bâtiment voit arriver de nombreuses innovations permettant de produire de l’énergie chez soi à un coût inférieur à celui d’une installation solaire classique. Le problème soulevé par le coût des installations solaires a favorisé l’émergence de nouvelles manières de produire l’électricité photovoltaïque. Aux États-Unis, des réseaux de production d’énergie solaire partagée ont ainsi vu le jour. Cartographiant le potentiel solaire d’un territoire, le cadastre solaire compte parmi les initiatives susceptibles d’inciter les particuliers à se tourner vers le photovoltaïque. La métropole Perpignan Méditerranée a mis en ligne un outil en 2020, accessible aussi bien aux professionnels qu’aux particuliers. Pour Marc Médina, vice-président délégué au développement durable de la métropole, « l’objectif est d’inciter la population à passer le cap du photovoltaïque ».

Energies renouvelables

09 avr. 2021 lemondedelenergie.com, 30/03/2021

Les Etats-Unis accélèrent le développement de l’éolien offshore

Le gouvernement américain a annoncé s’être donné pour objectif d’atteindre d’ici 2030 une production de 30 GW d’électricité à partir d’éoliennes offshore, ce qui permettrait d’alimenter en énergie plus de 10 millions de foyers. Les émissions de 78 millions de tonnes de CO2 pourraient ainsi être évitées. Pour y parvenir, l’Etat fédéral va investir plus de 12 milliards de dollars par an sur les côtes atlantiques et pacifiques, créant des dizaines de milliers d’emplois. Une zone de développement de l’éolien en mer va voir le jour au large des côtes des Etats de New York et du New Jersey. L’administration Biden prévoit également d’investir 230 millions de dollars dans la modernisation des ports et de soutenir les entreprises du secteur en leur accordant 3 milliards de dollars de prêts. De son côté, l’Agence atmosphérique et océanique américaine (NOAA) consacrera un million de dollars à différentes recherches sur la cohabitation entre éoliennes en mer et communautés côtières. Elle a prévu de partager des informations avec la société Ørsted Wind Power North America, pour « combler certaines lacunes dans la cartographie et l’observation des océans ». Ces annonces sont intervenues deux jours avant la présentation par le président Biden d’un plan pour les infrastructures qui pourrait se chiffrer à 3 000 milliards de dollars.

Réglementations et politique de l'énergie

09 avr. 2021 connaissancedesenergies.org, 31/03/2021

Le monde de l’énergie réuni face à l’urgence climatique

Les hauts responsables mondiaux de l’énergie se sont réunis le 31 mars 2021 afin de s’entendre sur une ligne de conduite commune à adopter face à l’urgence climatique. « Nous ne pouvons simplement pas nous permettre une autre décennie de délibérations » a alerté Alok Sharma, président de la COP26, qui se tiendra à Glasgow en novembre 2021. Fatih Birol, directeur de l’Agence Internationale de l’Énergie (AIE), craint pour sa part un « très fort rebond » des émissions de gaz à effet de serre, dû à la relance de l’économie internationale. Les principaux pays émetteurs partagent cette crainte. Dans ce contexte, John Kerry, envoyé spécial du président des États-Unis pour le Climat, a annoncé que de nouveaux engagements climatiques américains seraient annoncés au cours du mois d’avril. A l’occasion de cette rencontre, plusieurs priorités sont retenues : réduire le recours au charbon, source d’énergie la plus polluante très utilisée en Asie ; privilégier les voitures zéro émission ; adopter des mesures de relance vertes. Plusieurs dizaines d’États représentant 70% des émissions mondiales se sont par ailleurs engagés à atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, un objectif que la Chine s’est fixée pour 2060. L’AIE doit publier mi-mai une feuille de route mondiale devant permettre d’atteindre la neutralité carbone à l’horizon 2050.

09 avr. 2021 afrik21.africa, 01/04/2021

Zimbabwe : les producteurs d’énergie solaire exonérés d’impôts pendant 5 ans

Afin de les inciter à placer leur argent dans l’énergie solaire, le gouvernement zimbabwéen étudie la possibilité d’exonérer d’impôts les investisseurs sur une période de 5 ans. Cette mesure viendrait s’ajouter à l’exonération des droits à l’importation mise en place par le Zimbabwe pour les équipements de production d’énergie solaire. « Quel que soit ce qu’ils vont produire pendant ces cinq années, ils ne seront pas obligés de payer des impôts au gouvernement. Ceci est fait pour motiver ceux qui veulent investir dans la production d’énergie solaire afin que les réseaux solaires puissent être reliés au réseau national », indique le ministre zimbabwéen de l’Énergie, Zhemu Soda. Ces nouvelles mesures d’incitation devraient bénéficier aux fournisseurs de systèmes solaires hors réseau. Les solutions décentralisées permettent d’accélérer le processus d’électrification du Zimbabwe, pays souffrant d’infrastructures de production et de transport de l’électricité vétustes. Les solutions off-grids apparaissent comme un moyen relativement peu onéreux pour améliorer l’électrification du Zimbabwe, notamment de ses zones rurales. L’Agence d’électrification rurale (REA) a déjà installé 372 mini-réseaux photovoltaïques de 0,9 KWc chacun, pour une puissance totale de 334,5 KWc. D’autres installations ont été commandées ou mises en service par des organisations non gouvernementales (ONG) et des acteurs privés. Ces solutions doivent permettre de répondre à une partie de la demande en électricité du pays, estimée à 2 200 MW. Selon GET.invest, un programme européen de soutien à la production d’électricité décentralisée, le Zimbabwe dispose d’une capacité installée de 1 940 MW, avec une production réelle de 845 MW en 2016.

09 avr. 2021 connaissancedesenergies.org, 30/03/2021

L’OCDE : hausse des subventions aux énergies fossiles, prix carbone trop bas

Alors qu’une course contre le changement climatique est lancée, les subventions aux énergies fossiles étaient reparties à la hausse avant la pandémie dans de nombreux pays riches. Selon un bilan de l'OCDE, les prix du carbone restent « bien inférieurs » au coût réel des émissions de CO2 pour la planète. En effet, dans cinquante pays de l'OCDE, du G20 et du Partenariat oriental de l'UE, le montant du soutien public aux combustibles fossiles a progressé de 5% en 2019, atteignant 178 milliards de dollars. Cette augmentation est en partie due à une hausse de 30% du soutien à la production dans les pays de l'OCDE. Plus inquiétant, cette tendance semble s'être poursuivie en 2020 d’après les données préliminaires collectées. Les énergies fossiles restent encore fortement soutenues par les États alors que les aides au consommateur final ont parallèlement tendance à baisser. Toutefois, lorsque l’on prend en considération 81 pays, les subventions aux énergies fossiles n’ont atteint « que » 468 milliards de dollars, un montant en baisse de 19%. Ce recul n’est pas dû à un surcroît d’efforts de la part des Etats mais à la réduction des subventions à la pompe entraînée par la baisse des cours du pétrole. Dans son bilan, l’OCDE déplore que le prix du carbone ne soit pas suffisamment élevé pour inciter les entreprises et les particuliers à recourir aux énergies renouvelables. Seules 19% des émissions de carbone se sont vues appliquer une tarification égale ou supérieure à 60 euros la tonne, la valeur cible dans le cadre d’un scénario de décarbonation lente d'ici 2060. La Suisse, le Luxembourg et la Norvège sont les pays les plus avancés dans le domaine avec près de 70% des émissions au prix minimal de 60 euros la tonne.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 Mai. 2021
International

Revue de presse du 07 Mai.

A la une : Afrique : 340 millions d’euros de financement pour l’eau et les énergies renouvelables

30 avr. 2021
International

Revue de presse du 30 avr.

A la une : EDF et Uzbekhydroenergo nouvelle alliance dans l’hydroélectricité

23 avr. 2021
International

Revue de presse du 23 avr.

A la une : Facebook fonctionne entièrement aux énergies renouvelables

Voir toutes les revues de presse