International

Revue de presse

08 Mai. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

08 Mai. 2020 lemonde.fr, 29/04/2020

Une relance économique en faveur du climat

Après l’échec de la COP25 de Madrid, les Etats ont enfin réussi à trouver un terrain d’entente dans le domaine de la lutte contre le réchauffement climatique. « Nous devons nous encourager les uns les autres à ne pas réduire la protection du climat pour économiser de l’argent ; il faut au contraire la renforcer », a déclaré la chancelière allemande, Angela Merkel lors de la visioconférence qui a réuni les représentants d’une trentaine de pays les 27 et 28 avril. La chancelière a appelé à « tourner le dos aux énergies fossiles » et à privilégier davantage les énergies renouvelables. Tout comme l’Italie ou la Finlande, la France a demandé à faire du Green Deal d’Ursula von der Leyen le cadre des plans de relance européens. Pékin a pour sa part invité l’ensemble des Etats à « adhérer à une trajectoire de développement verte et bas carbone tout en poursuivant la relance économique ». Antonio Guterres, secrétaire général des Nations Unies, a quant à lui rappelé que 2019 avait été la deuxième année plus chaude de l’histoire : « tout report dans la lutte contre le dérèglement climatique nous coûtera chaque année bien plus en termes de vie et moyens de subsistance perdus, d’entreprises paralysées et d’économies dévastées », a-t-il affirmé. Cette rencontre a également été l’occasion d’appeler les 196 Etats signataires de l’accord de Paris sur le climat à relever leurs objectifs de réduction des gaz à effet de serre. Jusqu’à présent, seulement huit pays ont présenté à l’ONU leurs nouveaux engagements climatiques. 106 pays se sont engagés à présenter des plans climat comprenant des objectifs plus ambitieux avant fin décembre. La Commission européenne a quant à elle promis de relever d’ici la fin de l’année les objectifs climatiques des pays de l’Union et de porter de 40% à 50%, voire 55% par rapport à 1990, la réduction des émissions de CO2 d’ici 2030. La chancelière allemande s’est félicitée de ce nouvel objectif et rappelée que « l’Union européenne est le premier continent à s’engager en faveur de la neutralité carbone à horizon 2050, mais il y a encore un long chemin à parcourir ».

08 Mai. 2020 afrikipresse.fr, 01/05/2020

La Banque Africaine de Développement soutient la stratégie énergétique de la Zambie

Longtemps pénalisée par des délestages électriques intempestifs, la Zambie est aujourd’hui en mesure de prétendre à un excédent énergétique. C’est notamment grâce à la mise en service de la centrale hydroélectrique d’Itezhi-Tezhi, intervenue dans le sud-est zambien en 2016, que le pays est parvenu à sortir de l’ornière où il se trouvait sur le plan énergétique. D’une capacité de 120 mégawatts raccordée à un réseau de 276 kilomètres de long, la centrale a nécessité quelque 375 milliards de dollars d’investissements. Associée à d’autres bailleurs internationaux, la Banque Africaine de Développement (BAE) a financé l’ouvrage à hauteur de 55 millions d’euros. En cela, la BAE a répondu à l’objectif d’ « éclairer et électrifier l’Afrique », qui compte parmi les cinq priorités qu’elle s’est définies. Dès 2018, grâce à l’augmentation de 7,5% de la production électrique nationale permise par la centrale d’Itezhi-Tezhi, la Zambie a pu mettre un terme à ses importations d’électricité. « La production d’énergie du pays s’est améliorée et permettra de répondre largement à ses besoins énergétiques », avait commenté fin 2017 Webster Musonda, responsable des transmissions de l’opérateur national Zesco. Alors que de nouveaux barrages hydroélectriques sont en cours de réalisation, auxquels se greffent plusieurs projets photovoltaïques, le pays peut aujourd’hui envisager un excédent énergétique. Celui-ci devrait être largement atteint à la faveur du colossal projet hydroélectrique que la Zambie entend réaliser avec le Zimbabwe limitrophe sur leur frontière commune : pour 3 milliards de dollars, une centrale hydroélectrique d’une puissance de 2 400 MW sur le fleuve Zambèze.

Energies renouvelables

08 Mai. 2020 batiactu.com, 27/04/2020

L’Irena présente les perspectives de son scénario énergétique transformateur pour 2050

L’Agence Internationale sur les Énergies Renouvelables (Irena) vient de publier son rapport traitant des perspectives mondiales de la transition énergétique à l’horizon 2050. Celui-ci élabore un « scénario énergétique transformateur » pour le moins ambitieux en termes de décarbonation massive de l’économie mondiale puisqu’il envisage jusqu’à 70% de réduction des émissions carbonées d’ici à 2050. « Plus de 90% de cette réduction serait obtenue grâce aux énergies renouvelables et aux mesures d'efficacité énergétique », explique l’Irena. Afin de parvenir à « l'objectif climatique mondial ultime » qu’est la neutralité absolue des émissions de CO2, l’agence invite à promouvoir « l'hydrogène et les carburants synthétiques, l'électrification directe, les biocarburants avancés et la gestion du carbone ». Elle encourage également « les modèles commerciaux innovants, les changements structurels et l'adaptation comportementale ». Si les investissements envisagés par l’Irena n’occasionneraient pas moins de 17 500 milliards d’euros de dépenses supplémentaires, ceux-ci devraient engendrer un bénéfice nettement supérieur, que l’agence évalue à 46 000 milliards d’euros en 2050. Avec à la clé un gisement d’emplois que le rapport estime à 42 millions de postes, soit le quadruple d’aujourd’hui. Afin de parvenir aux objectifs du triptyque énergies renouvelables/efficacité énergétique/électrification qui doit conditionner la transition énergétique, l’Irena appelle les États à durcir leurs politiques environnementales et à se coordonner au maximum.

Tendances et acteurs

08 Mai. 2020 phonandroid.com, 28/04/2020

Les ventes européennes de véhicules électriques devancent celles de la Chine

Si la crise du coronavirus a pu engendrer une chute des ventes de voitures atteignant les 93% en France, le marché européen des véhicules électriques s’est plutôt bien porté en comparaison avec la Chine au cours du premier trimestre 2020. C’est du moins ce qui ressort des chiffres présentés par le cabinet d’analystes Strategy. Au cours du premier trimestre, la part des véhicules électriques s’est élevée en Europe à 3,7% des voitures vendues, soit 79 300 unités pour 2,115 millions d’immatriculations. Sur la même période étaient achetées 77 256 voitures électriques sur le marché chinois, soit 2,3% des 3,347 millions de ventes réalisées. Surtout, alors que les ventes de véhicules électriques en Europe ont connu un bond de 120% par rapport au premier trimestre 2019, elles ont enregistré une baisse de 58% en Chine. Il convient néanmoins de nuancer cette tendance en ce sens que la Chine a dû fermer ses usines un bon mois avant l’Europe. À noter également les ventes performantes de véhicules hybrides rechargeables en Europe : 56 000 unités au premier trimestre 2020, soit 149% de plus que l’année précédente.

08 Mai. 2020 connaissancedesenergies.org, 30/04/2020

Coronavirus : l’AIE s’alarme d’un « choc historique pour le monde de l'énergie »

Dans un rapport publié le 30 avril 2020, l’Agence Internationale de l’Énergie évalue à 6% la baisse de la demande en énergie cette année du fait de la pandémie de Covid-19. Si cette situation devrait avoir un impact positif sur le plan des émissions carbonées du secteur de l’énergie en les faisant chuter de près de 8%, leur faisant retrouver leur niveau de 2010, ce sont de colossales pertes pour le secteur qu’envisage l’AIE. « C'est un choc historique pour le monde de l'énergie dans son ensemble. Avec les crises sanitaire et économique sans précédent, la chute de la demande est stupéfiante pour quasiment toutes les sources d'énergie, particulièrement pour le charbon, le pétrole et le gaz », observe le directeur exécutif de l'AIE, Fatih Birol. Ce dernier nuance même l’aspect positif de la baisse des émissions de CO2, avertissant : « si l'on se fie à ce qui s'est passé après la crise financière de 2008, nous devrions assister bientôt à un fort rebond des émissions avec l'amélioration des conditions économiques ». Le rapport de l’AIE invite en conséquence à promouvoir les technologies vertes. « Investir dans ces domaines peut permettre de créer des emplois, de rendre les économies plus compétitives et d'orienter le monde vers un futur plus résilient et plus propre », justifie Fatih Birol.

08 Mai. 2020 lemondeinformatique.fr, 28/04/2020

Datacenters : 52% des données stockées par les entreprises restent inutilisées

En 2018, ce sont quelque 33 zettaoctets (33 000 milliards de To) qui étaient stockés sur les datacenters à travers le monde. Or, une étude récemment publiée par Veritas révèle que plus d’une donnée sur deux conservée par les entreprises resterait inusitée. Pour le cabinet de conseil, ce sont 6,4 millions de tonnes de CO2 qui seront inutilement rejetées dans l’atmosphère cette année, soit l’équivalent des émissions annuelles de 80 pays. En 2025, Veritas évalue à 91 000 milliards de téraoctets le volume de données qui pourraient être supprimées. Ainsi que l’explique Phil Brace, directeur du développement durable et vice-président exécutif de Veritas Technologies : « l’industrie informatique doit prendre les devants, car les volumes de données augmentent chaque année. Nous prévoyons une croissance énorme de la quantité de données avec les dispositifs IoT qui, selon les analystes du secteur, représentera la plus grosse part de ces 175 ZB de données que nous attendons d'ici 2025. Les entreprises doivent comprendre ce type de données, ainsi que les politiques de stockage qui les entourent, afin d'éviter une spirale d'émissions ». Pour lutter contre ce gaspillage, Veritas invite les entreprises à cartographier leurs données afin de mettre en évidence la dark data pour mieux pouvoir la supprimer. Une application rigoureuse de la Réglementation Générale de Protection des Données permettrait également aux entreprises de supprimer des données personnelles stockées illégalement.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

29 Mai. 2020
International

Revue de presse du 29 Mai.

A la une : Zimbabwe : Lancement d’un appel à projet pour la construction d’une centrale solaire

22 Mai. 2020
International

Revue de presse du 22 Mai.

A la une : Production d’hydrogène à base d’eau et d’énergie solaire

15 Mai. 2020
International

Revue de presse du 15 Mai.

A la une : Le gouvernement australien débloque 178 millions d’euros pour soutenir l’hydrogène

Voir toutes les revues de presse