International

Revue de presse

07 déc. 2018

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

07 déc. 2018 lesechos.fr, 03/12/18

Les grandes entreprises adoptent le prix interne du carbone

Suite au rapport alarmant des experts du GIEC, les grandes entreprises prennent d’ores et déjà des initiatives pour réduire leur empreinte carbone. Contribuant déjà à l’achat de quotas d’émission de CO2, les entreprises semblent adhérer plus volontiers à une autre démarche qui consiste à fixer un prix sur leurs propres rejets. Ainsi, « les grands groupes internationaux ont pris la mesure des aléas auxquels le changement climatique expose leurs activités, quel que soit le lieu sur la planète où elles sont exercées ». Selon Sébastien Postic, chef de projet au think tank français I4CE (Institute for Climate Economics), la démarche écologique n’est cependant pas la première motivation. Les banques et compagnies d’assurances cherchent principalement à être couvertes par rapport à leurs clients tandis que les industriels veulent se prémunir du risque réglementaire, notamment « lorsqu’ils sont confrontés à des contextes internationaux hétérogènes et fluctuants ». Ils ajoutent ainsi un prix carbone au prix d’un projet d’investissement.

Production d'énergie

07 déc. 2018 franceculture.fr, 03/12/18

Après 3 années de déclin, la consommation mondiale de charbon a augmenté en 2017

Malgré un recul en Europe et aux Etats-Unis, la consommation de charbon est en hausse dans les pays émergents. L’Asie reste le premier consommateur mondial, plus particulièrement la Chine qui est responsable de la moitié de la consommation mondiale. Si la Chine se tourne néanmoins de plus en plus vers les énergies vertes, « ce n'est pas le cas dans la plupart des pays asiatiques ». L’Amérique du Nord utilise de moins en moins de charbon pour produire de l’électricité se tournant davantage vers les énergies vertes ou le gaz de schiste. En Europe, la Pologne, pays hôte de la COP24, reste un consommateur important de charbon : 80% de son électricité est produite par cette énergie. Néanmoins « le déclin du charbon devrait s'accélérer dans les années à venir puisque les ressources de charbon du pays sont proches de l’épuisement ». L’Allemagne est également pointée du doigt puisqu’elle reste le pays de l’UE qui utilise le plus cette énergie. Selon Olivier Sartor, près de 30 000 personnes dépendent du secteur du charbon et ainsi « la fermeture progressive des centrales à charbon est freinée par des enjeux politiques et sociaux ». En France, bien que la dernière mine à charbon ait disparue en 2004, le charbon continue d’être « importé et exploité dans 4 centrales encore en activité ». Le président Emmanuel Macron a confirmé son souhait de fermer ces usines d’ici à 2022.

Energies renouvelables

07 déc. 2018 lesechos.fr, 03/12/18

Le Kenya développe sa production d’électricité géothermique

Le Kenya mise sur l’électricité géothermique obtenue grâce à la vapeur extraite de la vallée du Rift. Le pays dispose ainsi d’une ressource abondante, exploitée depuis le milieu des années 1980. Ces dernières années, de gros investissements ont permis au Kenya de devenir une référence en matière d’énergies renouvelables. Désormais le pays privilégie la géothermie car selon Cyrus Karingithi, responsable du développement des ressources à KenGen (opérateur public kenyan), le Kenya est « trop dépendant de l'énergie hydraulique et cela pose un vrai problème avec la répétition des sècheresses ». En effet, en 2010, les deux tiers de l’électricité produite provenaient de ses barrages contre moins de 50 % aujourd’hui. Selon les experts, le « corridor géothermique » de la vallée du Rift couvrirait un gisement de 10 GW, soit plus de 4 fois la capacité actuelle de production du pays, et permettrait d’augmenter significativement la couverture du réseau électrique.

07 déc. 2018 la-croix.com, 04/12/18

L’Afrique se tourne de plus en plus vers les énergies renouvelables

Avec près d’un milliard d’habitants, l’Afrique « représente 13 % de la population mondiale mais seulement 4 % de la production énergétique ». Le continent dispose d’un énorme potentiel énergétique renouvelable, encore largement inexploité. Certains pays ont déjà investi largement dans les énergies vertes comme le Maroc (solaire), le Kenya (géothermie) ou l’Éthiopie (énergie hydraulique) mais il reste encore beaucoup de chemin à faire. En effet, l’Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) estime « que la capacité installée de l’Afrique, actuellement de 34 gigawatts (GW), pourrait atteindre les 300 GW en 2030, niveau requis pour un accès universel sur l’ensemble du continent ».

07 déc. 2018 lesechos.fr, 27/11/18

Les pays en voie de développement, chefs de file en matière d’énergie propre

Dans son étude annuelle « Climatescope », Bloomberg New Energy Finance montre qu’en 2017 les pays en voie de développement ont mis en ligne 114 GW de capacité de production d'électricité sans carbone, dont 94 GW d'énergie éolienne et solaire. Dario Traum, le chef du projet « Climatescope » précise que « ces pays sont à la pointe en matière de déploiement, d'investissement, d'innovation politique et de réduction des coûts ». Certaines grandes institutions sont d’ailleurs sensibles à ces démarches d’énergies propres comme la banque asiatique de développement qui ne souhaite plus investir dans des projets incluant « des énergies sales ».

Tendances et acteurs

07 déc. 2018 actu-environnement.com, 29/11/18

Tiru change de nom et devient Dalkia Wastenergy

Tiru devient Dalkia Wastenergy, pour porter l'ambition internationale de Dalkia, filiale du groupe EDF. Dalkia Wastenergy est présente dans quatre pays : en France, en Angleterre, au Canada et en Pologne. Pour Sylvie Jehanno, Présidente Directrice Générale de Dalkia et Présidente de Dalkia Wastenergy. « Ce changement de marque traduit tout l’intérêt de Dalkia Wastenergy dans l’offre de production de chaleur renouvelable du groupe, en France et à l’international, au service d’une dynamique d’économie circulaire ».

07 déc. 2018 capital.fr, 28/11/18

EDF Renouvelables est un acteur majeur au Brésil

EDF Renouvelables a annoncé la signature d'un contrat de vente de long terme de 20 ans avec Braskem, un des leaders mondiaux dans la fabrication de résines thermoplastiques. Le groupe fournira de l'électricité produite par un nouveau projet éolien d’une capacité de 33 MW dont la construction débutera en 2019.

Techniques et innovations

07 déc. 2018 scidev.net, 03/12/18

Côte d’Ivoire : taxis solaires en phase pilote

Des taxis solaires circulent en Côte d'ivoire dans la commune de Jacqueville à une soixantaine de kilomètres d'Abidjan. A l’initiative de Konate Ballah, un opérateur économique local, ces taxis peuvent transporter jusqu’à six personnes, ont une autonomie de 140km et roulent en moyenne à 35km/h. Ils fonctionnent en combinant à la fois les énergies solaires et électriques : cinq blocs de batterie sont rechargés la nuit tandis que les cinq autres stockent l’énergie générée par les panneaux solaires. Si la phase pilote de ce projet est validée, les promoteurs souhaiteraient étendre cette activité dans d’autres villes du pays et développer d’autres types de véhicules (mini-cars, camions). Cependant, Benjamin Boua Kouakou, spécialiste de l’énergie solaire à l’IREN (l’Institut de Recherche en Energies Nouvelles), s’interroge sur la pollution éventuelle de ces batteries et « appelle à approfondir la recherche sur les possibilités de recyclage ou de fabrication de certaines composantes de la batterie avec du matériau biodégradable ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

17 Mai. 2019
International

Revue de presse du 17 Mai.

A la une : Microsoft verdit sa consommation énergétique

10 Mai. 2019
International

Revue de presse du 10 Mai.

A la une : EDF International Networks déploie ses compteurs communicants en Inde

03 Mai. 2019
International

Revue de presse du 03 Mai.

A la une : Le boom énergétique nigérian

Voir toutes les revues de presse