International

Revue de presse

01 fév. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

01 fév. 2019 Bulletin de l’industrie pétrolière, 22/01/2019

La croissance de la consommation énergétique portée par les pays en développement

L’Agence américaine d’information sur l’énergie (EIA) a publié un communiqué le 9 janvier. Elle y explique que le Moyen-Orient, l’Afrique et l’Asie portent quasiment toute la croissance de la consommation en énergie. Celle-ci a augmenté de 20% dans ces trois régions. « En particulier, la consommation d’énergie a augmenté au Moyen-Orient et en Afrique, tirée par la croissance économique, l’accès accru aux marchés de l’énergie et la croissance rapide de la population. La consommation d’énergie en Asie a augmenté même si la consommation d’énergie en Chine a diminué entre 2015 et 2016 ». En Amérique du Nord, elle a augmenté de 1% entre 2010 et 2016, et en Europe, sur la même période, elle a chuté de 4%. Sur le plan des sources d’énergie, les plus répandues restent le pétrole et les autres combustibles liquides comme les biocarburants. « L’utilisation croissante de ces combustibles a été favorisée par l’augmentation des approvisionnements en pétrole de schiste américain et par d’autres sources internationales de combustibles liquides qui ont maintenu les prix relativement compétitifs ». Au Moyen-Orient, presque toute la consommation est issue du pétrole ou du gaz naturel. Cas remarquable, la Chine a beaucoup augmenté sa consommation entre 2000 et 2013, jusqu’à dépasser les Etats-Unis, pour se stabiliser jusqu’en 2016. Pour autant, le pays fait progresser son PIB tout en maintenant une consommation énergétique stable. « En comparaison, le PIB de l’Inde augmente de près de 8% par an et la consommation d’énergie augmente également ».

Tendances et acteurs

01 fév. 2019 euro-energies.com, 23/01/2019

Partenariat africain entre EDF et CONERGIES-GROUP

EDF et CONERGIES-GROUP ont annoncé le 23 janvier la formation d’un partenariat visant à développer et déployer conjointement des solutions d’efficacité énergétique innovantes dans les domaines du froid et du traitement d’air. Il concerne des clients industriels et tertiaires d’Afrique de l’Ouest, et se matérialise par une prise de participation d’EDF dans CONERGIES-GROUP à 49%. EDF succède ainsi à Industriels and Partenaires qui, conformément à son engagement initial, a accompagné la croissance de l’entreprise lors de ses six premières années. CONNERGIES-GROUP est l’un des leaders en services intégrés et efficacité pour l’Afrique de l’Ouest, avec notamment des solutions en génie climatique, réfrigération et énergie solaire. EDF lui apportera son expertise dans les technologies intelligentes de pilotage à distance des consommations en énergie. Elle s’appuiera également sur sa filiale Dalkia Froid Solutions pour la conception, l’installation et la maintenance de solutions de froid sur-mesure. Ainsi CONERGIES-GROUP envisage à terme d’étendre son activité à de nouveaux marchés en Afrique. « Nous sommes fiers de pouvoir nous associer à un groupe de classe mondiale comme EDF pour pouvoir apporter des solutions innovantes, efficaces énergétiquement et répondant aux contraintes et besoins spécifiques des marchés que nous couvrons » a déclaré Mamadou Sanakoua, CEO de CONERGIES-GROUP.

01 fév. 2019 lemondedelenergie.com, 21/01/2019

Google progresse vers la neutralité carbone

Comme certains de ses concurrents, Google s’est fixé l’objectif de s’approvisionner en énergie renouvelable. Après avoir annoncé fin 2016 l’intention d’améliorer son empreinte carbone, le Groupe a identifié des sources d’approvisionnement capables d’assurer ses besoins en énergie dans le respect de l’environnement. Ainsi les locaux et data centers fonctionnent au solaire, à l’éolien ou à l’énergie marémotrice et, Google affirme aujourd’hui couvrir l’intégralité de son alimentation électrique via le renouvelable. Le géant du numérique estime être le premier acheteur mondial d’énergie propre. « Pour chaque kilowattheure que nous avons consommé, nous avons acheté un kilowattheure d’énergie renouvelable d’une ferme solaire ou éolienne » indique Urs Hölzle, vice-président en charge de l’infrastructure technique chez Google. Il s’agit d’un système d’équivalence : la firme réinjecte dans le réseau électrique la quantité d’électricité qu’elle a consommé précédemment. En effet la nature intermittente des énergies solaires et éoliennes ne peut garantir pour l’heure la sécurité d’approvisionnement des équipements. C’est pourquoi Google entreprend de déployer des infrastructures de production à proximité des data centers. Ainsi, l’entreprise a annoncé le 16 janvier qu’elle construisait conjointement deux data centers et deux parcs solaires dans le sud-est des Etats-Unis. Selon ses estimations, 72% de la consommation de ces centres de données seront continuellement assurés par les fermes solaires.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

12 avr. 2019
International

Revue de presse du 12 avr.

A la une : Avec Deep Mind, Google est capable d’anticiper la production d’une éolienne

05 avr. 2019
International

Revue de presse du 05 avr.

A la une : EDF s’installe un peu plus en Chine

29 mar. 2019
International

Revue de presse du 29 mar.

A la une : EDF et ACC partenaires en Chine sur le photovoltaïque en toiture

Voir toutes les revues de presse