France

Revue de presse

31 oct. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

31 oct. 2019 actu-environnement.com, 22/10/2019

L’Assemblée réduit la TICFE sur l’électricité pour les navires à quai

Dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, les députés ont adopté le 16 octobre un amendement prévoyant d’appliquer un taux réduit de TICFE (Taxe intérieure sur la Consommation Finale d’Electricité) aux navires faisant escale dans les ports. « Nombreux sont les navires qui, le temps de l'escale dans un port, continuent de produire de l'électricité à partir du fioul disponible à bord. Cette pratique génère beaucoup de pollution et des nuisances sonores dans l'enceinte et en périphérie du port. Une solution plus écologique consiste à brancher les navires sur des infrastructures d'alimentation électrique installées sur les quais », explique le député Saïd Ahmada, auteur de l’amendement. Cette disposition a vocation à encourager les autorités portuaires et les exploitants des terminaux à s’équiper en bornes d’alimentation électriques. Elle permettra également de faire disparaître les avantages fiscaux dont bénéficient les armateurs utilisant du fioul pour produire de l’électricité (l’exonération du paiement de la TICFE et un taux réduit de Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques). La veille du vote de cet amendement, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, s’était quant à lui dit favorable à la mise en place d’une taxation européenne des moyens de transports les plus polluants : « il est incompréhensible que des objectifs d'émissions carbone aient été fixés pour nos voitures et qu'aucun objectif n'ait été fixé pour les avions ou les bateaux », estime-t-il en effet.

31 oct. 2019 usinenouvelle.com, 22/10/2019

L’Ademe et la BpiFrance lancent un accélérateur dédié à la transition énergétique

Dans le cadre du contrat filière « nouveaux systèmes énergétiques » signé le 31 mai entre le gouvernement et le comité stratégique dédié auquel appartient notamment EDF, l’Ademe et la BpiFrance ont lancé un accélérateur dédié à la transition énergétique dont la première promotion compte 28 entreprises. Le contrat « nouveaux système énergétiques » vise à aider des entreprises jugées stratégiques à exporter et à développer leurs effectifs. Un fonds de 400 millions d’euros abondé par l’Ademe et la BpiFrance doit permettre de mener à bien cette mission. Les deux partenaires financeront 40% du coût d’un accompagnement d’une durée de 24 mois. Ce dernier comprend notamment la réalisation d’un diagnostic 360 degrés, 30 jours de conseils personnalisés, huit séminaires à l’école polytechnique ainsi que des sessions de réseautage. Pour cette première promotion, l’Ademe et BpiFrance ont choisi des entreprises appartenant tant au secteur de l’efficacité énergétique qu’à ceux des smart grids, du stockage et des énergies renouvelables. Les entreprises diffèrent également par leurs profils, de jeunes start-up côtoyant des entreprises de plus de 60 ans d’ancienneté dont le chiffre d’affaires atteint 100 millions d’euros. Une deuxième promotion est d’ores et déjà prévue pour 2020.

Production d'énergie

31 oct. 2019 journaldelenvironnement.net, 21/10/2019

RTE présente son Schéma Décennal de Développement du Réseau

Dans son nouveau SDDR (Schéma Décennal de Développement du Réseau), RTE présente sa vision de l’évolution du réseau électrique français au cours des quinze prochaines années. Selon l’opérateur, la production et la consommation d’électricité devraient respectivement progresser de 16% et 7% sur la période. La puissance du parc éolien terrestre et photovoltaïque devrait quant à elle quintupler tandis que la capacité installée des parcs éoliens offshore devrait atteindre 10 GW en 2035. « Tant que la capacité de production cumulée de l’éolien terrestre et du photovoltaïque demeure inférieure à environ 50 GW (elle s’élevait à 23,6 GW fin 2018), l’infrastructure actuelle semble globalement bien adaptée », estime RTE. Afin de fluidifier les marchés de l’électricité et renforcer la sécurité du réseau, RTE juge toutefois nécessaire de doubler les capacités des interconnexions avec les pays limitrophes ainsi qu’avec l’Irlande. Le SDDR prévoit environ 33 milliards d’euros bruts d’investissements sur la période. 13 milliards seront consacrés à l’adaptation du réseau, 8 milliards au renouvellement à ses parties les plus vétustes, 7 milliards au raccordement des énergies marines, 3 milliards à « l’ossature numérique » et 2 milliards à la réalisation de nouvelles interconnexions. « Aujourd’hui, en rythme tendanciel, RTE engage environ 1,3 milliard d’euros d’investissements chaque année sur les volets décrits par le SDDR ; ce rythme d’investissement devrait augmenter d’environ 600 M€ par an dès les prochaines années », détaille l’opérateur.

Energies renouvelables

31 oct. 2019 lemondedelenergie.com, 21/10/2019

La filière éolienne française continue sa croissance

La puissance cumulée des installations éoliennes en France a atteint 15 309 MW en 2018 grâce à une augmentation de 1 552 MW par rapport à 2017. L’éolien répond désormais à 6% des besoins en électricité locale des Français, grâce à 7 950 éoliennes réparties dans 1 380 parcs. L’objectif de 15 000 MW qui avait été fixé par la précédente PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie) a donc été atteint. Le nouvel objectif se chiffre désormais à 34 GW d’ici 2028, ce qui implique une croissance moyenne plus soutenue de 2 GW par an. 77% des français se déclarent favorables à l’énergie éolienne. De plus, l’éolien est le premier employeur parmi les énergies renouvelables avec 18 200 personnes y travaillant avec des estimations de 40 000 nouveaux emplois d’ici 2030. Ce secteur offre aussi une source de revenus fiscaux primordiale pour les collectivités locales puisqu’un parc éolien génère en moyenne 1 million d’euros de retombées fiscales pour une collectivité. Cependant, le bât blesse dans le domaine de l’éolien offshore où la France accumule un certain retard face à l’Allemagne et le Royaume-Uni malgré un potentiel considérable. Le gouvernement et le parlement auraient pris ce problème au sérieux et prévu des plans pour une croissance moyenne de l’offshore de 1 GW par an d’ici 2024.

31 oct. 2019 lesechos.fr, 23/10/2019

Les régions face à trois défis de la transition énergétique

Les régions se sont saisies de trois principaux défis de la transition énergétique que sont la rénovation thermique, la recharge d’énergie et la valorisation de la biomasse. Dans la ville de Longeau, située dans la Somme, des maisons datant des années 60 ont été rénovées afin de produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment, bénéficiant pour cela d’un cofinancement de l’Europe. Dans les régions parisiennes et bordelaises, des bornes de recharge pour vélos électriques capables de transférer l’énergie entre les véhicules ont été installées. Enfin, à Vitry-le-François, dans la Marne, la start-up Haffner Energy a bénéficié du soutien de l’Ademe et de la collectivité territoriale pour se spécialiser dans la valorisation de la biomasse (déchets agricoles ou d’abattoirs) dans le but d’alimenter en énergie des véhicules légers roulant à l’hydrogène.

Tendances et acteurs

31 oct. 2019 connaissancedesenergies.org, 22/10/2019

Renault commercialisera ses premiers utilitaires à hydrogène en fin d’année

Dans un communiqué publié le 22 octobre, Renault a annoncé le lancement de ses premiers véhicules utilitaires fonctionnant à l’hydrogène. Des versions hydrogène de la fourgonnette Kangoo et des fourgons Master seront respectivement commercialisées fin 2019 et au premier semestre 2020. Associant une batterie rechargeable sur des bornes électriques classiques et un prolongateur d’autonomie à hydrogène, ces véhicules bénéficieront d’une plus grande autonomie que les véhicules électriques classiques. « L'hydrogène permet de répondre à des usages intensifs (…) notamment pour de longues distances jusqu'aux zones périurbaines », explique ainsi le constructeur. Renault vise pour l’instant le marché des flottes d’entreprises. Le constructeur et son partenaire Symbio, filiale de Michelin, entendent équiper 200 000 véhicules par an d’ici à 2030.

31 oct. 2019 latribune.fr, 21/10/2019

Forte hausse des ventes de voitures électriques d’occasion au premier semestre

Selon le baromètre publié par l’Avère-France et L’Argus de l’Automobile, plus de 8 900 véhicules électriques d’occasion ont été vendus au cours des six premiers mois de l’année, soit une hausse de 83% par rapport à 2018. Cette bonne performance est liée à la fois à l’attractivité des prix (certains modèles de moins de cinq ans pouvant changer de mains pour moins de 6 500 euros) et au lancement d’une prime à la conversion pouvant atteindre 5 000 euros. Les voitures hybrides rechargeables d’occasion tirent leur épingle du jeu avec une hausse de 35% des ventes. Avec 5 454 véhicules d’occasion vendus (soit une croissance de 118% par rapport à 2018), la Renault Zoé est la voiture électrique la plus recherchée en France, devant la Nissan Leaf et la Peugeot Ion. Dans le domaine des véhicules hybrides, le Mitsubishi Outlander arrive en tête devant la Volkswagen Golf et l’Audi A3.

Techniques et innovations

31 oct. 2019 lemondedelenergie.com, 25/10/2019

Cérémonie de remise des Prix start-up EDF Pulse 2019

Lors d’une cérémonie qui s’est tenue le 16 octobre, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, a remis les Prix start-up EDF Pulse 2019. Dans le cadre de ce concours s’adressant aux entrepreneurs français et européens porteurs de projets innovants dans le domaine de l’électricité et de ses usages, le Grand Jury a distingué trois lauréats parmi les 330 dossiers qui lui avaient été présentés. Le 1er Prix a été décerné à la start-up parisienne TheraPanacea pour sa suite logicielle optimisant le suivi et le traitement du cancer par radiothérapie grâce à l’intelligence artificielle. Les deuxième et troisième prix ont été respectivement attribués à la start-up portugaise BeON Energy pour son panneau solaire plug-and-play et à la jeune pousse grenobloise Grapheal pour son pansement intelligent utilisant les propriétés du graphène et de l’électro-stimulation pour améliorer la cicatrisation. Un Prix du Public a par ailleurs été remis au moteur photovoltaïque autonome développé par l’entreprise Saurea. En raison de la grande qualité des projets, le Grand Jury a également décerné des mentions spéciales à trois autres innovations : les batteries lithium-ion hautes performances mises au point par Wattalps, le robot chargeur pour voitures électriques conçu par Mob-Energy et la formation de secourisme en réalité virtuelle « D’un seul geste ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
France

Revue de presse du 15 nov.

A la une : L’Alsace pourrait couvrir un tiers des besoins de la France en lithium

08 nov. 2019
France

Revue de presse du 08 nov.

A la une : La Région Ile-de-France va consacrer 10 milliards d’euros à la transition écologique

25 oct. 2019
France

Revue de presse du 25 oct.

A la une : Le gouvernement présente les orientations du Pacte productif

Voir toutes les revues de presse