France

Revue de presse

29 avr. 2022

Partager :

Tendances et acteurs

29 avr. 2022 processalimentaire.com, 08/04/2022

Prix EnergIAA : EDF récompense les entreprises exemplaires en efficacité énergétique

EDF et Process Alimentaire récompensent depuis près d’une décennie les entreprises exemplaires en matière d’efficacité énergétique. La sobriété énergétique serait d’ailleurs la meilleure réponse aux urgences environnementales. Cette année, la remise du prix Energ’IAA s’est déroulée le 31 mars 2022. « L’énergie la moins chère est celle qu’on ne consomme pas », a souligné à cette occasion Hervé Blanchet, directeur territoires et services EDF Commerce Ouest. Par ailleurs, le Gouvernement a présenté mi-mars 2022 une nouvelle aide destinée aux entreprises dont les dépenses en gaz et en électricité représentent au moins 3% du chiffre d’affaires. La présentation de ce « plan de résilience » intervient après le lancement du plan France Relance en 2020, celui du Plan France 2030 à l’automne 2021 et celui du Bouclier Énergie.

Energies renouvelables

29 avr. 2022 euro-energie.com , 19/04/2022

EDF Renouvelables construit une centrale solaire en partenariat avec Sanofi

Dans le cadre d’un partenariat avec Sanofi, EDF Renouvelables, filiale du groupe EDF, va construire puis exploiter une centrale photovoltaïque au sol en autoconsommation. Dotée d’une capacité de production de 4 MW, cette centrale sera installée sur les terrains de la zone industrielle du laboratoire pharmaceutique à Aramon, dans le département du Gard, et couvrira une partie de sa consommation énergétique dès 2023. « Accompagner les entreprises industrielles dans la consommation d’énergie décarbonée nous inscrit dans la dynamique de la transition écologique industrielle de la CleanTech Vallée dont EDF et Sanofi sont tous deux membres fondateurs », a déclaré Sofiane Boukebbous, directeur de Zone Sud-Est et Outre-Mer d’EDF Renouvelables. Le directeur s’est félicité de la signature de ce nouveau projet solaire qui « contribue également à l’avancée des objectifs du Plan Solaire EDF qui vise à faire du Groupe un leader du solaire en France avec 30% de parts de marché d’ici 2035 ». De son côté, Denis Largeau, directeur du site Sanofi d’Aramon, a indiqué que « ce projet traduit de manière concrète la volonté du groupe de mettre la durabilité environnementale au cœur de sa stratégie RSE ». Par ailleurs, l’initiative bénéficie d’une subvention du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER) attribué par la région Occitanie dans le cadre de sa politique à Énergie Positive.

Production d'énergie

29 avr. 2022 actu-environnement.com, 20/04/2022

EDF produit 3 GW d’électricité grâce à l’hydrogène

Le 13 avril 2022, l’énergéticien français EDF a présenté son plan hydrogène dans le cadre de la stratégie Cap 2030 du Groupe. Entre deux et trois milliards d’euros seront investis afin de déployer l’équivalent de 3 GW d’électrolyseurs dans le monde d’ici 2030. Le Groupe souhaite développer des « nouveaux moyens d'essais comme une plateforme de tests d'électrolyseurs sur le site d'EDF Lab des Renardières » grâce aux ingénieurs d'EDF Renouvelables et d'Hynamics, sa filiale spécialisée dans l'hydrogène. « Plusieurs projets industriels majeurs sont actuellement développés par Hynamics, notamment en France où les ambitions publiques sont fortes et où les dispositifs de soutien commencent à se concrétiser », souligne le Groupe qui s’appuie déjà sur une soixantaine de projets d’un potentiel d’environ 1 GW. EDF souhaite nouer des partenariats également avec d’autres acteurs du secteur dans le but d’exploiter l’hydrogène afin de produire des carburants de synthèse.

Economies d'énergie et émissions carbone

29 avr. 2022 lemondedelenergie.com, 21/04/2022

La filière de la chimie française accélère sa décarbonation

Portés par le plan de relance, les projets de décarbonation se sont accélérés dans l’industrie chimique française, a indiqué France Chimie lors d’une conférence de presse tenue le 26 avril 2022. Luc Benoit-Cattin, président de France Chimie, a précisé à cette occasion que 25% des 200 projets industriels soutenus par des aides publiques étaient consacrés à la transition énergétique ou au recyclage chimique du plastique et 35% portaient sur le développement de « filières d’excellence ». Par ailleurs, l’industrie chimique mise sur les chaudières biomasses pour remplacer les combustibles fossiles et diminuer sa dépendance au gaz importé. Luc Benoit-Cattin a souligné que le lancement de 14 projets de chaudières biomasses, qui devrait intervenir prochainement, permettra de réduire de deux tiers les émissions du secteur. Il a ajouté que la décarbonation de la production de la vapeur était un « point clé » pour l’industrie chimique française, d’autant plus que ce pôle représente environ « 50% des émissions de dioxyde de carbone (CO2) de la chimie ». « On est très mobilisé pour poursuivre ces investissements de décarbonation de la chaleur et on souhaite une prolongation des appels à projets qui ont un vrai succès », a ajouté Luc Benoit-Cattin. La filière ambitionne, avec l’aide du Plan France 2030, de faire baisser de 26%, par rapport à 2015, ses émissions à l’horizon 2030. Pour y parvenir, cette dernière prévoit de financer le développement des équipements pour la production d’hydrogène vert, la capture de CO2 et l’électrification des procédés.

29 avr. 2022 processalimentaire.com, 13/04/2022

La mobilité électrique & le solaire, leviers de la décarbonation des entreprises

« Au sein du groupe EDF et avec l’appui de nos filiales de spécialité, nous avons à cœur d’accompagner nos clients dans leur démarche […] de décarbonation de l’activité », ainsi que l’amélioration de la performance énergétique, a déclaré Hervé Blanchet, directeur Territoires et Services chez EDF Commerce Ouest, interviewé dans le cadre du prix Energ’IAA. Le premier énergéticien de France récompense les entreprises de l’agroalimentaire qui ont mis en œuvre des actions dans la décarbonation et la maîtrise de leurs consommations énergétiques. De plus en plus d’entreprises se convertissent à la production photovoltaïque en autoconsommation, car les temps d’amortissements des équipements et de retours sur investissements sont plus courts de trois à quatre ans en moyenne. La fromagerie Gillot a décidé, par exemple, d’investir dans l’autoconsommation solaire lorsque les prix de l’électricité étaient modérés. La volonté avant-gardiste de l’entreprise de s’engager dans une dynamique RSE d’autoconsommation se révèle aujourd’hui gagnante tant sur le volet environnemental qu’économique. La société Sofradi a parié dans un premier temps sur la conversion des flottes de l’entreprise et, par la suite, dans l’autoconsommation via l’installation d’ombrières photovoltaïque sur le parking. « La mobilité électrique réduit l’empreinte environnementale sur le scope 1 du bilan carbone, plus spécifiquement les émissions de CO2 provenant des véhicules d’entreprise » explique Hervé Blanchet.

29 avr. 2022 connaissancedesenergies.org, 26/04/2022

Mobilité décarbonée : Hype développe les taxis hydrogène

La société de taxis Hype a commandé 8 stations à hydrogène bas carbone auprès du concepteur et fabricant Hydrogen Refueling solutions (HRS), basé à Grenoble, ainsi que des électrolyseurs auprès du fabricant McPhy. Adamo Screnci, directeur général délégué de HRS, a indiqué que le montant du premier contrat « peut représenter jusqu'à 5 millions d'euros ». Le constructeur a signé un contrat d'exclusivité avec Hype pour la fourniture de 6 autres stations à hydrogène en Ile-de-France pouvant représenter jusqu’à 19 millions d’euros d’ici 2023. « Pour développer et créer une filière Hydrogène en France qui ait du sens, il faut absolument relier les utilisateurs et les infrastructures » d’après Adamo Screnci. Hype possède actuellement une flotte de plus de 100 taxis hydrogène que la société souhaite voir ravitailler par de l’hydrogène « décarboné ». A cet effet, la société compte déployer d’ici 2025 « un minimum de 100 stations en France et en Europe ». Dans un communiqué distinct, la société McPhy a évoqué « accord-cadre de co-exclusivité » lui attribuant 50% de ces stations.

Réglementations et politique de l'énergie

29 avr. 2022 actu-environnement.com, 25/04/2022

Un prêt à taux zéro pour l'achat de véhicule peu polluant dans les ZFE

En janvier 2023, les entreprises domiciliés ou les particuliers travaillant dans une zone à faibles émissions (ZFE) ou dans une commune limitrophe, pourront obtenir un prêt à taux zéro (PTZ) pour l’achat d’un véhicule peu polluant. Un décret publié au Journal officiel le 24 avril 2022 défini les modalités de mise en œuvre du dispositif, le périmètre géographique et les conditions d'éligibilité. Les émissions de dioxyde de carbone des véhicules pouvant être achetés ou loués grâce à ce prêt devront être inférieures ou égales à 50 grammes par kilomètre (véhicule électrique ou certaines hybrides rechargeables). Le montant de l’aide sera plafonné à 30 000 euros, après déduction des aides à l'achat. La loi Climat et résilience rend obligatoire la mise en ZFE d'ici à fin décembre 2024 dans toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants. Les véhicules munis de vignettes Crit'Air 5 seront interdit de circulation dans ces zones en 2023, les Crit'Air 4 en 2024 et les Crit'Air 3 en 2025. Cependant les véhicules électriques et hybrides rechargeables concernés par ce prêt ne seront pas interdits à la circulation.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

24 Juin. 2022
France

Revue de presse du 24 Juin.

A la une : Lancement de la plateforme « Je décarbone »

17 Juin. 2022
France

Revue de presse du 17 Juin.

A la une : EDF Renouvelables construit une centrale solaire dans l’enceinte de l’Aéroport Deauville-Normandie

10 Juin. 2022
France

Revue de presse du 10 Juin.

A la une : STMicroelectronics inaugure avec Dalkia un dispositif d’efficacité énergétique

Voir toutes les revues de presse