France

Revue de presse

27 sep. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

27 sep. 2019 actu-environnement.com, 19/09/2019

Photovoltaïque : le Conseil d’Etat se prononce en faveur du déploiement sur les serres

Dans une décision rendue le 12 juillet dernier, le Conseil d’Etat a statué en faveur des exploitants agricoles souhaitant procéder à l’installation de panneaux photovoltaïques sur leurs serres maraîchères. Selon la Haute juridiction, le fait que les constructions à usage agricoles puissent servir à des activités telles que la production énergétique ne suffit pas à leur retirer le caractère de « constructions nécessaires à l’usage agricole » exigé par les règles d’urbanisme. Ces activités complémentaires ne doivent en revanche pas remettre en cause la « destination agricole avérée » des constructions concernées. Pourtant, dans une seconde décision rendue le 31 juillet, le Conseil d’Etat a rejeté la requête d’un développeur photovoltaïque, estimant que son projet d’implantation d’un parc photovoltaïque sur des terres agricoles « ne permettait pas le maintien d’une activité agricole significative sur le terrain d’implantation de l’équipement collectif envisagé ». Selon l’avocat Sébastien Bécue, cette décision témoigne de la volonté des pouvoirs publics de favoriser l’implantation des projets de centrales sur des sols déjà artificialisés afin de préserver les terres agricoles.

Economies d'énergie et émissions carbone

27 sep. 2019 latribune.fr, 16/09/2019

La transition énergétique dynamise certains secteurs selon l’ADEME

Selon une étude réalisée par l’ADEME (Agence de Maîtrise de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), les secteurs du transport, du bâtiment et des énergies renouvelables ont été les principaux bénéficiaires de la transition énergétique et écologique entre 2006 et 2017. « Les marchés associés à ces filières ont plus que doublé et le nombre d'emplois directs a augmenté de 75% entre 2006 et 2017, avec plus de 370 000 personnes employées dans ces secteurs », indique en effet l’agence. Le marché des énergies renouvelables de récupération a ainsi « plus que doubler » sur la période pour atteindre 26 millions d’euros, la filière voyant parallèlement le nombre de ses emplois progresser de 39% pour représenter 86 000 équivalents temps plein (ETP). Le marché de la rénovation énergétique des bâtiments a quant à lui connu une croissance de 79% sur la période, le volume d’emplois augmentant de 59% (218 000 ETP). Enfin, le marché de la mobilité verte a « presque été multiplié par quatre en onze ans » pour atteindre 33,5 millions d’euros fin 2017, observe l’ADEME. L’agence estime que cette évolution est liée à « l’augmentation de la part des véhicules moins émetteurs de CO2 dans le parc automobile ainsi [qu’au] développement des modes alternatifs au transport routier individuel ».

Production d'énergie

27 sep. 2019 connaissancedesenergies.org, 17/09/2019

RTE évalue à 33 milliards d’euros sur 15 ans les besoins du réseau électrique français

Le 17 septembre, RTE (Réseau de Transport d'Electricité) a présenté le plan d’évolution du réseau électrique français à l’horizon 2035, document que le gestionnaire du réseau à haute tension soumettra prochainement au gouvernement, à la CRE (Commission de Régulation de l’Energie) et à l’Autorité environnementale. « Les investissements associés sont estimés à 33 milliards d'euros sur 15 ans, soit environ 2 milliards d'euros par an contre 1,3 milliard d'euros aujourd'hui », précise RTE. Sur cette somme, 13 milliards d’euros doivent être dévolus à l’adaptation du réseau, 8 milliards à la rénovation des ouvrages vieillissants, 7 milliards au raccordement des énergies marines, 3 milliards au numérique et 2 milliards aux interconnexions transfrontalières. Ces investissements seront partiellement financés par les factures d’électricité via le « tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité », dont la prochaine version (Turpe 6) fera l’objet d’un débat à la CRE début 2020. RTE financera pour sa part à hauteur d’environ 500 millions d’euros le raccordement des futurs parcs éoliens offshore, conformément à une disposition prise en 2018 lors de la renégociation du soutien public à ces projets.

27 sep. 2019 actu-environnement.com, 17/09/2019

L’ADEME lance le troisième volet de son appel à projets CSR

Le 16 septembre, l’ADEME (Agence de Maîtrise de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) a officiellement lancé le troisième volet de son appel à projets Combustibles Solides de Récupération (CSR). L’Agence tient à préciser que l’appel à projets « s'adresse exclusivement à des unités recourant à des technologies matures et éprouvées et ayant déjà une réalisation industrielle fonctionnant avec des CSR ». Les lauréats bénéficieront d’aides à l’investissement sous forme de subventions et d’avances remboursables. L’objectif de ces appels à projets est d’atteindre une valorisation de 1,5 million de tonnes de CSR chaque année dans des unités dédiées d’ici 2025 : « cela représente un potentiel énergétique de 100 mégawatts par an », précise l’ADEME. La production de CSR devra être réalisée à partir de refus de tri de déchets d’activités économiques (DAE), d’emballages et de papiers, d’encombrants de déchèteries, de refus issus du recyclage et de résidus d’un procédé industriel optimisé ou de déchets de bois. « Cependant, afin d'avoir des projets à fort ancrage régional, il est proposé d'avoir en deuxième priorité des CSR issus d'ordures ménagères résiduelles (OMR) à hauteur de 30% en masse des entrants », indique l’ADEME. Parmi les trois lauréats du premier appel à projets, lancé en 2016, seule l’unité de la papeterie Blue Paper à Strasbourg fonctionne actuellement. D’une puissance de 22 MW, elle consomme 35 000 tonnes de CSR par an. Deux autres projets ont été retenus en février dernier : le projet Papyrus et celui de la Compagnie parisienne de chauffage urbain (CPCU).

Energies renouvelables

27 sep. 2019 euro-energie.com, 20/09/2019

Mise en service du parc éolien des Taillades en Lozère

Situé à 1 400 mètres d’altitude sur le Massif de la Gardille au nord du mont Lozère, le parc éolien des Taillades a été inauguré par EDF Renouvelables. D’une capacité installée de 27 MW, ce parc de neuf éoliennes produira une énergie équivalant à la consommation annuelle électrique de 30 000 habitants, soit 40% de la population du département. S’inscrivant dans la stratégie CAP2030 dont l’objectif est de doubler les capacités renouvelables d’EDF en France et dans le monde pour atteindre 50 GW nets en 2030, ce nouveau parc éolien porte à 528,5 MW la capacité installée dont dispose EDF Renouvelables en Occitanie. Conformément à la charte d’engagement social et environnemental signée par le groupe en 2014, diverses entreprises locales ont eu l’opportunité de travailler sur un chantier qui a mobilisé jusqu’à 100 personnes durant plus de 20 mois. EDF Renouvelables et la Communauté de Communes Mont-Lozère prévoient par ailleurs de signer un projet de territoire afin de dynamiser et valoriser le patrimoine local.

27 sep. 2019 lenergeek.com, 20/09/2019

Lancement de la construction du parc éolien offshore de Saint-Nazaire

Après des années de procédures judiciaires, la phase de construction du premier parc éolien offshore français au large de Saint-Nazaire a été officiellement lancée. A cette occasion, Anne-Claire Boux, cheffe de projet pour EDF Renouvelables, a salué « la mobilisation de tout un territoire engagé dans la transition énergétique ». « Les scientifiques nous invitent à nous mobiliser face à l’urgence climatique, la production d’énergie offshore fait partie de la solution », a pour sa part déclaré Béatrice Buffon, directrice générale adjointe d’EDF renouvelables. David Samzun, maire de Saint-Nazaire, a quant à lui appelé de ses vœux l’identification « de nouvelles zones propices à l’éolien en mer pour agir face au changement climatique ». D’une puissance de 480 MW, ce parc comptant 80 éoliennes réparties sur une superficie de 78 km2 sera en mesure de produire environ 20% de la consommation d’électricité en Loire-Atlantique. L’issue heureuse de ce projet ne doit toutefois pas occulter les difficultés auxquelles la filière de l’éolien offshore reste confrontée en France : le projet de parc au large de Saint-Brieuc a ainsi été une nouvelle fois mis en cause par différentes associations qui contestent devant la justice la convention de concession d’utilisation du domaine maritime.

Tendances et acteurs

27 sep. 2019 lefigaro.fr, 23/09/2019

La stratégie environnementale ambitieuse de LVMH

En se dotant dès 1992 d’une direction dédiée, LVMH s’est emparé très tôt de la question de l’impact de ses activités sur l’environnement. Depuis plus de vingt-cinq ans, le groupe n’a cessé de revoir ses ambitions à la hausse, notamment en mettant en place le programme Life (LVMH Initiatives For the Environnement). Cette initiative vise en premier lieu à diminuer drastiquement la consommation énergétique des 4 000 magasins du groupe : « En comparaison, nos 300 sites de fabrication sont assez peu énergivores », explique en effet Sylvie Bénard, directrice de l’environnement chez LVMH. Pour y parvenir, de nouveaux systèmes d’éclairage ont été installés dans les boutiques, une réflexion globale sur l’écoconception des points de vente étant menée en parallèle. Parmi les principaux objectifs du programme Life figure également la réduction de l’impact carbone. « L’objectif est de réduire les émissions de CO2 de 25% entre 2013 et 2020. Sur la période 2013-2018, nous sommes à -16% en valeur absolue, alors que le chiffre d’affaires a augmenté de plus de 50% », indique Sylvie Bernard : « désormais, à chaque fois qu’une marque du groupe émet une tonne de CO2 dans les scopes 1 et 2, elle doit dépenser 30 euros dans des actions destinées à réduire la consommation d’énergie », ajoute-t-elle. Au total, 12 millions d’euros sont investis de la sorte.

Techniques et innovations

27 sep. 2019 actu-environnement.com, 16/09/2019

24 projets lauréats de l’action Territoire d’innovation

L’Etat a dévoilé le nom des 24 projets lauréats de l’action Territoire d’innovation qui bénéficieront d’un soutien financier de 450 millions d’euros dans le cadre du Grand plan d’investissement. Les initiatives retenues relèvent de domaines aussi divers que le développement de l’agriculture biologique, la mise en place de solution d’économies d’énergie ou la promotion d’une mobilité décarbonée. Figurant parmi les lauréats, l’association Biovallée entend faire de son territoire un « laboratoire d’expérimentation des solutions de transition en milieu rural ». Elle s’est notamment fixé pour objectif de diviser par deux la consommation d’énergie de la vallée de la Drôme à l’horizon 2030 tout en réduisant de 30% ses émissions de CO2, sa production de déchets et les déplacements en voiture individuelle.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

11 oct. 2019
France

Revue de presse du 11 oct.

A la une : Dalkia compte investir un milliard d’euros dans les réseaux de chaleur

04 oct. 2019
France

Revue de presse du 04 oct.

A la une : Dalkia inaugure le réseau de chaleur et de froid « Toulouse Energie Durable »

20 sep. 2019
France

Revue de presse du 20 sep.

A la une : Stockage d’énergie : la CRE publie une feuille de route

Voir toutes les revues de presse