France

Revue de presse

24 juil. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

24 juil. 2020 environnement-magazine.fr, 15/07/2020

Plan de relance : le gouvernement veut construire un modèle industriel et écologique

Le 14 juillet 2020, le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé un nouvel investissement de 100 milliards d’euros en faveur de la « relance industrielle, écologique, locale, culturelle et éducative ». Cette somme viendra compléter, dès la rentrée 2020, l’enveloppe de 460 milliards d’euros déjà engagée pour redresser l’économie affectée par la crise sanitaire et sera en partie financée par des fonds européens issus du plan de relance de l’Union européenne. Selon le président de la République, ce plan doit accompagner la construction d’un modèle « à la fois écologique, industriel et environnemental ». Pour y parvenir, le gouvernement souhaite notamment mettre en œuvre « un grand programme de rénovation énergétique » pour les écoles et les Ehpad. Devant les députés, le premier ministre, Jean Castex, a par ailleurs précisé que « le plan de relance proposera de mobiliser plus de 20 milliards d’euros pour la rénovation thermique des bâtiments, pour réduire les émissions de transports de nos industries, (…) pour soutenir les technologies vertes de demain comme les batteries (…) ». Enfin, le gouvernement souhaite doubler la part du fret ferroviaire dans le transport de marchandises et développer la mobilité verte via la mise en place d’« un plan vélo très ambitieux", contractualisé avec les collectivités.

24 juil. 2020 actu-environnement.com, 17/07/2020

Une nouvelle plateforme publique d’échange de données environnementales pour le transport

La plateforme d’échange de données environnementales pour le secteur du transport routier et de la logistique vient de voir le jour. Initiée dans le cadre du programme d’Engagements Volontaires pour l’Environnement (EVE), elle a pour objectif de centraliser et faciliter le partage des informations environnementales entre transporteurs et clients. « En apportant une centralisation et une standardisation des données et des modalités d'échange, elle constitue un nouvel outil pour accompagner les entreprises dans la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) et de polluants atmosphériques dans leurs activités de transport et de logistique », annonce l'Ademe (Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie). En effet, l’outil offre des indicateurs de performance environnementale aux entreprises. « En utilisant la plateforme de données EVE, l'entreprise reçoit des données standardisées et des chiffres-clés pour estimer la performance environnementale de sa logistique et la comparer aux autres entreprises du secteur. Elle dispose des informations nécessaires pour mettre en place une politique d'achats responsables et intégrer l'impact GES comme critère de performance logistique », ajoute l'Ademe.

24 juil. 2020 nouvelobs.com, 20/07/2020

Pour une France numérique plus verte et responsable

Le Sénat a proposé fin juin une feuille de route de transition numérique écologique. Il convient que les bénéfices apportés par la digitalisation ne soient pas entachés par un impact écologique. En effet, le numérique peut réduire jusqu’à 20% des émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2030, grâce à l’optimisation du transport, de l’éclairage et de la mutualisation des infrastructures. La digitalisation entre dans une nouvelle ère avec les services de cloud. Ces derniers ont besoin de datacenters géants afin de rassembler toutes les données. Ainsi, le challenge se trouve dans la gestion de ces datacenters et de leur consommation d’électricité croissante. Alors que le trafic internet a été multiplié par douze depuis 2010, la numérisation peut se mettre au service de la transition écologique au lieu de creuser son empreinte énergétique. De ce fait, les progrès technologiques de ces dernières années se sont concentrés sur la réduction de l’empreinte énergétique des datacenters. D’autre part, d’un point de vue réglementaire, la France peut être la porte-parole d’une réglementation européenne corrigée, afin de pousser les fournisseurs de cloud à revoir leur utilisation de l’énergie et de leurs ressources en eau. Pour rappel, l’eau potable est utilisée afin de climatiser les datacenters et est souillée par des produits chimiques de toutes sortes dans les pays voisins.

Economies d'énergie et émissions carbone

24 juil. 2020 leparisien.fr, 20/07/2020

Le télétravail réduit-il les émissions de gaz à effet de serre ?

D’après l’Agence de la transition écologique (Ademe), le télétravail pourrait contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une étude du cabinet 6t a révélé que 71% des personnes interrogées ayant déjà expérimenté le télétravail souhaitent le faire plus souvent. De même, 76% des personnes télétravaillant pour la première fois voudraient poursuivre l’expérience. L’ancrage de ce nouveau mode de travail a des répercussions environnementales. Car ça n’est pas moins de 3,3 millions de déplacements évités chaque semaine. Mais le télétravail n’est pas sans conséquence : l’Ademe met en garde contre le boom des achats en ligne. Parmi les Français y ayant recourt, 37% d’entre eux ont pour la première fois acheté sur internet pendant le confinement. 2 personnes sur 3 affirment vouloir recommencer. De même, bien que les Français cuisinent chez eux, bon nombre d’entre eux livrent des repas à domicile, générant ainsi une consommation de plastique supplémentaire. « L'apparente facilité qu'inspire l'e-commerce ne doit pas faire oublier l'impact du numérique, la logistique, les emballages, et la surconsommation », alerte Pierre Galio, chef du service consommation de l'Ademe.

24 juil. 2020 Journal de l’Environnement, 17/07/2020

Les travaux de construction du TGV vert et économique du futur se poursuivent

Les travaux de construction de l’Avelia Horizon, le TGV du futur dont la mise en service est prévue pour 2024, sont en cours sur le site d’Alstom à La Rochelle. La SNCF a annoncé que son nouveau train à grande vitesse serait à la fois respectueux de l’environnement et économique : « Composée à 97% de matériaux recyclables [l’enveloppe des rames est en aluminium, ndlr], et étudiée pour diminuer la pollution sonore à l’intérieur comme à l’extérieur de l’habitacle, elle [la rame], affiche une éco-conduite ultra-compétitive, et ouvre la voie à une mobilité plus durable, plus respectueuse de l’environnement et du bien-être des voyageurs ». Le constructeur a également précisé que ce nouveau TGV devrait consommer 20% d’énergie en moins que ses prédécesseurs, grâce à l’existence d’un système de renvoi d’électricité vers le caténaire au moment du freinage. Chaque rame de l’Avelia Horizon sera également équipée de capteurs et d’objets connectés, capables de réaliser 15 000 mesures par seconde et de produire des autodiagnostics utiles à la maintenance, à l’efficacité et à la ponctualité du train. La consommation d’électricité de chaque rame sera régulée par des automates en fonction des besoins. D'après le transporteur, la combinaison de tous ces systèmes permettra de réaliser jusqu’à 37% d’économies d’énergie par place assise par rapport au TGV2N.

24 juil. 2020 challenges.fr, 20/07/2020

L’armateur CMA CGM s’engage en faveur de la neutralité carbone

CMA CGM, le numéro trois mondial du transport par conteneurs, a décidé de s’engager en faveur de la neutralité carbone en travaillant à la conception d’un bateau zéro émission. D’après l’Institut supérieur d’économie maritime (Isemar), le secteur du transport maritime serait responsable de 2 à 3% des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Si CMA CGM déclare investir massivement dans la recherche et le développement pour concevoir un bateau zéro émission, Joel Gentil, directeur RSE, environnement et relations institutionnelles du groupe, estime que ce travail d’innovation a un coût important et qu’il nécessite l’implication de tous les acteurs du secteur. Pour l’heure, l’armateur indique s’appuyer « sur les technologies disponibles pour avancer » et affirme avoir déjà réduit ses émissions de 46% en 2020 par rapport à 2008. Les principales mesures décidées par le groupe sont les suivantes : la mise en service, cet été, d’un premier navire de 23 000 équivalent vingt pieds propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL), l’adoption d’un objectif de 10% de biocarburant d’ici 2023 et l’optimisation du design des bateaux pour réduire la consommation de carburant. Pour Paul Tourret, si beaucoup d’interrogations persistent quant à la viabilité de ces solutions (fiabilité et durabilité des technologies, disponibilité des ressources pour les biocarburants), le secteur du transport maritime a pris conscience de la nécessité d’évoluer vers un fonctionnement plus durable.

Tendances et acteurs

24 juil. 2020 avere-france.org, 16/07/20205

La filière française de la recharge électrique se coordonne pour plus d’efficacité

Les quatre acteurs principaux de la filière de recharge pour véhicule électrique, à savoir l’Association Française pour l’Itinérance de la Recharge Électrique des Véhicules (AFIREV), la Plateforme Automobile (PFA), l’Institut de Transition Energétique Vedecom et l’Avere-France, se sont alliés au sein d’un comité d’initiative pour simplifier la recharge. Ce comité d’initiative souhaite que toutes les stations de recharge intègrent la norme ISO 15118. Cette norme permet d’harmoniser les solutions de recharge, simplifier l’expérience pour les utilisateurs et l'interopérabilité des systèmes. Jean-Luc Brossard, Directeur RandD de la PFA, déclare que « l'infrastructure de recharge future se devra d'être homogène, interopérable, intelligente, capable de simplifier l'expérience utilisateur et rendre des services à forte valeur ajoutée. ». La norme ISO 15118 donne aussi la possibilité aux opérateurs de recharge et de mobilité de proposer des services innovants comme le Plug and Charge, qui identifie l’utilisateur au moment du branchement du véhicule. Joseph Beretta, Président de l'Avere-France, estime que « pour atteindre la maturité, ce marché doit pouvoir déployer de nouveaux services de recharge qui améliorent et simplifient l'expérience utilisateur tout en renforçant l'intégration de la mobilité électrique dans le système électrique ». Après l’intégration de la norme ISO 15118, le comité d’initiative veut travailler sur les systèmes de vehicle-to-home, vehicle-to-building et vehicle-to-grid, ainsi que sur la recharge inductive, c’est-à-dire sans câble.

24 juil. 2020 clubic.com, 16/07/2020

Renault lance Elexent, entreprise dédiée à favoriser les bornes de recharge dans les PME

Suivant l’objectif formulé par l’Etat de 100 000 bornes de recharge pour 2021, Renault a décidé d’axer sa stratégie sur l’installation de bornes au sein des PME grâce à son entreprise Elexent. Le but d’Elexent est d’optimiser les infrastructures d’une entreprise afin de les rendre accessibles à tous les véhicules nécessitant un point de recharge, que ce soit pour les deux roues, les voitures, les utilitaires légers et même les poids lourds. Dans la pratique, l’entreprise aura un seul interlocuteur pour faciliter les démarches. Elexent se chargera ensuite de la mise en œuvre du projet et de l’étude au génie civil. Elexent aura donc pour mission de favoriser la conversion des entreprises françaises aux véhicules électriques grâce à son expertise en la matière. Mais si Renault commence par la France, son ambition dans le domaine concerne aussi d’autres pays européens comme l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas ou encore le Royaume-Uni et la Suisse. Pour ce faire, Renault s’est associé avec Solstyce, entreprise spécialisée depuis 10 ans dans la recharge de véhicule électrique, l’installation de panneaux solaires et le stockage d’énergie à grande échelle.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

31 juil. 2020
France

Revue de presse du 31 juil.

A la une : Le plan de relance consacrera trente milliards d’euros à la transition énergétique

17 juil. 2020
France

Revue de presse du 17 juil.

A la une : La Bretagne, une terre d’innovation

10 juil. 2020
France

Revue de presse du 10 juil.

A la une : Smart Grids : l’Ademe soutient l’innovation depuis 10 ans

Voir toutes les revues de presse