France

Revue de presse

23 oct. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

23 oct. 2020 connaissancedesenergies.org, 19/10/2020

Capacité d’effacement : le gouvernement présente les lauréats de l’appel d’offres

Le gouvernement a présenté le 19 octobre la liste des 59 projets lauréats d’un appel d’offres national visant à augmenter les capacités d’effacement électrique afin d’être en mesure de faire face à de potentielles tensions sur le réseau cet hiver. Dans le cadre d’un dispositif d’effacement, certains consommateurs (entreprises comme particuliers) donnent en effet leur accord pour que leur opérateur diminue ponctuellement leur consommation d’électricité, pour une durée allant de quelques minutes à quelques heures, afin de soulager le réseau électrique en période de forte consommation. La capacité d’effacement des 59 projets lauréats équivaut à 1 509 MW, soit presque le double de l’an dernier. La rémunération des capacités arrêtées proposée par le gouvernement semble ainsi avoir largement convaincu les opérateurs de soutenir le procédé. Alors que le plafond de prix de l’appel d’offres devrait atteindre 60 000 euros/MW l’an prochain, l’exécutif a annoncé qu’une « bonification » serait également accordée « aux nouvelles capacités d’effacement qui pourraient se rendre disponibles dès les mois de novembre 2020 ».

Economies d'énergie et émissions carbone

23 oct. 2020 maddyness.com, 15/10/2020

Les énergies décarbonées, une réponse durable aux enjeux économiques stratégiques

Début septembre 2020, le gouvernement a détaillé le contenu de son plan de relance de 100 milliards d’euros dont l’objectif est de relancer l’économie française affaiblie par la crise sanitaire. Ce plan prévoit un investissement de 30 milliards d’euros en faveur de la transition écologique et s’appuie sur plusieurs piliers tels que la rénovation énergétique des bâtiments, le développement des mobilités vertes et la décarbonation de l’industrie. Si ces investissements visent à encourager une relance durable, ils revêtent également une dimension stratégique. En effet, la crise sanitaire a également suscité une prise de conscience quant à la nécessité de relocaliser les filières économiques clés. Pour Bertrand Martelet, le responsable opérationnel du chantier « Monde d’après et plan de relance » chez EDF, les énergies décarbonées peuvent répondre à ces enjeux. Il explique notamment que, dans le secteur de l’éolien offshore, 60% de la valeur ajoutée est produite en France. Le plan de relance fait également la part belle à la filière de l’hydrogène décarboné en lui consacrant 2 milliards d’euros d’ici 2022 et 7 milliards d’ici 2030, dont 20% seront dédiés à la RetD et à l’innovation. Olivia Caston, la directrice juridique de la start-up Hynamics, filiale d’EDF spécialisée dans la production d’hydrogène bas carbone, a déclaré que la jeune pousse avait favorablement accueilli ces annonces mais qu’elle attendait des gages concrets.

Energies renouvelables

23 oct. 2020 ouest-france.fr, 09/10/2020

Hydroliennes : Paimpol-Bréhat s’impose comme un site de référence

Créé en 2009 par EDF avec le soutien financier de la Région, de l’Union européenne et de l’Ademe (Agence de la transition écologique), le site de démonstration de Paimpol-Bréhat a permis d’expérimenter entre 2012 et 2017 un prototype d’hydrolienne conçu par la société Open-Hydro. Ses gestionnaires ayant obtenu l’approbation de la Commission européenne en octobre 2019, l’installation s’est depuis transformée en site d’essai pérenne : « [il] va permettre de continuer à accueillir de nouveaux projets pour tester des technologies innovantes », offrant « la possibilité de revaloriser les compétences bretonnes à l’international », se félicite Fanny Chappé, maire de Paimpol et conseillère régionale. L’hydrolienne HQ-Ocean a ainsi été immergée sur le site il y a un an ; tandis que l’hydrolienne conçue par les Constructions mécaniques de Normandie et Hydroquest fait depuis dix-huit mois l’objet de tests qui dureront jusqu’à l’été 2021. L’entreprise suédoise Minesto devrait quant à elle tester sa technologie hydrolienne à compter de 2022. Cette expérimentation se déroulera dans le cadre du programme européen TIGER (Tidal Stream Industry Energiser) soutenu par la Région.

Tendances et acteurs

23 oct. 2020 leparisien.fr, 14/10/2020

Travailler à distance permet de limiter les émissions de gaz à effet de serre

Alors que la crise a entraîné un recours accru au télétravail, une étude publiée par l’Ademe (Agence de la transition énergétique) met en évidence l’intérêt environnemental d’une telle pratique. Ses auteurs évaluent en effet la réduction annuelle moyenne des émissions de gaz à effet de serre par journée de télétravail hebdomadaire à 271 kg équivalent CO2. Cette diminution importante tient essentiellement à la diminution conséquente des trajets parcourus par les télétravailleurs : selon l’Ademe, une réduction de 69% du volume des déplacements est en effet associée à une journée de travail à distance. « Un développement du télétravail à l'avenir pour les personnes l'ayant expérimenté pendant le confinement permettrait une réduction au minimum de 3 300 t de CO2 aux heures de pointe un jour de semaine », en conclut l’Agence qui évalue à environ 817 000 tonnes de gaz carbonique la baisse potentielle associée à une généralisation du télétravail. Dans un sondage réalisé par l’Ademe au printemps, « des raisons écologiques » étaient évoquées par un quart des 4 000 salariés interrogés sur les motivations qui pourraient les amener à opter pour le télétravail si la possibilité leur en était offerte.

Techniques et innovations

23 oct. 2020 actu.fr, 16/10/2020

Des bornes de recharge électrique à l'énergie verte en test à la Défense

Après avoir mené des recherches pendant plusieurs mois, le quartier d’affaires de Paris La Défense teste actuellement quatre installations de bornes de recharge électrique. Ces équipements ont été développés avec l’aide d’entreprises partenaires choisies à l’issue d’un appel d’offres lancé en 2019. L’Oasis Café, qui dispose d’une batterie mobile, a été développé pour alimenter les coffee-trucks de La Défense en électricité d’origine renouvelable. Cette installation a notamment été conçue par la start-up Olenergies, spécialiste des batteries au lithium. Autre borne de recharge non moins originale, l’îlot d’arbres « Sol’Air », développée par les entreprises Novall et Zinium, filiale d’EDF, est équipé de 16 feuilles photovoltaïques et d’une batterie lithium-ion. Il permet à la fois d’éclairer les allées et de recharger des trottinettes. Le toit du Point Info du quartier d’affaires abrite également les deux premières Windbox développées par l’entreprise WIND my ROOF avec le soutien d’Omexom du groupe Vinci Energies. Ces boîtes, qui captent le vent pour générer de l’énergie, sont dotées de batteries reconditionnées et peuvent recharger 900 trottinettes électriques par an. Enfin, des cellules photovoltaïques ont été installées à même le sol, sur le parvis de La Défense. Baptisé « Wattway Pack », ce revêtement routier photovoltaïque conçu par le groupe Colas et l’Institut national de l’énergie solaire (INES) fournit et stocke de l’énergie renouvelable grâce à des batteries et permet de recharger des trottinettes.

23 oct. 2020 actu-environnement.com, 14/10/2020

Dualsun développe le solaire hybride en France

L’entreprise Dualsun, installée dans le département de l’Ain, a récemment développé un îlot de production de panneaux solaires hybrides capables de générer à la fois de l’électricité et de l’eau chaude. Si les panneaux solaires sont produits en Chine – les entreprises chinoises fournissent près de 60% du marché et défient toute concurrence en matière de prix –, la partie thermique est assemblée dans l’Hexagone. L’hybridité de ce concept permettrait aux panneaux solaires de Dualsun de produire « 4 fois plus d’énergie » qu’un panneau solaire classique, et ce sur une même superficie. Jean-Marie Drap, le responsable de développement de Dualsun précise le fonctionnement de son produit : « une cellule photovoltaïque a un rendement de 20%, c’est-à-dire que 20% de l’énergie du soleil qui arrive sur le panneau est transformée en électricité, autoconsommée dans la maison. Les 80% restant, c’est de la chaleur. Elle va être captée pour chauffer de l’eau qui va servir pour divers usages ». Si le prix de ces panneaux solaires hybrides est deux fois plus élevé que celui d’un simple panneau solaire, le produit devient rentable si l’ensemble de l’énergie produite est consommé. Début 2020, l’entreprise a automatisé son processus d’assemblage grâce à l’acquisition de machines brevetées et s’est dotée d’un réseau d’installateurs agréés formé à ses technologies.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 nov. 2020
France

Revue de presse du 27 nov.

A la une : Electric Days : EDF présentera ses solutions innovantes le 1er décembre

20 nov. 2020
France

Revue de presse du 20 nov.

A la une : Offres d’électricité « verte » : l’ADEME lance un nouveau label

13 nov. 2020
France

Revue de presse du 13 nov.

A la une : Automobile : le ministère prolonge de six mois le bonus écologique et la prime à la conversion

Voir toutes les revues de presse