France

Revue de presse

20 juil. 2018

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

20 juil. 2018 connaissancedesenergies.org, 16/07/18

Réévaluation des charges prévisionnelles de service public de l’énergie

Le 16 juillet dernier, la Commission de Régulation de l’Energie (CRE) rendait publique son évaluation des charges de service public de l’énergie au titre de l’année 2019. La CRE évalue celles-ci à 7,788 milliards d’euros, soit près de 824 millions d’euros de plus que cette année (c’est-à-dire une augmentation de 12 %), et de l’ordre de 329 millions de plus que les estimations pour l’année prochaine. L’explication de cette hausse réside dans « la poursuite du développement des filières de production d’électricité à partir d’énergies renouvelables (notamment éolien, photovoltaïque, biomasse) et de cogénération dans le cadre de l’obligation d’achat et du complément de rémunération ». Régies par le code de l’énergie, les charges de service public de l’énergie ont pour objet de pallier les charges subies par certaines entreprises du secteur de l’énergie, à l’instar d’EDF qui en supporte plus de 92 %, au nom de ses obligations de service public. À titre d’exemple, la péréquation tarifaire, qui place sur un pied d’égalité tous les consommateurs français quel que soit leur niveau d’interconnexion, comptera pour 20 % des charges de service public en 2019.

20 juil. 2018 lenergeek.com, 11/07/18

Les coûts d’acheminement de l’électricité vont baisser de 0,21 %

La Commission de régulation de l’énergie a rendu le 10 juillet dernier un avis préconisant une baisse de 0,21 % du tarif appliqué à l’utilisation des réseaux publics d’électricité pendant « environ trois ans » à partir du 1er août prochain, date à laquelle les tarifs sont habituellement révisés. Ces coûts d’acheminement représentent près de 46 % de la facture du consommateur et dépendent d’une tarification « timbre-poste » identique sur tout le territoire, fonction de la puissance souscrite et de la puissance soutirée, des saisons, des jours de la semaine et des heures de la journée. En août dernier, les coûts d’acheminement avaient augmenté de 2,71 %, du fait de la volonté de prendre en compte les coûts d’usage des réseaux durant les périodes critiques, notamment hivernales, et d’inciter à la réduction de consommation. Les tarifs réglementés de l’électricité, dépendant en partie de ses coûts d’acheminement, ont connu une hausse de 0,8 % en janvier 2018 pour compenser la nécessité pour les fournisseurs d’électricité de financer des opérations d’efficacité énergétique ; ils devraient donc légèrement baisser au mois d’août.

Economies d'énergie et émissions carbone

20 juil. 2018 bioaddict.fr, 11/07/18

Une start-up sensibilise à l’écologie digitale

Alors que le digital représente 16 % de la consommation électrique mondiale et devrait augmenter de moitié d’ici à 2020, la start-up Digital for the Planet vient de publier une enquête d’opinion réalisée par le cabinet Occurrence sur l’écologie digitale. 73 % des personnes interrogées ne connaissent pas ce concept, qui se définit ainsi : « L'écologie digitale est la discipline qui étudie l'impact environnemental des différents écosystèmes reliant l'humain et le digital dans le but d'en limiter les effets nuisibles pour l'environnement ». Toutefois, après avoir pris connaissance de ce concept, 90 % en ont une bonne opinion. 80 % des Français affirment qu’ils seraient plus fidèles à une marque engagée dans la lutte contre la pollution digitale, et 77 % souhaitent que le gouvernement fasse de l'écologie digitale une priorité stratégique. « Pour faire du digital, il faut d'abord faire de l'industrie. On a gagné en pouvoir d'achat ces vingt dernières années, mais perdu en savoir d'achat ; notamment en ce qui concerne le digital. Quand on interagit sur un réseau social ou qu'on achète de l'espace de stockage en cloud, on ne nous dit pas ce que ça coûte réellement à la planète », regrette Inès Leonarduzzi, CEO de Digital For The Planet. « Les politiques et les entreprises doivent impérativement se saisir de l'écologie digitale s'ils ne veulent qu'elle les rattrape ! » souligne Assaël Adary, président du Cabinet Occurrence.

20 juil. 2018 connaissancedesenergies.org, 10/07/18

Transport ferroviaire et transition énergétique

De nombreuses études récentes soulignent le rôle important du transport ferroviaire dans la transition énergétique. Le train représente en effet de 8 à 20 fois moins d’émissions de CO2 que la voiture (0,4 % des émissions des transports pour 10 % du trafic de voyageurs et de marchandises). Pourtant, ni les lois en discussion comme la loi d’orientation des mobilités ou la réforme ferroviaire, ni le rapport Spinetta ne s’interrogent sur la place que le train devrait occuper dans la transition énergétique des transports, en compagnie de quatre autres piliers : la modération de la demande, le report global vers d’autres mobilités (vélo, marche, transports en commun), la hausse du taux de remplissage des véhicules (covoiturage…), leur meilleure efficacité (baisse des poids et de la vitesse…), et l’orientation vers des énergies moins carbonées (biogaz, électricité, agrocarburants ou hydrogène). C’est seulement dans ces conditions que le secteur des transports pourra entrer dans les objectifs du plan climat de juillet 2017 visant à atteindre la neutralité carbone en 2050.

Energies renouvelables

20 juil. 2018 euro-energie.com, 13/07/18

Un financement participatif pour construire la centrale photovoltaïque d’Aramon

EDF Energies Nouvelles a lancé le 12 juillet une campagne de financement participatif sur la plateforme WiSEED afin de financer le projet photovoltaïque d’Aramon, dans le Gard. Ce projet, issu de l’appel d’offres CRE, vise à installer plus de 13 500 panneaux photovoltaïques au sol pour une puissance de 5 MWc. Le financement participatif, qui offrira un rendement de 5,5 % sur quatre ans, a pour ambition de lever 200 000 € auprès des habitants du Gard et des six départements qui l’entourent. « EDF Energies Nouvelles répond aux attentes de l’ensemble des parties prenantes du projet en les y impliquant étroitement et directement », explique David Augeix, Directeur développement Sud d’EDF Energies Nouvelles, à propos de ce choix de financement participatif. Cette nouvelle centrale photovoltaïque au sol sera bâtie à partir de l’automne 2018 sur le site d’une centrale thermique en déconstruction à Aramon, pour une mise en service début 2019.

Tendances et acteurs

20 juil. 2018 novethic.fr, 12/07/18

Les acteurs privés français s’approprient les Objectifs de Développement Durable

Adoptés par l’Organisation des Nations-Unies en 2015, les Objectifs de Développement Durable (ODD) se diffusent progressivement chez les acteurs non-étatiques français. Tels sont les enseignements de la deuxième édition du rapport du Comité 21, présenté du 9 au 18 juillet au Forum de haut niveau pour le développement durable à New York. « Le secteur privé marchand représente un acteur majeur dans la réussite de l’Agenda 2030 », proclame le rapport. Or, « à ce jour et contrairement à beaucoup d’autres pays, les ODD sont très peu perçus par les acteurs privés français comme une source d’opportunité, par exemple en termes de création de nouveaux produits et services », regrette cependant Fellah Imalahyenne, directrice du Global Compact France. En termes de contribution, les entreprises « peuvent agir à trois niveaux : dans leur fonctionnement interne (RSE, management), dans leur cœur de métier (services et produits) et dans leur chaîne de valeur (dialogue avec leurs parties prenantes) », détaille le président du cabinet B and L évolution, Sylvain Boucherand. Le monde financier devrait favoriser la mobilisation des acteurs économiques privés.

20 juil. 2018 plein-soleil.info, 09/07/18

Eiffel Investment Group, financeur responsable de l’énergie solaire

« L’investissement responsable est aujourd’hui une affaire d’actions concrètes. Eiffel est dès aujourd’hui capable de consacrer plus d’un milliard d’euros à des investissements d’impact, notamment en faveur de la transition énergétique. Nous finançons déjà plus de 400 projets d’énergie renouvelable et d’efficacité énergétique, et accompagnons, en dette ou en fonds propres, plusieurs dizaines de PME innovantes de la filière. Cette mobilisation reflète une très forte appropriation des enjeux environnementaux par l’équipe d’Eiffel, autour de notre nouvelle Charte de l’Investisseur Responsable et d’objectifs tangibles qui nous permettent d’être ‘neutre carbone’ dès cette année », telles sont les déclarations de Fabrice Dumonteil en sa qualité de président d’Eiffel. Depuis l’année dernière, pas moins d’un dixième des installations françaises de capacités photovoltaïques ont bénéficié d’un financement par Eiffel Energy Transition. C’est selon quatre axes qu’Eiffel finance la transition énergétique : l’accélération des projets d’énergie renouvelable, le financement en dette et en fonds propres des PME de la transition énergétique, sa charte de l’investisseur responsable couplée à sa recherche de la neutralité carbone, et son implication dans des initiatives majeures de promotion de la finance durable telles que Finance for Tomorrow.

Techniques et innovations

20 juil. 2018 lenergeek.com, 13/07/18

Le recyclage des panneaux solaires se met en place

Avec une durée de vie moyenne de 20 ans, les premiers panneaux solaires installés en 2000 arrivent en fin de vie. Si le nombre de panneaux installés avant 2005 est faible, la question de leur recyclage devrait s’imposer dans les années à venir. Dans ce cadre, Veolia vient d’inaugurer la première usine de recyclage de panneaux solaires de France dans les Bouches-du-Rhône, alors qu’en 2017, 700 tonnes de panneaux usagés ont déjà été collectés en France. La collecte devrait s’élever à 1 600 tonnes en 2018 selon l’association PV Cycle, avant de dépasser les 30 000 tonnes d’ici dix ans. Cette hausse s’explique par le boom du photovoltaïque entre 2005 et 2010, où la puissance installée française était passée de 3 MW à 878 MW en cinq ans. Jusqu’à présent, les panneaux usagés étaient envoyés en Belgique, grâce à une structure de collecte des déchets photovoltaïques dans les pays de l’Union européenne, initiée en 2007 par PV Cycle. 90 % de la collecte est assurée par l’association, qui la finance par les fabricants et importateurs de panneaux. Un panneau solaire peut être quasiment entièrement recyclé, puisqu’il est composé de verre à 75 %, de plastique, d’aluminium, ou encore de cuivre, tous recyclables. Le silicium, qui est généralement utilisé pour la fabrication de la cellule photovoltaïque, peut être réutilisé jusqu’à quatre fois.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

19 avr. 2019
France

Revue de presse du 19 avr.

A la une : Les incinérateurs produiraient jusqu’à 65% d’énergie renouvelable

12 avr. 2019
France

Revue de presse du 12 avr.

A la une : Avec Hynamics, EDF confirme ses ambitions dans l’hydrogène bas carbone

05 avr. 2019
France

Revue de presse du 05 avr.

A la une : L’ADEME publie son bilan 2018

Voir toutes les revues de presse