France

Revue de presse

18 Juin. 2021

Partager :

Tendances et acteurs

18 Juin. 2021 Lefigaro.fr, 11/06/2021

La publicité s’engage en faveur de la transition écologique

Le 10 juin 2021, le gouvernement a dévoilé le rapport d’Agathe Bousquet, présidente de Publicis France, et d’Arnaud Leroy, président de l’Agence de l’environnement (Ademe) ; qui présente des pistes de réflexion concernant le cadre collectif censé permettre au secteur de la publicité de contribuer à la transition écologique. Pour rappel, ce rapport a été commissionné par les ministères de l’Économie, de la Transition écologique et de la Culture à la suite des critiques adressées par la Convention citoyenne pour le climat au secteur de la publicité. Le rapport propose de mettre en place un « contrat climat » décliné en cinq grands axes : « Ce que nous mesurons, ce que nous contrôlons, ce que nous produisons, ce que nous promouvons et ce à quoi nous sensibilisons », résume la présidente de Publicis France. Les agences sont incitées à mesurer leur empreinte carbone avec des indicateurs pertinents, à promouvoir les produits et services « vertueux » et à formuler des objectifs précis en termes d’émission de CO2. De telles actions pourraient donner lieu à des compensations, l’instauration d’un ticket de facturation plus élevé pour compenser le développement de ces nouveaux outils étant déjà évoquée. Les Gafam sont également invités à prendre part à la discussion. « Le secteur est prévenu, l’exécutif finira par imposer une régulation s’il ne joue pas le jeu », prévient toutefois Arnaud Leroy. Un bilan est prévu dès 2023 pour contrôler les démarches et leur efficacité dans l’espoir de porter à terme le projet au niveau européen.

18 Juin. 2021 latribune.fr, 08/06/2021

Réussir la transition écologique des territoires, nouvel enjeu pour le secteur bancaire

Loin d’avoir découragé les acteurs économiques de s’engager en faveur de la transition écologique, la crise sanitaire semble les avoir confortés dans leur volonté d’œuvrer en faveur de l’environnement. « Depuis quelques mois, nous assistons à une accélération incroyable des sujets environnementaux », constate en effet Stéphane Bavencoffe. Selon le directeur territorial Bretagne chez Arkéa Banque E&I, les entrepreneurs perçoivent la mise en place d’une politique RSE « non seulement […] comme un vecteur de performance et d'attractivité, mais aussi comme un véritable levier de développement à long terme ». La banque a ainsi créé dès 2020 une Direction de la Transition Environnementale travaillant main dans la main avec les acteurs économiques publics et privés pour mieux accompagner les porteurs de projets durables. Autre initiative, un nouveau « prêt à impact » a été « démocratisé » afin d’offrir aux clients d’Arkéa un accompagnement « dans leurs démarches ESG sur des financements supérieurs à 3 M€ ». Devenu l’un des acteurs majeurs des projets d’énergies renouvelables, le secteur bancaire s’est engagé à soutenir l’économie circulaire en finançant la construction de centrales de méthanisation qui produisent des biofertilisants et du gaz. « Aujourd'hui nous mettons notre agilité et notre connaissance des territoires au service de projets vertueux qui permettent de limiter nos émissions de gaz à effet de serre tout en créant de la richesse. En soutenant les filières dans leur transformation durable, nous soutenons activement le développement économique de nos régions, pour demain et pour longtemps », explique Stéphane Bavencoffe.

18 Juin. 2021 lesechos.fr, 10/06/2021

Transition énergétique : création d’un fonds spéculatif

Jusqu’à présent spécialisé dans le pétrole, le financier Pierre Andurand a annoncé le lancement d’Andurand Climate and Energy Transition Fund, un fonds consacré à la transition énergétique qui investira dans des sociétés, dans les matières premières et dans des quotas de carbone. Cette annonce témoigne de l’engouement croissant des spéculateurs pour la transition énergétique au détriment des énergies fossiles : « il est bien plus aisé d'être dans un marché où les opportunités sont claires. Dans le pétrole, la situation est moins limpide car la demande va bien finir par baisser lourdement », explique en effet Pierre Andurand. Le fonds est appelé à renforcer son exposition aux énergies renouvelables à mesure que la consommation d’énergies fossiles diminuera.

Energies renouvelables

18 Juin. 2021 lefigaro.fr, 08/06/2021

Le potentiel hydrolien des côtes françaises reste à exploiter

Le potentiel de l’énergie hydrolienne suscite un intérêt croissant de la part des industriels et des PME du secteur énergétique. Dernière preuve en date, la start-up HydroQuest et le groupe Qair ont annoncé le 7 juin la création de Flowatt Raz Blanchard, une coentreprise visant l’installation d’une ferme commerciale pilote au Raz Blanchard. Sur cette concession cédée par EDF Renouvelables, les deux partenaires entendent à terme produire une dizaine de TWh chaque année. Situé au large de la presqu’île du Cotentin, « le Raz Blanchard est un des meilleurs sites hydroliens au monde », assure-t-on chez Qair. En attendant d’obtenir les autorisations administratives qui permettront l’installation de leurs turbines sous-marines, les partenaires souhaitent « démontrer les différents avantages de l’hydrolien mais également franchir une nouvelle étape vers le développement à l’échelle commerciale de cette énergie en France ». Alors que le Royaume-Uni concentre d’ores et déjà 1 GW de projets au large de ses côtes, la France se montre plus réticente à l’égard de cette technologie, notamment avec RTE (Réseau de transport d’électricité) qui table sur un maximum de 1 GW d’hydrolien en 2050. Selon différentes études, la France disposerait d’un potentiel bien plus important, estimé à 3,5 GW. Encore à ses balbutiements, l’hydrolien souffre de ses coûts de production, le prix du MWh se situant entre 200 à 300 euros contre une moyenne de 55 euros sur le marché de l’électricité. « Ce sont des chiffres similaires à l’éolien flottant en développement actuellement, et nous espérons faire baisser ce coût à 50 euros à horizon 2030, suivant la même trajectoire que ce qu’ont connu les autres énergies renouvelables », explique-t-on chez Qair.

Economies d'énergie et émissions carbone

18 Juin. 2021 usinenouvelle.com, 03/06/2021

TEEPTRAK start-up partenaire d’EDF : des solutions digitales au service de la performance industrielle

La start-up TEEPTRAK, partenaire d’EDF, s’est spécialisée dans les solutions digitales visant l’amélioration de la performance industrielle. « Avec nos solutions, simples à utiliser, les opérateurs disposent désormais de données précises pour identifier les pertes de performances et peuvent ainsi se concentrer sur l’amélioration en elle-même », explique François Coulloudon, le CEO de l’entreprise, qui tient toutefois à préciser que « l’impact dépend principalement des équipes terrain, moteurs de l’excellence opérationnelle » et cela ne devrait pas changer à l’avenir : « l’usine du Futur ne sera pas seulement un ensemble de systèmes interconnectés et robotisés. Les technologies font évoluer le rôle de tous les acteurs de la production. L’enjeu est d’utiliser les bons outils aux bons endroits, dans une nouvelle approche plus collaborative et participative, de la base au sommet », estime en effet François Coulloudon.

18 Juin. 2021 liberation.fr, 11/06/2021

RTE : la France en mesure d’alimenter 16 millions de véhicules électriques

A l’occasion d’une conférence de presse donnée le 10 juillet, Maïté Jaureguy-Naudin, directrice innovation et données de RTE (Réseau de transport d’électricité) a affirmé que « le système électrique sera[it] capable de produire une quantité d’électricité nécessaire à la recharge de [16 millions de] véhicules » électriques en 2035. Comme l’a rappelé le gestionnaire, la production d’électricité décarbonée devrait atteindre 615 TWh à cette date alors que la consommation ne devrait pas dépasser 500 TWh. L’approvisionnement en électricité des véhicules électriques semble d’autant plus assuré que la mobilité électrique ne devrait représenter pas plus de 10% de cette demande. Cette annonce peut être considérée comme majeure car la SNBC (Stratégie Nationale Bas-Carbone) prévoit de réduire de 40% les émissions de CO2 françaises d’ici 2030, par rapport à l’année 1990. Un objectif qu’elle ne saurait atteindre sans développer rapidement le véhicule électrique. En effet, le transport représente actuellement près du tiers des 440 millions de tonnes d’émissions carbone générées actuellement en France. Parmi les autres leviers de réduction de l’impact carbone figurent : la production de batteries en France susceptible de générer une économie de 2 à 3 millions de tonnes de CO2 chaque année, ou encore le pilotage intelligent de la recharge et l’accès facilité à des stations électriques (5 millions de tonnes de CO2 en moins chaque année d’ici 2030).

Réglementations et politique de l'énergie

18 Juin. 2021 Actu-environnement, 09/06/2021

Report de l’interdiction des nouvelles chaudières au fioul

Le 7 juin, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili a confirmé que l’interdiction des nouvelles chaudières au fioul, dont l’entrée en vigueur devait être initialement prévue le 1er juillet 2021 dans les bâtiments neufs et le 1er janvier 2022 dans le parc existant, serait finalement reportée à juillet 2022 : « C'est très mauvais de se chauffer au fioul [mais] il y a une volonté dans la période d'y aller tranquillement », a justifié la ministre. « Concrètement, à la mi-2022, il sera impossible de faire installer dans un logement ou une entreprise une nouvelle chaudière au fioul émettant plus de 250 g de CO2 par kWh, soit l'intégralité des chaudières fonctionnant au fioul actuel 100 % fossile », résume la société Hellio, spécialisée dans les solutions d’efficacité énergétique. Des dérogations seront prévues « pour certains cas puisqu'il peut arriver qu'il y ait des difficultés, des impossibilités techniques ou des coûts excessifs », a déclaré Barbara Pompili. La ministre a précisé que le décret « n'interdira[it] pas les réparations des installations existantes ». Pour rappel, 3,5 millions de logements, dont 85% de maisons individuelles, étaient chauffés au fioul en 2018.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

23 juil. 2021
France

Revue de presse du 23 juil.

A la une : Transition énergétique : EDF lance un portail dédié aux investissements participatifs

16 juil. 2021
France

Revue de presse du 16 juil.

A la une : Mobilité électrique : Stellantis investit 30 Mds d’euros pour accélérer sa transition électrique

09 juil. 2021
France

Revue de presse du 09 juil.

A la une :  Mobilité électrique : EDF et Toyota s’associent pour faciliter la conversion de leurs clients

Voir toutes les revues de presse