France

Revue de presse

14 déc. 2018

Partager :

Tendances et acteurs

14 déc. 2018 placegrenet.fr, 11/12/18

EDF inaugure son campus dédié aux métiers de l’hydraulique

EDF vient d’inaugurer son Campus de Saint-Martin-le-Vinoux (Grenoble) dédié aux métiers de l’hydraulique. Ouvert durant l’été 2018, cette « unité de professionnalisation pour la performance industrielle » devrait accueillir 3 500 stagiaires par an en moyenne. Situé « au plus près des différentes zones d’exploitation hydraulique de la façade Est de la France », ce Campus permettra aux stagiaires d’apprendre différentes facettes du métier en toute sécurité et dans des conditions proches de la réalité. EDF y proposera des formations initiales pour les nouveaux arrivants ainsi que des mises à niveau pour les salariés du groupe.

14 déc. 2018 euro-energie.com, 06/12/18

Dalkia s’associe à Lendosphere et Enerfip

Dalkia, une filiale d’EDF, vient de signer des accords de partenariat avec Lendosphere et Enerfip afin de lancer des opérations de crowdfunding pour financer le verdissement des réseaux de chaleur et de froid. C’est une première française pour des installations de ce type. Dalkia veut s’associer à l’implication financière des citoyens dans la transition énergétique et le développement durable de leur territoire. En effet, « cet outil innovant de financement permet de répondre à la volonté croissante des collectivités d’impliquer au plus près les habitants dans leur politique de transition énergétique et de développement durable ». Deux opérations ont déjà été lancées en novembre 2018 par Lendosphere sur deux réseaux exploités par Dalkia à Courbevoie et dans la Métropole Rouen Normandie. Sylvie Jéhanno, Présidente Directrice Générale de Dalkia, souligne que « les citoyens souhaitent de plus en plus être associés à la politique environnementale de leur territoire, et les opérations de financement participatif sont un moyen de répondre à ce besoin d’implication ». Léo Lemordant, co-fondateur et Président d’Enerfip, ajoute pour sa part que « placer son épargne sur Enerfip permet aux citoyens de s’engager en faveur de la Transition Energétique et d’un développement harmonieux des territoires. Nous nous réjouissons de ce partenariat avec Dalkia, qui correspond parfaitement à notre raison d’être ».

Energies renouvelables

14 déc. 2018 euro-energie.com, 06/12/18

Une prime d’EDF pour remplacer les chaudières au fioul

Après l’annonce du gouvernement, il y a quelques semaines, de la suppression des chaudières au fioul d’ici à 2028, EDF a décidé d’aider financièrement les ménages à passer au chauffage électrique. En effet, l’électricien abonde la prime gouvernementale pour les clients qui installeront une pompe à chaleur. Ce système affiche un bilan carbone très avantageux : jusqu’à 90% d’émissions de CO2 en moins par rapport au fioul. EDF précise également que « les pompes à chaleur permettent de réduire la facture de chauffage de 800 à 1 000 € par an par rapport à une chaudière au fioul ». Ainsi, la prime « Coup de pouce » d’EDF, en complément de certains dispositifs d’aides publiques existants, « contribue à réduire significativement le coût d’achat et d’installation d’une pompe à chaleur pour les ménages ».

Production d'énergie

14 déc. 2018 enerzine.com, 06/12/18

La filière Géothermie essentielle dans la transition énergétique

Le Syndicat des énergies renouvelables (SER) vient de publier une nouvelle brochure. Celle-ci présente le rôle essentiel que doit jouer la géothermie dans la transition énergétique. En effet, l’exploitation de la chaleur stockée dans les sous-sols permet de produire une énergie propre et disponible en permanence. Le syndicat présente ainsi plusieurs mesures « pour libérer le potentiel de la géothermie ». La mise en place d’un animateur spécialiste dans chaque région ou d’un chèque énergie géothermique dans le cadre du CITE (Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique) sont parmi les mesures retenues pour développer la filière. Pour Jean-Louis Bal, Président du SER, et Michèle Cyna, Présidente de la commission géothermie du SER « cette série de mesures permettra d’inscrire la géothermie au cœur de la transition énergétique et dans la construction de territoires durables ».

14 déc. 2018 lemondedelenergie, 06/12/18

L’État « s’attaque » à la consommation énergétique des bâtiments

La loi portant sur l’Évolution du logement, de l'aménagement et du numérique (ELAN) est parue au journal officiel le 24 novembre dernier et indique que « l’État français a décidé de revoir intégralement sa politique de logement et d’aménagement en fixant des obligations aux propriétaires de bâtiments ». En effet, 45 % de la consommation énergétique française est liée au secteur du bâtiment. La loi ELAN fixe des objectifs précis de réduction des consommations dans le parc tertiaire à 40% d’ici 2030, pour atteindre 60% d’ici 2050, s’appliquant aux bâtiments de plus de 1 000m². L’État français a décidé de « revoir intégralement sa politique de logement et d’aménagement en fixant des obligations aux propriétaires de bâtiments ». La loi ELAN entend« imposer sa ligne directrice aux entreprises » avec pour objectif de les obliger à investir dans des solutions qui produiront des économies durables. Les propriétaires devront ainsi mettre en place des actions « visant à remplir les obligations d’économie d’énergie ».

Economies d'énergie et émissions carbone

14 déc. 2018 journaldelenvironnement.net, 07/12/18

La stratégie nationale bas carbone peine à convaincre

Le ministère de la Transition écologique vient de présenter le projet de Stratégie nationale bas carbone (SNBC) qui prévoit la neutralité carbone en France d’ici 2050. Pour ce faire, les émissions de CO2 devront être divisées par 8. Le rythme annuel de décarbonisation du pays devra ainsi « passer de 8,6 à 12,4 millions de tonnes équivalent CO2 (Mt éqCO2) », comme l’indique le document. Tous les secteurs d’activités seront dans l’obligation de faire des efforts, en particulier le secteur des transports qui devra « fortement limiter les consommations d’énergie et améliorer l’efficacité énergétique des véhicules ». Dans le bâtiment, les propriétaires de logements anciens auront la charge de les mettre aux normes thermiques. L’agriculture devra également participer à cet effort collectif : « les cultivateurs devront développer les cultures de légumineuses, optimiser le cycle de l’azote, réduire la part de protéines dans les rations animales ». La SNBC prévoit également de développer l’agriculture biologique et la baisse du gaspillage alimentaire. Enfin, l’industrie sera dans l’obligation de décarboner toute sa production. Les auteurs du rapport précisent que la compétitivité sera maintenue vis à vis des concurrents étrangers « grâce à l’introduction d’une taxe carbone aux frontières ». Malgré les nombreux axes d’amélioration envisageables, les auteurs de ce rapport ne s’attardent pas sur les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ces objectifs. En effet, « aucune idée n’est avancée pour flécher l’investissement vers la transition énergétique ». A noter également que depuis 2015, les émissions de la France sont reparties à la hausse et les auteurs de la SNBC « ont prévu que le pays dépasse son budget carbone jusqu’en 2023 au moins ».

Réglementations et politique de l'énergie

14 déc. 2018 connaissancedesenergies.org, 07/12/18

Un délégué pour coordonner la fermeture des centrales à charbon

Le gouvernement a annoncé la nomination d’un « délégué à l'avenir des territoires de centrales à charbon ». Elle fait suite à une réunion organisée par la secrétaire d'État à l'Écologie, Emmanuelle Wargon, avec des représentants d'EDF, d'Uniper et des préfets des départements où sont installées ces centrales à charbon. En effet, la priorité du gouvernement est de fermer les quatre dernières centrales du pays d'ici 2022, comme le prévoit la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Ce délégué aura pour mission de coordonner ces fermetures au sein des services de l’État. Selon le ministère, « ce travail sera conduit en lien étroit avec les deux opérateurs, au plus près du terrain et avec toutes les parties intéressées, y compris les partenaires sociaux, pour permettre de construire un avenir à chacun de ces bassins d'emplois ». Sur les quatre sites encore en activités, deux sont exploités par EDF, à Cordemais (Loire-Atlantique) et au Havre (Seine-Maritime) et deux par la société allemande Uniper, à Gardanne (Bouches-du-Rhône) et Saint-Avold (Moselle).

Toute l'actualité du marché de l'énergie

18 jan. 2019
France

Revue de presse du 18 jan.

A la une : Début d’initiative française pour une gigafactory

11 jan. 2019
France

Revue de presse du 11 jan.

A la une : Des campus plus intelligents

21 déc. 2018
France

Revue de presse du 21 déc.

A la une : Un rapport en faveur de la création d’un fonds pour la transition énergétique

Voir toutes les revues de presse