France

Revue de presse

14 oct. 2022

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

14 oct. 2022 lemondedelenergie.com, 07/10/2022

2 décrets encadrent les publicités lumineuses et le chauffage des magasins

Annoncés cet été par la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, les décrets relatifs à l’interdiction des publicités lumineuses la nuit et à l’utilisation de la climatisation ou du chauffage dans les locaux commerciaux dont les portes restent ouvertes, ont été publiés au Journal officiel le 6 octobre. Déjà appliquée dans différentes villes comme Lyon ou Paris, l’obligation imposée aux commerçants de fermer la porte de leurs magasins s’ils utilisent la climatisation est donc étendue au pays dans son ensemble et élargie pour prendre en compte la question du chauffage. Le décret s’applique aux « locaux chauffés ou refroidis donnant sur l’extérieur ou des locaux non chauffés ou refroidis », « dans lequel sont exercées des activités tertiaires marchandes ou non marchandes », tout contrevenant s’exposant à une amende pouvant aller jusqu’à 750 euros. Le second texte interdit quant à lui les publicités lumineuses entre 01H00 et 06H00 du matin, en tous lieux hormis les aéroports, les gares ou les stations de métro. En vigueur depuis 2012, cette interdiction jusqu’à présent ne concernait pas les villes de plus de 800 000 habitants, une exception qui disparaît avec ce décret. Tout en jugeant « utile » l’harmonisation géographique entre les communes et l’augmentation du montant des amendes, l’Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN) regrette l’absence de toute « évaluation d’impact » et la portée « trop limitée » du décret.

14 oct. 2022 connaissancedesenergies.org, 07/10/2022

Marché de l’énergie : des aides simplifiées pour sauver l’industrie

Vendredi 7 octobre, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire a annoncé que les aides aux entreprises touchées par la hausse des prix de l’énergie seront de nouveau simplifiées avant la fin du mois d’octobre pour « sauver le tissu industriel français ». Une enveloppe de trois milliards d’euros est réservée aux entreprises dont la facture énergétique équivaut à plus de 3% de leur chiffre d’affaires et qui ne sont pas en mesure de répercuter cette augmentation sur les prix en raison de la concurrence internationale. Le ministre de l’Economie et des Finances a rappelé que l’exécutif est en pourparlers avec l’Union européenne pour obtenir un « découplage du prix du gaz et de l’électricité » d’ici fin octobre. Entretemps, les principaux fournisseurs de gaz et d’électricité ont signé une charte de bonnes pratiques en faveur des PME. Pour sa part, le gouvernement s’est engagé à faciliter la signature de ces contrats énergétiques.

Production d'énergie

14 oct. 2022 actu-environnement.com, 04/10/2022

Effacement 2023 : 11 candidats pour assurer la sécurité du réseau électrique l’hiver

Onze candidats, dont Agregio filiale du groupe EDF, ont été sélectionnés dans le cadre de l’appel d’offres Effacement 2023, lancé par le ministère de la Transition écologique en mai dernier afin d’assurer la sécurité du réseau électrique en hiver. Le volume total d’effacement de consommation d’électricité garanti par les lauréats s’élève à 2 702 MW. Si ce chiffre marque une hausse de 36% par rapport à la session 2022, il reste pourtant « bien en deçà » du volume requis (8 011 MW). La rémunération globale d’un megawatt effacé est établie à 59 900 euros par an. « Comme l’an dernier, les offres d’effacement retenues sont toutes vertes, c’est-à-dire qu’elles ne sollicitent pas de moyens diesels », souligne RTE. Plus précisément, 80% des candidats ont choisi l’option « Jours PP2 » (période de pointe 2), tandis que 20% ont préféré l’option « 20 jours signalés ».

Energies renouvelables

14 oct. 2022 actu-environnement.com, 05/10/2022

Agrivoltaïsme : une proposition de loi encadre les installations solaires

Adoptée à l’unanimité par la commission des Affaires économiques du Sénat, une proposition de loi destinée à promouvoir l’agrivoltaïsme fera l’objet d’un débat en séance publique. Souhaitant lever le flou juridique qui encadre cette activité, les auteurs du texte en donnent une définition précise. Selon eux, une installation photovoltaïque peut être considérée comme agrivoltaïque à condition d’être située sur « une parcelle agricole dont elle permet de maintenir ou de développer durablement une production agricole significative », l’agriculture devant impérativement rester l’activité principale de la parcelle. L’installation agrivoltaïque doit par ailleurs fournir aux moins deux services à la production agricole, comme la protection contre les aléas ou l’amélioration du potentiel agronomique, « sans porter atteinte aux autres et en assurant un revenu durable et probable issu de cette production ». Elle doit pouvoir être démontée. « L'enjeu est d'encourager les projets exempts de conflit d'usage et de ne pas autoriser les ″projets alibis″ ; le développement de l'agrivoltaïsme doit toujours s'effectuer en bonne complémentarité et au bénéfice des agriculteurs et des territoires, et viser ainsi le double objectif de souveraineté alimentaire et énergétique », explique le sénateur Franck Menonville. A noter que les installations affichant une puissance inférieure ou également à 1 MW pourront bénéficier d’un tarif d’achat.

14 oct. 2022 euro-energie.com, 03/10/2022

EDF Renouvelables : mise en service de la centrale solaire de Saint-Romain-en-Gal

En développement depuis 2018, la centrale solaire de Saint-Romain-en-Gal vient d’être mise en service. Située sur une ancienne installation de stockage de déchets non dangereux appartenant au Groupe Nicollin, cette centrale opérée par EDF Renouvelables affiche une puissance installée de 5 MWc. Equipée de 9 500 panneaux, elle va permettre de satisfaire les besoins en électricité d’environ 3 000 habitants. Première centrale photovoltaïque au sol dans le département du Rhône, cette installation a reçu le label « Biodiversité positive » en 2021 en raison de l’ensemble de mesures environnementales mises en place par les deux partenaires pour préserver la biodiversité. « La revalorisation du site grâce à l’implantation d’une centrale solaire concilie enjeux de biodiversité et production d’énergie renouvelable », a déclaré Nicolas Couderc. Comme l’a expliqué le Directeur France d’EDF Renouvelables, « cette centrale témoigne de l’engagement d’EDF Renouvelables de développer, de construire et d’exploiter des projets d’énergie renouvelable qui contribuent à la transition énergétique et à la lutte contre le changement climatique ».

Tendances et acteurs

14 oct. 2022 leparisien.fr, 06/10/2022

Calcia décarbone sa chaîne de production dans les Deux-Sèvres

Début octobre, le groupe Calcia, propriété du géant allemand HeidelbergCement, a entamé la transformation de son site d’Airvault dans les Deux-Sèvres (France). Bénéficiant d’une enveloppe de 235 millions d’euros, la cimenterie subira une transformation à hauteur de 80%, avec pour objectif de porter sa capacité de production à 1,6 millions de tonnes de ciment par an, tout en réduisant son empreinte carbone de 27% pour chaque tonne de ciment produite. « Nous utiliserons les meilleures technologies disponibles et cesserons d’utiliser le coke (combustible issu du pétrole) et le charbon à l’horizon 2025 », a déclaré Bruno Manivet, le directeur de la cimenterie d’Airvault. L’utilisation de plus de 200 000 tonnes de déchets ménagers et industriels non recyclables comme combustible permettrait au Groupe de diminuer sa consommation d’électricité de 10%.

14 oct. 2022 usinenouvelle.com, 08/10/2022

Carbon8 transforme le CO₂ pour le bâtiment et l’agriculture

L’entreprise Carbon8 a mis au point une solution permettant de capter le dioxyde de carbone issu des fumées de cimenterie pour l’introduire dans des résidus de combustion (cendres, poussières de ciment…) eux-mêmes transformés en granulats valorisables dans le bâtiment et l’agriculture. Par minéralisation, le carbone contenu dans le CO₂ se fixe chimiquement au contact de certains éléments présent dans les résidus de combustion. Pour accélérer le processus et l’ajuster aux spécificités des déchets de chaque usine, Carbon8 y intègre un mélange gardé secret. La décarbonation des entreprises étant l’un des axes de développement d’EDF, le Groupe a co-investi à hauteur de 4,69 millions d’euros dans l’entreprise Carbon8 avec le cimentier Vicat en juin 2022. La technologie de Carbon8 est en phase de test chez ce dernier à Montalieu-Vercieu (Isère) depuis 2020, l’entreprise britannique entendant multiplier les sites clients.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 jan. 2023
France

Revue de presse du 27 jan.

A la une : Danone mise sur une réduction des émissions de méthane de 30% d’ici 2030

20 jan. 2023
France

Revue de presse du 20 jan.

A la une : Iveco et Izivia se lancent dans l’électrification du transport de marchandises

13 jan. 2023
France

Revue de presse du 13 jan.

A la une : Le Gouvernement veut faire de la France la première nation européenne de l’industrie verte

Voir toutes les revues de presse