France

Revue de presse

13 sep. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

13 sep. 2019 lemondedelenergie.com, 09/09/2019

Rénovation énergétique : le gouvernement lance un service d’accompagnement

Afin de lutter contre les « passoires énergétiques », à l’origine du quart des émissions de CO2 en France, le gouvernement a annoncé le 8 septembre la mise en place d’un service d’accompagnement pour la rénovation énergétique (SARE) qui disposera d’un budget de 200 millions d’euros sur cinq ans. Dès le 1er janvier 2020, ce dispositif viendra compléter les aides déjà existantes telles le crédit d’impôt pour la transition énergétique, les prêts à taux zéro ou les certificats d’économie d’énergie (CEE ). Suivant « une logique de rémunération à la performance », le financement des projets sera assumé pour moitié par les collectivités territoriales. Le reste sera « apporté dans le cadre de ce programme par des certificats d’économie d’énergie (CEE) à hauteur de 200 millions d’euros », précisent le ministère de la Transition écologique et le ministère de la Ville et du logement. Comme l’explique l’exécutif, ce programme vise également à conseiller et accompagner les particuliers tout en soutenant « le déploiement d’un service de conseil aux petits locaux tertiaires privés ». Rappelant que « les bâtiments mal isolés concernent 4 millions de ménages modestes », Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique, considère la rénovation énergétique comme « un enjeu central » : « c’est aussi un enjeu climatique, car le secteur du bâtiment concentre 25% de nos émissions de CO2 », ajoute-t-elle.

Economies d'énergie et émissions carbone

13 sep. 2019 euro-energie.com, 05/09/2019

Réduction de l’impact carbone : EDF et Nexity signent un accord

Réunis le 5 septembre dans l’enceinte du nouveau site EDF SmartSide réalisé par Nexity, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF, et Alain Dinin, Président de Nexity, ont signé un accord de coopération dans le secteur du bâtiment. Dans le cadre de cette convention, les deux groupes entendent proposer des solutions et services visant à améliorer la performance énergétique des bâtiments afin de contribuer à la réduction des émissions de carbone. Comme l’indique EDF dans un communiqué, la collaboration des deux partenaires s’articulera autour de quatre grands axes : « l’intégration de solutions énergétiques bas carbone et renouvelables dans la construction neuve (…) ; l’intégration, dès la livraison, de services pour les occupants et pour les gestionnaires de sites ; la préparation de solutions de rénovation pour l’habitat collectif ou le tertiaire afin de faciliter l’amélioration de la performance énergie et carbone des bâtiments construits ; la conception d’ensembles urbains, de solutions et de services énergétiques en cohérence avec le patrimoine du territoire ». EDF et Nexity ont par ailleurs décidé de collaborer pour répondre à l’appel à projets portant sur la construction du lot E du village Olympique de Paris 2024 lancé par la SOLIDEO (Société de Livraison des Ouvrages Olympiques).

13 sep. 2019 journaldelenvironnement.net, 05/09/2019

« Escales Zéro fumée » : la région PACA veut électrifier les navires à quai

Rappelant que « 20% de la population régionale est exposée à un dépassement des normes de la qualité de l’air avec des pics plus importants dans les villes-ports », le conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur a présenté le 5 septembre un plan « Escales zéro fumée ». Destiné à limiter la pollution générée par les navires lors de leurs escales dans les ports de Marseille, Toulon et Nice, ce plan prévoit d’investir 30 millions d’euros dans l’installation de systèmes permettant d’alimenter les bateaux en électricité afin de limiter leur consommation de gazole lors des escales. Après sa mise en service prévue en 2025, ce dispositif devrait être complété par la construction d’un hub gazier sur le site de Fos du grand port de Marseille. Représentant un coût d’un million d’euros, cet équipement permettra l’avitaillement des bateaux fonctionnant au GNL (gaz naturel liquéfié), un carburant fossile moins polluant que le gazole ou le fioul lourd.

13 sep. 2019 lesechos.fr, 06/09/2019

« Carbon Agri » : un dispositif valorisant les actions bas carbone des éleveurs laitiers

Afin d’offrir aux exploitants des 58 000 fermes laitières françaises la possibilité de valoriser leurs actions bas carbone, le ministère de la Transition écologique s’apprête à valider le dispositif « Carbon Agri ». Elaboré par l’interprofession de la filière bovine, cette méthode d’évaluation des réductions de CO2 prévoit la possibilité de faire financer des initiatives locales de lutte contre l’effet de serre et de séquestration du carbone par les acteurs économiques souhaitant compenser leurs propres émissions. S’étant engagé à réduire de plus de moitié l’empreinte carbone des Jeux Olympiques de Paris par rapport à ceux de Londres, le comité d’organisation de Paris 2024 pourrait notamment trouver un intérêt à ce dispositif. Les éleveurs choisissant cette solution bénéficieront quant à eux d’un complément de revenu annuel évalué à plusieurs milliers d’euros (entre 3 500 et 4 000 euros par an pour une économie de 350 à 400 tonnes de CO2). A ces gains conséquents s’ajouteraient ceux générés par les actions environnementales : selon l’Institut de l’élevage, la marge réalisée sur 1 000 litres de lait par les exploitations les plus vertueuses serait supérieure de 30 euros à celle des élevages émettant le plus de CO2.

Energies renouvelables

13 sep. 2019 latribune.fr, 02/09/2019

Emploi : le dynamisme des énergies vertes

S’il ne représente actuellement que 11% du mix énergétique national, le secteur des énergies renouvelables devient progressivement un important créateur d’emplois en France. Selon l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie), la filière représente en effet 79 000 emplois directs dans l’Hexagone. Cette dynamique est appelée à se renforcer, la loi de transition énergétique fixant un objectif de 40% d’énergies vertes dans la production d’électricité à l’horizon 2040. L’ADEME estime ainsi que la filière devrait créer 240 000 emplois d’ici 2020, 246 000 d’ici 2023 et 825 000 d’ici 2050. Avec 12 000 personnes travaillant au sein de 433 centrales, le secteur hydroélectrique est actuellement le principal pourvoyeur d’emplois parmi les énergies renouvelables. Les énergies marines, le solaire photovoltaïque et thermodynamique ainsi que le biogaz devraient toutefois s’imposer à l’avenir comme les énergies vertes les plus dynamiques.

13 sep. 2019 latribune.fr, 29/07/2019

Mise en service de deux navettes électro-solaires dans le Vieux-Port de La Rochelle

La Rochelle vient de remplacer ses deux passeurs électriques mis en service en 1998 et 2003 par deux navettes électro-solaires baptisées Volta et Ampère. 100% électriques, ces bateaux utilisent 30% d’énergie solaire, contre 10% pour les anciennes, grâce aux panneaux photovoltaïques nouvelle génération dont ils sont équipés. Les nouvelles navettes disposent également de moteurs plus puissants et de batteries assurant une autonomie supérieure à celle dont bénéficiaient les anciens modèles. Ces caractéristiques permettront aux navettes d’offrir une liaison avec le port des Minimes depuis la Médiathèque et le cours des Dames durant la basse saison tout en continuant à relier la tour de la Chaîne à la tour Saint-Nicolas en haute saison comme ses prédécesseurs.

13 sep. 2019 latribune.fr, 06/09/2019

Les 5 régions françaises les plus productrices d’énergie solaire

Avec 2 866 GWh produits en une année glissante, la Nouvelle-Aquitaine est la région française la plus productrice d’énergie solaire. Elle compte, par ailleurs, le plus grand nombre de projets en développement. Avec 2 234 GWh, l’Occitanie arrive en deuxième position, suivie de la Provence-Alpes-Côte d’Azur (1 656 GWh), de la région Auvergne-Rhône-Alpes (1 019 GWh) et de la région Grand-Est (544 GWh). Avec 16,3%, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur présente le meilleur facteur de charge solaire (rapport entre l'énergie électrique produite et l'énergie qui aurait pu être produite grâce au fonctionnement à sa puissance installée), la Nouvelle-Aquitaine arrivant en deuxième position avec 15,3% suivi de l’Occitanie avec 14,9% et de la région Grand-Est avec 13%.

Tendances et acteurs

13 sep. 2019 journaldelenvironnement.net, 02/09/2019

Aixpress : Aix dispose enfin d’un bus 100% électrique

Dernière ville française de plus de 100 000 habitants à ne pas disposer d’un tel équipement, Aix-en-Provence a annoncé le 2 septembre la mise en circulation de bus 100% électrique. Le lancement du BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) Aixpress aura nécessité deux ans de travaux et 100 millions d’euros d’investissements. « L’idée existe depuis 2009, mais faire le tracé, c’est compliqué, notamment pour passer en centre-ville. Il a fallu refaire toutes les voiries », justifie la maire de la ville, Maryse Joissains-Masini. Seize bus desserviront quotidiennement les 19 stations de la ligne A. Selon la mairie, le BHNS devrait transporter chaque jour 9 000 usagers cette année et 14 000 à l’horizon 2021. Délégataire des transports aixois jusqu’en 2028, Keolis prévoit la mise en circulation de 125 véhicules électriques supplémentaires, répartis sur six lignes, d’ici à 2024. La société table par ailleurs sur une hausse de 31% de la fréquentation et de 40% des revenus générés par le réseau Aix-en-Bus.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

18 oct. 2019
France

Revue de presse du 18 oct.

A la une : EDF Renouvelables : mise en service du parc éolien du Pays d’Anglure

11 oct. 2019
France

Revue de presse du 11 oct.

A la une : Dalkia compte investir un milliard d’euros dans les réseaux de chaleur

04 oct. 2019
France

Revue de presse du 04 oct.

A la une : Dalkia inaugure le réseau de chaleur et de froid « Toulouse Energie Durable »

Voir toutes les revues de presse