France

Revue de presse

13 mar. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

13 mar. 2020 connaissancedesenergies.org, 03/03/2020

Éoliennes : Elisabeth Borne charge les préfets d’identifier des sites d’implantation

Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a annoncé le 3 mars 2020 son intention de charger les préfets d’identifier, en concertation avec les élus, les secteurs les plus adaptés à l’implantation de nouvelles éoliennes. « Ma position sur les éoliennes est très claire : elles sont indispensables à la transition énergétique de notre pays », a déclaré la ministre, tout en précisant que le doublement de la production éolienne d’ici dix ans prévu par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Énergie) impliquait l’adhésion des élus et des citoyens : « Un travail est en cours pour trouver un bon équilibre entre le déploiement et l'adhésion et l'acceptabilité, avec notamment une circulaire qui sera adressée aux préfets leur demandant, avec les élus, d'identifier les zones dans lesquelles les éoliennes peuvent se développer sans porter atteinte à notre patrimoine naturel et culturel », a-t-elle indiqué. Dans une tribune publiée le même jour, différents acteurs parmi lesquels France Nature Environnement et France Énergie Éolienne ont appelé le gouvernement à faire preuve de « cohérence et de […] clarté » afin de favoriser un développement de l’éolien « à la hauteur des enjeux de la transition énergétique ».

Economies d'énergie et émissions carbone

13 mar. 2020 latribune.fr, 04/03/2020

Émissions carbone : le 5 mars, la France a épuisé son budget carbone 2020

Mandaté par quatre ONG dont la Fondation Nicolas Hulot, Oxfam France et Greenpeace, le cabinet Carbone 4 a calculé le « jour du dérèglement » au 5 mars 2020. À cette date, la France aurait en effet épuisé son quota annuel d’émissions de CO2 à ne pas dépasser (l’équivalent de 79 millions de tonnes) pour espérer atteindre la neutralité carbone en 2050, comme le prévoit la Stratégie nationale bas carbone. « Pendant les dernières quatre années, cette date n’a reculé que de 48 heures », déplore Cécile Duflot, la directrice générale d’Oxfam France. « Si l'on continue à ce rythme, la France n'atteindra pas la neutralité carbone en 2050 mais… en 2085 », préviennent les ONG, qui invitent l’exécutif à prendre des « mesures ambitieuses et coordonnées » afin de mettre en œuvre une « transformation sans précédent de tous les systèmes : énergie, alimentation, transports, logement, industrie, gestion des terres ».

13 mar. 2020 actu-environnement.com, 06/03/2020

Deux scenarii pour décarboner le transport de marchandises

Dans une étude publiée le 3 mars 2020, l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales), l’université Gustave Eiffel, le Cired et EDF Recherche et Développement ont élaboré deux scenarii de décarbonation du transport de marchandises. Ils permettraient à la France d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, comme le prévoit la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC). Le premier scénario repose sur le maintien de « systèmes de production, de consommation et d’échange proches de ceux d’aujourd’hui », explique Martin Koning, chercheur à l’université Gustave Eiffel. Dans ce cas de figure, la décarbonation du secteur du transport de marchandises impliquerait principalement l’amélioration des consommations énergétiques des véhicules et l’usage exclusif d’énergies décarbonées. Diamétralement opposé, le second scénario prend comme point de départ une transformation profonde des systèmes de production, de consommation et d’échange, l’accent étant notamment placé sur la responsabilisation des producteurs et des consommateurs. « Le scénario intègre la mise en œuvre d'un ensemble de mesures en faveur du rail, et la création de plateformes multimodales nationales interconnectées », précise Martin Koning. Le chercheur rappelle toutefois que « la part modale du ferroviaire est aujourd’hui très faible ». La « stratégie pour le développement du fret ferroviaire » que l’État s’est engagé à définir d’ici la fin de l’année pourrait toutefois changer la donne. « Selon les acteurs à qui l'on présente l'étude, chacun juge le plus facilement atteignable. Pour certains changer le système de production et de consommation paraît le plus difficile, pour d'autres c'est une priorité », constate par ailleurs Yann Briand, chercheur à l’Iddri.

Energies renouvelables

13 mar. 2020 natura-sciences.com, 03/03/2020

L’hydrogène naturel : un atout pour la transition énergétique

Produit à partir d’électricité renouvelable par un processus d’électrolyse de l’eau, l’hydrogène vert est appelé à jouer un rôle majeur dans la transition énergétique. Telle est en tous cas la conviction de 60 grandes entreprises des secteurs de l’énergie et des transports qui se sont engagées à investir dans sa production. EDF compte parmi elles. Outre une prise de participation de 21% au capital de McPhy, entreprise française spécialisée dans les solutions de stockage d’énergie reposant sur l’utilisation de l’hydrogène, le groupe a créé Hynamics, une filiale dédiée à la production et à la distribution d’hydrogène bas carbone. Afin de contourner les difficultés techniques liées à l’électrolyse de l’eau, certains acteurs misent pour leur part sur l’hydrogène naturel. Hydroma SA a ainsi mis au point une solution permettant de transformer cette source d’énergie en électricité verte. Afin de développer son activité, l’entreprise malienne vient de nouer des partenariats avec des acteurs allemands.

Tendances et acteurs

13 mar. 2020 latribune.fr, 03/03/2020

Saint-Gobain veut atteindre la neutralité carbone en 2050

Spécialisé dans la production, la transformation et la distribution de matériaux, Saint-Gobain s’est fixé des objectifs ambitieux en matière de réduction de ses émissions de CO2. L’entreprise prévoit en effet de réduire de 20% son impact carbone d’ici 2025, en prenant 2010 comme année de référence. « Nous en sommes à 14,5% de réduction de nos émissions de GES par rapport à celles de 2010, et donc en avance sur notre objectif de les réduire de 20% d'ici à 2025 », se félicite Benoît Bazin, directeur général délégué de l’entreprise. Il précise que « 60% des produits et solutions du groupe sont aujourd'hui positionnés sur les enjeux de transition énergétique et de réduction des émissions de CO2 ». Le numéro deux du groupe annonce par ailleurs la présentation d’ici fin 2020 d’« une feuille de route sur la façon dont Saint-Gobain atteindra le net zéro carbone en 2050 », et ce « en agissant sur [son] offre produits, [ses] consommations et [son] mix énergétique, [ses] modes de transport et [ses] flux logistiques ».

13 mar. 2020 journalauto.com, 06/03/2020

Arval et Izy proposent des véhicules électriques en LLD

Izy, la filiale d’EDF dédiée aux services dans l’habitat, vient de nouer un partenariat avec la filiale de BNP Paribas Arval, en vue de proposer à ses clients, professionnels et particuliers, une offre de Location Longue Durée (LLD) de véhicules électriques et hybrides rechargeables. Les services proposés iront de l’entretien à l’assurance perte financière, en passant par la gestion des pneumatiques, auxquels EDF ajoutera une solution de recharge à domicile ou en entreprise, ainsi que son Pass Mobilité donnant accès à plus de 100 000 points de charge en Europe. Il est également prévu de proposer un dispositif d’accompagnement et de conseil portant sur l’électrification d’une flotte ou encore sur l’équipement en infrastructures. Les clients particuliers se verront proposer une offre de fourniture d’électricité bas carbone, Vert Électrique Auto. Quant aux professionnels, ils pourront bénéficier de l’offre Contrat Flexible via le compteur Linky, ainsi que de tarifs réduits lorsque leur véhicule sera en charge. Le directeur général d’Arval France, Ferréol Mayoly, explique que « la volonté est de créer un écosystème complet afin de faciliter l’adoption du véhicule électrique et d’en lever les freins éventuels ».

Techniques et innovations

13 mar. 2020 techniques-ingenieur.fr, 06/03/2020

Optimisation énergétique : Metron met l’IA au service des entreprises

Depuis sa création en 2013, la start-up française Metron propose une solution permettant aux entreprises de générer des économies d’énergie. Baptisée Metron-EVA Factory, ce logiciel analyse les données collectées en temps réel au sein de l’entreprise afin d’identifier les bonnes pratiques à adopter pour réduire la consommation énergétique. Loin de la remplacer, ce recours à l’intelligence artificielle a vocation à compléter l’action humaine. Sur la base des simulations générées par le logiciel, un « energy manager » de Metron produit en effet « des prédictions de consommation » permettant aux entreprises de « développer leur compétitivité et leurs performances industrielles », comme l’explique Anthony Gadiou, chief digital officer de l’entreprise : « de manière générale, notre technologie va permettre de réaliser entre 5% et 15% d’économies d’énergie », affirme-t-il. Présent dans une douzaine de pays en Europe, en Asie, au Moyen-Orient et en Amérique latine, Metron a procédé à deux levées de fonds d’un montant de plus de 20 millions d’euros, une somme qui doit lui permettre de se développer à l’international.

13 mar. 2020 maddyness.com, 06/03/2020

L’environnement, lauréat des prix EDF Pulse 2020

Le concours EDF Pulse récompense depuis 2014 des start-up portant un projet innovant. Cette 7ème édition entend soutenir la lutte contre le réchauffement climatique, avec un accent particulier sur l’inclusion. Les cinq start-up lauréates bénéficieront d’une dotation allant de 30 000 à 80 000 euros, ainsi que d’une campagne de communication. Trois grands axes ont été définis à partir de la thématique de cette année : les modes de vie durables, les infrastructures résilientes et les territoires neutres en CO2. Le jury d’experts décernera trois prix, tandis que le grand public sera laissé juge du quatrième. Particularité de cette édition : le prix spécial Sport et Innovation, qui permettra à la start-up lauréate d’être mise en relation avec le comité d’organisation des JO de Paris 2024, dont EDF est partenaire. Les candidats, nécessairement des start-up européennes ayant levé moins de 2 millions d’euros, ont jusqu’au 31 mars 2020 pour déposer leur dossier.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

03 avr. 2020
France

Revue de presse du 03 avr.

A la une : L’Ademe vient en aide aux entreprises « vertes »

27 mar. 2020
France

Revue de presse du 27 mar.

A la une : L’Île-de-France met l’accent sur le photovoltaïque

20 mar. 2020
France

Revue de presse du 20 mar.

A la une : Hydrogène vert : l’Etat veut développer la filière

Voir toutes les revues de presse