France

Revue de presse

12 juil. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

12 juil. 2019 lefigaro.fr, 04/07/2019

Corse : l’indépendance énergétique pour 2050 ?

Lors de son déplacement en Corse le 4 juillet en compagnie du ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy, le Premier ministre Edouard Philippe a confirmé que la stratégie énergétique du gouvernement prévoyait l’indépendance énergétique de l’île en 2050. « Le gouvernement est décidé à arrêter les centrales à fioul lourd rapidement », a-t-il précisé, promettant « la neutralité carbone pour 2050 ». Conformément à cet objectif, la centrale du Vazzio alimentant une grande partie de la Corse-du-Sud fermera ses portes dans les années à venir. Elle sera remplacée à l’horizon 2023 par une centrale à cycle combiné qui, à terme, fonctionnera exclusivement au gaz. « Il faut redimensionner le projet avec un nouveau cahier des charges qui sera transmis en septembre prochain », a toutefois indiqué Edouard Philippe. Bien que figurant dans la Programmation pluriannuelle énergétique (PPE), la piste d’un gazoduc terrestre reliant Ajaccio à Bastia et alimentant deux centrales à gaz a finalement été écartée car représentant un « défi foncier majeur ». François de Rugy a quant à lui insisté sur les efforts qui seront déployés pour promouvoir la production d’énergies renouvelables en Corse : « Edouard Philippe a notamment annoncé le lancement d’un appel d’offres régional pour la production de 16 MW sur deux ans via les moyens photovoltaïques ».

12 juil. 2019 lemondedelenergie.com, 04/07/2019

Le gouvernement lance deux mesures en faveur des bornes de recharge

Afin d’« accélérer le (…) déploiement » des bornes de recharges pour véhicules électriques, la ministre des Transports Elisabeth Borne et le ministre de la Transition écologique et solidaire François de Rugy ont annoncé la mise en place de deux aides destinées aux collectivités territoriales et aux copropriétés. Les 3 000 premières copropriétés souhaitant s’équiper bénéficieront tout d’abord d’un rabais de 50% sur le prix des bornes, à condition de faire appel à un installateur « dont les offres sont labellisées par le programme Advenir ». Comme l’a rappelé le gouvernement, ce programme porté par l’AVERE (Association Nationale pour le Développement de la Mobilité Electrique) vise à « soutenir financièrement l’installation de bornes collectives dans l’espace public et privé, via les certificats d’économie d’énergie ». Les collectivités territoriales qui s’engageront « à installer un point de charge à moins de 500 mètres du lieu de résidence ou de travail de tous les propriétaires et utilisateurs de véhicules électriques qui en font la demande » seront par ailleurs indemnisées à hauteur de 2 160 euros par borne. Comme le prévoit le projet de loi d’orientation des mobilités, les coûts de raccordement au réseau électrique pourront éventuellement être pris en charge à hauteur de 75%.

12 juil. 2019 actu-environnement.com, 01/07/2019

Les députés définissent les « communautés d’énergie renouvelable »

Alors que la nouvelle directive européenne sur les énergies renouvelables (EnR) prévoit le développement de communautés énergétiques, l’examen du projet de loi énergie-climat a fourni aux députés l’occasion de préciser la définition française de cette notion. Reposant sur une participation ouverte et volontaire, une communauté d’énergie renouvelable désigne désormais une entité juridique autonome rassemblant des actionnaires et/ou des membres géographiquement proches des projets d’EnR auxquels elle a souscrit et qu’elle a élaborés. Son « objectif premier » doit être de « fournir des avantages environnementaux, économiques ou sociaux à ses actionnaires ou à ses membres ou aux territoires locaux où elle exerce ses activités, plutôt que de rechercher le profit ». Si l’énergie produite par ses installations peut être partagée entre ses membres ou ses actionnaires, une communauté énergétique ne peut en revanche pas détenir un réseau de distribution. L’amendement impose cependant aux gestionnaires de réseaux publics d’offrir leur pleine coopération « pour faciliter les transferts d’énergie au sein desdites communautés ». Dans un souci d’harmonisation avec le droit européen, les députés ont enfin apporté des précisions sur les dispositions relatives à l’autoconsommation individuelle, restreignant notamment son périmètre à un même bâtiment ou immeuble résidentiel.

Economies d'énergie et émissions carbone

12 juil. 2019 actu-environnement.com, 05/07/2019

Climat : la Place financière de Paris renforce ses engagements

En présence du ministre de l’Economie Bruno Le Maire, les représentants de la Place financière de Paris ont annoncé le 2 juillet qu’ils entendaient renforcer leurs engagements « en faveur de la lutte contre le changement climatique et pour contribuer à l’objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050 ». Associant différentes fédérations professionnelles, établissements et autorités publiques telles que la Fédération bancaire française (FBF) ou la Fédération française de l’assurance (FFA), la Place financière de Paris compte se doter d’une stratégie charbon et d’un observatoire dédié à la finance verte et durable d’ici mi-2020. « Dans le prolongement de la décision de certains acteurs de ne plus financer les activités directement liées au charbon, [les membres de la Place financière de Paris] définiront un calendrier de sortie globale du financement des activités charbon. Ils promouvront dès 2020 la commercialisation de produits financiers verts et solidaires auprès du public, dans le cadre prévu par la loi Pacte [pour la croissance et la transformation des entreprises] », a indiqué Bruno Le Maire. Des travaux seront également menés « en collaboration avec les autorités de supervision sur l'évaluation de l'exposition des portefeuilles aux risques climatiques et sur l'alignement des portefeuilles d'investissement avec un scénario 2°C », a précisé la Place de Paris. Bruno Le Maire a salué le premier « engagement collectif concret des acteurs financiers en faveur du climat ».

12 juil. 2019 environnement-magazine.fr, 03/07/2019

« COP métropolitaine » : Paris veut promouvoir la rénovation énergétique des logements

A l’occasion de la première « COP métropolitaine » tenue le 2 juillet, la métropole du Grand Paris a présenté les trois axes de sa stratégie en faveur de la rénovation énergétique des logements sur son territoire. Il s’agit en effet de structurer une communauté d’acteurs engagés ; accompagner les ménages grâce à un dispositif ad hoc et à la plateforme « CoachCopro » ; faciliter l’accès aux financements. La métropole a notamment annoncé son intention d’expérimenter un dispositif de financement intégral des audits globaux destiné aux copropriétés, de simplifier l’accès aux prêts à taux zéro et d’instaurer des aides directes. « 143 000 logements ont déjà été accompagnés à travers la plateforme « CoachCopro » », a tenu à rappeler Yves Contassot, le président de l’APC (Agence Parisienne du Climat) évaluant à 40 milliards d’euros le marché potentiel de la rénovation énergétique d’ici 2050.

12 juil. 2019 20minutes.fr, 03/07/2019

Le comité d’organisation de Paris 2024 vise la neutralité carbone

Alors que les Jeux Olympiques (JO) de Londres en 2012 et ceux de Rio en 2016 ont généré l’équivalent d’environ 3,5 millions de tonnes de CO2, le comité d’organisation des JO (Cojo) de Paris 2024 entend placer cette édition sous le signe de l’exemplarité. L’objectif affiché est en effet d’atteindre la neutralité carbone. Pour y parvenir, Paris 2024 possède un atout majeur : l’utilisation d’infrastructures existantes permettra en effet de réduire de 50% les émissions de gaz à effet de serre par rapport aux éditions précédentes. Des efforts additionnels devront toutefois être accomplis. Dans cette optique, le ministère de la Transition écologique et solidaire a lancé deux appels à projet. Intégré au Programme d’investissement d’avenir, le premier porte sur la production d’énergie hors réseaux, plus particulièrement sur la conception de groupes électrogènes fonctionnant aux énergies renouvelables. S’ils ont pour vocation première de faire face aux pics de consommation d’énergie liés à certaines compétitions sportives, « on peut très bien imaginer l’héritage que laisseraient ces groupes électrogènes propres », indique Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement. Ceux-ci pourraient produire de l’électricité dans « des zones rurales reculées, les îles, les sites de catastrophes naturelles, etc. ». Du 4 juillet au 8 octobre se tiendra par ailleurs une édition spéciale du concours d’innovation I-Nov, dédiée aux startups et aux PME. « Il s’agit là encore de faire éclore des solutions innovantes, notamment en matière de développement durable », précise Guillaume Boudy.

12 juil. 2019 environnement-magazine.fr, 04/07/2019

Stratégie nationale bas carbone : Coénove suggère un scénario alternatif

Publiée le 3 juillet, une étude réalisée par l’association Coénove et le bureau d’étude Artelys remet en question la pertinence de la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) 2050 concernant le secteur résidentiel. « Le scénario actuel de la SNBC a fait le choix d’une électrification massive des usages et présente à ce titre un rapport efficacité/coût qui peut, et doit être optimisé », estime en effet Bernard Aulagne, président de Coénove. L’étude de différents scénarios alternatifs a permis à l’association d’identifier celui qui lui paraît le plus adapté « tant pour la sécurité d’approvisionnement de notre pays que pour les finances publiques et (…) [pour] le consommateur ». Visant un parc résidentiel 100% BBC (Bâtiments Basse Consommation) rénové et la neutralité carbone à l’horizon 2050, ce scénario accorde davantage d’importance au gaz renouvelable et aux solutions hybrides que celui de la SNBC. « Ce scénario conduit à une consommation de gaz renouvelable supplémentaire de 16 TWh compatible avec les contraintes sur la ressource, et permettant de viabiliser dans la durée les réseaux », affirme Coénove. L’association évalue à plus de 200 euros par an et par logement le montant des économies générées par le maintien des infrastructures. Elle souligne par ailleurs qu’un tel scénario « respecte les objectifs de réduction de consommation du secteur résidentiel et les dépasse même légèrement ».

Energies renouvelables

12 juil. 2019 actu-environnement.com , 01/07/2019

Biogaz : le projet de loi énergie-climat a vocation à rassurer les producteurs

Adopté le 28 juin à l’Assemblée nationale, le projet de loi énergie-climat précise la nature des dispositions visant à promouvoir la production de biogaz. Le texte prévoit notamment l’instauration d’un dispositif de garanties d’origine pour l’hydrogène vert et le gaz d’énergie renouvelable. La loi leur interdisant de les valoriser, les producteurs ayant signé un contrat d’achat céderont ces garanties d’origines au gouvernement qui se chargera d’organiser des enchères. Afin que les producteurs soient assurés de voir leur production trouver preneur, un amendement prévoit par ailleurs la création du statut d’acheteurs de dernier recours pour le biogaz. En effet, tout fournisseur de gaz naturel approvisionnant plus de 10% du marché national sera considéré comme tel et sera tenu « de conclure un contrat d’obligation d’achat de biogaz avec tout producteur de biogaz qui en fait la demande ». Les députés ont par ailleurs souhaité offrir aux « habitants dont la résidence est à proximité du lieu d’implantation du projet, ainsi [qu’aux] collectivités territoriales et [à] leurs groupements », la possibilité de participer au financement des projets de production de biogaz ou de prendre des parts du capital.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
France

Revue de presse du 15 nov.

A la une : L’Alsace pourrait couvrir un tiers des besoins de la France en lithium

08 nov. 2019
France

Revue de presse du 08 nov.

A la une : La Région Ile-de-France va consacrer 10 milliards d’euros à la transition écologique

31 oct. 2019
France

Revue de presse du 31 oct.

A la une : Cérémonie de remise des Prix start-up EDF Pulse 2019

Voir toutes les revues de presse