France

Revue de presse

10 sep. 2021

Partager :

Techniques et innovations

10 sep. 2021 usine-digitale.fr , 03/09/2021

Dalkia et SNCF Gares & Connections inaugurent une plateforme de gestion numérique innovante

SNCF Gare & Connexions, filiale de SNCF Réseau, et Dalkia, filiale du groupe EDF, ont présenté le 2 septembre 2021 le premier chainon d’outil de pilotage, de l’exploitation et de la maintenance des gares « nouvelle génération ». Le projet, appelé BIM GEM (Building Information Modeling pour Gestion, Exploitation, Maintenance) repose sur le contrat de partenariat d’innovation public-privé pluriannuel engagé entre les entreprises SNCF Gares & Connections et Dalkia, à l’été 2020. Cette nouvelle plateforme, actuellement en phase d’expérimentation, accueillera à terme les jumeaux numériques de 122 gares de l’Hexagone, soit 60% du patrimoine de SNCF. « L’ambition est de révolutionner le fonctionnement de nos plus grandes gares, grâce à une approche industrielle basée sur des maquettes numériques, pour permettre à nos agents et aux personnels des entreprises partenaires d’accéder à l’ensemble des informations et de partager toutes les données pour une exploitation plus rationnelle de nos installation », explique Marlène Dolveck, directrice générale de SNCF Gares & Connexions. Le projet nécessite en amont de prendre en compte la spécificité du patrimoine de l’entreprise, car « toutes les gares sont différentes, en taille, mais aussi en conception », ajoute la directrice générale. « La création du jumeau numérique de chacune des gares requiert à elle seule un long travail préparatoire pour scanner un à un les bâtiments, modéliser l’ensemble des réseaux (eau, chauffage, éclairage, climatisation) et des équipements dédiés et intégrer l’ensemble de la connaissance accumulée au fil du temps à la fois au niveau des équipements, mais aussi des bâtiments », précise Henri Vignoles, directeur du projet BIM GEM chez SNCF Gares & Connexions. Ce nouvel outil permettra d’atteindre des gains significatifs d’efficacité énergétique pour les équipes de maintenance et l’exploitation globale du patrimoine. SNCF Gares & Connexions et son partenaire Dalkia envisagent désormais de proposer ce nouvel outil de pilotage également aux gares à l’international.

Tendances et acteurs

10 sep. 2021 leschos.fr , 16/08/2021

CUBE : un concours pour réduire la consommation d’énergie des entreprises

L’établissement public Paris La Défense, gestionnaire du quartier d’affaires francilien, organise à partir de septembre 2021 un concours afin d’inciter les entreprises à réduire leur consommation énergétique : le Concours Usages et Bâtiments Efficaces (CUBE). Il a été lancé par l’établissement public d’aménagement Paris la Défense, grâce au partenariat d’excellence avec le groupe EDF, dans le cadre du Championnat de France de réduction des consommations d’énergie et d’émissions carbone porté par l’Institut français pour la performance du bâtiment (IFPeB). Le CUBE a pour objectif d’évaluer pendant un an les économies d’énergie et de CO2 réalisées par les bâtiments en améliorant leur exploitation et en mobilisant leurs occupants. Les établissements participants (Orange, BNP Paris Real Estate, Groupama Immobilier, Allianz, etc.) montrent l’exemple aux autres entreprises et anticipent la loi ELAN, qui impose dès septembre 2021 aux acteurs privés et publics de réduire la consommation énergétique de leurs bâtiments de 40% d’ici 2030.. La consommation d’énergie des entreprises concerne principalement les éclairages, le chauffage et la climatisation des espaces. Orange, gagnant du concours CUBE 2020, a par exemple réduit la consommation de ses bureaux et de ses boutiques de 55,8% en rationalisant l’occupation des étages et des salles. En 2019, le quartier d’affaires a généré 1 000 kt CO2, l’équivalent d’une ville de 127 000 habitants. 15% des émissions de CO2 du quartier d’affaires de la Défense proviennent de la consommation d’énergie (électricité, gaz, réseau de chaleur et froid). 24% sont générées par la construction des bureaux et près de 32% par les déplacements de personnes. Les résultats du concours seront annoncés en juin 2022.

Energies renouvelables

10 sep. 2021 lemondedelenergie.com , 02/09/2021

Photovoltaïque : essor de l’énergie solaire en France

L’énergie solaire est « en phase d’accélération » en France grâce aux importantes capacités installées au premier semestre 2021, selon les chiffres publiés le 1er septembre 2021 par le Syndicat des énergies renouvelables (SER). « Au cours des seuls six premiers mois de l’année, 1 367 mégawatts (MW) supplémentaires ont été raccordés contre 431 MW sur la même période en 2020 » précise le SER. Le parc photovoltaïque français comptait 12,6 GW raccordés à fin juillet 2021, avec une production en hausse de 9% sur un an au premier semestre. Selon la dernière estimation du think tank Ember, l’énergie solaire a atteint un niveau inédit dans la production européenne d’énergie renouvelable au cours de l’été. Les panneaux solaires ont en effet généré 10% de l’électricité des 27 pays membres de l’Union européenne durant les mois de juin et juillet. Les parcs solaires ont produit 39 TWh sur ces deux mois, soit une augmentation de 5,1 TWh par rapport à la même période en 2020.

10 sep. 2021 lemondedelenergie.com , 29/08/2021

Normandie : lancement d’un nouveau projet éolien offshore

Au cours d’un déplacement en Loire-Atlantique le 4 septembre 2021, le Premier ministre, Jean Castex, accompagné de Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, et d’Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a annoncé le lancement d’un nouveau projet éolien offshore au large de Barfleur, en Normandie. « Il y a eu un débat public, qui a été conduit en Normandie en 2019 et en 2020, qui a permis d’identifier une zone au large de Barfleur, à 32 km des côtes », indique une source proche du gouvernement. Selon cette même source, le gouvernement souhaiterait « étudier une extension de ce premier projet, dans la même zone, juste à côté » afin de « mutualiser certains équipements et notamment le raccordement ». Une saisine de la CNDP (Commission nationale du débat public) est prévue pour la réalisation de ce projet. Les ministres ont également visité le chantier du parc éolien en mer de Saint-Nazaire, premier site offshore mis en service en France. Le parc de Saint-Nazaire sera constitué de 80 éoliennes et représentera, à terme, l’équivalent de 20% de la consommation électrique de la région Loire-Atlantique.

10 sep. 2021 actu-environnement.com , 26/08/2021

Belfort : Dalkia lance un grand chantier de rénovation du réseau de chaleur

Dalkia, filiale du groupe EDF, a lancé cet été à Belfort, le chantier de modernisation du réseau de chaleur du quartier des Glacis-du-Château. L’un de ses objectifs est de remplacer 700 mètres de canalisations en fonte par un équipement neuf, à terme, de la chaufferie centrale. Actuellement alimentée en « gaz vert », elle devrait être transformée en chaufferie biomasse d’ici l’automne 2022 afin de produire une chaleur plus écologique et rentable. Le projet va nécessiter l’aménagement de deux silos semi-enterrés pour y stocker du bois. Le bâtiment sera agrandi pour y entreposer deux chaudières à bois, d’une puissance totale de 3 MW, suffisante pour chauffer 2 000 logements. Dalkia se fournira dans un rayon de 70 kilomètres de Belfort de près de 6 000 tonnes de plaquettes forestières locales par an afin de faire fonctionner les nouvelles chaudières. La modernisation de ce réseau de chaleur permettra d’éviter chaque année l’émission de près de 3 850 tonnes de CO2, soit l’équivalent de 1 700 véhicules retirés de la circulation.

Economies d'énergie et émissions carbone

10 sep. 2021 actu-environnement.com , 26/08/2021

Label bas-carbone : l’appel au financement de projets de réduction de GES

La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a lancé, le 26 août, un appel aux entreprises pour constituer un fonds d’amorçage de 30 millions d’euros visant à développer le label « bas-carbone ». Le gouvernement souhaite ainsi encourager les sociétés à financer des projets locaux de réduction de gaz à effet de serre ou de stockage de carbone pour compenser leurs propres émissions émises. Le label « bas carbone », créé en 2019, a pour objectif d’identifier les projets « made in France » de réduction des émissions carbone provenant des secteurs diffus. Ces projets sont par la suite, évalués selon une méthodologie de calcul sectoriel définis par le ministère, et viennent en complément des dispositifs existants. Depuis sa création, un grand nombre de projets ont été labellisés, qui ont permis d’éviter ou de stocker 300 000 tonnes de carbone. Le secteur forestier est le plus actif aujourd’hui, avec 107 initiatives validées, et plus d’une centaine à venir ; tandis que le secteur agricole compte 22 projets. Chaque secteur s’appuie sur trois méthodologies qui lui sont propres. 21 financeurs, majoritairement des entreprises, financent à hauteur de 20% les projets agricoles, et à hauteur de 50% les projets forestiers. Dans ce type de vente, la tonne de carbone s’élève autour de 30 euros. Le gouvernement veut ainsi inciter les entreprises, les acteurs publics et parapublics, à s’engager afin de compenser leurs émissions carbone émises dans une démarche volontaire. Pour faciliter le processus et les financements, Barbara Pompili prévoit de mettre en place une plateforme regroupant et présentant les projets. « On va également permettre le passage par des intermédiaires. Aujourd'hui, on ne peut pas faire des cessions de « labels bas carbone », demain ce sera possible, en passant par des agrégateurs », explique le ministère. Trois nouvelles méthodologies viennent d’être validées dans le secteur agricole, et une méthode vient d’être créée dans le bâtiment, ce qui devrait permettre de lancer plus de projets. La méthodologie du secteur du bâtiment aura pour objectif de valoriser les matériaux ou produits les moins émetteurs de gaz à effet de serre, tels que les produits issus du réemploi. Par la suite, une méthodologie développée pour le secteur des transports pourrait prochainement voir le jour.

Réglementations et politique de l'énergie

10 sep. 2021 euro-energie.com, 29/07/2021

Le gouvernement souhaite digitaliser et décarboner le transport ferroviaire

Dans le cadre du programme France Relance, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports, Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, et Guillaume Boudy, secrétaire général pour l’investissement, ont annoncé le lancement de l’appel à manifestation d’intérêt (AMI) « Digitalisation et Décarbonation du Transport Ferroviaire ». Cet AMI, a pour objectif de développer le transport ferroviaire du futur par la « Digitalisation et Décarbonation des Mobilités » ; et repose sur trois thématiques d’investissements prioritaires : le train léger, le réseau ferroviaire digitalisé et le fret ferroviaire automatisé. Il s’inscrit dans le cadre du 4ème programme d'investissements d'avenir (PIA4) qui vise à soutenir l’innovation dans les transports et prévoit jusqu’à 250 millions d’euros pour l’axe ferroviaire. « Le train a un rôle important à jouer pour répondre au défi climatique. L’objectif du gouvernement est d’offrir une alternative attractive et efficace aux autres modes de transport, tant pour les passagers que pour les marchandises », a expliqué Barbara Pompili. Une enveloppe pouvant aller jusqu’à 250 millions d’euros sera dédiée à la mise en œuvre de cette stratégie d’accélération. Celle-ci vise à accélérer la décarbonation du transport ferroviaire, en s’appuyant sur sa digitalisation et son automatisation, et notamment via une diversification de l’offre de mobilité. L’AMI est adressé en priorité aux entreprises porteuses de solutions innovantes, quelque soient leurs tailles, seules ou en consortium.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 oct. 2021
France

Revue de presse du 15 oct.

A la une : EDF Renouvelables lance une campagne de crowfunding pour la centrale solaire flottante de Lazer

08 oct. 2021
France

Revue de presse du 08 oct.

A la une : R&D : entre intrapreneuriat et incubation, EDF innove en faveur du climat

01 oct. 2021
France

Revue de presse du 01 oct.

A la une : EDF, premier énergéticien à obtenir la certification Relation Client France

Voir toutes les revues de presse