France

Revue de presse

07 oct. 2022

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

07 oct. 2022 euro-energie.com, 27/09/2022

Budget 2023 : 19 milliards d’euros pour la décarbonation de nos modes de vie

Dans le cadre du budget 2023, le Gouvernement français va attribuer une enveloppe de 19 milliards d’euros au ministère de la Transition énergétique. « Face à la crise que nous traversons, le ministère de la Transition énergétique est doté de moyens historiquement élevés pour accélérer la décarbonation de notre mix énergétique et de nos modes de vie. Notre priorité est d’accompagner les Français dans cette transition, en continuant à leur proposer des bonus pour changer de véhicule et des primes pour rénover leur logement, tout en les protégeant face à la hausse des prix grâce aux boucliers tarifaires et au chèque énergie », a expliqué Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique. Sur cette somme, 2,5 milliards d’euros du budget serviront à financer l’aide aux travaux de rénovation énergétique, MaPrimeRénov’. Le ministère distribuera 1,3 milliard de crédits dans le cadre du bonus écologique et de la prime à conversion, pour encourager l’achat de véhicules propres. S'agissant de la décarbonation du mix énergétique français, l’exécutif annonce une hausse de 58%, à 25 millions d’euros, du budget consacré à la réalisation des études sur l’implantation de parcs éoliens en mer, par rapport à 2022. Enfin, 40% des ménages aux revenus les plus modestes, soit environ 12 millions de foyers, vont continuer à bénéficier d’un chèque énergie, dans le cadre du prolongement jusqu’en 2023 du bouclier tarifaire sur le gaz et l’électricité. Le coût de cette mesure s'élève à 45 milliards d’euros, dont 12 milliards d’euros en 2023. Elle sera en partie financée par les recettes des énergies renouvelables, estimées à 38 milliards d’euros en 2023.

07 oct. 2022 lemonde.fr, 26/09/2022

La France arrête son soutien aux projets d’exploitation d’énergies fossiles

Selon le projet de loi de finances (PLF) pour 2023, présenté en conseil des ministres le 26 septembre 2022, la France n’octroiera plus, à compter du 1er janvier prochain, des garanties à l’export pour les nouveaux projets d’exploitation d’énergies fossiles. Les documents budgétaires précisent que la fin de ces garanties concerne « l’ensemble de la chaîne de valeur du secteur de toutes les énergies fossiles, depuis l’exploration-production en amont, jusqu’au raffinage en aval, en passant par le transport et le stockage ». Pour rappel, la France a intégré, en 2021, une coalition de pays qui, lors de la 26e Conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP26), s’est engagée à mettre fin au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles à partir de fin 2022. Des exceptions étaient prévues par ce texte, notamment pour les projets qui s’accompagnaient de la mise en œuvre de techniques de captage et de stockage de carbone. Le ministre de l’Économie, a souligné qu’en dépit de ce dispositif, le budget 2023 penchait « encore un peu trop du côté des énergies fossiles », car l’État a décidé de « protéger » les Français face à la crise énergétique actuelle.

Economies d'énergie et émissions carbone

07 oct. 2022 lyonmag.com, 26/09/2022

Dalkia : Lyon s’équipe d’une nouvelle centrale de production de froid

Une nouvelle centrale de production de froid va voir le jour à Lyon. Située sous le skatepark de Gerland, elle sera en mesure d’alimenter 300 000 m2 de bureaux. « Nous avons besoin de froid, notamment pour les immeubles tertiaires. Un réseau froid nous permet de fournir de l’air froid qui consomme trois fois moins d’électricité que des climatisations qui seraient installées dans chaque bâtiment », indique Bruno Bernard, Président de la Métropole de Lyon. Composée de trois groupes de froid d’une puissance globale de 12MW (une capacité qui sera portée à 15MW lors de la mise en service d’une quatrième unité). Long de 4 kilomètres, le réseau de froid alimente dès à présent le Centre International de Recherche contre le Cancer et le LOU (Lyon olympique universitaire rugby), les bâtiments de l’Organisation Mondiale de la Santé étant appelés à s’y raccordés à leur ouverture en 2023. « Nous espérons que la Halle Tony Garnier soit bientôt raccordée », confie Gérald Campbell, directeur général d’ELM, filiale de Dalkia. Pour rappel, cette nouvelle centrale a nécessité un investissement de 18,5 millions d’euros, une somme apportée par la Banque des territoires et la filiale d’EDF.

07 oct. 2022 bfmtv.com, 30/09/2022

Nice : les eaux usées utilisées comme source d’énergie

Un réseau thermique unique en France est sur le point de voir le jour à Nice. « Nous allons récupérer les calories en sortie de station d'épuration sur les eaux traitées qui sont rejetées à la mer », explique Fabrice Tenneson, directeur de Dalkia Méditerranée, filiale du groupe EDF. A terme, ce réseau devrait permettre de répondre aux besoins en chaud et en froid de tout le quartier du Grand Arenas. En visite à Nice le 29 septembre, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher a salué un « territoire qui développe les énergies renouvelables dans toutes ses dimensions » : « Nous avons du photovoltaïque, de la géothermie, des réseaux des chaleurs durables. Autant de levier qui permettent à ce territoire de ne plus avoir à s’appuyer sur le gaz, l’électricité fossile et le carburant pour fonctionner ».

Tendances et acteurs

07 oct. 2022 lenergeek.com, 29/09/2022

Economies d’énergie : Ecowatt mobilise les entreprises

Début septembre, les ministres de l’Energie des vingt-sept Etats membres de l’Union européenne se sont réunis à Bruxelles pour trouver des solutions face à la montée des prix de l’énergie. Plusieurs propositions ont été formulées, parmi lesquelles la réduction de 15% de la consommation de gaz d’août 2022 à mars 2023. Dans cette perspective, Ecowatt, l’outil du gestionnaire du réseau électrique français, a été mis à jour. Initialement prévue pour la Bretagne et la Provence-Alpes-Côte d’Azur, l’application s’est généralisée à l’ensemble du territoire en 2020. Elle connaît actuellement un regain de popularité, particulièrement auprès du secteur industriel que la crise énergétique affecte particulièrement. Ecowatt alerte les consommateurs pour les prévenir de tout risque de délestage à travers des alertes « oranges » incitant à la réduction de consommation et des alertes « rouges » lorsque la stabilité du réseau est en jeu. Des prévisions sur trois jours sont disponibles sur l’application ainsi qu’une indication des heures à risque. Plusieurs grands groupes ont déjà signé la charte d’engagement Ecowatt, s’engageant ainsi à des actions de sobriété et d’efficacité énergétique. Plusieurs collectivités territoriales ont rejoint la démarche Ecowatt comme la métropole Nice Côte d’Azur. Ainsi, lors d’une alerte de l’application, celle-ci demande aux commerçants d’éteindre leurs enseignes lumineuses et aux habitants de limiter leur consommation d’énergie.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

27 jan. 2023
France

Revue de presse du 27 jan.

A la une : Danone mise sur une réduction des émissions de méthane de 30% d’ici 2030

20 jan. 2023
France

Revue de presse du 20 jan.

A la une : Iveco et Izivia se lancent dans l’électrification du transport de marchandises

13 jan. 2023
France

Revue de presse du 13 jan.

A la une : Le Gouvernement veut faire de la France la première nation européenne de l’industrie verte

Voir toutes les revues de presse