France

Revue de presse

03 Mai. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

03 Mai. 2019 environnement-magazine.fr, 24/04/19

Méthanisation : un prêt sans garantie pour doubler le nombre d’installations

Alors que 400 méthaniseurs agricoles sont actuellement en activité en France, le plan « Energie Méthanisation autonomie azote » a pour ambition de porter ce nombre à 1 000 d’ici 2020. Pour y parvenir, le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation lance, via la Bpifrance, un prêt sans garantie destiné aux exploitants agricoles souhaitant investir dans une installation de ce genre. D’un montant compris entre 100 000 et 500 000 euros, ce dispositif facilitera le développement des projets en finançant les études nécessaires ainsi qu’une partie du solde des investissements et des besoins en fonds de roulement. Proposé sur une durée de 12 ans maximum, ce prêt doit permettre d’accompagner la création de 400 nouvelles unités de méthanisation d’ici cinq ans, pour un montant total de financement d’environ 100 millions d’euros.

03 Mai. 2019 environnement-magazine.fr, 24/04/19

Lancement d’un label bas-carbone

Le gouvernement a annoncé, le 23 avril, le lancement d’un label bas-carbone destiné à certifier les projets de réduction des émissions de gaz à effet de serre ou de séquestration du CO2. « Ce label soutiendra le déploiement, en France, de pratiques agricoles et forestières vertueuses pour le climat, permettant de diminuer les émissions de gaz à effet de serre et d’augmenter les absorptions des « puits de carbone » indispensables à l’atteinte de la neutralité carbone en 2050 », a déclaré à cette occasion le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Didier Guillaume. S’adressant en priorité aux collectivités et aux entreprises, cette initiative concerne plus largement « tous ceux qui veulent soutenir des projets positifs pour le climat dont la qualité est garantie, par exemple pour compenser leurs émissions résiduelles », précisent les ministères de la Transition écologique et de l’Agriculture dans un communiqué.

03 Mai. 2019 lefigaro.fr, 25/04/19

Emmanuel Macron annonce la création d’un « conseil de défense écologique »

Lors de sa conférence de presse du 25 avril, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé la création d’un « conseil de défense écologique » qu’il présidera de « manière régulière ». Cette instance « réunira les ministres chargés de cette transition (…) pour à la fois prendre les choix stratégiques et mettre au cœur de toutes nos politiques cette urgence climatique », a-t-il indiqué. Le chef de l’Etat a par ailleurs chargé les 150 citoyens qui se réuniront dans le futur conseil de participation citoyenne de « redessiner toutes les mesures concrètes d’aide aux citoyens sur la transition climatique », telles que les dispositifs d’aides au changement de véhicules ou de chaudières, actuellement « trop complexes ». Ils auront également la possibilité de « définir (…) d’autres mesures incitatives ou contraignantes (…), des ressources supplémentaires et de proposer des financements pour ce faire » : « ce qui sortira de cette convention, je m’y engage, sera soumis sans filtre, soit au vote du Parlement, soit à référendum, soit à application réglementaire directe », a précisé le chef de l’Etat. Assurant que la lutte contre le changement climatique figurerait au cœur de l’« ambition européenne » de la France, Emmanuel Macron a également réaffirmé sa volonté de « défendre au niveau européen » l’instauration d’une taxe carbone et une « finance verte plus ambitieuse ».

Economies d'énergie et émissions carbone

03 Mai. 2019 lemondedelenergie.com, 24/04/19

Grand-Est : une usine de production de biomasse pour sortir du charbon

La construction d’une usine de production de biomasse a débuté le 23 avril dans les environs de Reims. A compter d’octobre 2020, cette installation produira des granulés de bois, dit « pellets », appelés à remplacer le charbon pour chauffer environ 130 000 habitants d’un quartier rémois. Ce combustible alimentera également une centrale de cogénération et l’énergie thermique utilisée par une unité de biocombustible et une usine agroalimentaire voisine. Représentant 100 millions d’euros d’investissements, cette installation doit permettre d’éviter le rejet de 230 000 tonnes de CO2 par an. « Notre région est en train de s’affranchir du charbon », s’est félicité le président de la région Grand-Est, Jean Rottner, lors du lancement des travaux. La secrétaire d’Etat à la Transition écologique et solidaire Emmanuelle Wargon a quant à elle salué « une belle réalisation issue du meilleur du privé et du public ». Président d’Européenne de Biomasse, porteuse du projet avec la société d’investissement Meridiam et Banque des Territoires-Caisse des Dépôts et Consignations, Jean-Baptiste Marin estime que l’usine de Pomacle-Bazancourt est appelée à servir d’exemple pour les autres régions forestières françaises.

03 Mai. 2019 actu-environnement.com, 25/04/19

Epiterre : rémunérer les actions des agriculteurs en faveur de la biodiversité

Afin de rémunérer les agriculteurs dont l’activité bénéficie tant à la biodiversité qu’au paysage et à la qualité de l’eau, la FNSEA (Fédération Nationale des Syndicats d’Exploitants Agricoles) et l’association de protection de l’environnement Imagin’rural lancent Epiterre. Ce service doit permettre aux entreprises et aux collectivités de construire avec les agriculteurs des projets destinés à valoriser l’environnement. Différentes actions sont envisageables telles que la plantation de haies, l’entretien de prairies humides ou encore la restauration de zones humides. « La Poste par exemple est une entreprise qui travaille déjà avec Imagin’rural pour compenser ses émissions carbone. RTE a également travaillé avec des agriculteurs de la Marne pour qu’ils entretiennent les espaces sous les pylônes électriques par des pratiques favorables à la biodiversité », indique Henri Biès-Péré, vice-président de la FNSEA. Président d’Imagin’rural, Hervé Bonnaud explique pour sa part que « l’objectif est de faire émerger des projets, d’apporter de l’expertise, de sensibiliser les agriculteurs et de les former ».

Production d'énergie

03 Mai. 2019 batiactu.com, 24/04/19

Le nucléaire et les renouvelables stimulent la production énergétique française

Selon les données provisoires publiées par le Commissariat Général au Développement Durable (CGDD), « la consommation finale d’énergie a légèrement diminué à 154,3 Mtep (-1%) » dans l’Hexagone en 2018. Des températures inhabituellement clémentes ont en effet entraîné une baisse des besoins de chauffage. La production d’électricité a en revanche augmenté de 4,2% à 137,7 Mtep, bénéficiant des bonnes performances du nucléaire (+3,7% à 107,6 Mtep) et des énergies renouvelables (+23% à 9 Mtep). Dans ce contexte, les centrales thermiques ont été moins mobilisées (-21%), les importations d’énergies fossiles ont reculé et les émissions de CO2 ont diminué de 3%. Si cette croissance de la production a permis à la France de porter à 55,4% son taux d’indépendance énergétique, elle n’a pas empêché la facture énergétique nationale d’atteindre 45,1 milliards d’euros (+16%), sous l’effet de la hausse des cours. Selon le CGDD, le bouquet énergétique primaire réel de la France se compose de 41,1% de nucléaire, 28,6% de pétrole, 14,8% de gaz naturel, 11,4% de renouvelables et 3,7% de charbon. Cette dernière source d’énergie étant progressivement appelée à disparaître, l’empreinte carbone de la France devrait continuer à diminuer dans les années à venir.

Energies renouvelables

03 Mai. 2019 environnement-magazine.fr, /04/19

Crowdfunding : essor des investissements dans les énergies renouvelables

Selon le troisième baromètre du financement participatif publié le 17 avril par GreenUnivers et Financement Participatif France (FPF), 38,7 millions d’euros ont été investis par les Français dans des projets d’énergies renouvelables sur les plateformes de crowdfunding en 2018, soit une progression de 89 % par rapport à 2017. Pour Stéphanie Savel, présidente de FPF, cette « tendance (…) très positive » s’explique non seulement « par le fait que les énergies renouvelables trouvent un écho favorable auprès des citoyens » mais également par un rendement « très intéressant au regard des courtes durées d’engagement » et un contexte réglementaire favorable.« La loi Pacte a acté le relèvement du plafond du financement participatif qui passe de 2,5 millions d’euros à 8 millions d’euros par projet sur douze mois consécutifs », rappelle en effet GreenUnivers. Le baromètre dénombre 153 projets financés en 2018, pour une capacité totale de 1 131 MW. Alors que le photovoltaïque a récolté 65% des montants investis, l’éolien a vu sa part passer de 45 à 20% entre 2017 et 2018. Selon GreenUnivers, ce recul « peut s’expliquer par les difficultés que rencontre la filière en France (…), par des montages financiers plus compliqués à mettre en œuvre mais aussi à l’effet appel d’offres ». Le reste des financements se partage entre les réseaux de chaleur (6,96%), le biogaz (3,85%), l’hydraulique (2,8%) et l’efficacité énergétique (1,42%).

03 Mai. 2019 latribune.fr, 24/04/19

L’Occitanie s’impose comme la deuxième région productrice d’EnR en France

Selon le bilan publié par RTE (Réseau de Transport d’Electricité), l’Occitanie a vu sa production d’électricité augmenter de 12,7% en 2018 pour atteindre 37,7 TWh. Cette hausse est en partie liée à la croissance de la production d’électricité hydraulique (+48,7%), éolienne (+4%) et solaire (+6,3%), les énergies renouvelables (EnR) progressant dans l’ensemble de 35% sur l’année. Autant de bonnes performances qui ont permis à l’Occitanie de confirmer son statut de deuxième région productrice d’EnR, avec 17,1% de la production nationale. Elle s’impose par ailleurs comme la région présentant le meilleur taux de couverture de la consommation par la production d’énergie renouvelable (47,7%). Après lui avoir consacré 158 millions d’euros en 2018, RTE entend financer la transition énergétique en Occitanie à hauteur de 995 millions d’euros sur la période 2019-2023. Le groupe portera principalement son effort sur le renouvellement et l’adaptation du réseau électrique aux énergies renouvelables : « la priorité est de renouveler le patrimoine existant afin de ne pas subventionner de nouvelles installations », explique en effet Erik Pharabod, délégué RTE pour le Sud-Ouest.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

02 aoû. 2019
France

Revue de presse du 02 aoû.

A la une : EDF Renouvelables densifie son maillage éolien en Centre-Val-de-Loire

26 juil. 2019
France

Revue de presse du 26 juil.

A la une : Près de 8 milliards d’euros de soutien public aux énergies renouvelables en 2020

19 juil. 2019
France

Revue de presse du 19 juil.

A la une : Véhicules électrique : la filière automobile française réclame des mesures d’urgence

Voir toutes les revues de presse