France

Revue de presse

02 oct. 2020

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

02 oct. 2020 lemondedelenergie.com, 23/09/2020

Nexans vise la neutralité carbone en 2030

Le fabricant de câbles Nexans a annoncé le 22 septembre qu’il entendait atteindre la « neutralité carbone en 2030 », un objectif impliquant une réduction annuelle moyenne de 4,2% de ses émissions de gaz à effet de serre sur les dix prochaines années. Pour y parvenir, le groupe compte notamment accroître la part des énergies renouvelables dans son mix énergétique, recourir à l’achat d’énergie décarbonée, noter l’ensemble de ses usines « sur leur consommation énergétique » et instaurer un critère de « retour sur carbone employé ». « [M]on objectif dans les 5 ans est que 100% de la RetD soit uniquement focalisée sur la transition énergétique et l’électrification durable », a indiqué Christopher Guérin, directeur général de Nexans. « Actuellement, à peu près 65% de notre chiffre d’affaires couvre soit la transition énergétique, soit l’efficacité énergétique », rappelle-t-il, avant d’exprimer le vœu de voir « cette part monte[r] encore plus ». Selon Christopher Guérin, la construction de nouveaux réseaux électriques et le renouvellement de réseaux existants menacés d’obsolescence devraient soutenir l’activité de l’entreprise dans les années à venir.

Energies renouvelables

02 oct. 2020 techniques-ingenieur.fr, 25/09/2020

Eolien : atteindre les objectifs de la PPE implique la libération d’espaces d’implantation

Selon l’Observatoire de l’éolien 2020 publié par France Energie Eolienne, la puissance éolienne installée a progressé de 1 336 MW en 2019, portant la puissance raccordée du pays à 16 600 MW à la fin de l’année, soit une hausse de 8,75%. La production annuelle cumulée a quant à elle atteint 34,1 TWh sur la période, soit une hausse de 22,7% en un an qui a permis à l’énergie éolienne d’assurer 6,3% de la production française l’an passé. Liées au raccordement de nouvelles éoliennes et à une amélioration de leur facteur de charge technique, « ces performances confortent l’éolien dans sa deuxième place des énergies renouvelables en France en termes de production », se félicite l’association. Ce satisfecit n’empêche par France Energie Eolienne de juger « irréaliste » l’objectif fixé par la PPE 2023-2028, soit une multiplication par 2,5 des capacités de production éolienne d’ici 2028 : « Aujourd’hui 47 % du territoire national est interdit à l’éolien. L’urgence est donc à la cohérence entre objectif et moyens mis en œuvre pour les atteindre », met en garde Nicolas Wolff, président de l’association. Rappelant que « la filière est le premier employeur dans le secteur des énergies renouvelables à l’échelle nationale », France Energie Eolienne plaide notamment en faveur d’un assouplissement des normes et de l’installation d’éoliennes sur certaines parties des terrains militaires.

02 oct. 2020 actu-environnement.com, 22/09/2020

Sea-GRID : cinq projets sélectionnés

Cinq projets ont été retenus dans le cadre de l’appel à manifestation d’intérêt Sea-GRID, lancé en février par Centrale Nantes, RTE (Réseau de transport d’électricité) et Enedis pour tester des solutions de gestion intelligente de l’électricité produite en mer sur le site expérimental SEM-Rev, au large du Croisic (Loire-Atlantique). « Les projets retenus concernent des nouvelles solutions de stockage d'énergie, des plateformes multi-usages en mer, des usages à terre ou encore de développement d'un hub sous-marin… », précisent les partenaires. Parmi les candidatures retenues figure notamment celle du projet Croisic-Grid. Porté par EDF, ce dernier prévoit l’installation d’un démonstrateur de batteries partiellement alimenté par les technologies installées en mer telles que l’éolienne FLOATGEN et la plateforme WAVEGEM. Ont également été sélectionnés la plateforme de test multi-technologies et de gestion de l’énergie de Geps Techno, le démonstrateur de système de stockage massif d’énergie en mer par air comprimé de Segula Technologies, le projet de production d’hydrogène vert en mer présenté par Lhyfe et le projet d’hub actif sous-marin porté par SuperGrid Institute.

02 oct. 2020 euro-energie.com, 25/09/2020

Les EnR battent de nouveaux records au deuxième trimestre

Selon le Panorama de l’électricité renouvelable au 30 juin 2020, la puissance totale des énergies renouvelables (EnR) s’élevait à 54 690 MW en juin 2020, soit une hausse de 2 431 MW sur les douze derniers mois. Les EnR ont par ailleurs représenté 33,2% du mix électrique en France métropolitaine au cours du deuxième trimestre 2020, un record s’expliquant à la fois par une production élevée d’électricité renouvelable et par la faible consommation en métropole sur la période. Avec 159 MW raccordés au deuxième semestre et 1 236 MW sur une année, la puissance du parc éolien atteint 16 930 MW au 30 juin 2020, soit 70% de l’objectif fixé par la PPE (Programmation Pluriannuelle de l’Energie) pour fin 2023 (24 100 MW). Le parc solaire atteint quant à lui 9 912 MW grâce aux 972 MW raccordés sur un an, un niveau encore éloigné des 20 100 MW fixés par la PPE pour fin 2023. Avec une puissance raccordée de 25 705 MW (160 MW supplémentaires sur un an), le parc hydroélectrique a déjà atteint à plus de 99% l’objectif fixé par la PPE. Enfin, la filière bioénergies électriques atteint désormais une puissance de 2 143 MW, avec 3 MW de puissance supplémentaire raccordée au 2ème trimestre 2020.

Tendances et acteurs

02 oct. 2020 journaldelenvironnement.net, 23/09/2020

PLANETER : la SNCF entend diminuer l’impact carbone de ses TER

Le 23 septembre, la SNCF a lancé « la démarche Planeter », un programme de dépollution de ses TER (Train Express Régionaux). Soutenue par onze régions, cette initiative poursuit trois principaux objectifs : diminuer de 100 000 tonnes la quantité de CO2 émise par les TER d’ici 2025 ; réduire d’un tiers l’empreinte carbone des passagers ; inciter les Français à prendre le train, non leur voiture. Afin de limiter les émissions carboniques de ses trains, la SNCF mise en premier lieu sur le développement de l’éco-conduite, une stratégie qui devrait, selon elle, permettre d’éviter annuellement l’émission de 18 700 tonnes de CO2. Une amélioration notable de la ponctualité des trains ayant permis de réduire de 3 800 tonnes les émissions de CO2 des TER depuis 2016. La SNCF continuera à travailler en ce sens afin de « doubler ce chiffre à horizon 2025 ». Parmi les autres axes de travail figure notamment la rénovation de 800 rames, actuellement alimentées pour la plupart au gazole. Afin d’être en mesure d’abandonner le diesel à l’horizon 2035, la SNCF mise sur des technologies de substitution : le premier train à batterie pourrait ainsi circuler sur la ligne Marseille/Aix-en-Provence dès 2023, date à laquelle le réseau ferré français devrait également accueillir les premières expérimentations portant sur le train à hydrogène.

02 oct. 2020 lemonde.fr, 27/09/2020

Hydrogène : le secteur automobile français passe la vitesse supérieure

Le 19 septembre, la H24, une voiture de course fonctionnant uniquement à l’hydrogène, a été présentée aux 24H du Mans, préfigurant l’arrivée en 2024 d'une catégorie hydrogène en endurance. Tout comme la création en novembre 2019 de Symbio, coentreprise entre Michelin et le spécialiste de la pile à hydrogène Faurecia, cette innovation témoigne de l'importance croissante de l’hydrogène au sein du secteur automobile. Selon Franck Daufenbach, responsable de la stratégie pour la branche mobilité de Faurecia, l'hydrogène est en effet « incontournable pour décarboner les véhicules commerciaux » : « ce marché [devrait atteindre] les 2 millions de véhicules et près de 20 milliards d'euros » d’ici dix ans, estime-t-il. L'« engagement des autorités publiques est déterminant », souligne pour sa part Florent Menegaux, le président de Michelin saluant les plans hydrogène français et allemand. Stocker en toute sécurité l’hydrogène sous haute pression au sein d’un réservoir constitue l’un des principaux défis technologiques à relever. François Klopp, directeur général de Plastic Omnium, leader mondial du réservoir, s'est félicité d'avoir obtenu « la première certification d'un réservoir de 700 bars ». De premiers contrats ont été récemment signés, notamment entre Symbio et Renault ainsi qu’entre Faurecia, PSA et Hyundai.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

16 oct. 2020
France

Revue de presse du 16 oct.

A la une : Rénovation énergétique : un nouveau crédit d’impôt pour les TPE et PME

09 oct. 2020
France

Revue de presse du 09 oct.

A la une : Des métros moins polluants pour les lignes du Grand Paris

25 sep. 2020
France

Revue de presse du 25 sep.

A la une : Le projet de loi de finances prévoit d’accroître de 25% le soutien aux énergies renouvelables

Voir toutes les revues de presse