France

Revue de presse

02 mar. 2018

Tendances et acteurs

02 mar. 2018 Enerpresse, 26/02/18

Enchères de capacité fixées pour le stockage de gaz

Du 5 au 29 mars se dérouleront les premières enchères pour la commercialisation des capacités de stockage de gaz naturel pour l’année 2018-2019. « La mise en place de l'accès régulé des tiers aux stockages souterrains de gaz naturel a pour objectif de garantir le remplissage des stockages nécessaires à la sécurité d'approvisionnement, tout en apportant de la transparence quant aux coûts du stockage et en supprimant la complexité liée au système actuel d'obligations individuelles » détaille la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Ces enchères permettent au régulateur de fixer les modalités de la commercialisation, des capacités de stockage et établit en outre le revenu autorisé garanti à chaque opérateur de stockage.

Energies renouvelables

02 mar. 2018 batiweb.com, 23/02/18

Les énergies renouvelables et le monde agricole

De plus en plus, les agriculteurs s’imposent comme des acteurs importants de la transition énergétique. Cette étude publiée la semaine dernière par l’ADEME révèle qu’ils ont en effet contribué à hauteur de 20 % de la production des énergies renouvelables en France en 2015. Cette production représente un chiffre d’affaires d’environ 1,4 milliards d’euros ainsi qu’une source de revenu non négligeable pour les agriculteurs (jusqu’à 15 000 d’euros annuels). « Avec 4,5 Millions de Tonnes Equivalent Pétrole (Mtep), les exploitations agricoles participent autant à la production d’EnR qu’elles consomment d’énergie non renouvelable ». Environ 15 % des exploitations agricoles françaises participent déjà à la production d’énergies renouvelables et ce chiffre va croître dans les années à venir. « A ce chiffre d’affaires s’ajoutent 112 millions d’euros d’économies sur la facture énergétique des exploitants par l’autoconsommation de biomasse, la mise en place d’installations solaire thermique et de pompes à chaleurs, soit 3,4 % des dépenses énergétiques », détaille l’étude.

02 mar. 2018 actu-environnement.com, 26/02/18

L’autoconsommation parfaitement adaptée aux supermarchés

A Sisteron se trouve le supermarché avec la plus grande centrale d’ombrières solaires en autoconsommation. Si l’investissement était élevé, environ 900 000 €, il devrait être rentabilisé en douze ans, estime le directeur de ce supermarché, dont la facture d’électricité s’élevait à 250 000 € par an auparavant. Désormais, les 3 000 m² de panneaux photovoltaïques permettent de couvrir en moyenne 40 % de ses besoins énergétiques. Ce dispositif d’autoconsommation solaire est parfaitement adapté aux supermarchés, puisque les heures de consommation correspondent à celles de production. Pascal Marguet, président d'Apex Energie, la société qui a mené le projet de Sisteron, estime qu’ « avec l'augmentation du prix de l'électricité, même dans les régions moins ensoleillées comme la Bretagne ou le Nord, l'autoconsommation sera rentable ».

02 mar. 2018 liberation.fr, 22/02/18

L’autoconsommation en plein développement

Encadrée juridiquement depuis le 24 février 2017, l’autoconsommation collective pourrait connaître un réel essor ces prochaines années. D’autant qu’elle est soutenue par le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, qui souhaite « que chaque territoire, chaque citoyen, à terme, s’il le décide, puisse produire sa propre énergie pour sa propre consommation ». Son accélération permettrait au solaire de « changer d’échelle », alors que la filière ne représente que 1,6 % de la production d’électricité en France contre 6,2 % en Allemagne, où l’autoconsommation est déjà bien développée. Alors que la France ne compte actuellement que 20 000 à 30 000 entreprises ou particuliers autoconsommateurs, soit moins de 0,4 % de la consommation française, 63 % des foyers français se disent intéressés par le dispositif. RTE estime d’ailleurs le nombre d’autoconsommateurs à 4 millions d’ici 2030. Face à cet engouement, EDF a lancé, dès juin 2016, l’offre « Mon soleil et moi », qui permet de consommer et stocker l’énergie produite par ses propres panneaux. Selon un avis de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) du 1er février, « la rentabilité d’une installation en autoconsommation est déjà une réalité économique ».

Economies d'énergie et émissions carbone

02 mar. 2018 environnement-magazine.fr, 19/02/18

Publication du bilan des audits énergétiques des grandes entreprises

Depuis la règlementation entrée en vigueur fin 2015, les audits énergétiques des grandes entreprises sont devenus obligatoires et concernent environ 5 000 entreprises. L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) vient de les publier et rappelle que « ces audits et certifications doivent couvrir plus de 80 % de la facture énergétique de l’entreprise (65 % pour ceux réalisés avant le 5 décembre 2015), et les activités tertiaires, industrielles ou de transport doivent être auditées dans le respect des référentiels normatifs en vigueur ». « Pour deux tiers des répondants, la mise en place de cette réglementation a été l’occasion de réaliser pour la première fois un audit énergétique », poursuit l’ADEME. Ces audits permettent également de réduire la consommation d’énergie des entreprises.

Réglementations et politique de l'énergie

02 mar. 2018 tecsol.blogs.com, 21/02/18

La CRE consulte sur l’autoconsommation

Au cours du second semestre 2017, la Commission de régulation de l’énergie (CRE) a lancé une première concertation sur l’autoconsommation, afin d’évaluer son impact sur le modèle énergétique actuel, notamment sur les tarifs. La CRE, qui vient d’annoncer une autre consultation publique au 15 février 2018, souhaite adopter une délibération sur les tarifs d'utilisation des réseaux publics d'électricité dans les domaines de tension HTA et BT (TURPE HTA-BT). La Commission, qui tient à distinguer autoconsommation individuelle et collective, mène également une réflexion sur les orientations de l’autoconsommation et émet des préconisations. Pour les autoconsommateurs individuels, la CRE a inclus une composante de gestion spécifique dans le tarif TURPE 5. La Commission, qui estime que l’autoconsommation collective peut présenter une valeur pour le système électrique, souhaite introduire un nouveau tarif spécifique pour ces opérations.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

21 sep. 2018
France

Revue de presse du 21 sep.

A la une : Les îles du Ponant ont bien lancé leur transition énergétique

14 sep. 2018
France

Revue de presse du 14 sep.

A la une : L’écologie digitale encore trop méconnue en France

07 sep. 2018
France

Revue de presse du 07 sep.

A la une : Darty et Engie accusés de vente forcée

Voir toutes les revues de presse