Europe

Revue de presse

29 nov. 2019

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

29 nov. 2019 lemondedelenergie.com, 19/11/2019

Easyjet annonce des « vols neutres en carbone » et un partenariat avec Airbus

C’est une première mondiale pour une compagnie aérienne : le groupe britannique Easyjet a annoncé mardi 19 novembre s’engager sur la neutralité carbone de ses vols. Pour ce faire, Easyjet a mis en place un système de « compensation carbone » financé par le groupe à hauteur d’environ 29 millions d’euros à partir de 2020. La compagnie aérienne va ainsi investir dans des projets environnementaux liés à la reforestation et aux énergies renouvelables afin de compenser les émissions de CO2 de ses vols. Ce système de compensation n’a toutefois pas vocation à durer. Easyjet souhaite aller plus loin en misant sur les avions hybrides ou électriques et a annoncé en ce sens une collaboration avec Airbus afin de mener en commun une réflexion sur l’exploitation commerciale de cette future génération d’« avions propres ». Easyjet espère également lancer son premier avion électrique en partenariat avec le constructeur américain Wright Electic dans moins de 10 ans. Ces annonces interviennent dans un contexte où le secteur aérien, représentant plus de 2% des émissions de CO2 dans le monde, est de plus en plus pointé du doigt pour son impact négatif sur l’environnement.

29 nov. 2019 journaldelenvironnement.net, 21/11/2019

Les transports suédois visent la neutralité carbone : un challenge ambitieux

La Suède, pays pionnier en matière d’écologie, vise la neutralité carbone en 2045. Afin d’atteindre cet objectif très ambitieux inscrit dans sa loi, le royaume scandinave multiplie les initiatives pour réduire de 70% les émissions de CO2 de ses transports routiers à l’horizon 2030 : taxe carbone (en vigueur depuis 20 ans), péage urbain à Stockholm, transports publics fonctionnant aux énergies renouvelables, camions hybrides et horaires décalés pour les livraisons, construction d’un terminal de fret ferroviaire et d’un port de fret… Mais une question reste en suspens : que choisir entre l’électrique et le carburant d’origine végétale ? Dans un premier temps, l’administration suédoise devrait privilégier les agrocarburants et le gazole pour le transport routier jusqu’en 2030 avant de procéder éventuellement à la construction de routes électriques.

29 nov. 2019 leparisien.fr, 21/11/2019

Uber accusé d’augmenter la pollution dans les métropoles européennes

Une étude rendue publique par une coalition d’ONG (Organisations Non Gouvernementales) pointe du doigt l’impact environnemental négatif des services de VTC (Véhicule de Tourisme avec Chauffeur) de type Uber dans les grandes villes européennes. D’après cette étude menée par Euromonitor pour le compte de l’ONG Transport et Environnement, les émissions de CO2 produites à Londres et Paris par ces véhicules (environ 515 kilotonnes par an) représenteraient l’équivalent de « 250 000 voitures supplémentaires appartenant à des particuliers ». Le consortium d’ONG fait donc le lien entre la présence de ces VTC et l’augmentation de la pollution dans les grandes villes d’Europe. 90% des chauffeurs de VTC roulent au diesel et n’ont pas les moyens de s’équiper de véhicules électriques. Uber de son côté a tenu à rappeler dans ce contexte que l’entreprise américaine travaillait « activement avec des villes à travers l'Europe pour améliorer l'accès à des modes de transport propres, sûrs et accessibles ».

Energies renouvelables

29 nov. 2019 euro-energie.com, 18/11/2019

La BEI finance les énergies renouvelables, l’innovation et les communications

La BEI (Banque Européenne d’Investissement) a officialisé le 17 novembre un appui de 7 milliards d’euros destinés à financer diverses initiatives en Europe et dans le monde en lien avec l’environnement, l’innovation en entreprise et les services de télécommunication. Sur ce budget, 1,5 milliards seront dédiés à l’énergie renouvelable et à la transition énergétique. Parmi les projets qui seront financés par cette enveloppe figurent : la construction de nouveaux parcs éoliens en Autriche et au Liban, 15 nouvelles centrales solaires sur le territoire espagnol, la recharge des véhicules électriques en Estonie, l’installation de compteurs intelligents en Irlande, l’aménagement de l’éclairage public en Italie et plusieurs petits projets en France en lien avec le climat et les énergies renouvelables. Le Conseil d’administration de la BEI a par ailleurs annoncé « une nouvelle politique de prêt dans le secteur de l’énergie, qui vise à renforcer encore l’impact de l’appui de la BEI dans le contexte de la transition énergétique ». 1,6 milliards d’euros seront également dédiés à la promotion de l’innovation dans les entreprises du secteur privé.

29 nov. 2019 notre-planete.info, 21/11/2019

Aviation : le carburant du futur sera composé de soleil, d’eau et de CO2

Un carburant liquide, décarboné et renouvelable est actuellement en test en conditions réelles dans une centrale solaire espagnole. Ce « kérosène de demain », destiné dans un premier temps à l’aviation, sera composé d’énergie solaire, d’eau et de CO2. Ce projet baptisé SUN-to-LIQUID est financé à hauteur de 72% par l’Union Européenne et fait suite à la précédente initiative « SOLAR-JET » débutée en 2016. « SOLAR-JET » avait réussi la production d’un gaz de synthèse à base d’eau, d’énergie solaire et de CO2, compressé ensuite pour en faire un carburant liquide. Désormais, avec l’opération « SUN-to-LIQUID », il s’agit de passer de la théorie à la pratique avec la construction d’une « usine solaire de production de combustible » en Espagne par IMDEA Energy Institute, dont le directeur explique le fonctionnement : « Un champ d'héliostats qui suivent la trajectoire du soleil concentre sa lumière avec un facteur 2 500, ce qui est trois fois plus élevé que les centrales actuelles à tour solaire utilisées pour la production d'électricité ». Les bénéfices pour l’environnement de ce nouveau carburant sont nombreux. Il ne pollue pas, ne nécessite aucune extraction fossile ou culture intensive, est renouvelable et pourrait donc fournir un approvisionnement illimité en carburant décarboné au secteur aérien. La mise en œuvre effective de ce nouveau projet nécessiterait la construction de plusieurs centrales solaires dans les zones désertiques du globe et pourrait diminuer de 90% les émissions de CO2 par avion. Une promesse qui pourrait s’étendre à terme aux poids lourds, aux navires et pourquoi pas aux voitures.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

22 nov. 2019
Europe

Revue de presse du 22 nov.

A la une : La BEI arrêtera de financer des projets liés aux énergies fossiles à partir de 2022

15 nov. 2019
Europe

Revue de presse du 15 nov.

A la une : Performance record du système communautaire d’échange de quotas d’émissions de GES en 2018

08 nov. 2019
Europe

Revue de presse du 08 nov.

A la une : Véhicules électriques : EDF confirme ses ambitions en rachetant Pivot Power

Voir toutes les revues de presse