Europe

Revue de presse

23 nov. 2018

Partager :

Tendances et acteurs

23 nov. 2018 Enerpresse, 20/11/18

EDF Luminus s’engage pour le climat

Le président d’EDF Luminus, Grégoire Dallemagne, présentait le 15 novembre dernier les nouvelles orientations de sa société à ses employés, fortement teintées de mesures en faveur de l’environnement. A commencer par le déménagement de l’entreprise dans des locaux plus économes en énergie. « Elle a également pour objectif d'arriver à un parc automobile 100 % électrique d'ici 2022 », précise-t-il. Quant à ses activités, M. Dallemagne a annoncé que le développement éolien serait poursuivi : « nous sommes devenus numéro un en éolien onshore. Ces cinq dernières années, nous avons triplé notre parc, pour arriver à 174 éoliennes et 408 MW. Nous voulons encore quasiment doubler dans les cinq prochaines années, ce qui signifie une vraie accélération. » Il est également question de poursuivre l’investissement dans l’hydroélectricité ou le solaire photovoltaïque chez les clients. « Mais avant tout, nous voulons nous focaliser sur la réduction de leur consommation énergétique », précise le président d’une société qui a investi, entre 2013 et 2017, 600 millions d’euros dans l’efficacité énergétique et les EnR en Belgique et compte en investir encore 700 dans les cinq prochaines années. Luminus souhaite en effet s’agrandir, avec l’intention de recruter près de 500 personnes dans les cinq ans.

Energies renouvelables

23 nov. 2018 tecsol.blogs.com, 18/11/18

L’énergie solaire devrait mettre fin à la précarité énergétique en Europe

20 % de la population européenne est en situation de « pauvreté énergétique ». Cela signifie que 120 millions de personnes dépensent plus de 10 % de leur budget en énergie. Après-guerre, la Commission européenne a instauré la régulation des coûts énergétiques, conduisant à un monopole européen de l’énergie, ce qui a amène à un prix moyen des factures de chauffage de 500 euros dans les Etats membres les plus pauvres, contre 2 300 euros pour les plus riches. Mais la situation est en train de changer. L’avènement des énergies renouvelables au sein de l’Union européenne, et les objectifs fixés de 32,5 % d’EnR à l’horizon 2030, ainsi que la suppression par l’Union des droits de douane appliqués aux panneaux solaires venus de Chine, qui devrait faire baisser de 30 % leur prix, vont permettre de faire baisser les factures. Les prévisions tablent sur une croissance de 23 % du solaire (11,3 milliards d’euros) comparé à 2017, tant et si bien que le responsable du développement des affaires de Sun Investment Group considère que « La pauvreté énergétique ne devrait même pas être un sujet de préoccupation dans l'Union européenne en 2018 ».

23 nov. 2018 Enerpresse, 14/11/2018

Mobilité électrique : BMW poursuit ses efforts

En dépit de « développements géopolitiques et commerciaux extrêmement volatils », BMW a annoncé son intention de poursuivre ses investissements massifs dans la mobilité électrique. Le constructeur allemand compte en effet proposer 25 modèles de véhicules électrifiés d’ici 2025 et faire passer de 140 000 à plus de 500 000 le nombre de véhicules électrifiés livrés à ses clients entre 2018 et fin 2019. Les investissements porteront sur la totalité de la chaîne de valeur de la mobilité électrique, le Groupe ayant déjà signé en juillet un contrat avec le fabricant de batteries chinois CATL prévoyant la construction d’une usine de cellules de batterie en Allemagne. BMW mène en outre des négociations avec ses fournisseurs pour obtenir des accords de longs termes portant sur les matières premières nécessaires à la construction de batteries qui répondront aux « critères de durabilité ».

Production d'énergie

23 nov. 2018 Gaz d’aujourd’hui, 18/11/18

Un procédé prometteur de méthanation biologique

La start-up américaine Electrochaea a mis en service il y a deux ans, dans sa centrale de Copenhague, un procédé innovant de méthanation biologique. Sa solution de stockage de l’énergie, dont le démonstrateur se nomme Biocat, repose sur l’« archée », une petite bactérie verte : « les archées parviennent à une conversion complète du dioxyde de carbone et de l’hydrogène en biométhane et en chaleur de haute qualité », explique le responsable du projet Biocat, Laurent Lardon. Grâce à ce procédé, le biométhane est produit et stocké, pour être injecté dans le réseau de gaz naturel : « le biométhane présente I’avantage de pouvoir être utilisé sans limitation ni investissements coûteux dans le réseau de gaz naturel existant ». L’usine de Copenhague d’Electrochaea convertit l’hydrogène de cette manière depuis 2016 avec une puissance électrique de 1 MW et entend proposer sa solution à des usines pouvant aller jusqu’à 1 gigawatt. Laurent Lardon voit un potentiel de développement important en Suède et en France pour le power-to-gas (P2G). Cependant, l’hydrogène injecté ne fait pas encore l’objet d’une réglementation propre et « les acteurs de la filière qui se positionnent en France attendent un appel à projets Ademe sur le volet spécifique de la méthanation qui serait la traduction d’un des volets du plan hydrogène lancé par le ministère de la Transition écologique et solidaire », selon Julie Pinel, responsable smart gas grid chez GRDF.

Réglementations et politique de l'énergie

23 nov. 2018 fr.express.live, 19/11/18

Espagne : vers une interdiction des carburants fossiles en 2040 ?

Le projet de loi espagnol sur la transition énergétique prévoit une économie totalement décarbonnée pour 2050. Pour parvenir à cette fin, le gouvernement entend interdire la vente de nouvelles voitures diesel et essence à partir de 2040. En France et en Grande-Bretagne, cette interdiction devrait être effective au plus tard en 2040, alors que la Norvège compte interdire tout carburant fossile pour 2025. Le projet inclut l’établissement d’un réseau de recharge électrique sur le territoire espagnol, ainsi que des « zones à faibles émissions » dans les villes de plus de 50 000 habitants avant 2021. Le document précise que « d'ici 2050, le système électrique devra s'appuyer sur des sources d'énergies renouvelables ». Pour que la mesure soit adoptée, le gouvernement actuel n’ayant pas la majorité au parlement, il reste encore à convaincre les membres des autres partis.

23 nov. 2018 AFP, 13/11/18

Efficacité énergétique : le Parlement européen fixe des objectifs

Le Parlement européen a adopté le 13 novembre deux résolutions s’inscrivant dans la logique des engagements pris par l’Union européenne lors de la COP21. La première, non contraignante, invite les pays membres à accroître de 32,5% leur efficacité énergétique globale d’ici 2030, en prenant le niveau de 1990 pour référence. Le second, contraignant, leur impose d’atteindre d’ici 2030 une part de 32,5% d’énergies renouvelables dans leur consommation finale brute. Ces objectifs pourront être revus à la hausse en 2023. Ces résolutions prévoient également la présentation, tous les dix ans, par chaque pays membre, d’un plan détaillant les actions mises en œuvre afin d’atteindre les objectifs fixés. Ces textes accordent par ailleurs aux citoyens européens non seulement le droit de produire de l’énergie renouvelable pour leur propre consommation, mais également celui de stocker et de vendre l’excédent. Ces nouvelles obligations n’entreront en œuvre qu’une fois l’aval du Conseil européen obtenu.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 déc. 2018
Europe

Revue de presse du 07 déc.

A la une : Espagne : l’écomobilité est en marche

30 nov. 2018
Europe

Revue de presse du 30 nov.

A la une : Economie d’énergie : des vertus de l’information en temps réel

16 nov. 2018
Europe

Revue de presse du 16 nov.

A la une : Les énergies renouvelables dépassent les énergies fossiles au Royaume-Uni

Voir toutes les revues de presse