Europe

Revue de presse

23 juil. 2021

Partager :

Energies renouvelables

23 juil. 2021 latribune.fr , 15/07/2021

Batteries électriques : le Royaume-Uni mise sur le développement d’usines

Le Royaume-Uni vient d’annoncer un nouvel investissement dans la région des West Midlands en partenariat avec l’aéroport de Coventry pour la création d’une « giga-usine » qui fabriquera des batteries pour voitures électriques. De l’ordre de 2,3 milliards d’euros, cette future usine devrait s’étaler sur 1,7 million de mètres carrés et générer jusqu’à 6 000 emplois dans la région. Il fait suite à un premier investissement de 1,6 milliard d’euros annoncé début juillet pour une autre usine de production de batteries à Sunderland. Il est « essentiel que les West Midlands, cœur automobile du Royaume-Uni, se dotent d'une méga-usine pour préserver leur industrie clé, leur économie et l'avenir de notre planète », a affirmé Andy Street, dirigeant de la région. Le gouvernement britannique veut revigorer son industrie automobile tout en devenant un des leaders européens de la production de batteries de voitures électriques. Le premier ministre du pays, Boris Johnson, avait annoncé en 2020 vouloir interdire la vente de voitures thermiques neuves dès 2030. Pour l’heure, les plus gros producteurs de batteries à destination des voitures électriques sont asiatiques avec 86% du marché.

Economies d'énergie et émissions carbone

23 juil. 2021 lesechos.fr , 13/07/2021

Berlin prévoit une hausse de ses besoins en électricité

Ce mardi 13 juillet 2021, Peter Altmaier, ministre allemand de l’Economie et de l’Energie, a indiqué que les besoins en électricité du pays se situeront entre 645 et 665 térawatt-heures d’ici 2030. Cela représente une augmentation de 15% par rapport aux précédentes estimations affichées au mois de mars 2020. Plusieurs éléments sont susceptibles de favoriser cette hausse. Berlin évoque la réduction de la contribution « EEG », l’intérêt pour l’installation de pompes à chaleur ou encore le programme de prime à l’achat de véhicules électriques ou hybrides. Ce programme pourrait faire augmenter de 7 à 14 millions le nombre de ces véhicules sur les routes allemandes à l’horizon 2030. Afin de remédier à cette situation, le Boston Consulting Group (BCG) suggère une augmentation du nombre de parcs solaires et éoliens dans les régions. Dans la mer du Nord et la mer Baltique par exemple, une capacité 40 gigawatts devra être installée d’ici 2040. Le ministre de l’Economie et de l’Energie allemand a également abordé la question des autoroutes de transport d’électricité : « Mon objectif est que pour toute nouvelle autoroute nécessaire, soit d'ici 2030 au moins une ou deux de plus, il ne se passe pas plus de huit ans entre leur planification et leur réalisation ».

23 juil. 2021 lesechos.fr, 15/07/2021

Voiture électrique : son déploiement sur les routes européennes

Les véhicules à batterie ont représenté 8,2% des ventes de voitures neuves pour les modèles 100% électriques et 9% pour les hybrides rechargeables durant les six premiers mois de 2021. La progression de ce marché reste en dessous des attentes de Bruxelles. La commission européenne a annoncé vouloir passer à 100% de véhicules à zéro émission d’ici 2035. Les ventes de voitures électriques représentent dorénavant 17,2% du marché contre 12,4% en 2020. « On est désormais dans une tendance de fond qui se poursuit, avec une volonté politique affirmée et un calendrier réglementaire qui ne cesse de s'accélérer », souligne le président de l'Observatoire Cetelem, Flavien Neuvy. Cette percée fait suite aux différents bonus à l’achat, aux efforts réalisés par les constructeurs ainsi qu’au développement des bornes de recharge. Les hybrides rechargeables ont largement contribué à cet essor. Le prix de vente de ces véhicules et le manque d’infrastructures restent les principaux freins pour les consommateurs. L'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) souhaite que des contraintes en matière de bornes de recharges soient imposées aux Etats, condition sine qua non pour vaincre la résistance de nombreux automobilistes.

Réglementations et politique de l'énergie

23 juil. 2021 européens.actu-environnement.com , 16/07/2021

Transports : des solutions pour la décarbonisation des secteurs aériens et maritimes

Lors de la présentation du Paquet législatif sur le climat le 14 juillet, la Commission européenne a proposé une série de mesure visant à décarboner les secteurs aériens et maritimes. D’après Adina Vălean, Commissaire en charge des transports, « Avec les trois initiatives spécifiques aux transports, ReFuel Aviation, FuelEU Maritime et le règlement sur le déploiement d'une infrastructure pour carburants alternatifs, nous aiderons le secteur des transports à se transformer en un système à l'épreuve du temps. Nous créerons un marché pour les carburants de substitution durables et les technologies à faibles émissions de carbone, tout en mettant en place les infrastructures appropriées pour garantir l'adoption généralisée de véhicules et de navires à émissions nulles ». Le projet ReFuel Aviation incitera les fournisseurs de carburants à augmenter la part de carburant d’aviation durable de 2% en 2025 à 63% en 2050. La Commission envisage de promouvoir la production de biocarburants avancés et les carburants de synthèse issus de l’électricité verte. Concernant le maritime, la proposition FuelEU Maritime limitera la teneur en gaz à effet de serre (GES) des navires accostant dans les ports européens de 2% en 2025 à 75% en 2050. Un règlement sur le déploiement d’une infrastructure pour carburants alternatifs est prévu. Chaque navire et aéronef devra être alimenté en électricité au sein des principaux ports et aéroports européens.

23 juil. 2021 Actu-Environnement.com, 15/07/2021

L’Europe annonce la fin des voitures thermiques d’ici 2035

Une partie du paquet législatif proposé par la Commission européenne le 14 juillet concerne les transports. La Commission vise une réduction des émissions de CO2 des voitures neuves de 55 % en 2030 et de 100 % en 2035. « Les émissions de gaz à effet de serre du secteur des transports représentent actuellement pas moins d'un quart des émissions totales de l'UE et, contrairement à d'autres secteurs, ces émissions continuent d'augmenter. D'ici à 2050, les émissions dues aux transports devront diminuer de 90 % », explique l'exécutif européen. La Commission annonce alors que « En conséquence, toutes les voitures immatriculées à partir de 2035 seront des véhicules à émissions nulles ». Cela signifie bien la fin des voitures thermiques à essence, diesel ou gaz. Pour cela, Bruxelles souhaite un déploiement important d’infrastructures de recharges électriques et à hydrogène. Le ministère de la Transition écologique français soutient ces objectifs mais l'Hôtel de Roquelaure tempère toutefois : « Il apparaît nécessaire de conserver une approche technologique ouverte qui n'exclut pas les véhicules hybrides rechargeables performants et de prévoir un accompagnement pour la filière automobile, en particulier pour les sous-traitants et les salariés ». Les ONG sont globalement satisfaites de ces propositions. Elles redoutent néanmoins les risques sociaux pour les ménages les plus modestes. Cependant, « Les nouvelles règles de l'UE démocratisent les voitures électriques et donnent une impulsion majeure à la recharge » se félicite Diane Strauss, directrice France de l'association Transport et Environnement. « Pour autant, la position de la France dans le processus décisionnel a été particulièrement regrettable. Le gouvernement français a cherché à limiter l'ambition de la Commission européenne en soutenant des véhicules hybrides rechargeables. Ni les constructeurs français, ni l'emploi en France n'ont besoin de cette technologie controversée pour réussir la transition ». Ces textes sont voués à évoluer dans les prochains mois à la suite des examens successifs qui seront réalisés par les Etats membres et le Parlement européen.

23 juil. 2021 Actu-Environnement.com, 14/07/2021

Un nouveau paquet législatif pour décarboner l’Europe

Afin de réduire de 55% les émissions européennes de carbone d’ici 2030, la Commission européenne vient de dévoiler un ensemble de 12 propositions via un paquet législatif baptisé « Fit-for-55 ». Ce dossier a pour objectif de concrétiser le Pacte vert voté en décembre 2019 et de lancer l’Europe vers la neutralité carbone à l’horizon 2050. « Il s'agit d'une nouvelle étape pour le Pacte vert européen. C'est un véritable mode d'emploi pour atteindre la cible intermédiaire de 2030, avec un soutien financier sans précédent. On rentre dans le concret, dans la pratique », estime Lucie Materra, responsable de la politique européenne du think tank E3G. Ces objectifs tiennent compte des capacités de chaque Etat membre et sont fondés sur le PIB par habitant. Les principales propositions concernent la réduction des émissions pour les transports routiers et maritimes, l’agriculture, les bâtiments, les déchets ou encore les petites industries. La commission propose également un nouveau « Fonds social pour le climat » et la mise en place d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. « Il s'agit du plus grand paquet législatif jamais proposé par l'Europe dans son histoire. Les désaccords entre pays vont être intenses avec des coalitions à géométrie variable », prévient Thomas Pellerin-Carlin, directeur du Centre Énergie de l'Institut Jacques Delors. Les Etats membres et le Parlement européen vont devoir maintenant étudier ces textes pendant environ 12 à 18 mois.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

17 sep. 2021
Europe

Revue de presse du 17 sep.

A la une : Le Royaume-Uni plaide pour un transport maritime mondial neutre en carbone

10 sep. 2021
Europe

Revue de presse du 10 sep.

A la une : Italie : des trains à moteur hydrogène pour remplacer ceux à moteur diesel

30 juil. 2021
Europe

Revue de presse du 30 juil.

A la une : La Banque européenne d’investissement valide des financements pour soutenir les entreprises

Voir toutes les revues de presse