Europe

Revue de presse

19 oct. 2018

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

19 oct. 2018 lenergeek.com, 11/10/18

Le transport routier européen vers la transition énergétique

Un an après l’abandon de l’écotaxe en décembre 2017, François de Rugy, ministre de la Transition écologique envisage son rétablissement sous forme de vignette pour les poids-lourds circulant en France à partir de 2019. D’autres pays européens souhaitent améliorer leur gestion de la fiscalité écologique afin de solutionner le problème du transport de marchandise par poids-lourds qui contribuent à lui seul à 22 % des émissions de CO2 dans l’Union. Le 17 mai dernier, la Commission européenne a indiqué vouloir diminuer ces émissions de CO2 de 15 % pour 2025, puis de 30 % d’ici 2030. Cette décision a été critiquée tant par l’organisation des transporteurs routiers européens que par les professionnels de la grande distribution qui préfèrerait voir l’Union s’engager sur une réduction de 25 % pour 2025. Constructeurs et transporteurs songent toutefois de plus en plus à développer et adopter des solutions électriques. Ainsi, Tesla a commencé à déployer ses e-truck (« camion électrique ») Semi en Europe en janvier dernier, et la poste norvégienne, Posten Norge, a d’ores et déjà commandé un nombre non-dévoilé d’unités. Dans un rapport présentant les bénéfices tant environnementaux qu’économiques liés à la décarbonation des poids-lourds en Europe, la Fondation européenne pour le climat indique qu’un transporteur peut espérer gagner 25 000 euros sur cinq ans sur ses frais de fonctionnement s’il opte pour un e-truck et ce même pour un surcoût d’achat estimé à 1 800 euros.

19 oct. 2018 novethic.fr, 10/08/18

-35% des émissions GES pour les voitures neuves en 2030

Mardi 9 octobre, le Conseil européen a obtenu le vote favorable de 20 des 28 pays membres pour une baisse de 35 % des émissions moyennes de gaz à effet de serre (GES) des voitures neuves en 2030 et de 30 % pour les camionnettes par rapport au niveau de 2021. Si cet objectif dépasse les -30 % d’émissions moyennes en 2030 proposés par la Commission européenne fin 2017, ils restent en deçà des -40 % votés par le Parlement européen début octobre. L’industrie automobile allemande et les pays de l’Est ont fait montre de leur opposition à une baisse supérieure à 30 %. D’autres pays, tels que les Pays-Bas, le Luxembourg et l'Irlande réclamaient quant à eux une baisse encore plus grande des émissions. Si Miguel Arias Canete, commissaire européen en charge du changement climatique, voit dans ce vote favorable « un grand pas en avant dans la réalisation de nos engagements dans le cadre des accords de Paris », le groupement d’ONG Transport et Environnement considèrent toutefois ces objectifs comme « décevants », alors même que l’ONU a publié un rapport d’expert appelant à des transformations « sans précédent » pour enrayer le réchauffement climatique.

19 oct. 2018 greenunivers.com, 15/10/18

Union européenne : 100 millions d’euros pour la bioéconomie

Couvrant des secteurs tels que l’agriculture, le recyclage et les bioénergies, un plan d’action de 14 mesures en faveur de la bioéconomie a été proposé par la Commission européenne afin de favoriser « l’utilisation durable des ressources renouvelables pour relever les défis mondiaux et locaux, tels que le changement climatique et le développement durable ». Avec une entrée en vigueur prévue pour 2019, ce plan comporte 3 objectifs. Le premier est de « développer et renforcer les biosecteurs » grâce à la création d’un véhicule d’investissement de 100 millions d’euros qui permettra de « rapprocher les bio-innovations du marché et de réduire les risques pour les investissements privés portant sur des solutions durables » et de « faciliter la mise en place de nouvelles bioraffineries dans toute l’Europe ». Le deuxième est de « déployer rapidement la bioéconomie dans toute l’Europe » par la création d’un mécanisme de soutien visant à aider les pays de l’Union à développer un programme de bioéconomie dans le cadre d’Horizon 2020. Enfin, troisième et dernier objectif, l’Union européenne souhaite améliorer les connaissances et le partage de données entre les pays membres afin de faciliter le suivi des « progrès réalisés vers une bioéconomie durable et circulaire ».

19 oct. 2018 Enerpresse, 16/10/18

Un Brexit sans accord pourrait priver d’électricité l’Irlande du Nord

Dans une note technique datée du 12 octobre, le Département britannique de l’Energie a annoncé que l’Irlande du Nord pourrait voir son approvisionnement en électricité menacé si un Brexit sans accord a lieu au 29 mars 2019 : « Les règles européennes cesseront de s'appliquer en Irlande du Nord, laissant des éléments-clés du marché unique de l'électricité dans les deux Irlande - les échanges avec la Grande-Bretagne et la gouvernance transfrontalière - sans base légale. » Si les marchés ne parviennent pas à être découplés, Soni, le gestionnaire de réseau de transport nord-irlandais, pourrait « avoir recours à des solutions d'urgence pour garantir que l'électricité puisse transiter par l'interconnexion entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord ». Le régulateur devra quant à lui assurer une capacité de production suffisante « autant que possible par le biais d'un processus d'appel d'offres impliquant des capacités existantes et un investissement dans de nouvelles capacités ainsi que par des mesures d'efficacité énergétique ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

31 juil. 2020
Europe

Revue de presse du 31 juil.

A la une : Première en Europe : les énergies renouvelables dépassent les énergies fossiles

24 juil. 2020
Europe

Revue de presse du 24 juil.

A la une : Future Living Berlin : le projet smart city de Panasonic vise la faible émission de CO2

17 juil. 2020
Europe

Revue de presse du 17 juil.

A la une : Europe de l’Est : des énergies renouvelables de plus en plus compétitives

Voir toutes les revues de presse