Europe

Revue de presse

17 sep. 2021

Partager :

Production d'énergie

17 sep. 2021 revolution-energetique.com, 10/09/2021

La Belgique va construire la première île énergétique d’Europe

Tinne Van der Straeten, la ministre belge de l’énergie, a déclaré que la Belgique va « construire une île énergétique en mer du Nord pour connecter les nouveaux parcs éoliens prévus à l’ouest de ses eaux territoriales. ». Ce projet devrait être opérationnel dès 2026 en y installant plus de 2,1 gigawatts (GW) d’éolien marin sur 280 km2. L’île deviendra un hub énergétique pour « raccorder les parcs marins au continent, mais aussi importer ou exporter de l’énergie par des interconnexions avec les pays voisins ». Une liaison sous-marine haute tension est en étude avec le Danemark qui compte lui aussi construire 2 îles énergétiques d’ici 2030. L’îlot belge s’étendra sur cinq hectares dont trois seront occupés par ces interconnexions qui permettront de profiter d’une électricité renouvelable à meilleur prix ainsi que de palier aux écarts de production inhérents à l’énergie éolienne. Les deux hectares restants seront dédiés à du stockage par batterie et à de la production d’hydrogène vert. Des installations logistiques et des antennes 5G doivent encore être validées en raison de leur coût. Le projet devrait couter 420 millions d’euros d’après le gouvernement fédéral. Il serait financé à hauteur de 100 millions d’euros par l’enveloppe accordée par l’Europe à la Belgique dans le cadre du plan de relance post-Covid.

17 sep. 2021 ouest-france.fr , 07/09/2021

Industrie : l’Europe va devoir doubler sa production d’énergie renouvelable

Lundi 6 septembre 2021, Thierry Breton, commissaire en charge du Marché intérieur, a déclaré que l’Europe va devoir « multiplier par deux la production électrique en 2050 ». Il faudra aussi « décupler les capacités éoliennes et multiplier par huit ou neuf les panneaux photovoltaïques » pour changer son modèle économique. Chaque pays va devoir choisir le mix énergétique correspondant à ses objectifs et adapter l’ensemble de ses infrastructures d’interconnexion des réseaux électriques. Dans le secteur automobile, l’Europe doit combler son retard sur les batteries électriques et les semi-conducteurs qui représentent une part substantielle du coût d’un véhicule. L’industrie des semi-conducteurs européens ne représente que 10% du marché mondial et des problèmes d’approvisionnement affectent la production de véhicules européens. Thierry Breton estime que c’est aux industriels de combler ce fossé. Il souhaite, en revanche, que l’Europe soutienne les investissements critiques afin de ne pas se faire distancier par les Américains et les Asiatiques. L’objectif serait atteignable en créant des alliances à l’échelle du marché européen avec un soutien de crédits publics et privés. Il faudra aussi se préparer à la 6G et à l’internet des objets pour atteindre à terme 20% de la capacité mondiale de semi-conducteurs.

Economies d'énergie et émissions carbone

17 sep. 2021 ouest-france.fr , 13/09/2021

Le Royaume-Uni plaide pour un transport maritime mondial neutre en carbone

Le Royaume-Uni souhaite réduire à zéro ses émissions du transport maritime mondiale d’ici 2050 et parvenir à une entrée en service de navires non polluants en 2025. « Ce serait une hausse notable de l’ambition d’un secteur qui représente aujourd’hui 3% des émissions mondiales », a déclaré le ministère des transports dans un communiqué du lundi 13 septembre 2021. L’OMI (Organisation maritime internationale) avait adopté en juin 2021 un objectif de 11% de réduction de l’intensité carbone des navires entre 2023 et 2026. Cet objectif est loin de la stratégie de réduction de l’OMI de 40% d’ici 2030 par rapport à 2008. La stratégie avait été soutenue par de nombreux Etats (Chine, Argentine, Chili, Inde…). Aucun objectif n’avait été acté pour les années 2027-2030. L’objectif de réduction des émissions de carbone du Royaume-Uni intervient pendant la semaine internationale du transport maritime à Londres, un évènement placé sous le signe du développement durable. Pour atteindre l’objectif de neutralité carbone d’ici 2050, le pays avait révélé, en juillet dernier, une feuille de route qui annonçait l’interdiction en 2040 de la vente de nouveaux camions à moteur essence et diesel. Quant au transport aérien, le gouvernement souhaite atteindre la neutralité carbone pour les vols intérieurs et tous les aéroports en Angleterre d’ici 2040 et 2050 pour les vols internationaux.

17 sep. 2021 lemondedelenergie.com , 09/09/2021

Autriche : Volta Trucks lance la production de ses premiers camions électriques

Mercredi 8 septembre 2021, Volta Trucks, une start-up suédo-britannique, a annoncé la mise en production de ses camions électriques en Autriche. La production démarrera fin 2022 après des essais de véhicules pilotes. Le Volta Zero est un engin de 16 tonnes, développé par l’entreprise qui sera fabriqué par Steyr Automotive. Le constructeur a été choisi pour son expérience dans la fabrication de poids lourds et ses infrastructures de fabrication qui permettent une commercialisation rapide. Volta Trucks entend produire à terme plus de 27 000 unités réparties en quatre modèles d’ici 2025. Le marché européen est prioritaire et ses premiers véhicules électriques sont prêt à être déployés à Londres et à Paris. Grâce à ces batteries électriques, ils auront 200 kilomètres d’autonomie. Si un seul prototype existe, 2 000 véhicules ont déjà été commandés par une trentaine de clients. Volta Trucks a bénéficié en janvier 2021 d’un nouvel investissement de 20 millions de dollars.

Réglementations et politique de l'énergie

17 sep. 2021 lemondedelenergie.com , 07/09/2021

Europe : les objectifs vers un transport routier plus durable

Les autorités européennes ont mis en place un plan d’action afin de créer des infrastructures pour répondre à l’avenir du transport routier en Europe qui semble lié au développement durable. La mise en place du RTE-T assure un premier pas vers une mobilité durable, qui d’ici 2030, devra répondre aux objectifs de satisfaction des propositions relatives aux changement climatique et à l’accélération de la numérisation des transports. Pour le Conseil de l’Union européenne, il veut atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et réduire les émissions de gaz à effet de serre d’au moins 55% d’ici 2030. Un nouvel outil se dégage pour répondre à la lutte du changement climatique : Le Pacte vert. Cette feuille de route comprend 50 points se concentrant principalement sur le secteur de l’énergie et des transports, encourageant l’utilisation d’un transport plus propre et plus efficace. Pour y parvenir, l’Union Européenne doit éliminer peu à peu les combustibles fossiles et investir dans le développement d’énergies alternatives comme les biocarburants (bioéthanol, biodiesel, biométhane). Aujourd’hui, seulement 2 300 camions « zéro émission » sont en circulation soit 0,04% des véhicules utilitaires et poids lourds en Europe. Le nombre de camions électriques doit être multiplié par 100 d’ici 2030 selon L’Association européenne des constructeurs automobiles. Cette dernière s’est tournée vers les autorités afin d’introduire davantage de bornes de recharge électrique et de stations à hydrogène. L’optimisation des itinéraires, afin d’économiser le carburant ou encore réduire les émissions, sont également des priorités. L’Union Européenne mise donc sur les bourses de fret comme Teleroute, une plateforme en ligne qui permet de gérer l’activité de l’offre et la demande de votre entreprise en termes de transport de marchandises. L’objectif de l’Europe dans le secteur du transport durable est aujourd’hui atteignable avec de nombreuses actions communes.

17 sep. 2021 touteleurope.eu , 08/09/2021

Plan de relance : l'Union européenne prête à lancer ses obligations vertes

Mardi 7 septembre 2021, le commissaire au Budget Johannes Hahn a déclaré vouloir faire de l’Union Européenne (UE) « le leader mondial de la finance durable ». 250 milliards d’euros d’obligations vertes vont ainsi être levées par la Commission. Cette somme correspond à un tiers des 750 milliards prévus par le plan de relance européen. Les « green bonds » permettront de soutenir des initiatives environnementales et feront de l’UE le plus grand émetteur d’obligations vertes au monde d’ici 2026. Seule la part verte des projets sera financée par ces « green bonds ». Les gouvernements devront déclarer les investissements environnementaux à la Commission Européenne qui examinera les plans de dépenses. L’objectif est de garantir aux investisseurs que les recettes financeront des activités durables avec un auditeur externe indépendant qui vérifiera les déclarations d’allocations. 9 catégories de dépenses seront identifiées, en particulier les énergies propres, l’efficacité énergétique et les transports propres. La taxonomie européenne vise à définir des seuils d’émissions de gaz à effet de serre pour identifier les activités économiques n’aggravant pas le changement climatique. Toujours en débat, ces normes vont s’aligner sur les principes définis par l’Association internationale des marchés de capitaux, pionnière en la matière. Certains investissements gaziers seront éligibles si le type de technologie employé est transitoire et contribue aux objectifs climatiques.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 oct. 2021
Europe

Revue de presse du 15 oct.

A la une : Numérisation de l’énergie : l’UE démarre une consultation publique

08 oct. 2021
Europe

Revue de presse du 08 oct.

A la une : Le marché du carbone de l’UE, au cœur du Green deal européen

01 oct. 2021
Europe

Revue de presse du 01 oct.

A la une : Europe : les États prennent des mesures contre la flambée des prix de l’énergie

Voir toutes les revues de presse