Europe

Revue de presse

15 oct. 2021

Partager :

Economies d'énergie et émissions carbone

15 oct. 2021 korii.slate.fr, 07/10/2021

Suède : une ferme d’algues permet de réduire les émissions de méthane

Dans la petite ville de Lysekil située au sud de la Suède, la start-up Volta Greentech, a développé une usine cultivant une algue rouge très répandue dans les mers tempérées. « 4% des émissions de gaz à effet de serre proviennent aujourd'hui des éructations de vaches sous forme de méthane, soit un impact supérieur à celui de toute l'aviation », explique Fredrik Åkerman, le dirigeant et fondateur de la start-up à l'origine du projet. En effet, ces algues sont destinées au fourrage pour le bétail et non à la production de biomasse ou de biocarburant. Sachant qu’une vache produit environ 90 kg de méthane par an et que 1,5 milliard de vaches sont élevées à travers le monde, l’enjeu est de taille pour lutter contre le réchauffement climatique. Cet aliment à base d’algues permet de réduire les émissions de méthane de plus de 80%. Travaillant actuellement en partenariat avec le leader suédois de l’alimentation animale, Volta Greentech souhaite industrialiser le processus. L’entreprise envisage déjà l’ouverture d’une deuxième usine en 2022, une installation destinée à devenir la plus grande ferme d’algues du monde. De nombreuses autres start-ups développent également des solutions destinées à réduire les émissions de méthane des vaches en utilisant notamment des probiotiques produits à partir de bactéries génétiquement modifiées ou encore des suppléments à base d’ail et de citron.

15 oct. 2021 Connaissancesdesenergies.org, 04/10/2021

Hydrogène vert : l’Allemagne décarbone son transport aérien

Le lundi 4 octobre 2021, l’Allemagne a inauguré une usine de production de kérosène vert. Située dans la ville de Werlte, en Basse-Saxe, l’usine va devenir la « première usine au monde à produire du kérosène neutre en carbone à l'échelle industrielle », s’est félicité Dietrich Brockhagen, fondateur d’Atmosfair, l’ONG à l’origine du projet. Le kérosène sera produit à partir de deux matières premières : du biogaz et de l’hydrogène vert issus de filières locales. Il s'agit d'utiliser de l'hydrogène, produit par électrolyse, et de capter du CO2 dans l'atmosphère. En recombinant les deux, on obtient un carburant de synthèse imitant le kérosène d'aviation. Ce kérosène vert pourrait ainsi constituer une solution pour parvenir à décarboner un secteur aérien responsable de 2% des émissions de CO2 mondiales. « Pour que l'Allemagne devienne neutre en carbone, l'aérien doit également apporter sa contribution », a affirmé lors de l’inauguration Svenja Schulze, ministre allemande de l’Environnement. Tandis que l’Allemagne vise une part de 0,5% de kérosène vert dans sa consommation de carburant aéronautique d’ici 2026, soit 50 000 tonnes par an, ce carburant demeure dix fois plus cher que le kérosène produit à partir d’énergies fossiles et l’usine ne pourra produire qu’une tonne par jour. Il « faudra donc agrandir considérablement nos capacités » et « développer la technologie », a indiqué la chancelière allemande Angela Merkel. L’Allemagne vise une capacité de production de kérosène vert de 200 000 tonnes par an à l’horizon 2030.

Réglementations et politique de l'énergie

15 oct. 2021 Actu-environnement.com, 05/10/2021

Numérisation de l’énergie : l’UE démarre une consultation publique

Souhaitant mettre en place un plan d’action pour faciliter la production et la consommation flexibles d’énergie, en particulier d’origine renouvelable, la Commission européenne a ouvert une consultation publique jusqu’au 24 janvier 2022. « La transformation numérique du système énergétique apporte de nombreux avantages, mais également des risques et des défis liés aux spécificités du système énergétique, notamment comment mélanger les technologies existantes avec les nouvelles, les menaces de cybersécurité qui pourraient affecter l'approvisionnement, ainsi que la consommation croissante d'énergie liée à l'utilisation des technologies TIC [technologies de l'information et de la communication] », explique la Commission européenne. « Une réponse politique intégrée de l'UE est nécessaire pour garantir que les investissements dans les technologies numériques dans le système énergétique contribuent au Green Deal et à une Europe adaptée à l'ère numérique. » Un des principaux objectifs de ce plan d’action sera de garantir l’ouverture et la compétitivité des nouveaux marchés basés sur les données énergétiques tout en assurant l’éthique, la protection des données, la confidentialité et la cybersécurité. Ce plan permettra de mettre au point la manière dont les politiques et les instruments de financement de l’Union européenne (UE) fonctionneront, pour minimiser l’empreinte environnementale de ces solutions numériques, tout en exploitant pleinement leurs avantages.

15 oct. 2021 Actu-environnement.com, 06/10/2021

Photovoltaïque : l’UE ouvre le débat sur l'écoconception et l'étiquetage énergétique

La nécessité d’instaurer de nouvelles règles relatives à l’impact environnemental de l’énergie photovoltaïque fera l’objet d’une consultation publique organisée par la Commission européenne du 30 septembre au 28 octobre 2021. Deux volets sont aujourd’hui au cœur de cette initiative : l'écoconception des panneaux photovoltaïques et l'étiquetage énergétique. L’objectif est de mettre au point des dispositifs d’information, notamment via l’étiquetage, permettant de guider le consommateur vers le choix le plus responsable possible en matière d'efficacité énergétique, d'empreinte carbone et de recyclage des modules photovoltaïques. « Tous les produits sur le marché actuellement ne présentent pas une performance énergétique de haute qualité », déplore en effet la Commission européenne. La consultation publique devra aboutir à une meilleure écoconception des modules et favoriser une fabrication européenne, afin de retirer, à terme, les produits peu efficaces sur le plan énergétique. La mise en application de cette initiative devrait intervenir dès la fin de l’année 2022.

15 oct. 2021 Lemondedelenergie.org, 07/10/2021

Energie : la facture énergétique des Britanniques s’alourdit

Dans une étude publiée le 7 octobre 2021, le cabinet de recherche Cornwall Insight, spécialisé dans le secteur énergétique, prévoit une augmentation de 30% des factures d’électricité en Grande Bretagne. Le coût du gaz naturel, énergie occupant une place importante dans le mix énergétique britannique, atteint un niveau record en raison de la reprise internationale et d’une augmentation de la demande des pays asiatiques. Face à cette flambée des prix, le plafond des tarifs de l’électricité, dont bénéficient de nombreux consommateurs britanniques, vient de connaître une première hausse de 12%. « Avec les prix de l’électricité et du gaz qui continuent d’atteindre de nouveaux records, des (faillites) successives de fournisseurs en septembre, et un nouveau plafond pour l’hiver, le marché britannique de l’énergie reste vulnérable à plus de volatilité et de consolidation », analyse Craig Lowrey, consultant à Cornwall Insight. « Au regard du plafond des prix de l’énergie à des niveaux record, et qui devraient monter plus encore, beaucoup de gens vont naturellement s’inquiéter (…) de la perspective de factures plus élevées », estime pour sa part Adam French, de l’association de consommateurs Which?. Afin d’apaiser les tensions liées à l’approvisionnement énergétique du pays, le gouvernement de Boris Johnson souhaite poursuivre le développement des énergies renouvelables, et vise une production d’électricité 100% renouvelable d’ici 2035.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

03 déc. 2021
Europe

Revue de presse du 03 déc.

A la une : Allemagne : le futur gouvernement présente une feuille de route énergétique décarbonée

26 nov. 2021
Europe

Revue de presse du 26 nov.

A la une : Automobile : l’importance d’un mix électrique décarboné

19 nov. 2021
Europe

Revue de presse du 19 nov.

A la une : Le Royaume-Uni mise sur le train à hydrogène

Voir toutes les revues de presse