Europe

Revue de presse

13 mar. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

13 mar. 2020 transitionenergies.com, 05/03/2020

L’Allemagne réfléchit à un plan hydrogène

Le gouvernement allemand s’apprête à annoncer un nouveau plan pour construire une véritable filière économique autour de l’hydrogène, voué à remplacer les carburants fossiles. L’Allemagne s’alimente encore à 79% grâce aux énergies fossiles, particulièrement dans les secteurs des transports lourds, de l’industrie, du chauffage et de la climatisation. De fait, elle est dépendante du pétrole et du gaz importés de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) et de Russie, avec des conséquences économiques et politiques importantes. C’est pourquoi le gouvernement a conclu plusieurs accords avec l’industrie et d’autres pays afin de se garantir des ressources en hydrogène vert. Notamment, pour diversifier les sources d’approvisionnement en hydrogène, l’Allemagne a signé un accord avec le Nigeria pour construire une filière hydrogène dans 15 pays de l’Ouest africain. Le pays s’assure ainsi de pouvoir importer jusqu’à 45 millions de tonnes d’hydrogène d’ici 2050. D’autres accords sont en cours de négociation avec l’Australie et l’Arabie Saoudite. Le gouvernement allemand soutiendra néanmoins la fabrication d’hydrogène vert sur le sol national, grâce à un conséquent système de subventions. Quatre ministères travaillent actuellement à l’élaboration de ce plan. « L’hydrogène n’est pas une solution miracle, mais elle est la meilleure disponible aujourd’hui, notamment pour que l’industrie décarbone sa production. Vous ne pouvez pas construire un système énergétique avec plus de 70% de renouvelables sans hydrogène », affirme Fabian Huneke, expert d’Energy Brainpool.

13 mar. 2020 actu-environnement.com, 06/03/2020

L’UE s’accorde sur la neutralité carbone pour 2050

Les États membres de l’Union européenne se sont accordés, jeudi 5 mars dernier, sur l’objectif de neutralité carbone pour 2050. Comme le précise le communiqué du Conseil, « la stratégie de l'UE rappelle l'attachement plein et entier de l'UE et de ses États membres à l'Accord de Paris et à ses objectifs à long terme. Chaque État membre est également tenu d'élaborer sa propre stratégie nationale en vue de sa communication à la CCNUCC (Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques). L'UE demande instamment à toutes les parties de l'Accord de Paris de communiquer leurs stratégies d'ici 2020. » L’Accord de Paris impose une réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre, par le biais de contributions nationales révisées tous les cinq ans, ainsi qu’une stratégie à long terme horizon 2050. Pour atteindre cet objectif, la Commission européenne entend notamment s’appuyer sur le projet de loi climat présenté le 4 mars 2020.

13 mar. 2020 euronews.com, 06/03/2020

Grèce : trois ans pour sortir du charbon

Le gouvernement grec s’est donné trois ans pour mettre fin à plus de 60 ans d’utilisation du charbon dans son économie. La décision a reçu un accueil mitigé, notamment de la part de Georgios Kasapid, gouverneur de la Macédoine occidentale, où la ressource est abondante et garantit bon nombre d’emplois : « nous voulons continuer à faire fonctionner l’industrie locale de l’énergie. Puisque le charbon va être remplacé, nous pouvons apporter de nouvelles technologies. Des énergies renouvelables comme les panneaux photovoltaïques, les panneaux solaires thermiques, l’hydrogène ou encore l’énergie géothermique. ». Le ministre grec de l’Énergie, Kostis Hatzidakis, parle d’un plan directeur plus global pour la région : « Cela concernera le secteur de l’énergie mais aussi l’agriculture biologique, l’agrotourisme et pourquoi pas l’industrie. Nous voulons nous assurer d’une "transition juste". Nous comprenons que les habitants de Macédoine occidentale soient nés et aient grandi avec le charbon. Notre mission est de leur expliquer qu’un autre futur est possible. » Rappelons qu’au sein de l’Union européenne, le charbon représente encore 30% des émissions de CO2 du secteur de l’énergie.

Production d'énergie

13 mar. 2020 lequotidien.lu, 04/03/2020

Le Luxembourg inaugure son plus puissant parc éolien

Le plus puissant parc éolien luxembourgeois a été inauguré le 3 mars 2020, non loin de la ville de Wincrange. D’une capacité totale de 23,1 MW, les sept éoliennes qui le composent seront en mesure d’injecter 50 GWh dans le réseau national chaque année, soit 20% de l’énergie éolienne produite sur le territoire en 2018. Grâce à cette contribution, la production nationale d’énergie verte atteindra 314 GWh, dépassant largement l’objectif fixé par le Plan national intégré en matière d’énergie et de climat (PNEC) pour l’année 2020 (239 GWh). L’installation d’autres parcs éoliens sera toutefois nécessaire pour atteindre les 674 GWh prévus par le Plan pour 2030. Avec une croissance de sa production de 418% en dix ans, l’éolien s’est progressivement imposé comme la principale source d’énergie verte du Duché.

Tendances et acteurs

13 mar. 2020 pro.largus.fr, 03/03/2020

Vers des voitures de plus en plus vertes

Contraints par les objectifs de réduction des émissions de CO2 imposés par l’Union européenne au 1er janvier 2021, les constructeurs ont dû revoir leur feuille de route et développer des modèles à propulsion 100% électrique. Ils s’apprêtent ainsi à lancer, dans les premiers mois de l’année 2020, une vingtaine de modèles électrifiés. Volkswagen prévoit le lancement de plus de 10 modèles électrifiés cette année. À l’occasion de la présentation des résultats annuels, le groupe a manifesté l’ambition de lancer 70 véhicules électriques (VE) au cours de la prochaine décennie et d’en commercialiser 40% en 2030. « Sans les modèles électriques, nous n’avons aucune chance d’atteindre les objectifs. C’est la réalité », a déclaré Jürgen Stackmann, en charge des ventes, du marketing et de l’après-vente de la marque Volkswagen. BMW, quant à lui, promet de commercialiser 25 véhicules électrifiés en 2023, dont 12 VE. PSA, qui a déjà sorti 10 VE, a annoncé la commercialisation de 13 nouveaux modèles hybrides rechargeables (PHEV) ou électriques. Skoda France aspire pour sa part à immatriculer entre 5 000 et 7 000 véhicules électriques en 2021, soit un modèle vendu sur six. Hyundai, qui promet d’atteindre les 44 véhicules électrifiés dans son catalogue, prévoit de commercialiser un tiers de véhicules électrifiés dès 2020, dont 13% de VE. Selon l’étude « Le marché français de la voiture électrique et des services associés », publiée en octobre dernier par Les Echos études, les ventes de voitures particulières (VP) électriques pourraient atteindre entre 300 000 et 420 000 unités d’ici 2025 dans l’Hexagone, soit une croissance annuelle moyenne supérieure à 40%. Le marché de vente de VP 100% électriques a fait un bond de plus de 50% en un an pour atteindre 1,45 milliard d’euros en 2019. Quant au chiffre d’affaires généré par les VE en France, l’institut d’étude estime qu’il devrait être compris entre 8,5 et 12 milliards d’euros en 2025.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

03 avr. 2020
Europe

Revue de presse du 03 avr.

A la une : Londres s’équipe en points de recharge électrique

27 mar. 2020
Europe

Revue de presse du 27 mar.

A la une : 980 millions d’euros pour financer les infrastructures énergétiques propres

20 mar. 2020
Europe

Revue de presse du 20 mar.

A la une : EDF distingué par le Carbon Disclosure Projet

Voir toutes les revues de presse