Europe

Revue de presse

12 Juin. 2020

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

12 Juin. 2020 lemondedelenergie.com, 02/06/2020

Le Pacte vert : un appel pour un budget de 500 milliards d’euros

À la suite de la crise provoquée par le Covid-19, un plan de relance de l’économie européenne a été présenté le 27 mai par Ursula von der Leyen, Présidente de la Commission européenne. Prévoyant une capacité d’emprunt de l’ordre de 750 milliards d’euros sur quatre ans afin de renforcer un budget de 1 100 milliards d’euros prévu pour la période 2021-2027, ce plan doit notamment permettre « d’acheminer de nouvelles ressources pour le Pacte Vert et le numérique, les deux priorités de l’UE (Union européenne) ». Dans un texte publié le 2 juin, 700 militants écologistes, climatologues, économistes, entrepreneurs, élus locaux, nationaux ou européens formulent différentes critiques à l’égard de ce plan et proposent des solutions alternatives. Selon les signataires de ce texte, « si l’UE a désormais une proposition de plan de relance, celle-ci n’est à ce stade qu’une base de négociation. Il est clair que pour trouver un consensus, il faudra s’accorder sur la création de nouvelles ressources propres pour le budget européen, sans trop peser sur les budgets nationaux ». Ils réclament « l’arrêt des subventions et des investissements (dans les énergies) fossiles, une véritable Banque du Climat et un réel budget climatique – nous pouvons mobiliser plus de 500 milliards d’euros par an ». La Banque du Climat donnerait 300 milliards d’euros par an sous forme de prêts à taux zéro tandis que le budget climat serait doté de 100 milliards d’euros par an grâce à la mise en place d’un impôt européen de 5% sur les bénéfices des grandes entreprises, calculé sur la base de leur empreinte carbone. Selon les signataires de cet appel, l’interdiction des investissements et des subventions dans les énergies fossiles permettrait quant à elle d’économiser plus de 112 milliards d’euros par an. Plus d’un million de personnes ont déjà signé la pétition accompagnant cette initiative.

12 Juin. 2020 frandroid.com, 05/06/2020

L’Union européenne hausse le ton contre les constructeurs automobiles européens

Constatant une légère hausse des émissions de dioxyde de carbone (C02) rejetées par leurs véhicules, l’Union européenne (UE) a jugé nécessaire de rappeler à l’ordre les constructeurs automobiles dans un communiqué publié le 3 juin dernier. Alors que les objectifs fixés par l’UE prévoient une réduction de 40% de ces émissions de C02 d’ici 2030, celles-ci sont en effet passées de 118 à 120,8 grammes de C02 par kilomètre parcouru entre 2017 et 2018. Pour mémoire, ce chiffre ne devra pas dépasser la barre des 95 grammes en 2021, faute de quoi les constructeurs devront s’acquitter de lourdes amendes. La hausse relevée par l’UE est en partie liée à la différence des résultats obtenus dans le cadre des tests menés par les constructeurs en laboratoire et en situation réelle. Dans un communiqué, la Commission appelle en conséquence les constructeurs à « améliorer l’efficacité énergétique de leur flotte et accélérer le déploiement de véhicules à émissions nulles et faibles » : « Les nouvelles immatriculations de voitures à émissions nulles et faibles ont augmenté en 2018, mais ne représentaient qu’environ 2% des immatriculations de voitures neuves, contre 1,5 % en 2017 », rappelle-t-elle par ailleurs.

12 Juin. 2020 numerama.com, 05/06/2020

L’Allemagne veut imposer l’installation de bornes de recharge électrique dans les stations-services

Une autonomie insuffisante et le faible nombre de bornes de recharges constituent les deux principaux freins à l’achat d’un véhicule électrique (VE). Actuellement, l’Allemagne ne compte que 27 730 stations de recharge chacune, trois fois moins que nécessaire pour permettre au segment du VE d’arriver à maturité. Afin de remédier à ce problème, le gouvernement fédéral souhaite imposer l’installation de bornes de recharges dans chaque station-service. Cette mesure peut sembler excessive, les véhicules électriques ne représentant que 3,3% du total des immatriculations dans le pays. L’exécutif allemand estime toutefois que le développement de la mobilité électrique implique impérativement le lancement d’une telle initiative. « C’est un vrai engagement en faveur des voitures rechargeables et cela établit la mobilité électrique comme une technologie du futur. À l’international, cela place l’Allemagne dans le groupe de tête en matière de soutien aux voitures électriques », se félicite The Mobility House, entreprise spécialisée dans le stockage d’énergie.

Economies d'énergie et émissions carbone

12 Juin. 2020 nouvelobs.com, 03/06/2020

Panorama des pays européens les plus avancés en matière de transition énergétique

Nombre de pays européens rivalisent d’ambition dans le domaine de la transition énergétique. L’Union européenne a quant à elle fixé des objectifs élevés dans son paquet énergie-climat 2020, tels qu’une réduction de 20% de la consommation énergétique, 20% d’énergies renouvelables dans le mix énergétique et une réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre. Si l’ambition est partagée, force est de constater que les différents pays n’obtiennent pas les mêmes résultats en matière de transition énergétique. Citée en modèle dans le monde entier, la Suède ne consomme plus que 27% d’énergies fossiles, une performance liée en partie à l’instauration d’une taxe carbone très élevée. L’Autriche fait également figure d’exemple avec près de 73% d’électricité produite grâce aux énergies renouvelables. Le Portugal s’illustre également avec une production d’électricité issue des énergies renouvelables correspondant à 103,6% des besoins du pays en 2018. Moins impressionnant mais non moins encourageant, la production britannique d’électricité issue des énergies renouvelables a dépassé pour la première fois en 2018 celle issue du charbon. Bien qu’en progression constante, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique français reste quant à elle loin des objectifs européens (16,6% contre 23% attendus en 2020).

Energies renouvelables

12 Juin. 2020 greenunivers.com, 05/06/2020

Allemagne : 30 milliards d’euros pour la transition énergétique

Le 3 juin dernier, le gouvernement d’Angela Merkel a annoncé son intention de soutenir les secteurs de l’énergie et de la mobilité à hauteur de 30 milliards d’euros dans le cadre d’un plan de relance économique doté de 130 milliards d’euros. Dans le domaine des transports, il est notamment prévu d’augmenter la prime à l’innovation pour l’achat d’un véhicule 100% électrique de moins de 40 000 € en doublant cette somme à 6 000€ jusqu’au 31 décembre 2021. Prenant acte des difficultés rencontrées pour développer l’éolien terrestre sur son territoire, le gouvernement allemand souhaite également faire passer de 15 à 20 GW l’électricité produite par des éoliennes offshore d’ici 2030, avant d’atteindre 40 GW en 2040. L’Allemagne a par ailleurs décidé de consacrer 7 milliards d’euros au développement de la filière hydrogène afin d’atteindre une capacité de 5 GW d’ici 10 ans, 5 GW supplémentaires devant être installés d’ici 2035 ou 2040. 2 milliards d’euros permettront également de nouer des partenariats avec des pays capables d’alimenter l’Allemagne en hydrogène vert à prix compétitif. Ce plan de relance prévoit enfin de relever d’un milliard d’euros le budget consacré à la rénovation énergétique des bâtiments (2,5 milliards d’euros par an en 2020 et en 2021).

Techniques et innovations

12 Juin. 2020 industrie-techno.com, 03/06/2020

Northvolt-Hydro : une alliance pour le recyclage des batteries de véhicules électriques

Northvolt, entreprise suédoise spécialisée dans la fabrication de batteries, et Hydro, entreprise norvégienne, spécialiste de l’aluminium, ont annoncé le 1er Juin la création d’une co-entreprise. Baptisée Hydro Volt, cette structure se consacrera au recyclage des composants de batteries de véhicules électriques. Dans un communiqué, les deux entités indiquent que leur objectif est « d’exploiter les synergies en termes de recyclage entre les industries des batteries et de l’aluminium ». Un premier hub de recyclage devrait être inauguré en 2021 à Fredrikstad en Norvège. Il aura pour mission de séparer l’aluminium présent dans l’emballage des batteries et la « masse noire », poudre issue de leur broyage contenant du lithium, du nickel ou encore du cobalt. Ces matières seront ensuite transportées vers les sites de recyclages de Northvolt et d’Hydro. « Fortement automatisé », ce hub sera en mesure de traiter 8 000 tonnes de batteries par an. Cette initiative intervient six mois après le lancement par Northvolt de Revolt d’un projet de recyclage de batteries lithium-ion devant permettre à l’entreprise d’inclure 50% de matériaux recyclés dans ses nouvelles cellules d’ici à 2030. D’autres projets de recyclage des batteries de véhicules électriques sont actuellement menés en Europe. Réunissant Eramet, Basf, Suez, Chimie Paris Tech et l’Université norvégienne de science et technologie, le projet Relieve a notamment pour objectif de créer un procédé innovant permettant de recycler ces batteries. Lancé début 2020, Relieve a été financé à hauteur de 4,7 millions d’euros par l’EIT Raw Materials, organisme créé par le European institute of innovation and technology (EIT) de l’Union européenne. Alors que les capacités de recyclage de batteries lithium-ion en Europe sont actuellement de quelques milliers de tonnes de cellules par an, Nicolas Verdier, strategy manager chez Eramet affirme qu’elles « pourraient tripler d’ici à 2025, et être multipliées par plus de 10 d’ici à 2037-2038 ».

Toute l'actualité du marché de l'énergie

10 juil. 2020
Europe

Revue de presse du 10 juil.

A la une : Le gigantesque potentiel éolien du Groenland

03 juil. 2020
Europe

Revue de presse du 03 juil.

A la une : Construction de la plus grande batterie à air liquide du monde à Manchester

26 Juin. 2020
Europe

Revue de presse du 26 Juin.

A la une : Véhicule électrique : Bosch lance une application pour mettre fin à « la corvée de recharge »

Voir toutes les revues de presse