Europe

Revue de presse

11 oct. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

11 oct. 2019 connaissancedesenergies.org, 02/10/2019

Une subvention européenne de 530 millions d’euros pour le Celtic Interconnector

La Commission européenne a annoncé le 2 octobre qu’une subvention d’un montant de 530 millions d’euros serait accordée à la réalisation d’une liaison électrique entre la France et l’Irlande. Baptisé « Celtic Interconnector », ce projet prévoit « la construction d’une connexion directe à haute tension de 700 MW sur environ 575 km de long entre la côte sud de l’Irlande et la côte Nord-ouest de la Bretagne en France », précise la Commission dans un communiqué. Selon elle, ce projet mettra fin à « l’isolation électrique de l’Irlande du continent européen ». Porté par RTE (Réseau de Transport d’Electricité) et Eirgrid, le gestionnaire du réseau électrique irlandais, le « Celtic Interconnector » devrait nécessiter un investissement total d’environ 930 millions d’euros. Se félicitant de la décision prise par la Commission, le gouvernement français a rappelé que « cet ouvrage sera la première liaison électrique entre l’Irlande et la France, mais aussi avec l’Europe continentale » : « [c’est] un projet d’une importance majeure dans le contexte des négociations relatives à la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne », a souligné le ministère de la Transition écologique et solidaire.

11 oct. 2019 connaissancedesenergies.org, 01/10/2019

Electroménager : l’Union européenne fait évoluer sa réglementation énergétique

Le 1er octobre, la Commission européenne a adopté de nouvelles règles sur les produits électroménagers. Ces mesures ont vocation à rallonger leur durée de vie, diminuer leur consommation d’énergie et améliorer leur « recyclabilité et […] réparabilité ». Elles entreront en application dans les semaines à venir et seront accompagnées par l’instauration d’un nouvel étiquetage énergétique en mars 2020. Grâce à ces nouvelles normes, la Commission européenne table sur une réduction de la consommation d’énergie de l’ordre de 167 TWh par an d’ici 2030, soit 150 euros d’économie sur la facture annuelle moyenne des ménages. La nouvelle législation impose notamment que les pièces de rechange d’un appareil soient disponibles longtemps après son achat (au minimum 10 ans pour les lave-linges et les lave-vaisselles) et livrées en 15 jours ouvrables maximum. D’après Monique Goyens, directrice générale du BEUC (Bureau Européen des Unions de Consommateurs), ces mesures contribueront à « inverser la tendance actuelle au produit jetable » : « Les nouvelles exigences en matière de réparation contribueront à allonger la durée de vie des appareils d'usage quotidien, qui est bien trop courte actuellement », explique-t-elle en effet. Elle regrette néanmoins que « certaines pièces de rechange et conseils d'entretien ne seront accessibles qu'aux réparateurs professionnels ». Les fabricants voient d’un bon œil ces nouvelles règles, Paolo Falcioni, directeur général d'APPLia, (Association du secteur européen des Appareils Ménagers), considère notamment que cette législation fait « progresser la culture de l'économie circulaire ».

Economies d'énergie et émissions carbone

11 oct. 2019 lemondedelenergie.com, 06/10/2019

Les pays de l’Union européenne peinent à s’entendre avant la COP 25

Le 4 octobre, lors d’une réunion préparatoire à la COP 25 qui se tiendra début décembre à Santiago du Chili, les 28 membres de l’Union européenne (UE) se sont de nouveau montrés divisés sur la question de la politique climatique. Si l’Estonie a ouvert cette rencontre en annonçant vouloir atteindre la neutralité carbone d’ici 2050, la Pologne, la Hongrie et la République Tchèque s’en sont abstenues. Or, cet objectif de long terme doit faire l’unanimité pour être adopté par l’Union européenne. Alors que les réglementations entrées en vigueur au cours des dernières années permettraient, selon la Commission, de dépasser l’objectif actuel d’une réduction de 40% des émissions de CO2 d’ici 2030, plusieurs Etats membres comme l’Allemagne ou l’Espagne ont proposé de revoir les ambitions de l’UE à la hausse, certains pays comme la France ou la Suède proposant même de fixer l’objectif à -55%. La réunion n’a toutefois pas permis aux 28 membres de s’entendre sur ce sujet, seul le message qui sera délivré à la COP 25 faisant l’objet d’un consensus.

Tendances et acteurs

11 oct. 2019 journaldelenvironnement.net, 04/10/2019

Eolienne : une start-up suisse s’inspire des cerfs-volants

Créée en 2013 à l’initiative de l’Empa (Laboratoire fédéral d’essai des matériaux et de recherche), la start-up suisse TwingTec s’apprête à tester un prototype d’éolienne inédit. Conçu sur le modèle du cerf-volant, cette éolienne « volante » est reliée par un filin à un tambour, lui-même couplé à un générateur. Atteignant une altitude de 500 mètres où elle capte des vents quatre fois plus forts que les éoliennes classiques, cet appareil a fait l’objet d’un test prometteur à l’automne 2018. Forte de ce premier succès, la start-up procédera en novembre prochain à une nouvelle expérimentation avec pour objectif la production de 10 kW destinés à être injectés dans le réseau. À plus long terme, l’entreprise espère pouvoir se lancer dans la production en série de son modèle « TT100 », un cerf-volant de 15 mètres d’envergure capable de produire jusqu’à 100 kW, « soit assez pour alimenter 60 maisons individuelles », selon l’Empa. Cette éolienne d’un nouveau genre pourrait constituer une solution intéressante pour alimenter en électricité les lieux isolés : « nos clients potentiels, ce sont les mines, les communautés isolées, les îles. Autant d’endroits qui utilisent actuellement des générateurs diesel bruyants, polluants, et dont le carburant doit être acheminé au prix fort », explique en effet Rolf Luchsinger, directeur de TwingTec. Comme le rappelle l’Empa, « 10 start-ups et plusieurs équipes universitaires et de hautes écoles techniques », réunies au sein de l’association Airborne Wind Europe, travaillent également sur le concept développé par TwingTec.

Techniques et innovations

11 oct. 2019 journaldelenvironnement.net, 04/10/2019

L’aluminium pourrait remplacer le lithium-ion dans les batteries

La batterie au lithium-ion serait-elle déjà une technologie dépassée ? C’est ce que semble avoir découvert un groupe de chercheurs suédois et slovènes. Partis du principe que l’aluminium possède une densité d’énergie trois fois plus forte que le lithium, ces chercheurs ont réussi à doubler cette densité énergétique et à produire des batteries aluminium utilisant une cathode organique nanostructurée. Patrik Johansson, professeur de physique à l’université de technologie de Chalmers, l’affirme : « Les coûts matériels et les impacts environnementaux que nous envisageons pour notre nouveau concept sont beaucoup plus bas que ce que nous voyons aujourd'hui. Ce qui le rend utilisable à grande échelle, pour stocker l’électricité produite par les parcs photovoltaïques ou les fermes éoliennes ». De plus, l’aluminium est 100% recyclable et, selon l’université de Chalmers, « il existe déjà une industrie établie pour sa fabrication et son recyclage ». Seul bémol, la batterie actuelle utilise du chlore mais les chercheurs s’emploient à l’éliminer du procédé.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

15 nov. 2019
Europe

Revue de presse du 15 nov.

A la une : Performance record du système communautaire d’échange de quotas d’émissions de GES en 2018

08 nov. 2019
Europe

Revue de presse du 08 nov.

A la une : Véhicules électriques : EDF confirme ses ambitions en rachetant Pivot Power

31 oct. 2019
Europe

Revue de presse du 31 oct.

A la une : L’électrification automobile passera par les flottes d’entreprise

Voir toutes les revues de presse