Europe

Revue de presse

09 juil. 2021

Partager :

Techniques et innovations

09 juil. 2021 lemondedelenergie.com , 05/07/2021

Poids-lourds : une coentreprise pour développer les bornes de recharge électriques

Le 5 juillet 2021, les groupes automobiles Volkswagen, Daimler et Volvo ont annoncé vouloir investir près de 500 millions d’euros dans une coentreprise pour développer des bornes de recharges électriques pour camions en Europe. Traton (Volkswagen), Daimler Truck et Volvo ont signé un protocole d’accord (…) pour le lancement d’une joint-venture”, afin de “développer (…) un réseau public de recharge de poids lourds en Europe”. Les trois groupes se sont donné l’objectif d’« investir 500 millions d’euros pour construire 1700 points de recharge dans les cinq années […] alimentés avec des énergies renouvelables ». Les 3 groupes seront représentés « à part égales » dans la nouvelle structure, qui devrait être lancé d’ici 2022. Elle permettra de développer rapidement « un transport de marchandises neutre en carbone d’ici 2050 ». L’association européenne des constructeurs automobiles (ACEA) estime qu’il faut construire 15 000 stations de recharge sur le continent pour s’adapter à l’élargissement de l’offre de véhicules électriques, voir atteindre les 50 000 en 2030.

Tendances et acteurs

09 juil. 2021 connaissancedesenergies.org , 01/07/2021

Batteries : Nissan annonce la création d’une méga-usine

Dans la course à la transition énergétique, le fabricant japonais automobile Nissan vient d’annoncer la création d’une méga-usine de production de batteries et de véhicules électrique à côté de son site existant à Sunderland, où il fabriquera aussi un nouveau véhicule électrique en Europe. Un total d’environ un milliard de livres va être investi par le constructeur automobile ainsi que par le groupe chinois spécialisé dans les batteries électriques automobiles Envision AESC. Cette usine qui fonctionnera exclusivement aux énergies renouvelables permettra d’équiper 100 000 véhicules électriques du groupe par an, et générer 6 200 emplois ; ce qui a été qualifié par le premier ministre Boris Johnson de « vote de confiance majeur dans le Royaume-Uni ». « C'est un jour historique pour Nissan, nos partenaires, le Royaume-Uni et l'industrie automobile » a déclaré le directeur opérationnel de Nissan Ashwani Gupta depuis les lignes d'assemblage de Sunderland, ajoutant que « l'électrification est cruciale dans le combat contre le changement climatique ». Juste avant la COP 26, le Royaume-Uni multiplie les annonces visant la neutralité carbone. Partenaire de Nissan et Mitsubishi, le groupe français Renault a fait part de l’implantation d’une mega-usine de batteries d’AESC, filiale japonaise de batteries d'Envision, similaire à Douai dans le Nord de la France. La CBI, principale instance du patronat britannique, a annoncé que ce projet pourrait permettre de « donner l’étincelle pour les six autres giga-usines qui sont nécessaires d’ici 2040 pour alimenter le marché en pleine expansion des véhicules électriques et stimuler la mise en place d’un vaste réseau de chargement ». L’Europe a saisi l’importance stratégique de la production de batteries dans le développement de la voiture électrique et commence à rapatrier la filière de production des batteries face à la concurrence chinoise toujours plus importante.

09 juil. 2021 midilibre.fr , 30/06/2021

Europe : la voiture électrique gagne du terrain

Selon le rapport publié le 29 juin 2021 par l’Agence européenne de l’environnement (AEE), 11% des véhicules vendus dans l’Union européenne l’année dernière étaient des véhicules 100% électriques ou hybrides rechargeables, pour un total de 11,6 millions de voitures neuves immatriculées. L’introduction en 2010 des normes européennes d’émissions de CO2 pour les voitures est à l’origine de la vente de modèles moins polluants, et entrainé une baisse des émissions de CO2 de 12%, selon l’AEE. Les émissions des voitures neuves immatriculés en Europe sont ressorties en moyenne à 107,8 grammes de CO2 par kilomètre en 2020, soit une baisse de 14,5 grammes par rapport à 2019. L’introduction de ces mesures plus strictes en matière d’émissions de CO2 dans l’automobile en 2020 a encouragé les constructeurs à accroître la part de véhicules à faibles émissions. En conséquence, les ventes des voitures diesels sont passées de 34,1% en 2019 à 30,6% en 2020, selon les statistiques du Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA).

Economies d'énergie et émissions carbone

09 juil. 2021 lemondedelenergie.com , 02/07/2021

Allemagne : 1 million de véhicules électriques en circulation atteint

Grâce à l’essor des ventes favorisées par les subventions de l’Etat, l’Allemagne est sur le point d’atteindre son objectif fixé à un million de voitures électriques en circulation. Comme l’a indiqué le ministre de l’Economie du pays, Peter Altmaier « Nous allons atteindre en juillet 2021 notre objectif d’un million de voitures électriques ». Au premier trimestre 2021, environ 1,25 milliard d’euros de demandes de subventions ont été effectuées par les Allemands souhaitant changer de véhicules. La prime à l’achat a été considérablement augmentée dans le cadre des mesures de relance post-pandémie. Pour les véhicules électriques dont le prix catalogue net est inférieur à 40.000 euros, l’aide maximale est désormais de 9.000 euros, pour les hybrides, elle est de 6.750 euros. Les ventes mensuelles de voitures purement électriques ont plus que doublé, depuis le début de l’année, par rapport à 2020, et représenté en moyenne 10% du marché. Le développement des infrastructures de recharge a également permis de réaliser cet objectif. Il existe sur le territoire allemand 37 705 points de charge standard et 6 395 points de charge rapide. Le ministre de l’Economie précise que la production de cellules de batterie européennes sera un enjeu crucial. Le prochain objectif du gouvernement sera de sept à dix millions de voitures électriques sur les routes à l’horizon 2030.

09 juil. 2021 plein-soleil.info , 29/06/2021

Climat : la Banque Européenne d’Investissement honorée pour ses engagements

Le Président de la Banque Européenne d’investissement (BEI), Werner Hoyer, a été désigné « Banquier européen de l’année 2019 » par le Groupe 20+1, l’association de journalistes économiques et financiers internationaux issus des principaux médias d’affaires. Werner Hoyer a été honoré pour la création des programmes de financement de la BEI qui ont contribué à la stabilité de l’Union européenne, à la promotion de l’action climatique, de l’innovation et de la productivité dans l’Europe et dans le monde. La présidente de l’Union européenne, Ursula Von der Leyen, a félicité la BEI d’être à l’avant-garde des ambitions de l’Europe concernant la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le Président de la BEI a souligné à cette occasion que « Nous savons tous que les années qui précèdent 2030 sont notre dernière chance d’éviter une catastrophe. Si nous voulons réussir à limiter la hausse de la température mondiale à 1,5°C, les Etats membre de l’UE devront investir 350 milliards d’euros dans l’innovation chaque année cette décennie ». Les avantages économiques globaux des investissements dépasseront à terme de manière significative le « rendement » commercial, a-t-il précisé. Les banques publiques et la BEI se doivent intervenir à côté des Etats pour accompagner la promouvoir la recherche fondamentale et les projets d’innovation prometteurs, a-t-il conclu.

Réglementations et politique de l'énergie

09 juil. 2021 connaissancedesenergies.org, 05/07/2021

Eolien offshore : le débat public est ouvert

L’installation de deux parcs éoliens flottants en Méditerranée suscite un réel débat en France. Par l’intermédiaire de consultation en ligne, de réunions publiques et aussi d’échanges sur les plages, la commission du débat public souhaite ouvrir au maximum la concertation publique prévue du 12 juillet au 31 octobre. Les deux sites pourront produire 750 mégawatts (MW) chacun. Composés d’une cinquantaine d’éoliennes, ils alimenteront en électricité verte annuellement environ 3 millions d’habitants selon les pouvoirs publics. Pour lutter contre le réchauffement climatique et diversifier sa production électrique, la France vise 40% d'énergie renouvelable en 2030 (20% en 2019), via notamment 1 000 MW d'éolien offshore en plus par an. Les sites restent cependant à déterminer… « Ce sera LE débat d'opportunité sur le développement de l'éolien en Méditerranée », explique le président de la Commission particulière du débat (CPDP), le sociologue et urbaniste Etienne Ballan. Car « 1,5 GW ce n'est que le début. On est à un moment de bascule : fait-on de la Méditerranée un lieu de production électrique forte ? C'est maintenant qu'il faut en discuter, après il sera trop tard. Faut-il y aller ? Si oui, où et à quelles conditions ? A-t-on d'autres moyens de produire ou de consommer ? On va sortir du dialogue micro-local », déclare-il. Le golfe du Lion entre Fos-sur-Mer et Perpignan est le site idéal permettant de fournir les régimes de vent nécessaires. Depuis quelques années, les questions sont identiques et concernent principalement l’impact sur les paysages, sur l’environnement, et sur le bilan carbone mais les études en la matière manquent cruellement. Une synthèse du débat sera publiée par les organisateurs début décembre avant que l’Etat puisse y répondre d’ici mars 2022.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

17 sep. 2021
Europe

Revue de presse du 17 sep.

A la une : Le Royaume-Uni plaide pour un transport maritime mondial neutre en carbone

10 sep. 2021
Europe

Revue de presse du 10 sep.

A la une : Italie : des trains à moteur hydrogène pour remplacer ceux à moteur diesel

30 juil. 2021
Europe

Revue de presse du 30 juil.

A la une : La Banque européenne d’investissement valide des financements pour soutenir les entreprises

Voir toutes les revues de presse