Europe

Revue de presse

09 avr. 2021

Partager :

Tendances et acteurs

09 avr. 2021 journalauto.com, 01/04/2021

Webfleet Solution : fort potentiel d’électrification des flottes professionnelles

Webfleet Solution, leader européen en solutions télématiques et filiale de Bridgestone, a publié une analyse des données de conduite de 100 000 véhicules d’entreprises connectés à travers l’Europe. L’étude démontre un fort potentiel d’utilisation des véhicules électriques (VE) dans les flottes professionnelles. D’après Webfleet Solution, 61% des utilitaires européens pourraient être remplacés par une alternative électrique. En effet, 82,8% des clients de Webfleet Solution déclarent être enclins à renouveler au moins un de leurs véhicules utilitaires légers (VUL) au profit d’un modèle électrique. 57% auraient la capacité de convertir la moitié de leur flotte et 34,4% la totalité de leurs véhicules. Sur l’ensemble des pays européens étudiés, le taux de substitution potentiel des véhicules thermiques en VE est particulièrement fort au Royaume-Uni et aux Pays-Bas, il s’élève à 70%. Viennent ensuite la France (67%), puis l’Allemagne (61%). Grâce à son outil Fleet Electrification Planning Report, Webfleet Solution a déterminé quels seraient les véhicules qui pourraient être remplacés par des modèles électriques. « Cette étude conclut que si un véhicule parcourt moins de 300 km par jour sur une période de douze mois, il peut être remplacé par un VE », précise le communiqué.

09 avr. 2021 autoactu.com, 31/03/2021

BP investit dans la recharge de véhicules électriques

Le pétrolier britannique BP a annoncé dans un communiqué son intention d’investir dans une coentreprise spécialisée dans la recharge de véhicules électriques, aux côtés des constructeurs automobiles allemands BMW et Daimler. « Nous allons devenir partenaires à 33,3% aux côtés de BMW Group et Daimler Mobility AG au sein de Digital Charging Solutions GmbH (DCS), l'un des principaux développeurs de systèmes de charge », indique le groupe dans un communiqué. « Notre but est de faire en sorte que charger [une voiture électrique] devienne aussi simple que de faire le plein d'essence à la pompe ». Le géant britannique a pour ambition d’atteindre la neutralité carbone d’ici 2050 et entend multiplier par dix ses investissements dans les énergies à faibles émissions d’ici 2030. BP veut atteindre 5 milliards de dollars d’investissements par an, notamment dans les énergies renouvelables.

09 avr. 2021 lemondedelenergie.com, 01/04/2021

Hydrogène : Stellantis présente sa nouvelle gamme d’utilitaires

Le groupe automobile Stellantis a annoncé son intention de commercialiser d’ici la fin de l’année de nouveaux véhicules utilitaires à faibles émissions. Combinant un système de pile à combustible à hydrogène et une batterie électrique, les nouveaux utilitaires de marques Peugeot, Citroën et Opel sont destinés à une clientèle de professionnels parcourant de longues distances que les véhicules 100% électriques ne parviennent pas encore à satisfaire en raison de leur temps de recharge. Le groupe Stellantis annonce une autonomie de 400 kilomètres et la possibilité de faire le plein en moins de trois minutes. Equipées de réservoirs fabriqués en France par Faurecia et de piles à combustible fournies par Symbio (coentreprise dans l’hydrogène de Michelin et Faurecia), ces camionnettes seront assemblées en Allemagne, sur le site Opel de Russelsheim où sont concentrées les compétences de Stellantis dans le domaine de l’hydrogène. Le programme est soutenu par le gouvernement allemand à hauteur de 5,6 millions d’euros. Permettant de produire une électricité « propre » sans autre émission que celle de vapeur d’eau, le système de pile à combustible à hydrogène est promis à un brillant avenir dans le domaine des transports. Quelques défis restent à relever comme celui de la nécessité d’un stockage à très haute pression, la réduction de la taille des réservoirs et le verdissement de la production d’hydrogène, encore fortement émettrice de monoxyde (CO) et de dioxyde (CO2) de carbone.

Economies d'énergie et émissions carbone

09 avr. 2021 Lesechos.fr, 31/03/2021

La Scandinavie s’impose comme leader européen de l’aviation décarbonée

Berceau du mouvement flygskam (littéralement « la honte de voler »), la Scandinavie pourrait bien devenir d’ici la fin de la prochaine décennie un exemple à suivre dans le domaine de l’aviation décarbonée. Ses différents gouvernements ont annoncé avoir pris des décisions radicales concernant le verdissement de ses vols intérieurs. La Norvège et l’Islande ont décidé que l’ensemble de leurs vols intérieurs court-courriers seraient, dès 2030, assurés par des appareils n’utilisant pas de carburants d’origine fossile. Le gouvernement norvégien s’est quant à lui fixé le même objectif pour 2040. Les constructeurs n’ont pas attendu ces annonces pour se mettre à l’ouvrage. Apparue en 2018 à la faveur d’un plan gouvernemental visant à promouvoir l’émergence d’avions électriques, la start-up suédoise Heart Aerospace promet pour l’été 2026 un premier prototype de l’ES-19, un avion régional de 19 places propulsé par quatre moteurs électriques capable de voler sur une distance de 400 kilomètres. L’entreprise a déjà enregistré 147 précommandes provenant de huit compagnies européennes ainsi que d’acteurs asiatiques et d’Amérique du Nord. La même année, les lignes domestiques scandinaves devraient accueillir le P-Volt. Produit conjointement par l’avionneur Tecnam et le motoriste Rolls-Royce, cet appareil à propulsion électrique sera exploité par la compagnie norvégienne régionale Wideroe, dont l’ambition est de devenir avant 2030 la première compagnie européenne « zéro émission ».

Réglementations et politique de l'énergie

09 avr. 2021 actu-environnement.com, 01/04/2021

Biomasse forestière : l’UE lance une consultation sur les critères de durabilité

L’article 29 de la directive européenne de 2018 établit des critères de durabilité concernant la biomasse et le biogaz dans la production de chaleur et d’électricité. Ces critères sont relatifs à la régénération effective de la forêt dans les zones de récolte ainsi qu’au maintien ou à l’amélioration de leur capacité de production à long terme. La production de biocarburants, bioliquides et combustibles issus de la biomasse produite à l’aide des matières premières prélevées dans les forêts primaires ou très riches en biodiversité est notamment interdite par ce texte. Pour la Commission européenne, « il est essentiel que la bioénergie forestière soit produite de manière durable pour soutenir les objectifs de l’UE en matière de climat et d’énergie ». Les législateurs doivent désormais fournir des orientations opérationnelles qui permettront aux Etats membres et aux entreprises de démontrer que ces critères de durabilité sont bien respectés. A cette fin, la Commission soumet à consultation, jusqu’au 28 avril 2021, un projet de règlement d’exécution.

09 avr. 2021 lesechos.fr, 01/04/2021

Taxe carbone : l’allègement adopté par Berlin ne satisfait pas les industriels

Afin d’aider les petites installations chimiques, sidérurgiques et les cimenteries à surmonter les difficultés économiques qu’elles rencontrent actuellement, le gouvernement allemand a décidé d’alléger la taxe carbone nationale dont elles doivent s’acquitter. Entrée en vigueur début 2021, cette taxe de 25 euros par tonne de CO2 adoptée dans le cadre du « paquet climat » gouvernemental concerne quelque 1 500 installations ne relevant pas encore du système européen d’échange de quotas d’émission. Tout en rappelant son attachement à promouvoir « les technologies et produits respectueux du climat », la ministre de l’Environnement Svenja Schulze a justifié cette décision en expliquant que « l’Allemagne [devait] aussi rester un pays attractif économiquement ». L’initiative ne satisfait pas pour autant les industriels : « L'effort nécessaire pour prouver que leur propre compétitivité est mise en danger par le coût du CO2 est beaucoup trop complexe », déplore en effet Wolfgang Große Entrup, directeur général de la fédération chimique. Sans être opposée à un système européen de taxation du CO2, l’industrie allemande est hostile contre un mécanisme national qui nuirait à leur compétitivité : pour les entreprises installées en outre-Rhin, le prix du kWh est déjà supérieur de 7 cents à celui dont doivent s’acquitter leurs concurrentes françaises.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 Mai. 2021
Europe

Revue de presse du 07 Mai.

A la une : Vers un nouveau marché carbone européen pour augmenter le prix du CO2

30 avr. 2021
Europe

Revue de presse du 30 avr.

A la une : NordLink : le plus long câble électrique sous-marin au monde

23 avr. 2021
Europe

Revue de presse du 23 avr.

A la une : Royaume-Uni : le groupe EDF apporte son expertise à l’« Hydrogen Taskforce »

Voir toutes les revues de presse