Europe

Revue de presse

05 avr. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

05 avr. 2019 lemondedelenergie.com, 26/03/19

Le Parlement européen adopte la refonte du marché de l’électricité

Le 25 mars, les députés européens ont adopté quatre nouvelles lois destinées à réformer le marché de l’électricité. Cette évolution législative permettra notamment de « rendre les marchés de l’énergie plus flexibles et (de) faciliter(…) l’intégration d’une plus grande part des énergies renouvelables », selon le commissaire européen Miguel Arias Canete. La nouvelle législation restreindra la possibilité de verser des subventions aux centrales à charbon, aucune d’entre elles ne devraient bénéficier d’aide étatique à compter de 2025. La refonte du marché de l’électricité doit également donner au consommateur davantage de contrôle sur sa consommation grâce, non seulement, aux compteurs intelligents mais également en facilitant les changements de fournisseur. En permettant à 70% de toute l’électricité de « franchir librement les frontières » entre pays membres, la nouvelle réglementation fera aussi disparaître nombre d’obstacles aux échanges commerciaux transfrontaliers : cette disposition vise notamment à soutenir le marché des énergies renouvelables pour « atteindre l’objectif contraignant de l’UE de 32% d’énergies renouvelables d’ici 2030 ».

05 avr. 2019 lemondedelenergie.com, 29/03/19

La Norvège ne veut plus financer les énergies fossiles

Le gouvernement norvégien a présenté le 8 mars un projet de loi prévoyant de mettre un terme au financement des compagnies pétrolières par l’Etat. Actuellement détenteur de 37 milliards de dollars d’actions dans le secteur des hydrocarbures, le fonds souverain norvégien se désengagerait financièrement de plus de 130 sociétés à hauteur de 7,5 milliards de dollars si cette proposition était adoptée. Selon Siv Jensen, la ministre des Finances, cette initiative est avant tout pertinente sur un plan économique : « il s’agit de réduire et [de] disséminer les risques encourus face à un recul permanent du prix du pétrole », explique-t-elle en effet. Les ONG environnementales se réjouissent quant à elles du signal envoyé aux investisseurs : « si cela passe au Parlement, cela produira une onde de choc sur le marché, portant le plus grand coup à ce jour à l’illusion que le secteur des énergies fossiles a encore des décennies d’activité », estime l’organisation 350.org. Quelques jours avant cette annonce, un projet de loi prévoyant d’instaurer davantage de transparence dans l’utilisation de l’épargne populaire en matière énergétique a été adopté par les députés français, non sans avoir été au préalable expurgé de toute mesure contraignante.

05 avr. 2019 Enerpresse, 01/04/19

L’Allemagne entend développer le GNL

Comme il s’y était engagé en février, le gouvernement fédéral allemand a adopté une ordonnance visant à favoriser le développement d’infrastructures de gaz naturel liquéfié (GNL) outre-Rhin. Ce texte prévoit notamment de faire porter sur le gestionnaire du réseau de transport (GRT) la majeure partie des coûts de construction de la canalisation de raccordement du terminal au réseau gazier, une disposition qui devrait améliorer la rentabilité des projets GNL. « Avec ce règlement, nous éliminons donc les obstacles à la construction par le secteur privé d’importation de GNL et renforçons la concurrence entre les différentes (formes) d’importation de gaz. (…) Il appartient maintenant aux investisseurs privés de faire progresser leur projet de construction de terminaux méthaniers » a déclaré Peter Altmaier, le ministre de l’Economie et de l’Energie.

Economies d'énergie et émissions carbone

05 avr. 2019 lesechos.fr, 27/03/19

L’Europe a les moyens de diviser par deux ses émissions de CO2 d’ici 2030

Selon une étude du think tank britannique Sandbag, l’Union européenne (UE) est capable de réduire d’au moins 50% ses émissions de GES (gaz à effet de serre) en 2030, soit dix points de plus que l’objectif fixé en 2014. « Les politiques européennes nécessaires à la division par deux des émissions d’ici 2030 par rapport à 1990 sont déjà en place », affirment en effet ses auteurs. En juin dernier, Miguel Arias Canete, le commissaire européen à l’Action pour le climat et à l’énergie, se montrait légèrement moins optimiste en déclarant que l’UE « serait en mesure (…) d’augmenter son objectif de réduction des émissions de 40% actuellement à un peu plus de 45% d’ici 2030 ». Les politiques climatiques nationales ne sont toutefois pas prises en compte dans l’estimation de Bruxelles, ce qui explique le chiffre auquel parvient le think tank. De fait, une dizaine de pays membres se sont engagés à ne plus produire d’électricité à partir du charbon : la Suède et la France d’ici 2022, l’Irlande, l’Autriche et l’Italie en 2025. Sandbag estime même que le potentiel de réduction des émissions des GES atteint 58% lorsqu’on prend en considération d’autres dispositifs nationaux comme la hausse du prix du carbone ou les mesures en faveur de la voiture électrique. Reste toutefois à convaincre certains pays qui rechignent à sortir du charbon, au premier rang desquels figure l’Allemagne : Berlin a ainsi récemment opposé son veto au projet d’accord européen sur l’objectif de neutralité carbone à atteindre en 2050.

Tendances et acteurs

05 avr. 2019 sudouest.f, 27/03/19

L’impact du réchauffement climatique sur l’Espagne

Dans une récente étude, l’Agence de météorologie espagnole (Aemet) met en évidence l’ampleur de l’impact du changement climatique sur l’Espagne et ses habitants. « Trente-deux millions de personnes sont affectées (dans le pays) par le changement climatique, par l’accumulation des années très chaudes lors de la dernière décennie, l’allongement de l’été et l’augmentation de la fréquence des nuits tropicales », explique en effet Beatriz Hervella, porte-parole de l’Aemet. L’analyse des données de 58 observatoires météorologiques répartis dans le pays a notamment permis de constater que les zones au climat semi-aride ont vu leur superficie augmenter de 30 000 kilomètres carrés au cours des trente dernières années et qu’elles représentent désormais 6 % du territoire national. L’étude révèle par ailleurs que la période estivale s’allonge de neuf jours tous les dix ans et que le niveau de la mer Méditerranée a augmenté d’environ 3,4 centimètres par décennie depuis 1993, un phénomène lié à l’augmentation de la fréquence des nuits tropicales. Victime de « l’effet d’îlot de chaleur urbain », Madrid n’est pas épargnée par le réchauffement climatique.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

17 Mai. 2019
Europe

Revue de presse du 17 Mai.

A la une : EDF Renouvelables remporte un contrat d’achat d’électricité en Grèce

10 Mai. 2019
Europe

Revue de presse du 10 Mai.

A la une : Vers des hôpitaux indépendants

03 Mai. 2019
Europe

Revue de presse du 03 Mai.

A la une : Une nouvelle technologie pour l’hydrogène

Voir toutes les revues de presse