Europe

Revue de presse

03 Mai. 2019

Partager :

Réglementations et politique de l'énergie

03 Mai. 2019 actu-environnement.com, 19/04/19

Le Parlement européen adopte le règlement sur les émissions de CO2 des poids lourds

Les députés européens ont définitivement adopté la proposition de règlement encadrant les émissions de CO2 des poids lourds au sein de l’Union européenne (UE). Les émissions carbone de ces véhicules devront ainsi diminuer de 15% d’ici 2025 et de 30% d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2019. Ces objectifs étant contraignants, les constructeurs ne les respectant pas se verront infliger une pénalité financière. Ils devront par ailleurs porter à 2% la part des véhicules à faibles émissions ou à zéro émission sur le marché des véhicules neufs d’ici 2025 et sont invités à investir dans des solutions de remplacement des camions diesel. Il appartiendra par ailleurs à la Commission européenne de proposer en 2022 de nouveaux objectifs pour l’après-2030. Le texte devrait être formellement approuvé par le Conseil des ministres européens fin mai puis entrer en vigueur vingt jours après sa publication au Journal officiel de l’UE.

Economies d'énergie et émissions carbone

03 Mai. 2019 lemonde.fr, 23/04/19

Voiture électrique : nouvelle source d’énergie mobile

Les constructeurs automobiles deviennent des acteurs actifs du marché de l’électricité mettant à contribution les batteries des voitures électriques (VE) pour stocker l’électricité et la restituer au réseau, en contribuant à rééquilibrer le rapport entre offre et demande de courant. Renault est en train d’expérimenter aux Pays-Bas et au Portugal son système de recharge bidirectionnel ou à charge réversible. « La recharge s’effectue au maximum quand l’offre est abondante, donc moins chère, notamment lors des pics de production des énergies renouvelables, mais la voiture sait aussi restituer de l’électricité dans le réseau lors des pics de consommation » explique le constructeur. Nissan expérimente au Danemark une plate-forme commerciale de véhicules connectés au réseau, qui « peuvent faire office de réserve d’énergie mobile » et être consultés lors des pics de consommation. En Allemagne, le constructeur japonais a obtenu que la voiture électrique Left soit reconnue comme « une unité de stockage, susceptible de suppléer le réseau électrique ». Mitsubishi se prépare à commercialiser un SUV hydride rechargeable avec un chargeur bidirectionnel intégré qui, couplé avec des panneaux photovoltaïques installés sur la maison et un système de gestion d’énergie, peut fonctionner comme une batterie domestique (fournir de l’électricité au domicile ou injecter l’énergie produite dans le réseau). Ces nouvelles technologies permettent aux propriétaires de VE d’optimiser la facture énergétique de l’automobile et d’être rémunérés. Néanmoins, l’essor des réseaux intelligents doit encore combler certains vides juridiques européens. Comme l’explique Nicolas Schottey, responsable du programme batteries et infrastructures des VE du Groupe Renault, la législation n’a pas encore défini si « un véhicule qui charge, stocke et renvoie du courant dans le réseau doit être considéré comme un consommateur ou un distributeur d’électricité ».

Energies renouvelables

03 Mai. 2019 rtbf.be, 23/04/19

56% d’EnR au Portugal

Troisième dans le dernier The Good Country Index, le Portugal s’est alimenté en 2018 à hauteur de 56% avec de l’énergie issue de sources renouvelables. Dans la ville de Braga, pionnière dans l’utilisation d’énergie verte, 80% de l’énergie consommée provient d’une source renouvelable. « Nous avons installé des panneaux solaires sur les toits des écoles primaires de la ville. Nous utilisons de plus en plus de bus électriques dans notre réseau de transport public et nous avons mis en place un guichet unique qui n’utilise que de l’énergie renouvelable », explique Ricardo Rio, maire de la ville. Ce comptoir automatique est alimenté grâce à l’énergie produite par deux cents panneaux photovoltaïques installés sur les toits du parking de la ville, avec une économie de 150 euros par jour, soit plus de 50 000 euros par an. Les 250 parcs éoliens implantés au Portugal produisent 23% de l’électricité consommée. Un autre 23% est produit par les deux cent vingt barrages hydroélectriques du pays. Le Portugal a investi 450 000 euros dans un projet pionnier qui couple l’énergie hydroélectrique du barrage d’Alto Rabagao à un champ photovoltaïque flottant de 840 panneaux solaires. Le rendement de cette installation est de 5 à 10% plus important par rapport aux panneaux terrestres traditionnels.

Techniques et innovations

03 Mai. 2019 lefigaro.fr, 24/04/19

Une nouvelle technologie pour l’hydrogène

Matija Gatalo, scientifique de l’Institut national de chimie slovène, a développé deux solutions pour révolutionner et démocratiser la production d’hydrogène. Les piles à combustible à hydrogène utilisent actuellement des catalyseurs de platine, un métal rare et très coûteux, capable de résister aux pressions exercées à long terme. Selon Monsieur Gatalo, une partie du platine peut être remplacée avec du cuivre, plus économique. La nouvelle substance, que le scientifique définit comme « une poudre noire d’apparence peu attrayante » composée de platine et cuivre, est un catalyseur « deux fois moins cher et trois à quatre fois plus efficace que ceux actuellement sur le marché ». D’ailleurs, elle est produite grâce à une nouvelle méthode basée sur la nanotechnologie, développée par le même Gatalo, qui a une capacité de production environ cent fois plus élevée que celles existantes. L’Institut national de chimie slovène a déposé une demande de brevet pour ces nouvelles technologies, qui attirent déjà l’attention de plusieurs entreprises. « Nous n’avons pas le droit de révéler leurs noms, mais je peux vous dire que, dans le domaine de la production des catalyseurs, deux d’entre eux sont ce que Nike et Adidas sont sur la marché des vêtements de sport » explique le chercheur.

03 Mai. 2019 lesechos.fr, 24/04/19

Le français Powidian teste une solution de stockage d’hydrogène

Le projet Remote, lancé en septembre 2018, est un programme européen visant à tester différentes solutions énergétiques basées sur le stockage d’hydrogène. Quatre sites européens accueillent quatre de ces expérimentations, dont le coup de sifflet final sera donné fin 2021 : Ambornetti, Ginostra (Italie) Agkistro (Grèce) et les îles Froan (Norvège). C’est sur ce dernier site que le consortium emmené par le groupe italien Politecnico di Torino teste une station autonome de production d’énergie renouvelable, à laquelle participe le français Powidian. Jean-Marie Bourgeais, fondateur de Powidian, résume : « Notre solution autonome et modulaire s’appuie sur une chaîne de stockage hydrogène long terme, et des batteries lithium-ion amenant de la flexibilité. […] L’apport d’énergie renouvelable devrait se faire grâce à 2.500 mètres carrés de panneaux solaires et une éolienne de 600 kW. » Outre Powidian, le danois Ballard Power Systems Europe fournit au projet sa pile à combustible à membrane échangeuse (PEM), les belges d’Hydrogenics Europe installeront l’électrolyseur. Ce dernier servira à produire l’hydrogène qui sera stocké et converti en électricité par la pile à combustible. La mise en service du dispositif sera effective fin décembre 2019, pour un test d’une durée de deux ans. En cas de succès, le système sera installé définitivement sur l’archipel norvégien pour y alimenter sa vingtaine de foyers permanents, sa ferme piscicole et ses deux installations portuaires.

Toute l'actualité du marché de l'énergie

07 fév. 2020
Europe

Revue de presse du 07 fév.

A la une : Allemagne : l’abandon du charbon prévu pour 2038

31 jan. 2020
Europe

Revue de presse du 31 jan.

A la une : Le Parlement valide le Pacte vert pour une Europe sans carbone

24 jan. 2020
Europe

Revue de presse du 24 jan.

A la une : UE : près de 185 000 points de recharges publics installés en 2019

Voir toutes les revues de presse