07 mar 2016

Trois idées reçues sur le compteur Linky

  • Optimisation de la performance
Toutes sortes de polémiques ont vu le jour sur les risques liés au compteur Linky, notamment au sujet du contrôle des données privées. Mais est-il fondé de considérer avec méfiance les compteurs intelligents mis en place par ERDF auprès de ses clients ?

1. Le compteur Linky représente un risque pour les données privées

Contrairement à ce que l’on croit parfois, le compteur Linky ne présente pas de risque pour vos données. En effet, le rôle d’un compteur de type Linky se contente d’enregistrer la consommation globale en kilowattheures d’un foyer ou d’une entreprise. « Ces données ne disent rien du nombre de consommateurs dans le foyer ou dans l’entreprise, ni des appareils électriques qu’il y a derrière », précise Gladys Larose, chef de mission au sein du programme Linky chez ERDF. 

Par ailleurs, les risques liés au compteur Linky ne se justifient pas, puisque les données sont propriété des consommateurs. ERDF ne sera autorisé à les transmettre que s’ils l’ont formellement accepté. Les données recueillies par le compteur sont ensuite récupérées par un concentrateur, puis envoyées à un système d’informations globales. « Toute la chaîne est hyper sécurisée et régulièrement auditée par une agence indépendante », précise encore Gladys Larose. Et de rappeler qu’avant d’être mis en service, le compteur Linky a fait l’objet d’une expérimentation auprès de 300 000 foyers à Tours et à Lyon pour que les pouvoirs publics puissent décider de sa généralisation ou non. « Il s’est avéré que le compteur était robuste, fiable d’un point de vue de la cyber sécurité et évolutif sur le technologique ».

2. Les compteurs intelligents sont des gadgets

À l’heure où l’urgence climatique nous impose de mieux maîtriser notre consommation énergétique, tous les outils pouvant nous y aider sont nécessaires. Primordiaux même, quand l’efficience énergétique représente aussi un levier de performance économique. Justement : les compteurs Linky, loin de représenter un risque, jouent ce rôle en apportant une visibilité de la consommation effective. 

Le compteur Linky, déployé pour les consommateurs ayant une puissance de raccordement inférieure à 36 kVA, permet de visualiser les données de consommation (mensuelles, hebdomadaires, journalières, horaires), d’être alerté en cas de surconsommation et, bien sûr, d’être facturé sur les consommations réelles. 

Les fonctionnalités des compteurs pour les consommateurs ayant une puissance de raccordement plus élevée, compteur PME-PMI pour le comptage en basse tension, ou le compteur SAPHIR pour le comptage en haute tension (20 000 volts), sont quasi-similaires. « Ces compteurs se distinguent par le fait qu’ils ne sont pas équipés de breaker qui coupe l’alimentation électrique du client en cas de dépassement de puissance souscrite », relève Marc Delandre, directeur du pôle Compteur chez ERDF. « Un client industriel paie en fonction de la puissance appelée. Si celle-ci dépasse la puissance souscrite, le client paie une pénalité, mais il n’est pas coupé ». Par ailleurs, la communication pour ces compteurs se fait en liaison téléphonique, et pas en courant porteur en ligne (CPL)(1) car beaucoup de clients sont isolés, très éloignés les uns des autres.

3. On manque de recul pour évaluer les risques des compteurs Linky dans les entreprises

Au contraire, les premiers compteurs intelligents ont justement concerné les entreprises. Aussi, les retours d’expériences ne manquent pas et permettent d’avoir une vision juste des risques liés aux compteurs Linky. On constate d’ailleurs qu’ils sont unanimes : ils révèlent que les utilisateurs trouvent, auprès des compteurs intelligents, de véritables auxiliaires dans la maîtrise de leur consommation énergétique. 

Au premier chef, ces utilisateurs apprécient que les relevés des consommations soient précis et exacts. Cela facilite le suivi des courbes de charges. « Le compteur Linky, pour parler de lui, permet d’intégrer plus facilement de nouveaux usages énergétiques - véhicule électrique, utilisation d’ENR - et d’étendre les possibilités de pilotage des appareils du site de l’entreprise pour mieux maîtriser les consommations et le budget », souligne Gladys Larose. Les entreprises équipées de compteurs PME-PMI et de compteurs SAPHIR se félicitent quant à elles de pouvoir accéder à des grilles fournisseurs avec pointe mobile si nécessaire. « Cela leur permet de recevoir des signaux tarifaires les incitant à s’effacer sur certaines périodes », remarque Marc Delandre. 

Pour aller plus loin : 
(1) La communication par courant porteur en ligne (ou CPL) permet de construire un réseau informatique sur le réseau électrique d'une habitation ou d'un bureau, voire d'un quartier ou d’un groupe de bureaux.
Haut de page