05 Juin 2013

ISO 50001 : Une norme au service de l’efficacité énergétique

Fondé sur un principe d’amélioration continue, le système de management de l’énergie ISO 50001 aide les entreprises à réduire leurs consommations énergétiques et à réaliser des économies significatives. Explications avec Béatrice Poirier, chef de produit Environnement et Energie d’AFNOR Certification.

A quoi sert la norme ISO 50001 ?

Cette norme définit les exigences nécessaires à la mise en œuvre d’un Système de Management de l’Énergie (SMÉ), afin d’améliorer sa performance énergétique en réduisant sa facture , et en entrant dans une démarche d’amélioration continue dans la durée. Une de ses particularités : à chaque entreprise de fixer ses objectifs et de positionner le curseur suivant sa capacité financière, son contexte et ses enjeux.

Quelles sont les conditions de la certification ?

Préalable nécessaire, la direction générale doit être partie prenante de la démarche et désigner un pilote chargé de s’emparer du projet. Ensuite, l’entreprise pourra identifier les postes les plus énergivores et mettre en place des actions d’amélioration. Elle pourra également agir sur ses pratiques pour modifier certaines consignes (variation de température par exemple), réglages (éteindre les machines et les éclairages en période d’inactivité).

Cette phase passe notamment par la sensibilisation du personnel et la bonne appropriation des pratiques pour réduire la facture énergétique. La politique d’achat est un autre levier souvent méconnu de la norme : la sélection de fournisseurs doit privilégier les achats de matériels ou d’équipements énergétiquement performants ou économes, en dépit de coûts d’investissement parfois plus élevés. C’est donc une réflexion dans la durée qu’il s’agit d’engager.

Dans la même logique, les travaux pour réaménager une zone de l’entreprise devront être l’occasion de revoir et d’améliorer la conception même de l’installation pour gagner en efficacité énergétique.

Comment se caractérisent les niveaux de certification ?

Il y a deux phases. Le premier niveau a pour objectif d’inciter les entreprises à mettre le pied à l’étrier par la réalisation d’un audit énergétique puis par l’identification des principaux postes de consommation d’énergie et des potentiels d’économie. Cela demande d’établir une consommation de référence, des indicateurs de suivi, de se fixer des objectifs puis de formaliser un plan d’actions.

Le niveau 2 repose sur la mise en œuvre de la démarche à toutes les strates concernées dans l’entreprise. Il se déploie à travers des actions de formation, de sensibilisation et d’organisation de la documentation ainsi que par la mise en application de bonnes pratiques. L’enjeu consiste à entrer dans une spirale vertueuse : définir des objectifs, les mettre en œuvre, en vérifier l’impact, ajuster si nécessaire avant de re-définir de nouveaux objectifs.

Quels bénéfices financiers ou compétitifs tirer de la démarche ?

La démarche ISO 50001 permet une réduction de l’ordre de 5 à 10% de la facture par an1. Les coûts associés en ressources humaines et en équipements sont ainsi rapidement amortis... Par ailleurs, si l’entreprise est certifiée, les opérations réalisées et éligibles aux CEE pourront profiter de bonification des Certificats d’économie d’énergie (CEE) qui va de 50 % pour une certification niveau 1 à 100 % pour le niveau 2.

En outre, ce système de management permettrait d’anticiper la réglementation2 sur l’obligation de réaliser des audits énergétiques tous les 4 ans pour les grandes entreprises, les entreprises certifiées seraient dispensées de cette obligation. Enfin, au-delà du projet collectif, la démarche permet de réduire les risques financiers liés à l’augmentation inévitable des coûts de l’énergie et donc d’améliorer sa compétitivité face à ses concurrents.

Comment favoriser le déploiement de la démarche ?

À peine deux ans après la publication de la norme, 25 entreprises sont certifiées en France, pour 635 en Allemagne. Mais depuis l’arrêté concernant la bonification des CEE l’an dernier, le sujet commence à faire son chemin. Dans ce cadre, à la demande d’EDF Entreprises, nous réalisons des visites d’évaluation chez les clients pour estimer leur maturité à s’engager dans la démarche. Ces actions de sensibilisation devraient contribuer à l’élargissement du déploiement de la norme 50001.

1 Les valeurs ci-dessus sont données à titre indicatif.
2 Transposition de la Directive européenne d’Octobre 2012 en cours

A propos d’AFNOR Certification

AFNOR Certification propose aux entreprises et aux professionnels de se faire reconnaître par des signes de qualité. Filiale commerciale de l’association AFNOR, elle réalise des prestations de services et d’ingénierie en certification et évaluation de produits, systèmes, services, processus et compétences. Référentiels sur base de normes, création de référentiels ou de cahiers de charges (labels), attestations réglementaires, scoring, diagnostic, inspection, évaluation, AFNOR Certification prend la responsabilité d’accompagner les acteurs privés et publics dans la définition du processus le plus adapté à leurs stratégies, en modes multisites à l’échelon national et international. AFNOR Certification délivre des marques à forte notoriété telles que NF, AFAQ et l’Eco-label européen.

Haut de page