16 oct 2014

De l’invention à l’innovation Les liaisons heureuses entre start-up et industrie

A travers deux dispositifs inédits, l’innovation a le vent en poupe chez EDF ! D’un côté, Open Innovation détecte les start-up innovantes pour les présenter aux métiers du groupe EDF et étudier expérimentations et partenariats. De l’autre, Electranova , un fonds de capital-risque, favorise la croissance de projets technologiques innovants et bas carbone. Analyse des forces du binôme avec Bernard Declerck, délégué Innovation à la R&D EDF.

En quoi Open Innovation est-il le « Meetic de l’innovation » ?

Open Innovation est un dispositif qui joue le rôle "d’entremetteur" (ou de mise en relation) entre des start-up innovantes et les métiers du groupe. Pour EDF, il est vital de garder une fenêtre ouverte sur les projets qui fourmillent à l’extérieur pour continuer à évoluer dans le monde des Clean Technology (énergies renouvelables et efficacité énergétique). Aller chercher des talents extérieurs, c’est mettre à profit la créativité et la vitesse d’innovation des start-up. En repérant les projets, en testant des solutions originales, nous les aidons à aller plus vite et à faire déboucher des produits sur le marché plus rapidement. Lorsque les métiers du groupe EDF sont intéressés par un projet, ils proposent de tester les solutions en grandeur nature. D’un côté nous nous inspirons de leurs travaux pour renforcer notre culture de l’innovation, de l’autre nous offrons à ces entreprises un premier retour d’expérience pour améliorer ou modifier leur produit et l’accès à un marché.

Comment procédez-vous pour détecter et capter ces start-up prometteuses ?

Il faut avoir accès au flux d’affaires (deal flow). Des équipes réparties en plusieurs points stratégiques dans le monde (Londre, Paris, Sillicon Valley à San Fransisco ou Pékin) gravitent dans un écosystème de financement des start-up qui les aide à grandir en prenant des parts dans leur capital. Dans le cadre d’Open Innovation, il s’agit davantage pour le Groupe EDF d’aller vite au meilleur coût. Ici, l’enjeu est d’avoir accès à cet écosystème de start-up, pas d’entrer dans une logique purement financière. A partir de ces listes de contacts, les équipes identifient assez vite les points d’intérêt pour les métiers de l’Entreprise et la R&D rebondit parfois sur certaines idées pour les transposer à des domaines inattendus au départ.

Quels sont les résultats ?

Chaque année, Open Innovation détecte plus de 300 start-up dans le monde. A partir d’une fiche descriptive du projet, les métiers du groupe en rencontrent un tiers, soit une centaine par an. En 2013, cette sélection a abouti à 25 démonstrations en collaboration avec les métiers pour tester les solutions grandeur nature. Depuis la création en 2011, nous avons réalisé une soixantaine de démonstrations, étape qui permet ensuite de déboucher sur certains contrats commerciaux. C’est le cas par exemple de Cornis, une start-up spécialisée dans la photo haute définition sur pied robotisé. Son innovation est intéressante pour EDF Energies Nouvelles car elle permet de prendre depuis le sol des photos très précises des pales d’éolienne et de détecter facilement des défauts ou des fissures sans être obligé de recourir à un opérateur en nacelle.

Comment fonctionne le deuxième pilier de l’innovation EDF, Electranova ?

Electranova est un fonds capital-risque créé par EDF pour accélérer la croissance des entreprises dans le secteur des CleanTech proposant des solutions intéressant les métiers du groupe EDF. Contrairement à Open Innovation qui organise des partenariats, Electranova favorise l’investissement dans les start-up en lien avec nos cœurs de métier pour aider la jeune entreprise à se développer et à créer son marché. Avec une capacité d’investissement de 60 millions d’euros, Electranova fait du qualitatif et affiche déjà son 7ème investissement. Elle a notamment financé le projet norvégien Sea Tower qui a conçu la première fondation gravitaire pour l’éolien offshore. Ce système de fondation peut être remorqué puis coulé sur site et évite de recourir à des navires-grues.

Ce dispositif augmente-t-il vos chances de ne pas rater d’innovation majeure ?

Il n’y a jamais de garantie. Nous sommes partagés entre deux options. Se rapprocher davantage des métiers du groupe pour mieux cibler nos recherches ou laisser une plus grande part à l’imprévu. Car à chercher trop précisément, on risque de passer à côté d’une innovation pertinente qu’on ne cherchait pas. Parfois on cherche en se focalisant sur un métier alors que finalement l’innovation fonctionnera pour un autre. Assurer cette mise en relation entre inventeurs et métiers fait non seulement grandir les entreprises mais stimule aussi l’innovation du groupe.

Cornis , une start-up spécialisée dans la photo haute définition sur pied robotisé

©EDF - BEAUCARDET WILLIAM

Haut de page